[Œuvre ] La Compagnie Noire (The Black Company)

Echangez ici vos impressions et vos points de vue sur les livres que vous avez lus.

Modérateur : Divinités du Sanctuaire Sacré

Aärnikotka
Débutant Niveau 4
Débutant Niveau 4
Messages : 44
Inscription : 25 févr. 2007 16:43
Localisation : Neverland
Contact :
Finaland  :

[Œuvre ] La Compagnie Noire (The Black Company)

Messagepar Aärnikotka » 27 févr. 2007 14:17

Aller hop j'inaugure cette nouvelle partie Littérature avec l'œuvre magistrale que je lit en ce moment (dont j'ai déjà parlée dans la partie divers:

Image

« Depuis des siècles, les traditions et souvenirs de la compagnie noire sont consignés dans les présentes annales. Depuis des siècles, la troupe se loue au plus offrant et les batailles qu’elle a livrées ont déjà rempli maints volumes. Jamais pourtant elle n’aura traversé de période aussi trouble. Entrée au service de la Dame et de ses sorciers maléfiques, la compagnie participe à l’une des plus sanglantes campagnes de son histoire. Les combats incessants, la magie noire qui empuantit l’air, bientôt les hommes tombent comme des mouches, et ceux qui restent debout commencent à se demander s’ils ont choisi le bon camp. Ce sont des mercenaires, ils sont dépravés, violents et ignares, sans foi ni loi, mais même eux peuvent avoir peur, très peur... »

La Compagnie noire est un cycle de Fantasy écrit par le désormais célèbre Glen Cook. Néanmoins, le manque total de moralité et de mannichéïsme de l'oeuvre en fait un concept extrêmement noir et lugubre, ces livres sont donc aisément rangés dans la partie "Dark Fantasy".
La Compagnie Noire est une oeuvre vraiment a part dans l'univers de l'écriture de Fantasy, bien loin des clichés et autres archétypes de ce genre de littérature, veine ouverte par Tolkien qui aujourd'hui a été sucée et recusée par les écrivains vampires en manque d'argent. Dans ces bouquins, vous ne trouverez ni races fantastiques (nains, elfes, orcs) ni magnifiques cités et autres merveilleuseries Tolkieniennent, non loin de là, le Cycle de la Compagnie Noire est crade, extrêmement enfoncé dans la boue et la médiocrité morale. Sans aucune conscience du bien ou du mal, les protagonistes de cette "sublime" saga n'ont pour eux que leur attachement à ce seul moyen de survie, La Compagnie.

Image

Mais qu'est-ce vraiment que la Compagnie Noire ? Eh bien à première vue elle semble bien simple, puissant groupe de mercenaires il y a 4 siècles à sa fondation, elle est à l'heure actuelle des livres plus qu'une poignée de guerriers encore attachés aux valeurs traditionnelles et culturelles de leur clan. Leur mission, servir qui les paieras le mieux, qu'il soit bon ou mauvais, qu'il soit honnête ou malhonnête, seule la survie de leur Compagnie de par l'argent que leur donne leurs hôte est important pour les soldats.

Image

Dans un monde où plusieurs factions s'affrontent pour un oui ou pour un non, où toute chose n'est que brouillard ou cruauté, la Compagnie est souvent vue comme un ilôt d'espoir et de bon-vivre, ceux qui s'y engagent ont le devoir d'oublier leur nom et d'en changer, beaucoup utilisent des pseudonymes, d'autres des abbréviations. Pour les hommes, anciens, de la Compagnie, celle-ci est une famille plus qu'un engagement, on s'entraide, on se connait jusqu'à la moelle et on devient frères d'armes d'une manière ou d'une autre. De plus, s'intégrer dans la Compagnie est bien plus facile que d'en sortir, et malgré le fait que le serment à celle-ci ne soit pas permanent, la situation des mercenaires est souvent bien meilleure que celle de certains nobles, alors on y reste.

Le seul moyen que possèdent les hommes de cette Compagnie pour se faire entendre, et se faire comprendre au travers des siècles, sont des Annales, écrites par un seule homme à chaque fois, elles représentent une pierre de plus dans l'incroyable édifice déjà bâti depuis 4 siècles. Bien des annalistes se sont succèdés, et encore maintenant, dans le cycle qui nous est proposé et qui retrace plusieurs années de la vie des Compagnons, bien des Annalistes se succèdent pour continuer l'histoire de la CN, plus ou moins bien d'ailleurs. Le premier que vous rencontrerez est Toubib, comme son nom l'indique, personnage sympathique, médecin quadragénaire, et un vieux de la vieille au sein de la Compagnie, qui possède une manière de penser qui est trés intéréssante, on le suivra durant un certain temps, dans les débuts de ce grand cycle, avant qu'il ne laisse la place à quelqu'un d'autre, qui la laissera à un autre...

L'histoire de la Compagnie Noire est extrêmement complexe et d'ailleurs n'est toujours pas résolue (le cycle n'étant pas fini), celui-ci comporte déjà 10 volumes sortis en France et aux USA, dont les premiers sont "La Compagnie Noire" et "Le Château noir". Je ne vous raconterais donc pas cette histoire pour vous laisser la joie et la surprise de mieux la découvrir par vous-même.

Glen Cook nous délivre ici un cycle complexe et incroyable, bien loin des clichés habituels des livres "navets" de la Fantasy comme on peut le voir assez facilement, il rentre avec Robin Hobb ou encore Pratchett dans la catégorie des nouveaux écrivains de Fantasy où, par l'humour ou le noir, on essaye d'inventer de nouveaux univers afin de sortir des archétypes "boulets". Et Cook y arrive à merveille, avec un style bien à lui, il possède un don incroyable pour nous faire imaginer des situations ou des personnages sans aucune description. Bref, un véritable régal, un véritable bonheur qui ne demande qu'à être lu.

"Ici, point de preux chevaliers sans peur et sans reproche, point de héros aux mœurs irréprochables, luttant contre le Mal Absolu.
A travers de ténébreuses péripéties mettant en vedette de vils sorciers ou de rudes guerriers, Glenn Cook nous présente une galerie de portraits sombres et inquiétants, peinture d'une époque qui ne l'est pas moins. Secrets, dissimulations, amours maudits, trahisons, sang et souffrance. Voici le lot quotidien de cette terre qui souffre. Où sont vraiment le Bien et le Mal ? L'âpre vérité consisterait-elle à dire qu'il n'y a jamais de certitude, que c'est à l'Homme de faire ses propres choix ? Quelles que soient les réponses à ces questions qui viennent harceler le lecteur autant que les protagonistes, on ne peut que se passionner pour cette histoire sans concession qui nous offre une vue désagréablement fascinante d'une facette peu utilisée de la Fantasy. Par certains côtés, on peut même rapprocher la Compagnie noire du Berserk de Kentaro Miura."

Image
Image
Image
« Ma mort est sans importance. Lorsqu'on meurt et qu'on laisse une oeuvre après soi, on ne meurt pas complètement. »
[Isaac Asimov]

Image

Luna24
Disciple Niveau 8
Disciple Niveau 8
Messages : 516
Inscription : 04 févr. 2005 20:44
Localisation : euh...ben je sais pas trop...sur Terre ?
Contact :
Finaland  :

Messagepar Luna24 » 28 févr. 2007 16:35

Bon, déjà on va dire que j'ai jamais été une grande fan de la "dark-fantasy". Eh oui c'est mon côté romantique qui fait ça......j'aime bien quand c'est beau et lumineux !

Cependant, l'oeuvre qu tu présente ici, en plus de présenter une certaine originalité, semble forte intéressante.
L'abscence total de lumière de ce monde qui est décrit en quelques lignes, donne à voir des romans sombres à souhait où la psychologie des protagonistes parait bien tournée......dans un semblant de folie.

Je ne sais pas si j'achèterais ces romans (les très longs cycles en général sont synonymes de dépenses importantes......mon pauvre porte-monnaie), mais tu as su insufler en moi l'envie de découvrir cette oeuvre. :roll:

Aärnikotka
Débutant Niveau 4
Débutant Niveau 4
Messages : 44
Inscription : 25 févr. 2007 16:43
Localisation : Neverland
Contact :
Finaland  :

Messagepar Aärnikotka » 28 févr. 2007 21:42

Eh bien j'en suis vraiment trés heureux,
C'est pour moi un grand plaisir d'avoir réussi à donner envie de faire lire quelque chose à des gens, personnellement j'ai été totalement conquis par cette série (je viens tout juste de finir un autre tome là) et tout ceux qui l'ont lu aimant un temps soi peu la fantasy ont été comblés.

Attention, la Compagnie Noire n'est pas toujours toute noire, il existe quelques moments de beauté (un peu comme un Final Fantasy), rares mais intenses.
« Ma mort est sans importance. Lorsqu'on meurt et qu'on laisse une oeuvre après soi, on ne meurt pas complètement. »
[Isaac Asimov]

Image

Spilen
Maître Supérieur Niveau 3
Maître Supérieur Niveau 3
Messages : 1522
Inscription : 20 avr. 2004 22:50
Finaland  :

Messagepar Spilen » 02 mars 2007 3:00

Allez, le post le plus long pour la fin \o/ (après dodo)

De même, comme dit dans le topic "et vos lectures ces temps-ci", j'ai été pris par la description et l'image que tu donnais à ce cycle.
Une originalité semble se dégager dans cette chronique.

Premièrement, la vision personnelle dont on est témoin. Donc par Toubib dans un premier temps et puis par d'autre. Le lecteurs suivra l'interprétation du personnage, ses pensées et ses rérlexions. Mais du fait que cette vision si subjective change en fonction du personnage dans lequel on est reste un bon point. Le lecteur est manipulé et redécouvre la compagnie noir sous des angles différents (dis-moi si je me trompe, j'me permet une annalyse sans l'avoir lu xD)

Deuxièmement, le fait que l'on soit directement immergé dans ce côté ténébreux de la compagnie noir. On est dans quelque chose dont la réputation ne fait pas honneur. Mais l'auteur semble malgré tout attiré la sympathie sur ce coté sombre et manipule encore une fois le lecteur. Ensuite, peut-être que la compagnie noir n'est pas si malsaine et que tout porte pourtant à le croire.
Cela rejoins le premier point.

Donc si j'ai bien cerné ce cycle, il y a une grande partie qui joue sur l'interprétation des choses.

Outre cela, comme je l'ai déjà dit, l'auteur semble passer outre les relans habituel de la fantasy. Inover et sortir du cadre. Malgré un prétexte récurent déjà signalé :"prophétie" et "méchant pas beau" (apparement pas si banal)
Image
Ohana~ Ohana means family. Family means no one gets left behind.


Revenir à « Littérature »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité