[Auteur] J.R.R Tolkien

Echangez ici vos impressions et vos points de vue sur les livres que vous avez lus.

Modérateur : Divinités du Sanctuaire Sacré

Rufus Shinra
Débutant Niveau 2
Débutant Niveau 2
Messages : 24
Inscription : 22 avr. 2007 14:31
Localisation : Pas loin de Nice ^^
Contact :
Finaland  :

[Auteur] J.R.R Tolkien

Messagepar Rufus Shinra » 25 avr. 2007 10:52

Alors voilà, bonjour à tous !
Je crée ce topic pour parler de l'auteur le plus grandiose à mes yeux, Tolkien.


Présentation

John Ronald Reuel TOLKIEN était un romancier britannique d'origine sud africaine (Bloemfontein 1892 - Bournemouth 1973). Marqué par la Première Guerre mondiale, il rejeta en bloc la civilisation moderne et se plongea dans l'étude de la littérature médiévale ; il devint professeur à Oxford en 1925, donna des études sur Chaucer et sur le lai de Beowulf. Son oeuvre est nourrie de connaissances anthropologiques et d'emprunts aux mythologies nordiques. Le Seigneur des Anneaux (1954 - 1956) se présente comme l'épopée d'une ère révolue de l'histoire où doit être détruit un anneau corrupteur qui rend omniprésent celui qui le porte. Ce cycle, qui comble les aspirations des lecteurs avides d'évasion et fait, depuis le milieu des années 1960, l'objet d'un véritable culte, a été porté à l'écran par Peter Jackson en 2001.


Bibliographie des oeuvres publiés de son vivants et achevées

1937 : Bilbo le Hobbit (The Hobbit, or there and back again) - Trad. Francis Ledoux (1969)

1954 - 1955 : Le Seigneur des Anneaux (The Lord of the Rings) - Trad. Francis Ledoux (1972 - 1973)
1. 1954 : La Communauté de l'Anneau (The Fellowship of the Ring)
2. 1954 : Les Deux Tours (The Two Towers)
3. 1955 : Le Retour du Roi (The Return of the King)

1965 : Les Aventures de Tom Bombadil (The Adventures of Tom Bombadil) - Trad. Dashiell Hedayat (1975)

D'autres de ses oeuvres ont été publiés, mais il ne les a jamais terminé, tel que Le Silmarillion, voilà pourquoi il y a Les Contes et Légendes Innachevés.


Quelques sites

Tolkiendil
TolkienFrance
PourTolkien (un peu moins complet, mais bien aussi)


Et une des citations de J.R.R Tolkien

“Le vaste monde vous entoure de tous côtés: vous pouvez vous enclore mais vous ne pouvez pas éternellement le tenir en dehors de vos clôtures.”

Voili voilou !! A vous de laisser vos commentaires sur ce merveilleux auteur qu'était Tolkien.
Bisous, portez vous bien ;)
Image

Toulala
Gardienne des Écritures Saintes
Gardienne des Écritures Saintes
Messages : 4047
Inscription : 21 juin 2004 20:20
Localisation : France
Contact :
Finaland  :

Messagepar Toulala » 25 avr. 2007 10:57

Euh, chouette... et ton avis à toi ?
« Ce sont nos erreurs qui nous enseignent la vie. »
Toulal, Gardienne des Écritures Saintes
Image

Rufus Shinra
Débutant Niveau 2
Débutant Niveau 2
Messages : 24
Inscription : 22 avr. 2007 14:31
Localisation : Pas loin de Nice ^^
Contact :
Finaland  :

Messagepar Rufus Shinra » 25 avr. 2007 14:50

Mon avis ? Eh bien pour être franche, Tolkien est mon auteur favori. Depuis que j'ai lu le SDA, je suis devenue fanatique de ce genre. Après j'ai essayé Le Silmarillion mais je l'ai trouvé trop dur alors j'ai arrêté ^.^ J'ai pratiquement terminé Bilbo le Hobbit.
Vraiment j'adore ! La façon qu'il avait de tourner ses phrases, les mondes qu'il créait, les personnages, tout l'univers de Tolkien continue de me faire rêver, au point même que je n'en jure que par son écriture lorsqu'il s'agit de fantasie ^.^'' ok Harry Potter, Eragon (non pas Eragon en fait, on dirait presque un copié collé des romans de Tolkien), La Quête d'Ewilan etc., c'est bien, mais pour moi, aucun roman de genre fantasie ne dépasse celui de Tolkien, ils sont tous différents certes, mais...j'ai comme qui dirait, une préférance pour son écriture que je trouve merveilleusement bien faite.
Et puis, ce que j'aime dans ses bouquins, c'est qu'il ne critique rien, mais absolument rien, tout ce qu'il fait, c'est "raconter une histoire" (pas de messages à faire passer au travers de ses livres), et ça, c'est quelquechose que j'ai aussi vraiment apprécié chez lui, pas la peine de chercher l'intrigue, on a qu'à lire et on comprend, la seule analyse qu'on pourrait faire c'est " Le bien et le Mal " mais rien d'autre. Pour certains, je risque d'exagérer, même si ce n'est pas du tout le cas, mais Tolkien est le romancier le plus grand et qui est créé le monde le plus abouti à mes yeux dans tout le XXème siècle.
Voilà mon avis, et vous ?
Image

Dark Clad
Novice Niveau 8
Novice Niveau 8
Messages : 256
Inscription : 24 déc. 2005 22:34
Finaland  :

Messagepar Dark Clad » 25 avr. 2007 18:03

je n'ai pas lu tolkien encore, mais c'est vrai qu'on ne m'en dit que du bien

je veux juste revenir sur le fait qu'il n'y aurait pas de signification particulière, ou de rapport avec la réalité. Alors je dis peut-être une grosse bêtise ^^ mais on m'avait dit soit disant que tolkien avait écrit le sda pendant la guerre et que son ouvre était bourrée de références discrètes au contexte historique... après je sais pas, je pourrais pas dire vu que je n'ai pas lu, mais peut-être d'autres ont-ils repéré ça? (ou alors c'est une grosse erreur c'est possible aussi x) )
---
--
[img]images/save/Megban.jpg[/img]

J Kya
Débutant Niveau 6
Débutant Niveau 6
Messages : 69
Inscription : 19 avr. 2006 16:44
Localisation : quelque part ^^
Finaland  :

Messagepar J Kya » 25 avr. 2007 18:10

oui moi aussi on m'as dit qu'il l'avait écrit à la guerre et qu'il y faisait quelques référence
enfin sinon j'ai lus bilbo le hobbit :wink: et j'ai bien aimée :D

Rufus Shinra
Débutant Niveau 2
Débutant Niveau 2
Messages : 24
Inscription : 22 avr. 2007 14:31
Localisation : Pas loin de Nice ^^
Contact :
Finaland  :

Messagepar Rufus Shinra » 25 avr. 2007 19:28

Oui il y a des similarités, puisque c'était un peu après l'époque de la guerre. Mais il n'y a pas de "messages" proprement parlé. Ca je ne le nie pas, c'est même évident qu'il a forcément eu des influences.
Image

RPGsquare
Novice Niveau 8
Novice Niveau 8
Messages : 249
Inscription : 09 août 2005 18:45
Localisation : Nice
Contact :
Finaland  :

Messagepar RPGsquare » 26 avr. 2007 1:32

Ba euhhh dans Lord of the rings y'a quand même l'Empire du Mal qui est donné comme l'Allemagne, on a le Rohan qui peut être considéré comme la France et le Gondor qui est un peu l'Angleterre.

Enfin je ne sais ou j'avais lu ça c'est donc à prendre avec pincettes.
Plus j'apprends, moins je sais

Mith
Débutant Niveau 2
Débutant Niveau 2
Messages : 25
Inscription : 20 juil. 2007 15:41
Finaland  :

Messagepar Mith » 22 juil. 2007 1:08

C'est vrai que la similitude est frappante, l'anneau pouvant être considéré comme le feu nucléaire, que l'allemagne nazie recherchait également à maîtriser. Toutefois Tokien s'est toujours refusé à toute comparaison, et affirmait n'avoir pas du tout écrit son livre dans cette optique. On ne saura jamais le fin mot lol je me fie donc aux déclarations de l'intéressé^^

Sinon j'aime bcp Tolkien, même si c'est un auteur vraiment difficile...en réalité il n'était pas écrivain et ça se sent. C'est ultra narratif, ultra détaillé, il n'y a donc pas l'exaltation qu'on trouve dans un bon roman d'aventure. Mais l'univers est tellement magique que l'on reste accroché^^N'oublions pas qu'il est en grande partie l'un des pères de la littérature dite fantasy, on lui doit bcp. sa capacité à créer des langues, des alphabets, et une cosmogonie complète force le respect. J'ai lu le Silmarillion, les contes et légendes inachevés, ainsi que le seigneur des anneaux, et bilbo le hobbit. Tous m'ont bcp plu.

Tiens sinon, pour le fun cette fois, une analyse..originale, de l'oeuvre de Tolkien, qu'on pourrait intituler
"Tolkien est gay" XD (dsl c'est un peu long, mais j'ai du c/c demon ordi, car lelien est mort)

" Comme cela est fréquemment le cas dans les ouvres d'une telle envergure, "Le Seigneur des Anneaux" se prête à des lectures multiples. Les nombreux exégètes qui se sont penchés sur l'ouvre de J.R.R. Tolkien ont pourtant, jusqu'à aujourd'hui, négligé une piste essentielle et particulièrement féconde. L'objet de ce court essai sera donc de montrer que "Le Seigneur des Anneaux", bien plus qu'une épopée gratuite (et donc fantastique), est un récit profondément marqué sexuellement, et que les aventures de Frodo sont en fait les étapes successives d'une recherche de la sexualité, sans doute le récit inconscient des premières expériences sexuelles de J.R.R. Tolkien.
La Comté est l'image de l'enfance : les Hobbits y sont aussi innocents que petits, et le départ de Frodo est la marque de son accession à l'état d'adulte, de son initiation à la sexualité. Pourtant, ce départ n'est pas aussi rapide, aussi direct qu'il en a l'air. Le passage chez Tom Bombadil est, sans nul doute, l'expression de la tentation incestueuse, et ce n'est qu'après ce passage, ce désir de retour aux origines, de plongeon dans la terre-mère, que l'aventure commence vraiment La crise odipienne ne sera cependant résolue, ou du moins occultée, que plus tard, au conseil d'Elrond. Nous serons amenés à y revenir.
La Forêt est chez Tolkien l'image du sexe féminin. C'est notamment le cas des trois forêts qui jouent un rôle important dans cette aventure, la Vieille Forêt, la Lorien et Fangorn. Fangorn et la Vieille Forêt sont des creux, des trous. La Lorien ne connaît pas une situation identique, mais elle est placée sous le signe de l'humidité, elle est la grande prostituée au croisement des trois grands fleuves, Nimrodel, Silverlode et Anduin. Ces trois forêts ont en commun le mystère qui les enveloppe, les légendes inquiétantes qui courent à leur sujet, mais elles représentent cependant des images différentes de la femme : la Mère pour la Vieille Forêt, la Prostituée pour la Lorien, la Femme-animale pour Fangorn. La Vieille Forêt est donc la représentation du sexe maternel : c'est pour cela qu'elle est vieille. Cette image est d'ailleurs très clairement exprimée par Tom Bombadil, lui même image maternelle qui ne quittera jamais l'esprit de Frodo, "Tom a vu la première goutte et le premier gland".
Le passage par la vieille forêt retrace donc la tentation incestueuse chez Tolkien. Les autres forêts sont toujours, et on le comprendra aisément, décrites comme humides; seule la vieille forêt nous est présentée comme desséchée, vieillie, rabougrie, traversée de fissures que le héros franchit pour retrouver enfin son origine dans la maison de Tom Bombadil. Mais l'anneau, dont nous verrons plus loin la signification complexe, est ici sans effet, ce qui signifie qu'il n'y a pas place ici (dans l'anneau) pour le sexe, et que Frodo/Tolkien devra aller perdre sa virginité ailleurs. L'image maternelle n'apparaîtra plus directement dans la suite du récit. Pourtant, il en est dans le Seigneur des Anneaux de la mère comme de la mer : on ne les voit jamais, mais on sent toujours et partout leur présence obsédante en marge du récit.
L'épisode de la traversée de la Moria est sans doute l'un des plus riches d'ambiguïté sexuelle de tout l'ouvrage, et c'est là qu'apparaît pour la première fois clairement le thème de la sodomie, qui deviendra ensuite peu à peu omniprésent. Il n'est guère étonnant que le code permettant de pénétrer dans la Moria soit "ami", il n'est pas non plus surprenant que ce soit Gandalf, ici dans le rôle du pédagogue grec, qui le découvre à ses jeunes compagnons. Qu'est-ce en effet que la Moria sinon un gigantesque anus, que nos héros ne vont pas se contenter de pénétrer mais qu'ils vont explorer jusqu'au plus profond. Un clin d'oeil du Tolkien linguiste nous montre bien qu'il était au moins partiellement conscient de la folie de ce qu'écrivait le Tolkien auteur. Ce n'est pas par hasard qu'il appelle "Moria" ce long souterrain, cet intestin labyrinthique. En effet, de quoi d'autre nous parle-t-il que d'une folie grecque?
Mais la traversée de la Moria est aussi le moment où se déploie dans sa terrible ambiguïté la dialectique homosexualité/hétérosexualité qui sous-tend toute l'ouvre.
En effet, à peine sortis de cette terrible folie, nos héros, véritable retour aux sources, plongent dans le profond vagin humide de la Lorien, baignée par l'Anduin, la Nimrodel et le Cours d'Argent. On sent pourtant, lorsque les compagnons s'en approchent, cette terrible angoisse qui les étreint, due à toutes les légendes qui circulent sur ce mystère, cet autre monde, angoisse que l'on a déjà rencontrée lorsque les héros s'enfonçaient dans la vieille forêt, que l'on retrouvera à l'approche de Fangorn. Baignée d'une lueur étrange, vêtue de feuilles/vêtements brillantes, la Lorien est l'image de la prostituée par(sur) laquelle non seulement Frodo/Tolkien, mais aussi tous ses compagnons sont passés. Le toponyme Lorien vient d'ailleurs sans doute de Lorelei. On peut même voir dans la longue description de Galadriel et de son protecteur Celeborn des souvenirs d'enfance très précis, ceux des bas-fonds de Birmingham. Là encore, Frodo est un moment tenté de lui donner l'anneau, de le passer au doigt de cette première femme, mais il ne le fera pas. Nous savons depuis le conseil d'Elrond que Frodo est homosexuel, ce qui explique qu'il renonce à ce projet.
Il est une troisième forêt, un autre vagin humide, Fangorn, par lequel Frodo ne passera pas, du moins pas avant d'avoir achevé sa quête. Nous devons cependant nous y arrêter, car c'est ici que la symbolique est la plus riche, et nous y assistons à l'une des deux seules représentations de l'acte sexuel dans l'ouvre de Tolkien, et à la seule qui figure une relation hétérosexuelle, particulièrement mouvementée il est vrai.
Fangorn est l'image archétypale du sexe féminin dans le seigneur des anneaux. Profonde, obscure, il y coule des liqueurs enivrantes dont Merry et Pippin, qui représentent bien sûr ici des amis de Tolkien, vont se délecter. L'on peut tout d'abord voir dans la force nouvelle des deux hobbits après leur festin/cunnilingus dans l'antre de Treebeard une réminiscence de la conception taoïste de la sexualité comme moyen de s'approprier la force du sexe opposé. Mais ces préliminaires seront suivis d'une copulation monstrueuse, tellurique, lorsque la forêt/vagin se déplace pour rejoindre la tour d'Orthanc/pénis. La tour d'Orthanc, droite et dure, est bien entendue une représentation phallique, et Tolkien insiste délibérément sur ce point en nous détaillant les grottes, machineries fumantes, testicules, qui la sous tendent. Nous ne nous attarderons pas plus sur la symbolique, évidente, du doigt pointé par la main blanche, tâché de sang, que Gandalf et Théoden voient avant de parvenir à l'Isengard. La terrible copulation avec la forêt laissera la tour épuisée, fumante, mais, notons le bien, toujours debout. On voit bien ici l'image d'un épisode vécu par ses amis, auquel Tolkien regrette sans doute de n'avoir pas participé. Mais il ne le pouvait pas, puisque Frodo/Tolkien est alors déjà en Mordor, de l'autre côté, dans tous les sens du terme.
Tout comme Orthanc, Minas Tirith est un gigantesque phallus, dressé comme un défi devant Mordor. Le symbolisme en est renforcé par l'ascension de Pippin jusqu'au sommet de la ville, image de la montée d'un désir ambigu pour le malodorant Mordor. L'image de cette montée de sève est d'ailleurs récurrente, déjà figurée par l'ascension de Gandalf des tréfonds de la Moria au sommet du Celebdil.
Le Seigneur des Anneaux n'est pas, comme on l'a longtemps cru, le récit de la lutte du bien et du mal. C'est plutôt celui de la tension dialectique entre l'homosexualité et l'hétérosexualité chez Tolkien, vécue à travers le personnage de Frodo. Frodo ne devient pas homosexuel, ou sodomite : il l'est, dès son départ de la Comté, même s'il ne le sait pas. Gandalf, vieillard lubrique et impuissant, l'a bien deviné et c'est pourquoi il veut à tout prix guider Frodo dans la voie où il a déjà mené Bilbo. Lorsque le conseil d'Elrond décide d'envoyer l'anneau en Mordor, représentation parfaite du Grand Anus Primordial cher à Deleuze et Gattari, et non chez Tom Bombadil (retour impossible à la mère) ou dans la Lorien, cela est directement lié à la sexualité de Frodo. Et peu nous importe ici de savoir si Frodo va en Mordor parce qu'il est sodomite, ou s'il est sodomite parce qu'il doit aller en Mordor. En tout état de cause, sa sexualité ne sera réalisée qu'à la fin de la quête, mais elle est déjà préfigurée tout au long du voyage de Frodo par les relations qu'il entretient d'abord avec l'anneau, plus tard avec Gollum, Sam n'ayant ici qu'un rôle de faire-valoir. Le conseil d'Elrond représente la véritable naissance de la sexualité chez Tolkien/Frodo. Cette idée est renforcée par l'entrevue de Frodo avec Bilbo, image du père, qui lui confie sa dague, Sting , symbole de sa virilité. Par là, Bilbo renonce symboliquement à courir après les jeunes elfes des bois, mais semble espérer que Frodo le suivra dans cette voie. Mais nous savons que la sexualité de Frodo est déjà déterminée, et qu'elle ne sera réalisée que lorsque l'anneau/anus de Frodo sera noyé dans le grand anus primordial d'Orodruin.
René Girard a très bien vu l'erreur de la lecture habituelle et superficielle du texte qui voit dans le couple Sam-Frodo une simple relation homosexuelle . C'est en effet oublier le troisième personnage essentiel, le médiateur, Gollum. Nous nous trouvons ici dans un triangle mimétique, le désir de Frodo pour Gollum engendrant celui, plus refoulé, de Sam, et vice-versa. Mais Girard n'a pas vu l'importance de l'anneau, qui est véritablement ici un quatrième personnage, engendrant également un désir mimétique de Sam et Frodo, de même nature que celui qu'ils éprouvent pour Gollum. A.J. Greimas dirait que l'anneau, bien que passif au sens sexuel, est un actant du récit .
L'anneau de pouvoir n'est ni l'anneau royal perdu de Salomon, ni l'anneau d'invisibilité de Gygès, ni même l'anneau de puissance des Nibelungen, c'est simplement l'anus. Pas encore le grand anus primordial de Mordor, mais au moins celui de Frodo. Cet anneau est déjà enjeu de rivalité non-dite entre Frodo et Sam, voire Gollum, qui cherchent tous à y mettre leur doigt. Remarquons d'ailleurs que lorsque Frodo, à Amon Sûl, puis Sam, sur les contreforts de l'Ephel Duath, puis enfin Gollum sur la montagne du Destin, enfilent l'anneau (à leur doigt), ils se trouvent à chaque fois sur une montagne, sur un sommet, symbole phallique. Et cette expérience leur fait découvrir par les Nazguls, pets monstrueux de l'anus de Sauron, un avant goût de ce qu'ils ne trouveront qu'au bout de leur quête, en Mordor. Lorsque Frodo parvient enfin au centre de ce Mordor sec, crevassé et puant, fessier du monde que tout oppose aux forêts/vagins décrites dans les paragraphes précédents, sa quête est accomplie. Après la découverte dans le grand anus primordial de sa nature sodomite, il n'a plus besoin d'enfiler son doigt dans son anneau/anus. C'est en cela que la destruction de l'anneau, et du doigt de Frodo, est purement métaphorique. C'est là le grave contresens des analyses qui voient dans le combat entre Frodo et Gollum, sur la montagne du Destin, une scène de castration.
Nous venons de dire que la véritable nature sexuelle de Frodo, et donc vraisemblablement de Tolkien, était sodomite au sens large, et non seulement homosexuelle comme nous l'avions laissé entendre jusque là. C'est en effet ce que donnent à penser certains événements du cinquième livre que nous avions jusque là laissé de côté, et notamment la guerre qui oppose le Gondor à Mordor. le Mordor, par sa configuration, son odeur, sa substance, est bien sûr un cul. Mais si nous nous tournons de l'autre côté, sur les rives de l'Anduin, nous constatons que ce cul est féminin. En effet, pendant que Frodo rejoint par derrière le grand anus primordial, Minas Tirith, gigantesque phallus blanc, se dresse face à la porte noire, sexe encore fermé de ce même Mordor. Et même si le lien n'est pas explicitement formulé par un Tolkien prudent, on peut penser que les activités de Frodo, Sam et Gollum ne sont pas étrangères à l'ouverture de cette porte.
Nous n'avons pu, dans ce court article, qu'esquisser ce que devrait être une étude systématique de l'oeuvre de Tolkien. Il est des épisodes, et des personnages importants dont nous n'avons pas parlé. Nous aurions pu ainsi évoquer Aragorn, le grand frère à la recherche de sa virilité perdue, symbolisée par son épée brisée, et qui ne pourra retrouver sa force, reforger son épée, qu'en renonçant à courir les elfes des bois et les animaux sauvages. Nous aurions pu étudier les symboliques associées aux Elfes et aux Dunedains. De même, la carte même des Terres du Milieu, avec par exemple les Montagnes Blanches semblant vouloir s'enfoncer dans le Mordor, aurait mérité sans nul doute une étude plus attentive. Mais en ne vous dévoilant pas tous les secrets de cette oeuvre d'une infinie richesse, d'une merveilleuse finesse, en vous laissant les découvrir par vous même, nous sauvons un peu de la magie de cette lecture."
The first casualty of war is innocence (Platoon)

Korok
Disciple Niveau 7
Disciple Niveau 7
Messages : 483
Inscription : 06 janv. 2005 13:15
Localisation : DMC
Contact :
Finaland  :

Messagepar Korok » 22 juil. 2007 12:32

XD abusée cette analyse, ils ont été chercher loin toute ces idées !

Mith
Débutant Niveau 2
Débutant Niveau 2
Messages : 25
Inscription : 20 juil. 2007 15:41
Finaland  :

Messagepar Mith » 23 juil. 2007 19:56

content que ça plaise, ça m'a fait mourir de rire XD le type a vraiemtn cherché un nombre incalculable de points de détail XD la moria vue comme un anus géant j'avoue que franchement...XD
The first casualty of war is innocence (Platoon)

Sire Auron
Débutant Niveau 3
Débutant Niveau 3
Messages : 37
Inscription : 05 oct. 2007 15:15
Localisation : dans une galaxie lointaine ...
Finaland  :

Messagepar Sire Auron » 21 déc. 2007 15:41

Tout ramener au sexe , quelle plaie ; c'est pour ça que j'ai toujours trouvé Freud extrêmement ch......t , bien que ce soit une lecture très enrichissante aussi .
Pour ce qu'il en est de cette analyse de Tolkien je dois avouer que je ne l'ai pas lue jusqu'au bout : trop mort de rire pour ça , le gars qui a écrit ça a vraiment l'esprit tordu !
N'oublions pas que Tolkien a d'abord commencé la rédaction de l'histoire de la Terre du Milieu pour les enfants de sa famille , et je le vois mal penser au sexe dans un tel but ( c'est vrai j'allais oublier ... "l'inconscient" , merci Sigmund ! :P )
Et que dire de "Bilbo le Hobbit" qui est étudié dans les écoles primaires de certains pays Anglo-saxons ?
Soyons sérieux , Tolkien n'a certainement imaginé tout cet univers magique que dans une seule optique ; raconter une captivante histoire et faire rêver son auditoire ... et , en celà , il y a parfaitement réussi :)
..."je prendrai les chemins cachés qui courent
à l'ouest de la Lune , à l'est du Soleil ." ( JRRT )

Image

Kalniete
Disciple Niveau 4
Disciple Niveau 4
Messages : 384
Inscription : 10 avr. 2004 18:14
Localisation : Nice.
Finaland  :

Messagepar Kalniete » 04 mars 2008 21:54

les Nazguls, pets monstrueux de l'anus de Sauron, "
J'y crois pas! J'y crois pas! Est-ce que c'est vraiment ce que j'ai lu?
JE REVE!!!!!
:lol: :lol: :lol: :lol: :lol:
Oh. Mon. Dieu. Je dois dire que Tolkien est mon écrivain préféré, mais là je suis sans voix. En fait, au lieu d'inventer une "mythologie anglaise" comme il disait, Tolkien a apparemment inventé le Kama-Sutra anglais. Entre les elfes des bois pervers qui veulent te sodomiser de derrière un arbre, Aragorn le grand frère parti à la recherche de sa virilité et Tom Bombadil, dangeureux pédophile qui t'acceuille pour te voiler, bienvenue sur la Terre du Milieu. Oh oh. :shock: :shock: Je suis impressionnée.
(faut que j'arrête internet, je crois ... :lol: )
And I, I'm not worried
That I will never touch the stars
'Cause the stars belong up in heaven
And the earth is where we are

Image

Azaghal
Débutant Niveau 3
Débutant Niveau 3
Messages : 35
Inscription : 24 nov. 2006 19:29
Localisation : EuH .. o.O
Finaland  :

Messagepar Azaghal » 17 avr. 2008 20:36

Ouais, arrête internet xD

heuu ?

Korein
Débutant Niveau 3
Débutant Niveau 3
Messages : 31
Inscription : 29 déc. 2009 17:46
Finaland  :

Messagepar Korein » 29 déc. 2009 18:34

Je crois avoir lu l'essentiel de ce qu'a fait le sieur Tolkien, j'aime beaucoup ce qu'il a fait et l'univers qu'il a créer, je regrette juste des lourdeurs dans son style d'écritures (les passages de description interminables dans le Silmarillion, au bout d'un moment c'est à se pendre^^)
Image

Spilen
Maître Supérieur Niveau 3
Maître Supérieur Niveau 3
Messages : 1522
Inscription : 20 avr. 2004 22:50
Finaland  :

Messagepar Spilen » 29 déc. 2009 18:47

Pourtant c'est dans cela que Tolkien se démarque, parce que niveau scénario c'est pas l'apothéose. Mais l'univers qu'il a ficelé, le style d'écriture, en outre sa façon de coucher son univers sur papier en fait un auteur aujourd'hui connu et reconnu.
Mais je comprends ce que tu veux dire~
Image
Ohana~ Ohana means family. Family means no one gets left behind.


Revenir à « Littérature »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité