La vengeance de Shinryu

Les romanciers en herbe pourront nous faire partager leurs oeuvres littéraires !

Modérateur : Divinités du Sanctuaire Sacré

Avatar de l’utilisateur
Frank 974
Novice Niveau 6
Novice Niveau 6
Messages : 207
Inscription : 20 avr. 2011 21:51
Localisation : Lindblum
Finaland :

Messagepar Frank 974 » 11 juil. 2011 0:41

@Louha : Tu a totalement raison , mon problème est le manque de finesse et de courage :P
Ypyhtuhha, di yc tézà banti.

Sydeliah
Débutant Niveau 9
Débutant Niveau 9
Messages : 92
Inscription : 03 août 2010 11:10
Localisation : Dollet
Finaland :

Mais pourquoi j'ai pas le temps !!

Messagepar Sydeliah » 13 juil. 2011 20:13

Coucou !! :)

Je vois que tu avances à fond dans ta fanfic, et je suis encore plus déçue de ne pas avoir encore eu le temps de lire la suite :/
En fait, il faudrait que je l'imprime et que je la lise dans le train... (si tu m'en donne l'autorisation bien sur)

Enfin, c'était juste un petit mot d'encouragement, pour te dire ne pas lâcher l'affaire, même si parfois on a l'impression qu'on va jamais réussir à terminer (j'en sais quelque chose lol). Ca vaut le coup, et en plus de ce que j'ai vu dans les premiers chapitres tu as beaucoup de talent.

bises
~ Hope & Faith ~

Image

Louha
Disciple Niveau 2
Disciple Niveau 2
Messages : 312
Inscription : 31 juil. 2010 16:29
Localisation : Royaume de Lindblum
Contact :
Finaland :

Messagepar Louha » 13 juil. 2011 21:51

Thanks Sydeliah !! Je viens de voir la suite de la tienne et continue comme ça !! Hi, hi !!

Tu as mon autorisation pour l'imprimer, comme ça, tu verras un peu plus ce qui se passe dans l'histoire (notamment la déchéance de Marguerite ou l'ascension fulgurante de Cloud)... Je suis en train d'écrire les chapitres suivants malgré quelques petites occupations à la maison... Vu qu'il doit avoir, pendant l'histoire, les deux batailles énoncées (Zanarkand et Lindblum), j'essaye au maximum d'avancer, même si ce n'est pas évident à chaque fois ^^

Grosses bises à toi !! :D
« Ce n'est pas en restant spectateur que l'on peut être un artisan de l'avenir, ni le défenseur de quoi que ce soit. »
Image

Louha
Disciple Niveau 2
Disciple Niveau 2
Messages : 312
Inscription : 31 juil. 2010 16:29
Localisation : Royaume de Lindblum
Contact :
Finaland :

Partie II - Chapitre XXI

Messagepar Louha » 18 juil. 2011 10:11

Chapitre XXI : Avant l'offensive...

Sortant avec hâte du château et devant la foule qui se trouvait devant elle, Louhane semblait très déterminée, pensant à ce qui se passera quand sa sœur prendra l'offensive. Malgré la neige, la jeune femme n'avait pas vraiment froid et s'arrêta devant les habitants de Lindblum, les regardant avec la même expression. Cloud et les autres arrivèrent quelques secondes après, et Bahamut se mit devant sa protégée, grognant avec férocité. La reine avait compris : le roi des Dragons l'invitait à monter sur son dos, afin qu'elle prononce son discours. Elle fit cela et la chimère s'éleva un peu, pour être sûre que le monde voit la jeune femme. Cette dernière, regardant la foule, se rendit compte que plusieurs ambassadeurs de plusieurs mondes étaient venus assister au discours. Ils étaient vêtus du même uniforme que les gouverneurs, sauf qu'ils étaient de couleur noire, décorés de fils d'argents, et portaient des bottes noires ainsi que des gants blancs. Se tenant avec beaucoup de délicatesse, on pouvait en conclure qu'ils venaient de l'aristocratie, tout comme James, Étienne et Alexis. De plus, Louhane trouvait que les ambassadeurs n'avaient aucun intérêt à être ici, au milieu de tout ce grabuge et l'avait fait savoir plusieurs fois, notamment lors de ces conseils si ennuyeux qu'ils présidaient. Le titre d'ambassadeur était seulement un titre honorifique, et non une fonction militaire très importante, contrairement au titre de gouverneur. Ils ne faisaient que représenter le monde d'où ils venaient et n'avaient aucune expérience militaire, à leur grand désarroi. Certains voulaient avoir plus de pouvoir que les gouverneurs et l'un d'eux, l'ambassadeur d'Héra Alphonse de Saragosse, également présent à cet événement, avait voulu provoquer un coup d'État lors de l'enterrement de plusieurs compagnons d'Alexandre d'Antioche, quelques années auparavant. Heureusement pour les Chevaliers dragons, Valentin Du Bellay et Nicolas Dikisnki l'avaient capturé, ainsi que plusieurs autres ambassadeurs, et les avaient exilés jusqu'à ce que Émile d'Antioche leur accorde le pardon et leur retour dans les mondes qu'ils étaient cessé représenter, sans aucune action primordiale. C'était exactement ce qu'expliquait James à Cloud, quand ce dernier eut un regard très étonné envers les ambassadeurs présents.
« ...Et je ne pense pas qu'ils fassent quoi que ce soit de... d'utile, on va dire... fit le général des Armées. De toute façon, je ne les ai jamais aimés...
-Quelque chose de grave s'est passé ? demanda l'ancien mercenaire.
-A part ce coup d'État, non... Ce ne sont que de sales aristocrates qui se croient tout permis, alors qu'ils n'ont qu'un titre honorifique et sans intérêt. Des fois, j'ai une sale envie de leur cracher dessus... ils sont vraiment impopulaires chez nous... Je me demande pourquoi on les a gardés...
-Pour ne pas susciter une grande révolte, James, répondit avec tact Alexis. Tout simplement. Mais... pourquoi ne pas couper une de leurs têtes pour leur faire comprendre qu'ils ne doivent pas abuser de leur pouvoir, hein ?
-Bonne idée, mon vieux. »
Tout en plaisantant, les deux jeunes hommes regardèrent avec sadisme quelques ambassadeurs, dont le teint devint livide. Même le gouverneur de Lindblum, qui, pourtant, n'acceptait pas l'attitude habituelle des deux jeunes gens, les encourageait, en riant avec beaucoup d'éclat et en faisant des grimaces. Christian et Philippe éclatèrent aussi de rire, tout en les montrant du doigt, d'un air comblé. Minerve, elle, ne s'en souciait pas : elle était plus préoccupée par l'invasion probable de Lindblum par sa tante adoptive Marguerite d'Antioche. Laissant apparaître un visage meurtri, la petite fille prit la main gauche de son père adoptif et la serra avec beaucoup de force. Henrik sentit la tension de sa fille et la regarda avec intérêt, comme si il comprenait ce qui se passait dans sa tête. Il siffla, le silence s'installa dans la foule qui le regarda, et fit, d'une voix très tenace :
« Nous ne sommes pas ici pour faire renaître les tensions entre les gouverneurs – ainsi que les Chevaliers dragons, et les ambassadeurs, voyons ! L'infâme protectrice de Shinryu va nous attaquer d'une minute à l'autre ! N'est-ce pas si compliqué de les faire enterrer telle une hache de guerre, et d'unir nos forces pour la combattre ? »
Un brouhaha se fit entendre, de plus en plus, dans la foule. Apparemment, tout le monde était d'accord avec les dires d'Henrik. Un moment ou un autre, Marguerite pouvait facilement faire éclater les hostilités et si les gouverneurs et les ambassadeurs se faisaient encore une guerre, ses taux de chance de prendre Lindblum seraient encore plus forts, voire atteindre les cent pour cent !! Louhane soupira, essaya de se lever malgré qu'elle était en hauteur avec Bahamut, et éclaircit sa voix, afin d'être bien entendue de tout le monde. Fermant les yeux, elle se rendit compte que tous les ambassadeurs émettaient une grande aura, ce qui signifiait qu'ils donnaient le compte-rendu de leur visite dans leur monde respectif. Louhane rouvrit ses paupières, regarda la foule et commença son discours. Son premier, en tant que jeune reine des Chevaliers dragons.
« Comme vous le voyez, nous sommes dans une situation très critique, dit-elle. La reine des Chevaliers noirs, qui est également ma sœur aînée, a décidé d'attaquer ce royaume, après avoir pris les mondes de Pulse et de Cocoon. Je n'ai pas envie que d'autres planètes de cet univers ne tombent sous ses mains, et je pense que vous êtes du même avis que moi. Je le conçois en toute sincérité. Toutefois, il faut que vous sachiez quelque chose. Même si je suis sa sœur, je ne suis pas une meurtrière, tout comme elle. Je n'aurai jamais l'audace de faire ce qu'elle a déjà fait. Croyez-le. Je ne suis pas un monstre sanguinaire qui ne recherche que la vengeance...
-Il n'est pas nécessaire de dire ceci, Votre Majesté, fit une femme appartenant au peuple des Chevaliers dragons. Nous savons que vous n'êtes pas comme votre sœur, qui nous a trahi. Qui vous trahi. Si vous étiez un monstre, vous n'aurez jamais eu le privilège d'être prêtresse de Gaïa et notre reine à tous.
-Mais même moi, je pourrais vous trahir... Je ne suis pas une jeune femme... pure... enfin, vous voyez ce que je veux dire...
-Belle Louhane, vous ne pourrez jamais le faire, vous êtes très attachée à notre peuple... intervint à son tour l'ambassadeur d'Héra, ébouriffant ses cheveux châtains clairs et courts, faisant briller ses yeux verts à la faible lueur du soleil. Peut-être que vous pourriez faire grâce à l'un des hommes faisant partie des Chevaliers dragons de...
-TOI, TU TE TAIS !!! s'écria Alexis avec colère. N'ESSAYE PAS DE PRENDRE UN BON PARTI EN FAISANT LE GENTIL TOUTOU ENVERS SA MAJESTE !! ARRETE UN PEU, BON SANG DE BON SOIR !!
-Je n'ai rien dit du tout, de Belgrade !! Alors, si tu me permets, je...!
PAF !!
Alphonse de Saragosse fut frappé par le chevalier serbe et James. Philippe et Cloud prirent ces derniers par les bras pour éviter une bagarre pendant le discours de la jeune femme. Tandis qu'Alexis et le fils de l'Amiral de La Manche étaient en train de se faire maîtriser, l'ambassadeur se rendit compte qu'il saignait du nez, à tel point qu'il y eut une grosse flaque de sang à ses pieds. Plusieurs personnes riaient face à cette situation et Alphonse entendit même un « Bien fait », de la part du gouverneur de Lindblum et de son fils unique. Bahamut, sentant l'outrage de la part de l'ambassadeur, grogna de terreur, pour faire comprendre que la situation était beaucoup plus critique, et que ce n'était pas du tout le moment de s'amuser comme des enfants de trois ou cinq ans. Le silence s'installa brusquement et Louhane continua ce qu'elle avait à dire.
« Cette guerre est à un stade très critique, fit-elle, devenue tremblante. La vengeance de Shinryu est très proche. Elle risquerait d'être terrible, si vous voulez mon avis là-dessus. Peut-être qu'elle pourrait devenir une grande apocalypse, similaire aux écritures, jadis saintes...
-Si tu pouvais éviter de prendre l'Évangile comme référence, s'il te plaît !!! pensait James tout en faisant une grimace. C'est du charabia et surtout, des bêtises à l'état pur !! C'est pour cela que l'on a banni ce genre d'ouvrage. Ce ne sont que des idioties !!
-... Mais je suis tout à fait déterminée à prendre les armes pour que cela n'arrive pas. Je l'ai juré au nom de la déesse Gaïa, mère de toute l'humanité ! Elle est en danger avec Shinryu comme menace, comme peste noire !! Comme calamité !! Vous devez tous combattre afin de la protéger de cela ! Avez-vous eu la sensation qu'elle allait de plus en plus mal ? Qu'elle ne pouvait plus se guérir face à cette... cette...? »
Cloud eut un sursaut, quand il entendit la dernière phrase de la reine. Il l'avait déjà entendu et il savait pourquoi. Deux ans plus tôt, on lui avait expliqué que la planète où il habitait souffrait et ne pouvait pas se guérir face à la menace du Météore qui risquait de la détruire. L'ancien mercenaire savait que ce n'était pas une plaisanterie et ne voulait pas que tous les mondes composant cet univers soient sous le joug de Shinryu et de Marguerite d'Antioche. Lightning et Djidane semblaient aussi très déterminés, tandis que Shantotto baillait sans gêne, peut-être du fait qu'elle trouvait que le discours de la jeune reine ne faisait que perdre du temps pour les préparatifs de la bataille. Serrant les dents avec beaucoup de ténacité, la ministre de l'Orastère originaire de la Fédération de Windurst prit une démarche bien particulière et s'éclaircit la gorge, ce qui attira un silence pendant le discours et l'attention de Louhane, qui la regarda avec beaucoup de mépris. S'asseyant une nouvelle fois, la jeune reine croisa ses jambes et appuya sa main gauche sur la tête de Bahamut, tout en demandant avec modestie :
« Quelque chose vous dérange, Dame de Windurst ? »
La guerrière de Cosmos émit un rire moqueur, ce qui mit la prêtresse de Gaïa un peu contrariée. Shantotto ne semblait pas être émue de la réaction de la jeune femme, bien que cette dernière soit la réincarnation humaine de Gaïa. Elle ne craignait pas la colère des dieux, et se disait qu'elle ne se laisserait pas faire, même contre la jeune femme. S'étirant machinalement, même si elle se trouvait en présence d'une monarque, elle expliqua son point de vue actuel.
« Votre discours ne sert strictement rien, mademoiselle, fit-elle.
-MAJESTE, BON SANG !!! s'écria James, furieux.
-Puis-je m'exprimer dans les règles, s'il vous plaît ?
-RESPECTE-LA EN TANT QUE REINE, ET ELLE TE RESPECTERA !!
-SEISME !!! »
James fut roué de coups à cause du sort lancé par la Tarutaru de Windurst. Cloud sentait beaucoup de tension et décida d'aider le général des Armées en lançant « CONTRE TAILLADE !! ». Il s'avança ensuite vers Shantotto, la menaça avec l'ancienne épée du père du stratège militaire d'Antioche et des deux reines ennemies, et lui lança un regard ténébreux, tout en lui disant :
« Louhane essaye de donner du moral aux troupes, ma chère Shantotto. Pourquoi n'aurait-elle pas le droit de le faire, après tout ce que les Chevaliers dragons ont subi pendant ces deux siècles ?
-Tout ce qu'elle fait, ce n'est que de retarder notre plan, répliqua la ministre de l'Orastère. Ne faudrait-il pas prendre l'offensive tout de suite, avant que cette vipère de Marguerite prenne le royaume tout entier ? Des mots, des mots, c'est très bien ! Cela prouve que nous mettons de la bonne volonté... Mais pour être plus crédible dans les paroles que l'on prononce, il faut agir, pas rester sans rien faire ! Agir est la seule manière que l'on puisse faire pour pouvoir avancer dans les choses que nous voulons faire, non ? »
Un silence très pesant s'installa dans la foule. Cela prouvait que Shantotto avait véritablement raison sur ce point-là et qu'elle venait de descendre, d'un coup, la réputation nouvelle de Louhane, ce qui attrista beaucoup celle-ci. Elle baissa la tête, en signe de gêne, qui devint rouge de honte, des larmes coulèrent sur ses joues et se retourna, tout en cachant son visage. Bahamut descendit, la prêtresse en fit de même après et s'agenouilla, tremblante. Henrik et Christian lancèrent un regard noir vers la guerrière de Cosmos, tandis que Cloud, Djidane et Lightning se rapprochèrent de la jeune femme, qui commença à sangloter, avec beaucoup de bruit.
« Louhane... fit Lightning. Il ne faut pas te laisser faire. Shantotto a raison, mais... ce n'est pas une raison pour te rabaisser facilement, comme c'est le cas si présent.
-Une bonne reine doit savoir se contrôler et avoir beaucoup de confiance en elle, non ? intervint le voleur des Tantalas avec un sourire.
-Oui... je sais... se contenta de répondre la jeune reine de dix-sept ans, toujours cachée sous ses mains. Mais... je ne sais pas si je serai à la hauteur que mon père... Il savait ce qu'il fallait faire, il était un bon chef, mais moi...
-Tu fais exactement comme Pierre ! s'exclama l'ancien mercenaire, les joues rouges. Tu lui reproches les mêmes faits que toi, alors que tu te comportes comme lui ! Essaye de prendre beaucoup de confiance en toi et tu verras !! Tu seras comme ton père, et je suis sûr que ce dernier est déjà fier de toi de te voir ainsi, non ? »
Louhane leva la tête et regarda attentivement Cloud, qui lui souriait et offrait sa main droite, afin qu'elle se relève. Henri, lui, semblait être très mal pour sa protégée et décida de continuer ce qu'elle avait commencé, en reprenant la tactique proposée par Minerve du Lac Bresha.
« Bien, dit-il. Lindblum est dans une phase critique, ainsi que Zanarkand. Je propose que l'on défende les quartiers principaux qui pourraient arranger la situation de Marguerite d'Antioche. Les transports doivent être utilisé pour des fins essentiellement militaires, durant cette bataille que nous allons avoir. Les vaisseaux, les transports en commun du royaume et tout le reste.
-Bonne tactique, ma foi !! s'exclama Cid qui était silencieux depuis le début de la discussion. Mais, il faudrait des troupes bien organisées, non ?
-Ne vous en faites pas, Votre Majesté. Le gouverneur d'Alexandrie, Takeshi Fukuyama, dit d'Osaka, va nous envoyer quelques renforts. Heureusement que vous avez un oncle gouverneur, Louhane...
-Tu oublies oncle Nicolas qui est le gouverneur de Zanarkand, répliqua l'intéressée. Et je t'en prie, tutoie-moi, s'il te plaît. Je n'ai pas le charisme d'une reine et je n'ai pas encore fait mes preuves.
-Mon oncle sera là ? demanda Philippe, intrigué. Je vous demande cela, vu qu'il s'est exilé au royaume d'Alexandrie et qu'il se trouve sous la protection de la reine Grenat Di Alexandros...
-Nous n'avons pas d'informations à ce sujet-là, répondit la reine Hilda. Nous ne savons pas si nous aurons beaucoup d'effectifs pour défendre le royaume...
-Nous en aurons, ne vous inquiétez pas, fit Alexis avec modestie. L'importance, c'est de nous battre pour la liberté, jusqu'à en mourir. Telle est la devise des Chevaliers dragons. »
Louhane approuva le chevalier de Belgrade avec beaucoup d'enthousiasme, ce qui inquiéta fortement les deux de La Vallière, ainsi que Cloud et Henrik, dont le teint devenait blanc comme neige. Mourir pour la liberté, c'était bien. Mais si c'était pour voir mourir une jeune femme de dix-sept ans, réincarnation humaine de Gaïa et jeune reine des Chevaliers dragons dans un champ de bataille sanglant, ce n'était pas permis, voire inacceptable pour les quatre personnes. Louhane s'en rendit compte, les comprit et se tourna vers la foule, tout en s'écriant :
« Allons montrer à Shinryu, à Marguerite d'Antioche et aux Chevaliers noirs que nous pouvons les dominer, au nom de la liberté !! Halte à l'oppression des ténèbres, halte au despotisme !! Il nous faudra combattre tous nos ennemis qui se mettent face à notre droit de liberté ! Jusqu'à la mort s'il le faut !! »
Levant son sceptre avec énergie, la jeune femme cria de toutes ses forces, accompagnée de Cloud, Lightning, puis de tous les autres se trouvant au même endroit qu'elle. Les ambassadeurs, eux, ne réagissaient pas et prirent un teint livide, bien qu'ils étaient du même avis. Peut-être du fait qu'ils ne voulaient pas mourir, tout simplement ! Peur de la mort... quelle idée grotesque, selon Philippe, qui les regardait attentivement. Si les ambassadeurs avaient été dans les rangs des Chevaliers dragons, ils auraient été vite remis à leur place, jusqu'à être virés de leur poste. Les Chevaliers dragons avaient le sens de l'honneur, jusqu'à mourir pour leur liberté plutôt que d'être réduits en esclavage. Tout ce qu'ils voulaient, c'était d'être libre, tout comme les autres peuples. Mais pour cela, il leur fallait combattre les Chevaliers noirs, ennemis de plusieurs siècles. Kaïn frappa amicalement Cloud du dos, comme si il voulait que l'ancien mercenaire fasse une autre intervention. L'ex-SOLDAT le regarda d'un air étonné.
« Vas-y, chuchota l'ami d'enfance de Cecil. Je suis sûr qu'ils voudront t'écouter.
-Mais... ce n'est que l'intervention de Louhane, non ? fit l'ex-SOLDAT. Et puis, nous risquons de perdre encore plus du temps pour préparer la bataille...!
-Cloud...
-C'est bon... mais, juste quelques mots, ensuite...
-Ensuite, la bataille de Lindblum. Ne t'inquiète surtout pas. On va y arriver. »
Les deux jeunes hommes s'échangèrent un sourire, puis un rire sonore. La jeune reine des Chevaliers dragons s'en rendit compte et essaya d'attirer l'attention de la foule sur Cloud, puisqu'il était devenu le premier porteur de l'Armure Sacrée de Gaïa. Pour cela, elle se dirigea vers lui, lui prit les épaules, ce qui attisa la surprise de l'ancien mercenaire et cria :
« Voici notre espoir ! Cloud Strife, sauveur et élu de notre déesse-mère ! Il est arrivé dans notre camp il y a peu de temps, mais il a pu faire ses preuves dans plusieurs situations ! Voyez-vous comment il vous est présenté !
-Louhane... murmura le guerrier de Cosmos, le teint livide. S'il vous plaît...
-Il est devenu le premier porteur de l'Armure Sacrée de Gaïa, nous prouvant que ce n'était pas une légende ! Il pourra nous aider à combattre Shinryu et ma sœur, ainsi que les Chevaliers noirs ! Allez Cloud ! Dis-nous quelque chose ! »
Tous les regards étaient fixés sur l'ex-SOLDAT, qui devint tout rouge. Il se sentait très gêné des regards qu'on lui lançait, avec intérêt. Lightning se rapprocha de lui, l'embrassa sur la joue gauche, afin de lui donner en peu plus de courage. La joue devint cramoisie et Cloud essaya de cacher son gêne. Il reprit son teint naturel, souffla un grand coup et fit :
« EN AVANT POUR LA VICTOIRE !! »
Ces seuls mots provoquèrent encore une fois un triomphe dans la foule. Plusieurs armes à main étaient même levées, pour acclamer le guerrier de Cosmos. Ce dernier avait pris beaucoup d'assurance et était devenu l'espoir de tout un peuple apatride opprimé par les Chevaliers noirs. Maintenant, il fallait se préparer pour la bataille de Lindblum, la quatrième pour les deux peuples de Chevaliers... Il fallait une victoire, mais à quel prix fallait-il la payer, pour qu'ils l'aient avec beaucoup de facilité ? Nul ne le savait, encore moins, les événements qui allaient se passer dans les heures suivantes. Pas même Minerve du Lac Bresha, malgré son don pour la divination. Mais, peut-être qu'elle se gardait de le dire, pour ne pas attiser un quiconque sentiment négatif par rapport à cette bataille, non ?

« Et nous voilà, ma chère petite sœur... Nous allons peut-être nous revoir, dans plusieurs minutes, dans cette chère ville de Lindblum. Là où notre frère aîné Pierre est né... Qu'est-ce qui va se passer, lorsque nous allons nous retrouver face à face, si cela se faisait ? Je n'en sais rien, seuls les événements nous le diront... »
Tels étaient les mots de la reine Marguerite, assise sur son trône d'acajou, regardant avec ennui le sol, tout en faisant tournoyer un collier, dont le pendentif était en forme de basilic. Elle avait laissé partir Anton Petrovitch et ses armadas pour la ville-machine de Zanarkand, où son oncle maternel y exerçait le titre de gouverneur. Elle leur avait tout expliqué, par rapport au bouclier qui protégeait la ville et qui avait bien servi à la première bataille de Zanarkand, il y a plusieurs années. Le lieu de naissance de sa sœur cadette. Ce qui aurait été le plus drôle pour elle, ce serait que Marguerite et Louhane se battent dans cette ville, signe de parfaire haine entre les deux sœurs. Mais la reine des Chevaliers noirs ne voulait pas de cela maintenant, elle voulait prendre le temps de l'affrontement final, si la jeune reine des Chevaliers dragons ne mourrait pas. Marguerite ferma les yeux et se remémora la situation où elle avait expliqué à Anton, une heure plus tôt, le stratagème malicieux de son oncle Nicolas Dikinski : le fameux bouclier qui avait pu protéger la ville-machine.
« Mon oncle se sert d'un sortilège très intéressant à mon goût, avait-elle dit paisiblement. Je crois qu'il est le seul gouverneur à pouvoir faire appel à ce bouclier si puissant. Il se concentre suffisamment pour émettre beaucoup plus d'énergie qu'un autre gouverneur de sa trempe, et fait faillir une sorte de lumière bleue, qui englobe toute la ville. Durant la première bataille de Zanarkand, où il a expérimenté ce bouclier, il a tenu au moins deux heures, avant de laisser champ libre aux Chevaliers noirs.... dont la majorité d'entre eux, furent massacrés par les habitants...
-Mais... que faut-il faire pour que ce bouclier soit disons... désactivé le plus vite possible ? demandait Anton d'un ton inquiet et incertain.
-Essayez de le blesser par tous les moyens. Ou peut-être que vous pouvez utiliser l'une des armadas, pour le faire disparaître et pour que vous puissiez commencer l'invasion de la ville. Si mon frère est là-bas, il sera aussi blanc comme neige et ne saura pas quoi faire. Si c'est ma sœur, elle verra le lieu, qui l'a vue naître... Enflammé, détruit de toute part, devenu encore une fois une ruine. Mais il n'est pas question de détruire les machines, j'en ai absolument besoin pour mes projets futurs... »
La reine des Chevaliers noirs soupira d'une voix assez faible, peut-être par manque de sommeil. Depuis l'apparition de cette petite fille et le songe avec Garland et Chaos, elle n'avait plus eu un seul moment pour dormir, l'action était mieux important. Mais on lui reprochait son insouciance, qui pouvait la tuer à tout moment, par rapport au sommeil, vu qu'elle ne dormait que trois ou quatre heures par jour. Le seul moment où Marguerite avait dépassé cette habitude, ce fut quand elle a été sauvée par sa sœur cadette, alors qu'elle était au Cap du Désespoir. Elle dormit cinq jours et avait eu une folie furieuse, quand elle sut que la quatrième bataille d'Alexandrie avait passé, sans qu'elle fasse quoi que ce soit au service de son ancien peuple apatride. Marguerite bailla et s'attira les rires graves d'une personne, se trouvant dans la même pièce qu'elle, mais cachée. Après ces quelques rires, cette personne s'éclaircit la gorge et fit à la reine :
« Vous devriez vous reposer, mademoiselle... Vous n'êtes pas en état de combattre ma future belle-fille... »
Marguerite eut un sursaut quand elle entendit les quatre derniers mots de la dernière phrase de l'inconnu. Les yeux ronds, elle se rendit compte qu'Isaac Valevski se trouvait ici, prouvant qu'il avait accepté son invitation, avant la bataille de Lindblum. Les cheveux châtains clairs longs jusqu'au bassin et marrons, les yeux noirs, une posture grande et imposante et une armure noire, comme pour chaque Chevalier noir. Il regarda Marguerite d'un air étonné, tout en attachant à nouveau ses cheveux avec un ruban noir en soie et remettant sa frange en place. A en croire qu'il voulait se comporter comme un aristocrate vivant pendant la Révolution Française. Isaac ne s'agenouilla pas devant la sœur de sa future belle-fille, ce qui agaça terriblement la jeune reine des Chevaliers noirs. Elle le regarda d'un mauvais œil et fit :
« Vous devriez vous agenouiller devant moi, mon cher ami. Même si vous êtes le futur beau-père de ma sœur cadette, cela ne change rien. Vous me devez du respect, si vous ne voulez pas vous attiser ma colère.
-J'estime seulement que les Chevaliers noirs n'ont pas besoin d'une reine pour savoir ce qu'ils doivent faire, en toute sincérité, répliqua Isaac d'un ton mauvais. Je n'ai pas envie de me retrouver comme un esclave, comme nous l'étions pour ce vaurien de Mateus ! Heureusement qu'il a été vaincu par le chevalier de Fynn Firion ! Si ce guerrier de Cosmos n'avait pas été là, j'aurais pu faire le travail tout seul !
-Hum... Je vois en vous un opposant à l'empereur. Je ne voudrais pas jouer les rabats-joies, mais vous devriez faire attention avec vos propos. L'empereur pourrait être informé de cela.
-Je suppose, par vos paroles, que vous avez eu les commandes de l'Armée de la discorde, à la demande de Chaos. Bien. Mais pourquoi vouloir de mes services ? »
Aucune réponse de la part de Marguerite, à part un regard malsain. Isaac ne comprit pas ce qu'elle voulait en venir, rien qu'en voyant cela. Il laissa échapper un air étonné, tout en croisant les bras avec brutalité. Qu'est-ce qu'elle voulait dire, bon sang ? Qu'est-ce que cette mise en scène ? Allait-il revoir son fils, qu'il n'a plus revu depuis un certain nombre d'années ? Possible, vu qu'il a entendu dire qu'Henrik avait juré fidélité aux Chevaliers dragons... Peut-être... peut-être pas... De toute façon, il allait voir par lui-même. La reine de vingt-quatre ans le fixa encore et encore, jusqu'à ce qu'elle se décide à répondre à la question d'Isaac. Elle s'étira maladroitement et fit :
« Je voulais que vous retrouviez votre fils, afin que vous puissiez rendre vos comptes. Voilà pourquoi je vous ai appelé. Ne suis-je pas généreuse, pour une fois ? »
Isaac eut un choc au cœur, comme si il venait d'être entaillé par la lance d'un Chevalier dragon. En effet, il irait le voir... Mais... au milieu d'une bataille ? Qu'est-ce qu'il fallait faire ? Telle était les questions qu'il se posait. Isaac était très attaché à son fils unique, depuis la mort de sa femme Reyka Nakamura, bien qu'il ait voulu l'empêcher de fuir, sous la violence. Depuis plusieurs années, il n'avait cessé de penser à lui, ce qui montrait son affection pour lui, mais de manière plus brutale qu'un père « ordinaire ». Son seul enfant allait se présenter devant lui, durant cette bataille au royaume de Lindblum. Il soupira bruyamment, tandis que Marguerite l'observa attentivement, sans faire un bruit quelconque. Le silence s'installa pendant quelques minutes, mais la reine des Chevaliers noirs voulut le briser, et pour cela, elle s'éclaircit la gorge et continua à expliquer la situation au père du chevalier de la Lune Céleste.
« Et puis, il semblerait que vous avez eu beaucoup de problèmes avec le gouverneur de La Vallière, je me trompe ? Ce serait profitable de saisir cette occasion pour pouvoir vous venger de ce qu'il vous a fait, non ?
-La vengeance... la vengeance... ce n'est pas ce que j'espère, en toute sincérité, répliqua Isaac, les joues rouges. De plus, cette histoire entre lui et moi ne vous concerne en aucun cas.
-Mais si, mon cher Isaac... Tout le monde est au courant de ceci !
-Et pour mon fils ? »
Pour la seconde fois, Marguerite ne répondit pas, ce qui agaça le père du chevalier de la Lune Céleste. Haussant les bras d'un air très remonté, ce dernier grogna et serra de plus en plus les dents, sous les moqueries de la jeune reine de vingt-quatre ans, qui commençait à prendre ses aises sur son trône en acajou. Le Chevalier noir serra les poings, s'avança d'elle et essaya de prendre le cou de Marguerite, surprise par son attitude soudaine et cria :
« Malheureux ! Que fais-tu ? Si tu me touches, tu auras le droit au pire châtiment qu'il soit !
-J'aimerais savoir encore un peu plus sur la présence de mon fils à cette bataille ! justifia Isaac avec colère. Je suis tout de même son père !
-Si tu veux le savoir, Valevski, il faudra me lâcher, et tout de suite ! »
Il ne voulait pas la lâcher... pas le moindre du monde. Mais, en même temps, il voulait tout savoir sur la présence de son fils à la bataille de Lindblum. Plusieurs années se sont écoulées depuis la mort de sa femme et le départ de son fils unique... tout ce qu'il voulait, c'était de se faire pardonner. Il s'était exilé à Oerba quand il avait su que son fils vivait avec les Chevaliers dragons, et avait pris une direction différente que celle qu'il avait suivi. Aimable et plein de vie envers les autres habitants, Isaac avait oublié tout ce qu'il était devenu, lorsqu'il était entré chez les Chevaliers noirs. L'assassinat de sa propre femme, les violences faites à son fils et un problème pesant avec le gouverneur Henri de La Vallière. Mais, il n'avait, en aucun cas, oublié son fils et priait pour qu'il le revoit, avant qu'il ne meure. Jamais. Pour avoir la réponse de Marguerite, Isaac dut la lâcher pour de bon et recula de trois pas, sans cesser de la fixer, d'un air énervé. La reine des Chevaliers noirs eut un soupir bref et répondit à la question du futur beau-père de sa sœur cadette, bien qu'elle n'en avait pas envie.
« Henrik sera là, je le sais, fit-elle. Il est toujours aux pieds de ma sœur, depuis qu'il l'a connue. Il ne fait que cela, de toute façon... Un vrai petit toutou à sa maîtresse, je vous le jure...
-Cela est assez normal, vu que tous les deux sont fiancés depuis deux ans déjà... répliqua Isaac d'une voix mauvaise. Est-ce que cela ne vous est-il jamais arrivé d'avoir eu ce comportement avec un jeune homme de votre âge ?
-Cela ne vous regarde en aucun cas. Tout ce qui m'importe, c'est de prendre le royaume de Lindblum et la ville-machine de Zanarkand... Alors, vous acceptez la proposition que je vous fais ? »
Valevski père hésita à répondre à la demande qui venait de lui être proposée. Marguerite haussa les épaules et semblait agacée par l'attitude du Chevalier noir. Elle n'avait pas le temps à ce genre de discussion et semblait regretter d'avoir invité le père du chevalier de la Lune Céleste. Soupirant plus longuement, elle se leva et commença à se diriger vers ses appartements, quand Isaac s'écria :
« J'accepte ! Mais... à une seule condition ! »
La première fille d'Alexandre d'Antioche se retourna vers lui, sans rien dire. Elle avait les mains posées sur son bassin et commença à afficher un sourire satisfait, tout en disant :
« Laquelle ?
-Je ne veux pas que mon fils soit blessé ou tué durant cette bataille de Lindblum ! répondit fermement le veuf de Reyka Nakamura, tout en serrant le poing droit. Je n'ai que lui comme héritier et s'il venait à mourir...
-Vous en parlerez à votre petite-fille adoptive, Minerve du Lac Bresha. Mais... je pense qu'elle ne comprendra pas suffisamment les choses qui se passent entre vous deux. Croyez-en mon expérience.
-Votre expérience... Elle est très inférieure que celle de votre sœur cadette... »
Ce propos agaça encore plus Marguerite, qui se mordit la lèvre inférieure volontairement. La jeune femme en avait assez d'entendre des reproches de la part de ses compagnons et sa famille. Elle en avait entendu des milliers depuis son jeune âge. Notamment de la part de la majorité des gouverneurs, de son père, de ses frère et sœur et de Bahamut. Inconsciente, voilà ce qu'elle était. Faire les choses de travers et puis, finalement, avoir de lourds problèmes sous les bras. Quelques fois, elle pensait tellement à ceci, qu'elle se mettait à jurer contre Louhane, centre d'intérêt des Chevaliers dragons depuis un bon nombre d'années. Peut-être du fait qu'elle soit la réincarnation de la déesse Gaïa, la plus importante de tous. Marguerite, elle, inspirait la peur, le despotisme réincarné... Une terrible menace. Son expérience était très significative et les gens avaient commencé à croire qu'elle était très dangereuse pour l'univers entier ! Cette idée l'obsédait terriblement ! Qu'est-ce qu'il fallait faire pour oublier ce genre de détails ? Marguerite fut tellement absorbée par cette question sans réponse, qu'elle oublia la présence d'Isaac Valevski. Ce dernier la regarda attentivement, soupira et se mit à partir. Entendant les bruits de pas, la jeune reine de vingt-quatre ans se retourna et le siffla. Le Chevalier noir émit un rire silencieux à son égard et serra les dents, tout en disant :
« Vous ne semblez pas être dans votre assiette, mademoiselle... Vous devriez prendre quelque chose de plus... énergétique ! Pourrais-je...?
-J'accepte votre proposition, Valevski, coupa Marguerite d'un ton mauvais. Hum... Il faudra partir sur de bonnes bases pour que votre fils ne soit pas blessé, ni tué. Mais je ne garantis rien, je ne suis pas maîtresse des événements. Partez pour vous préparer. Moi, je vais mettre en place l'attaque sur Lindblum. »
Isaac repartit pour sortir, sans saluer la jeune femme, qui ne le remarqua même pas. Marguerite frissonna et prit la direction de ses appartements. Les questions continuaient toujours d'affluer dans son esprit. Qu'est-ce qu'elle avait de moins que Louhane ? Était-elle son côté opposé ? Sans doute... Ce n'était pas complètement impossible, vu leurs différentes attitudes et la prédiction de sa mère. Elle, un monstre... Louhane, une déesse... Toutes les deux étaient très différences. Cette différence était telle, que son frère Pierre avait insisté sur quelque chose qui pouvait très accentuer ceci.
« Quelque chose m'apparaît de plus en plus, en fonction des années passées. J'ai l'impression que Louhane et toi, formez un... un miroir... Vous incarnez chaque côté de cet objet... Enfin, c'est ce que je pense... »
Il l'avait dit quelques jours après l'annonce de la mort d'Alexandre d'Antioche, alors que Marguerite se préparait pour venger ce dernier. Le futur stratège militaire avait terriblement souffert de la haine entre ses deux sœurs cadettes et priait toujours pour qu'elles se réconcilient... Mais finalement, ce fut peine perdue pour lui et avait décidé de rejoindre le camp de Louhane, voyant Marguerite devenir de plus en plus dangereuse pour les Chevaliers dragons, affirmant la prémonition de sa mère. Marguerite marchait toujours en direction de ses appartements, puis y arriva ; dans sa chambre personnelle. Devant le lit, elle s'y coucha sur le dos, regardant avec vide le plafond, décoré par une représentation des différentes constellations que l'on pouvait voir depuis l'ancienne planète où vivaient ses ancêtres. Verseau... Lion... Sagittaire... Gémeaux... Elle reconnaissait parfaitement toutes les constellations qu'elle avait apprises pendant ses cours d'astronomie, avec Pierre, Louhane, James et les autres jeunes apprentis des Chevaliers dragons. Fermant les yeux avec brusque, la jeune femme de vingt-quatre ans commença à sangloter, ce qui était inhabituelle chez elle. A quoi pouvait-elle penser pour qu'elle pleure ainsi ? Pas à la future quatrième bataille de Lindblum, en tout cas, qui allait débuter dans quelques minutes...

Tout juste arrivé dans la ville-machine de Zanarkand, l'ambassadeur de Spira s'empressa de retrouver Nicolas Dikinski, pour le compte-rendu du discours de la deuxième nièce de ce dernier, avant la bataille contre les Chevaliers noirs de Marguerite d'Antioche. Les cheveux châtains clairs avec plusieurs mèches bleues, les yeux verts-gris et vêtu de la traditionnelle tenue des ambassadeurs, Thomas Saint-Just courait à toute allure, essoufflé. Cherchant le gouverneur des yeux, il semblait aussi effrayé et incertain, à cause de son teint pâle. Peut-être à cause du fait que cette guerre allait devenir de plus en plus intense, plus sauvage... plus meurtrière. Cette pensée n'était pas un cas particulier, puisqu'elle était la principale de tous les peuples vivant dans cet univers et les Chevaliers dragons. L'homme allait dans toutes les directions pour pouvoir trouver Nicolas et les autres, sous le regard étonné des habitants. Finalement, après dix longues minutes, il le trouva à l'entrée du stade de blitzball. Le gouverneur était en compagnie de son frère, de son neveu, d’Étienne, du gouverneur de Palumpolum, de Matoya et des compagnons de Cloud, réfléchissant à un éventuel plan de défense. Saint-Just était tellement essoufflé, qu'il tomba brusquement par terre, à la grande horreur des autres. Yuffie, Cait Sith et Nanaki l'aidèrent à se relever et le firent s’asseoir par terre, pour qu'il reprenne ses esprits le plus rapidement possible. L'ambassadeur eut un petit sourire au visage, en signe de reconnaissance de la part des trois personnes qui venaient de l'aider. Nicolas s'agenouilla devant lui, l'air étonné, et lui demanda :
« Que nous rapportez-vous, mon cher Thomas ?
-Je croyais que vous connaissiez déjà tous les détails du discours de la reine ! s'exclama l'ambassadeur, indigné. Tous les gouverneurs de cet univers sont tous au courant de cela ! Êtes-vous le seul à avoir complètement négligé le discours de votre deuxième nièce ?
-Je cherche des solutions pour la ville que j'ai juré de défendre jusqu'à la fin de ma vie, jeune inconscient ! Ma nièce n'a fait que remonter le moral des troupes, après la trahison de sa sœur aînée, rien de plus. Mais je sais qu'elle pourra faire de tout son mieux pour pouvoir défendre Lindblum...
-Je suis de votre avis, gouverneur. Mais... Pensez-vous qu'elle aura de la fermeté ainsi que du courage, tout comme son père ? Elle semble faible par tous ces événements, il faut l'avouer. »
Par ses propos, il s'attira les foudres du stratège d'Antioche, qui haussa les épaules. Tifa et ses autres frères d'armes ne semblaient pas être d'accord avec lui. Stanislas et Nicolas ne firent aucun commentaire à son égard, tandis que Matoya et Valentin essayaient de se contrôler, bien qu'ils eurent envie de le frapper, afin de lui comprendre une bonne fois pour toute, que Louhane était capable de surmonter un assaut, qu'elle pouvait contrôler la situation. Elle l'avait montré lors de la troisième bataille du royaume de Cornélia, il y avait trois ans. Mais, la jeune femme avait eu besoin d'aide, de la part de son oncle paternel et d'un de ses cousins, Yusuke Fukuyama, qui avait été, peu après, nommé duc militaire du royaume, malgré l'opposition du gouverneur de ce lieu et d'Henri de La Vallière, l'actuel gouverneur de Lindblum. Marguerite, quant à elle, lui avait reproché d'être trop faible pour combattre, avec beaucoup de ténacité et c'était à cause de cela, que la prêtresse de Gaïa avait été bannie du camp des Chevaliers dragons, sans le consentement de ces derniers. Ils n'avaient pas accepté cette décision « illégale » et donnèrent le droit à leur future reine de revenir dans leur rang, à condition que Marguerite ne soit pas au courant... Le gouverneur de Palumpolum regarda l'entrée du stade avec peine, vu que tous les matchs de blitzball furent annulés, depuis que Shinryu a été récupéré par Marguerite et ses Chevaliers noirs, sur ordre de l'ambassadeur de Spira et les conseils du gouverneur de la ville-machine. Valentin leur en avait toujours voulu, puisque le blitzball était son principal plaisir et aurait voulu remonter le moral des troupes à sa manière. Tifa le regarda, intriguée, tandis que Barret se dirigea vers Nicolas, très inquiet par son silence.
« Qu'est-ce qu'on va faire, gouverneur ? demanda t-il.
-La même chose que pendant la première bataille de Zanarkand... se contenta de répondre Nicolas, sans le regarder.
-Pas ce bouclier, triple buse ! s'écria le frère aîné de ce dernier. Maintenant qu'Émile le lui a expliqué, Marguerite sait tout du bouclier ! Es-tu devenu fou, ou quoi ? Propose une autre solution !
-Il n'y en a pas d'autres, je te le ferai remarquer ! Nous sommes en pleine guerre depuis trop longtemps et j'ai envie que cela se termine rapidement, avec notre victoire, si possible ! Et puis, nous aurons notre « botte secrète », non ?
-Ah oui... c'est vrai... »
Les deux frères aînés de l'ancienne prêtresse de Gaïa avaient appris une technique, qui leur était propre. Étant les disciples d'un grand chevalier et autre ami d'Hiro Nakamura, ils avaient dû s'entraîner avec beaucoup d'intensité et de patience, afin de monter en puissance. Quand le futur Chevalier dragon et le futur gouverneur de Zanarkand furent prêts, ils avaient montré à leur maître leur technique combinant les quatre éléments existants – l'eau, le feu, la terre et l'air. Ce fut une grande avancée dans leurs carrières respectives, mais ils ne l'avaient utilisé que deux fois : durant la troisième bataille d'Alexandrie et la première bataille de Bevelle. Cette fois-ci, elle serait encore plus meurtrière, vu que la guerre avait pris maintenant une dimension énorme. Pierre et Étienne grognèrent, affichant leur impatience. Tous les autres, sauf les frères Dikinski, les comprenaient et voulaient totalement en finir, pour pouvoir revenir à un mode de vie normal. Cid alluma une cigarette et fuma deux bouffées. La fumée arriva vers le visage de Yuffie, qui suffoqua et essaya de la faire partir. Matoya regarda les alentours de la ville et semblait être choquée de la façon dont les habitants de ce lieu vivaient. Ce monde de technologies était littéralement très différent du sien et les humains qui y habitaient n'avaient pas la mentalité de ceux qu'elle côtoyait quelques fois, quand elle rendait visite à Louhane, lorsque cette dernière était en visite au royaume de Cornélia. Elle eut un frison dans le dos, tout en disant :
« Je ne sais pas comment ces personnes peuvent-ils vivre ici... Ils n'ont plus de responsabilités, les machines font tout pour eux... Cela est complètement absurde !
-Et pourtant... intervint Étienne d'un ton las. Ce genre de mentalité nous avait complètement changé, puis nous sommes devenus très dépendants de cela, jusqu'à oublier que la chose la plus importante qu'elle soit, c'est...
-Faire les choses de ses propres mains, pas par l'intermédiaire d'une machine, continua Pierre avec le même ton. Heureusement que nous n'y sommes pas restés longtemps...
-Je parlais de ce qui s'était passé, quatre siècles auparavant... Pas de ta vie à Zanarkand avec ta famille.
-Ah oui ? Alors, explicite au mieux ce que tu dis. Parfois, on a l'impression que tu nous parles chinois... »
De La Grange soupira bruyamment et haussa les épaules. Thomas Saint-Just serra ses dents, tout en se relevant. Il ne savait absolument pas comment les opérations allaient se dérouler, compte-rendu de ce qu'il voyait. L'ambassadeur regarda Nicolas encore une fois, attendant de lui une réponse rassurante. Il s'éclaircit la gorge pour le pousser à en donner une et ébouriffa ses cheveux avec rapidité.
« Auriez-vous donné votre langue au chat ? demanda t-il avec ironie.
-Pas du tout, répliqua le gouverneur Dikinski. J'essaye de voir si nous avons une chance de gagner cette bataille, qui, certainement, ne sera pas la dernière de toute cette guerre... Il me faut préparer le bouclier, même si maintenant, Marguerite le sait et peut, à tout moment, le démanteler de la façon la plus brutale qu'il soit. Je n'ai pas le choix.
-De toute façon, vous ne l'auriez pas eu. Il me semble qu'un des gouverneurs de Spira va vous envoyer des renforts. Ce sera une bonne aubaine pour vous, non ?
-Effectivement. Qu'allez-vous faire ?
-Je dois aller voir la gouverneure de l'île de Besaid, bien que la situation soit très tendue. Le territoire est attaqué par des monstres venus de nulle part et certains compagnons d'un des guerriers de Cosmos sont en train de l'aider. Je leur ai promis de leur donner quelques soutiens.
-Je vous souhaite bonne chance, mon cher ambassadeur.
-A vous aussi. Que la déesse vous protège et vous donne la victoire ! »
Thomas salua avec respect le gouverneur de Zanarkand, ainsi que celui de Palumpolum. Il adressa aussi un sourire aux autres, et partit en direction du stade, où se trouvait une porte pour Besaid. Nanaki, qui l'avait vu, semblait être abasourdi par l'attitude de l'ambassadeur. Tifa aussi. Cette dernière s'interrogeait tellement, qu'elle finit par dire :
« Il aurait pu vous aider, non ?
-Les ambassadeurs ne sont que des « fonctionnaires » à nos yeux, répondit Valentin d'un ton mauvais. Ils ne sont pas reconnus militairement, puisqu'ils n'ont aucune expérience, contrairement à nous. Ils n'ont qu'un titre honorifique. Nous les avons gardés pour qu'il y ait un contact entre les chefs des villes et les Chevaliers dragons, bien qu'il y ait une seule exception... peut-être plusieurs, si j'étais encore plus pessimiste envers eux. »
Le gouverneur eut un moment de silence, effaré d'avoir parlé de ces personnes qui lui semblaient inutiles, dans ce genre de situation. Il était du même avis que Louhane d'Antioche, James de La Manche et Alexis de Belgrade. Barret, lui, ne comprit rien de son explication et grogna silencieusement, s'arrachant la tête pour pouvoir comprendre absolument tout ce qui se passait, chez les Chevaliers dragons. Le fonctionnement hiérarchique de ce peuple était considéré le plus complexe qu'il soit, bien que ce ne fut, en aucun cas, un problème pour pouvoir contrer les Chevaliers noirs. De plus, il y avait une reine ! Comment faire pour pouvoir avancer correctement vers la liberté, si ce fonctionnement tombait dans l'incohérence la plus profonde qu'elle soit ? Personne ne le savait, en fait. En espérant que cela ne devienne pas un problème de plus... Matoya haussa les épaules et se dirigea vers Nicolas. Elle semblait très déterminée à combattre les Chevaliers noirs et voulait donner quelques réconforts pour le gouverneur désemparé.
« Ne soyez pas dans cet état-là, gouverneur, dit-elle. Je suis sûre que vous pourrez contrer l'attaque de ces Chevaliers sans scrupule. Vous avez toujours su ce que vous faisiez, tout le monde peut le confirmer, même cette vipère. Alors, je vous en supplie, ne baissez pas les bras... Pas maintenant.
-Je vous remercie, Matoya, fit Nicolas. Je suis ravi que vous me donniez tout ce soutien pour moi... Et... cela est en quel honneur ?
-Nous devons nous soutenir les uns les autres, c'est normal, non ? »
Nicolas lui adressa un grand sourire, en signe de réponse. Stanislas, lui, essayait de voir quel rôle pouvait jouer les compagnons de Cloud, durant cette bataille. Il réfléchit pendant quelques secondes, puis eut soudain une idée. Il regarda Cait Sith et Nanaki d'un air sournois, s'attirant la peur du premier et l'incompréhension du second, et signifiant que le Chevalier dragon avait quelque chose pour eux. Mais avant qu'il ait pu dire quoi que ce soit, il vit...
PAF ! PAF ! PAF !
…que son frère cadet fut frappé par un jeune homme blond, qui était arrivé devant le stade en courant, portant un vêtement de blitzball. Sans aucune grande difficulté, il reconnut le joueur des Zanarkand Abes, Tidus. Ce dernier était très véritablement en colère contre Nicolas, par rapport à une décision qui lui fut très déplaisante. Tifa fut choquée par cela, qu'elle se rapprocha du guerrier de Cosmos et le frappa à grands coups de pied dans le dos. Tidus ouvrit les yeux et cria de douleur, montrant véritablement ses dents. Au loin, Auron courait pour voir ce qui se passait, et avait, sans doute, voulu que Tidus ne s'approche pas d'eux. En voyant le tableau, il conclut que ce fut trop tard. Le gouverneur de Zanarkand était blessé au nez, au ventre et au bassin et eut du mal à se relever. Pour leur part, Yuffie et Cait Sith crachèrent sur le visage du guerrier de Cosmos, Barret le frappa au ventre, mais Vincent et Nanaki ne firent aucun geste. Et pour Cid, il prit sa cigarette, la mit à la bouche du joueur de blitzball, pinça le nez pour que ce dernier ne puisse plus respirer et attendit pendant quelques secondes. Le visage de Tidus devint rouge, puis vert, à cause de la fumée inhalée. Nicolas, effaré, fut pris de panique par cette situation critique.
« Arrêtez, je vous en prie ! implora t-il. Qu'est-ce que cela peut vous apporter ? Rien du tout ! Alors, laissez-le tranquille, pour qu'il explique son geste ! »
Valentin et Stanislas piégèrent la ninja de Wutai et la peluche du Gold Saucer, en jetant un sort de paralysie, tandis que Barret fut attrapé par Pierre – qui, avant, avait frappé Cid dans le dos, et qu'Auron enleva la cigarette de la bouche de son protégé. Ce dernier n'avait plus de souffle et tomba brusquement par terre, tremblant. L'ancien acolyte de Jecht le releva, lui fit boire un liquide jaunâtre et vit Tidus se remettre de plus en plus. Pourtant, la colère de ce dernier n'avait pas faibli... au contraire. Après s'être occupé de l'ancien leader d'AVALANCHE, le stratège d'Antioche se dirigea vers le guerrier de Cosmos et lui demanda :
« Qu'est-ce qui vous prend d'agir ainsi ? Vous, un des guerriers de la déesse de l'harmonie ! Voyez-vous cela ! Tout ceci n'est qu'une honte à nos yeux !
-C'est pour une juste cause ! s'efforça de répondre Tidus, en serrant le poing gauche. C'est à cause de lui que je suis en colère !
-Et qu'est-ce qui vous perturbe autant que cela, chevalier de Zanarkand ?
-A cause de lui, tous les matchs de blitzball ont été annulés jusqu'à nouvel ordre ! Je ne suis même pas sûr de pouvoir le pratiquer, si cela dure encore plusieurs années, voire plusieurs siècles ! En plus, je suis au chômage ! Je n'ai plus de salaire depuis des jours !
-Mon cher Tidus, vous n'avez pas l'air de comprendre ce qui se passe en ce moment ! s'écria Valentin. Nous sommes en guerre, votre ville risque de tomber aux mains des Chevaliers noirs et vous ne pensez qu'au blitzball ? Vous êtes taré, ma parole ! »
Stanislas, Pierre, Étienne et Matoya eurent les yeux ronds, quand ils l'entendirent. Jamais, au plus grand jamais, le gouverneur de Palumpolum se serait permis de parler comme cela, à quelqu'un, même si il était en colère. Mais, apparemment, ce ne fut pas le cas. Tout ce qu'il lui importait, c'était d'en finir avec ce conflit interminable, comme celui entre la déesse de l'harmonie et le dieu de la discorde, et il en avait assez de perdre du temps comme ils étaient en train de faire. Tidus ne pensait pas à cela, ce fut plutôt les matches de blitzball annulés. Ce qui ne savait, c'était que l'ambassadeur Thomas Saint-Just y était aussi pour quelque chose. A en croire qu'il voulait qu'un bouc-émissaire. Nicolas essaya de se justifier par rapport à cette décision, espérant qu'il réussirait à convaincre le joueur de blitzball.
« Vous n'avez pas conscience des choses, guerrier de Cosmos, dit-il d'une voix neutre. Je ne pensais pas que vous ne penseriez qu'à ce sport, bien que je sache toutes les épreuves que vous avez enduré, tout particulièrement avec votre père. Mais sachez une chose. Sachez que l'ex-Grand Invokeur Yuna serait contrariée de votre attitude. Elle ne voudrait pas vous voir étranger à ce conflit qui dure aussi longtemps que celui entre Cosmos et Chaos. L'avenir est entre nos mains, ainsi qu'aux vôtres.
-Avoue-le, Tidus, intervint Auron. Il ne faut pas mettre en danger l'univers, pour une histoire de blitzball. Pense à tes autres compagnons qui sont en train de combattre les monstres à Besaid. »
Le joueur des Zanarkand Abes laissa apparaître un visage abattu, du fait que le nom de Yuna avait été mentionné par le gouverneur Dikinski. Quelques larmes commencèrent à couler, tandis que ce dernier continua son explication.
« Je ne suis pas le seul responsable de cette décision, mais il a eu de la sagesse pour pouvoir le faire. Oui, l'ambassadeur de Spira, Thomas Saint-Just, a aussi décidé d'annuler ces matchs, en espérant qu'il en aurait d'autres, après le conflit. Voilà tout ce que j'avais à dire. »
Aucun commentaire de Tidus, qui s'éclaircit la gorge. Auron, lui, approuva les dires du gouverneur, tandis que les autres commencèrent à s'impatienter, Yuffie et Cait Sith – qui avaient été libérés de leur paralysie par Pierre, les premiers. Quelques bruits commencèrent à surgir de la foule de personnes présentes devant l'entrée du stade de blitzball. Le guerrier de Cosmos se retourna, l'air contrarié, se mordit la lèvre inférieure avec beaucoup de force, et serra les poings. Ce « spectacle » dura quelques minutes, puis, ce temps passé, tourna vers les deux gouverneurs et essaya de dire quelque chose, pour pouvoir présenter ses excuses.
« Je... suis... suis... balbutia t-il. Dé... dé...
-Aller ! Arrête un peu de faire l'idiot ! s'écria Barret en colère. Dis ce que tu as à dire, qu'on en finisse !
-Ouais... d'accord... Euh... Je suis sincèrement... désolé de mon... comportement... J'essayerai de ne pas... vous manquer... de respect...
-Excuses acceptés, firent Nicolas et Valentin en même temps.
-Bien, on va écraser les Chevaliers noirs comme de la purée !!!! s'exclama Cait Sith.
-On verra... marmonna Pierre, levant les yeux au ciel. On verra bien de toute façon... »
Le stratège d'Antioche commença à tourner en rond, sous l'œil agacé d’Étienne. Ce dernier n'avait jamais aimé le caractère du frère aîné de son ex-petite-amie, puisqu'il estimait qu'il était trop peureux pour pouvoir combattre comme un vrai chef, contrairement à Alexandre d'Antioche, un des chefs les plus respectés qu'ils soient. On pouvait en conclure, alors, que selon Étienne, Pierre avait bien eu raison d'abdiquer en faveur de Louhane. Même si le stratège était le fils du chef exécuté par les Chevaliers noirs, jamais, au plus grand jamais, il pouvait lui arriver à la cheville. Et dire qu'il donnait des leçons à Marguerite, sincèrement ! Alors qu'il n'était pas mieux qu'elle ! Stanislas s'avança vers son neveu, lui prit les épaules et essaya de lui redonner confiance et courage.
« Il ne faut pas être dans cet état, Pierre, dit-il en souriant. Je sais que tu as le potentiel pour pouvoir les vaincre, crois cela au moins. Tu es devenu un grand stratège militaire, cela est la preuve directe de ton courage et de ta volonté.
-Je ne sais pas, à vrai dire... s'interrogea le frère des deux reines d'Antioche. Qu'est-ce que je pourrais faire ? Rien, sans doute... Je dois peut-être laisser le courant passer, comme on le dit... »
Pierre baissa la tête en pleurant, tandis que son oncle essayait tant bien que mal de le calmer. Tifa était assez inquiète de son attitude. Allait-il abandonner face à sa première sœur cadette ? Allait-il mettre les armes à terre, alors que la guerre n'avait pas totalement finie ? Elle refusait de croire à cela, mit les mains sur son visage et marmonna des paroles qui semblaient être des blâmes envers le stratège militaire d'Antioche. Matoya se retourna vers elle, la regardant avec étonnement, mais ne fit absolument rien, comme si elle attendait que la serveuse du Septième Ciel intervienne dans les affaires du prince héritier déchu des Chevaliers dragons. La sorcière mit sa main gauche sur l'épaule de Stanislas, pour laisser Pierre tranquille. Le Chevalier dragon comprit son message et enleva ses mains des épaules de son neveu, tandis que Tifa se rapprocha de ce dernier et le gifla de toutes ses forces.
« Idiot ! s'écria t-elle. Qu'est-ce qu'il faut que l'on fasse pour que tu comprennes que tout n'est pas perdu ! Tu préfères abandonner, alors que nous essayons tant bien que mal d'affronter ta sœur et cette calamité de Shinryu ? Il n'en est pas question ! Nous ne pouvons pas nous permettre d'abandonner, alors que nous avons encore de l'espoir, grâce à Cloud et à l'Armée sacrée de l'harmonie !
-Crois ce que tu crois, mais essaye de comprendre, pour une fois ! s'emporta le stratège militaire, tout en continuant de pleurer. Se battre contre sa sœur, ce n'est pas facile, tu peux me le croire... Oh, j'oubliais... tu n'as ni frère ni sœur...
-Ce n'est pas la question !
-De toute façon, dans une guerre, on oublie les liens familiaux qui nous unissent, répliqua Matoya en haussant les épaules. Surtout quand il est dans l'autre camp ! Demande au chevalier de Zanarkand ! Ou même ceux qui ont le même problème que vous deux !
Tidus semblait gêné du fait qu'il avait été mentionné par la sorcière à l'œil de verre, et il montra ceci en serrant et montrant ses dents, le visage de plus en plus rouge. Parler de son expérience à Pierre... Cela lui semblait assez compliqué, surtout que ses sentiments changeaient à chaque fois, à chaque occasion. C'était interminable et pas facile à gérer, en toute sincérité. Jecht lui avait fait du mal, c'est vrai. Mais... il avait au moins de la joie de le voir... Tout ce qui lui importait, c'était de le vaincre et de le forcer à dire que le jeune homme était devenu fort... Il lui avait même dit, pendant le dernier conflit en date entre la déesse de l'harmonie et le dieu de la discorde. Quand il le vit dans cette soudaine léthargie, Auron le frappa à la tête pour le ramener à la raison. Pierre soupira et eut soudain une sensation bizarre, comme si il ressentait la présence des Chevaliers noirs. Il courut brusquement, tandis que les autres, inquiets, le suivirent.
« Pierre ! s'écria Étienne. Qu'est-ce que tu fais ?
-Je sens quelque chose... Quelque chose de pas très net ! se contenta de répondre le stratège d'Antioche, continuant de courir.
-Tu m'expliques, à la fin ? »
Tout le monde se dirigea vers les portes de la ville-machine, jusqu'à ce que Pierre s'arrête, face à la mer bleue sombre. Plissant les yeux pour voir quelque chose, ce dernier se rendit compte que plusieurs armadas noires se dirigeaient vers eux, d'une grande vitesse. Ce qui était inquiétant, d'ailleurs... Ce qui l'était encore plus, c'était la présence d'un brouillard assez intense, qui pouvait vous donner froid dans le dos. Les autres n'en croyaient pas leurs yeux, jusqu'à devenir blancs comme neige, et tremblants comme des feuilles mortes d'automne, en particulier le gouverneur de Zanarkand et Tidus. Le stratège d'Antioche était fixé sur les bateaux, quand il se rendit compte qu'ils avaient en face d'eux, les Chevaliers noirs de sa sœur Marguerite.
« Les Chevaliers noirs sont enfin devant nous... fit Stanislas en riant. J'ai hâte de leur mettre la pâté !
-Les... Chevaliers noirs...? balbutia Tidus. Qu'est-ce qu'ils veulent...?
-Envahir toutes les villes de cet univers et instaurer une dictature qui pourrait durer des siècles et des siècles, répondit Tifa. Les Chevaliers dragons ont juré de protéger cet univers... protéger la déesse Gaïa. De plus, Cloud a été appelé par cette dernière pour les aider, ce qu'il a accepté de faire... »
Le joueur des Zanarkand Abes la regarda d'un air étonné, tout en essayant son front et disant :
« A en croire tes paroles, tu es sûrement une des proches de mon cher frère d'armes. Enchanté de faire ta connaissance et...
-TIDUS, CE N'EST PAS LE MOMENT DE FAIRE DES PRESENTATIONS INUTILES !!! cria Auron. NOUS AVONS MIEUX A FAIRE !!
-Regardez !! » s'écria Yuffie en montrant du doigt les armadas des Chevaliers noirs.
Tout le monde regarda le spectacle. Le brouillard s'éleva de plus en plus, ce qui intrigua et inquiéta les habitants de Zanarkand, qui avaient suivis le stratège d'Antioche et ses compagnons. Une ombre apparut dans ce brouillard, tout en ricanant. Elle était immense, vraiment immense qu'elle atteignait les dix mètres de haut, voire plus. Cette ombre fut tellement imposante envers les habitants de Zanarkand et des compagnons de Cloud et ceux de Louhane, qu'elle inquiéta fortement Valentin, Stanislas et Tidus, dont le teint devint de plus en plus livide.
« Mais qu'est-ce que...? balbutia le premier. Je n'y crois pas... !
-C'est... Sin...! fit le second. Mais... comment est-ce possible...?
-Oh non... intervint le troisième. Pas encore lui ! »
Nicolas ne semblait pas être intimidé par la présence du monstre qui fut, pendant plus de mille ans, l'objet de terreur dans le monde de Spira. Il serra les poings en signe de détermination et son visage devint rouge de colère. Les autres le regardèrent avec beaucoup d'admiration et se décidèrent à l'imiter, peut-être pour pouvoir être plus performant durant cette bataille. Après une dizaine de seconde, le gouverneur Dikinski cria :
« EN AVANT POUR LA DEUXIEME BATAILLE DE ZANARKAND !!!!
-OUAIIIISSSS !!!! » s'écrièrent les autres.

Fin de la partie II
« Ce n'est pas en restant spectateur que l'on peut être un artisan de l'avenir, ni le défenseur de quoi que ce soit. »

Image

Louha
Disciple Niveau 2
Disciple Niveau 2
Messages : 312
Inscription : 31 juil. 2010 16:29
Localisation : Royaume de Lindblum
Contact :
Finaland :

Messagepar Louha » 03 sept. 2011 15:02

Résumé de la partie II

Marguerite a pris le contrôle de Shinryu et de l'Armée de la discorde. Elle est aussi devenue la première reine des Chevaliers noirs, bien qu'il y ait eu avant, l'autorité de l'empereur Mateus de Palmécia. La jeune femme de vingt-quatre ans veut aussi faire un coup d'éclat en ayant une probable victoire à Zanarkand et à Lindblum.

Mais Louhane, devenue la première reine des Chevaliers dragons, veut tout faire pour protéger son peuple et se voit dans l'obligation de défendre le lieu de naissance de son frère aîné. Afin de combattre ses ennemis, la jeune femme peut compter sur ses compagnons d'armes, ainsi que de son fiancé et de sa fille adoptive. Cloud, devenu premier porteur de l'Armure sacrée de Gaïa et nouveau général des Chevaliers dragons – malgré lui, espère une réelle victoire, afin de reculer les troupes menées par la reine des Chevaliers noirs. Il a aussi retrouvé Djidane Tribal et Shantotto, deux des guerriers de Cosmos.

Pour l'heure, ses frères et sœurs d'armes sont partis à Zanarkand avec le gouverneur Dikinski et les autres compagnons de Louhane – ainsi que Matoya, pour se confronter au général Anton Petrovitch, chargé de prendre la ville-machine pour Marguerite. Ils doivent s'attendre à une bataille navale, qui s'annonce très difficile pour eux. Mais, ils pourront compter sur l'aide des Chevaliers dragons et du gouverneur Dikinski, ainsi que de Tidus, autre guerrier de Cosmos, et de son protecteur Auron...
« Ce n'est pas en restant spectateur que l'on peut être un artisan de l'avenir, ni le défenseur de quoi que ce soit. »

Image

Louha
Disciple Niveau 2
Disciple Niveau 2
Messages : 312
Inscription : 31 juil. 2010 16:29
Localisation : Royaume de Lindblum
Contact :
Finaland :

Partie III - Chapitre I

Messagepar Louha » 03 sept. 2011 15:10

Partie III


Chapitre I : Tempête au large

Tout le monde était fixé sur les armadas des Chevaliers noirs. Malgré leur petit nombre – c'est-à-dire vers dix ou douze, on se serait cru en train de revivre les instants passés de l'Invincible Armada de Philippe II d'Espagne. Tous les bateaux étaient des frégates portant des canons de vingt-quatre livres, datant de la fin du XVIII au début du XIXème siècle. Ils avancèrent vers la ville-machine de Zanarkand, avec le monstre marin Sin qui les suivait. En voyant ce dernier, Tidus eut le teint livide, mais il sentit une énorme motivation pour pouvoir le vaincre, en même temps que les Chevaliers noirs, maintenant sous l'autorité de Marguerite d'Antioche. A partir de maintenant, cette guerre allait prendre une nouvelle mesure, puisque Marguerite et Louhane s'étaient officiellement déclarées la guerre, bien qu'elle durait depuis déjà deux bons siècles. Cela ne serait pas facile du tout, c'était sûr, mais il fallait bien le faire coûte que coûte ! Au moins, c'était ce que pensait le gouverneur de Zanarkand avec force. Il regarda ses autres compagnons, plus particulièrement Pierre, qui semblait très incertain pour cette bataille, qui allait, sans doute, être un véritable carnage. Le gouverneur ne fit aucun commentaire, se rapprocha du bord pour apercevoir les armadas de ses ennemis, tout en plissant les yeux et fit :
« J'espère, en toute sincérité, que nous gagnerons cette bataille. La survie est en entre nos mains, vous le savez ?
-Il n'y a pas de raison que nous perdions, répondit Matoya. Nous savons tous qu'il est de notre devoir de prendre les choses en main, comme qui dirait. Mais... qu'allons-nous faire pour les atteindre ? Je sais qu'il y a le bouclier et votre... « botte secrète », et pourtant... nous n'avons rien pour nous battre !
-J'allais justement expliquer notre plan. Je l'ai trouvé après avoir été frappé par le guerrier de Cosmos. »
Nicolas se retourna vers Tidus, et lui sourit, comme si il lui remerciait d'avoir eu ce geste envers lui. Le joueur des Zanarkand Abes se sentait très mal, son visage virant au rouge. Tifa et les autres compagnons de Cloud ne comprenaient pas ce qui se passait et la serveuse du Septième Ciel se rapprocha du frère d'armes de l'ancien mercenaire, tout en le regardant d'un air étonné. Le joueur de blitzball la vit et son visage commençait à devenir cramoisi comme une tomate trop mûre. Il ébouriffa ses cheveux, eut un sourire gêné – tout en serrant les dents, et retourna son regard sur les armadas et Sin. Le brouillard, qui les enveloppaient, donnait une impression glaciale, comme qui dirait. De plus, la température commençait dangereusement à descendre, que la cascade qui se trouvait dans les environs de la ville devenait de plus en plus gelée. A en croire que cela n'allait pas être facile du tout, à la grande horreur des Chevaliers dragons et de leurs alliés. Le gouverneur de Zanarkand regarda la mer et se concentra, pour faire apparaître trois bateaux de guerre, devant l'entrée de la ville. Ils étaient nommés le « Chios », le « Niké » et le « Trafalgar », des frégates de vingt-quatre canons, de la classe Romaine. Les autres étaient émerveillés de voir ceci, mais une peur très instable s'empara d'eux, peut-être du fait que la majorité d'entre eux n'avait aucune expérience dans les batailles navales ou peut-être parce qu'ils n'avaient que trois galères, contre une dizaine. Stanislas et Nanaki se mirent à chaque côté de Nicolas, le regardèrent tous les deux et, le guerrier de Canyon Cosmo fit à l'oncle des deux reines et du prince d'Antioche :
« Je reste ici, afin de vous protéger. Il semblerait vous pourriez avoir quelques soucis avec eux, vu que vous êtes la principale cible de cette bataille, afin d'envahir Zanarkand.
-Moi aussi, intervint Stanislas. Je n'ai pas envie que tu te fasses tuer aussi lâchement.
-Je vous en remercie, dit Nicolas, le sourire aux lèvres. Je ferai aussi mon possible pour que cela n'arrive pas.
-Euh... et pour les bateaux, comment va-t-on faire ? demanda brusquement Cid. Parce que nous n'avons jamais...
-Ne vous inquiétez pas, fit le gouverneur de Palumpolum. Dans chacun des trois que nous avons, il y a d'office un capitaine et un équipage expérimentés. Un peu plus de la moitié des Chevaliers dragons ont été formés en haute mer, pour ce genre de problème. Tout ira pour le mieux. »
Malgré la réponse réconfortante de Valentin, le pilote trembla de plus en plus, ainsi que ses autres compagnons. Pourtant, ils avaient bien été informés, par l'ambassadeur Thomas Saint-Just, qu'un des gouverneurs de Spira allait aussi prendre l'offensive pour aider le gouverneur de Zanarkand. De l'aide, c'est vrai qu'il en fallait... mais le plus vite possible, à tout prix ! Tout le monde n'avait aucune information de plus, sur l'identité du gouverneur qui irait les aider. Au moins, ils savaient que la gouverneure de Besaid ne pouvait leur prêter main forte, vu qu'elle était attaquée. Le deuxième oncle maternel des trois enfants d'Antioche se retourna et fit, d'une voix assez neutre :
« Allez-y. Je ferai en sorte que Zanarkand ne soit pas envahi par les Chevaliers noirs et Sin. Essayez de les amadouer, avant l'arrivée du gouverneur dont Thomas nous a parlé.
-Bien, dit Étienne. Je prendrai le commandement du « Chios ». Barret, Vincent et Cait Sith, vous venez avec moi.
-Pour moi, ce sera le commandement du « Trafalgar », dit à son tour Valentin. Je prends aussi Cid, Auron et mademoiselle Kisaragi. Notre chère ninja originaire du Wutai pourra montrer ses compétences et essayer de ne pas faire l'idiote comme elle a l'habitude de faire...
-Pierre, te sens-tu capable de prendre celui du « Niké » ? demanda soudainement Nicolas. Je pense que tu es digne pour diriger ce bateau-là... »
Le stratège militaire d'Antioche ne répondit pas, se contentant de baisser la tête et d'émettre un soupir très bruyant. Quelques larmes coulaient sur ses joues et tombèrent sur le sol, comme si Pierre n'avait aucune envie de le faire, malgré la tournure des événements. Tifa, énervée par son attitude, se rapprocha et le frappa à nouveau, à la joue droite. Le fils aîné d'Alexandre d'Antioche ne fit aucune remarque, même pas quelque chose pour pouvoir se défendre par rapport à ce qu'il venait de se passer. Tandis que les autres allèrent vers leurs bateaux respectifs, le prince d'Antioche essaya de s'expliquer envers la serveuse du Septième Ciel, une seconde fois.
« Je... je ne pense pas que je pourrais réussir... fit-il. Je ne suis pas aussi fort qu'eux, c'est évident...
-Tu n'as rien retenu de ce que je t'ai dit tout à l'heure !! s'exclama Tifa, le visage rouge. Essaye de comprendre pour une fois ! Tu es devenu stratège militaire pour une raison : parce que tu avais de l'expérience au combat, que tu es digne de pouvoir diriger tes hommes jusqu'à la victoire ! Comprends-tu ceci, au moins ?
-Je le sais... Mais...
-Pierre, il faut que tu aies confiance en toi ! intervint Valentin. Sinon, tu ne pourras jamais prouver que tu es fort, face à ces vipères ! »
Le stratège militaire soupira une deuxième fois et eut un triste sourire. Il leva sa tête vers ses autres compagnons et approuva ce qui venait d'être dit. Il retrouva confiance en lui, prit la direction du bateau de guerre « Niké » et fit signe aux autres de le suivre. Après que les autres eurent gagné le vaisseau de guerre, Stanislas, Nicolas et Nanaki restèrent seuls avec les habitants de Zanarkand. Le gouverneur de la ville se retourna vers ces derniers et expliqua :
« C'est maintenant que nous devons prendre toutes les mesures nécessaires afin de ne pas mettre la ville en danger. Vous ferez tous ce que vous pourrez, pour chasser ces satanés vipères de votre ville que j'ai juré de protéger, lorsque je suis devenu gouverneur de cette ville. Faites comme la première bataille que nous avons dû faire face !
-Bien d'accord avec vous, gouverneur, fit un des habitants. Il nous faut juste trouver des armes pour pouvoir nous défendre.
-Mes amis, qui sont marchands d'armes, pourront vous en fournir. Et, comme nous sommes officiellement en guerre, ce sera gratuit pour vous, ne vous inquiétez pas. Maintenant, allez-y... préparez-vous pour le combat au sol, si les Chevaliers noirs réussissent à désactiver le bouclier... Mais j'espère que cela n'arrivera pas... enfin, on verra.
-Nous prendrons les canons pour vous aider, gouverneur, firent plusieurs habitants. Allons-y. »
Tandis que ces derniers prirent les canons, situés à l'entrée de la ville, les autres habitants se dirigèrent pour réapprovisionner en armes et Nicolas se concentra pour faire apparaître le bouclier. Faisant plusieurs gestes, il joignit finalement ses deux mains et fit apparaître une petite boule bleue qui grandissait, grandissait, sous les yeux ébahis de Nanaki. Stanislas n'avait aucune raison d'être étonné, vu qu'il l'avait déjà vu auparavant. Il ne se contentait que d'apercevoir les trois bateaux de guerre se diriger vers les innombrables armadas des Chevaliers noirs. Le « Chios » commença l'offensive et essaya de toucher avec violence un des bateaux de leurs ennemis. Accompagné des tirs des canons situés à la porte de la ville-machine, le bateau tira plusieurs fois, tandis que le « Trafalgar », ainsi que le « Niké » attaquèrent à leur tour. Étienne, qui était sur le quai du bateau qu'il devait commander, regarda le début d'incendie de trois flottes, et l'impuissance d'Anton, qui devenait de plus en plus en colère. Après quelques secondes de réflexion, le général des Chevaliers noirs tendit son bras droit vers ses ennemis et cria :
« ATTAQUEZ CES VAURIENS, AFIN QUE L'ON PUISSE VOIR CE QU'ILS ONT DANS LE VENTRE !!! »
Les Chevaliers noirs avancèrent encore une fois. Ils attaquèrent à leur tour et essayèrent de toucher, du premier coup, les trois seules effectifs de leurs ennemis de deux siècles. Petrovitch siffla Sin, afin que ce dernier attaque de plein fouet... mais rien à faire. Le général de Marguerite d'Antioche commença à devenir bouillonnant comme une cocotte-minute qui risquait d'exploser à tout moment. Un de ses lieutenants se rapprocha de lui et lui expliqua le problème avec une très grande précision possible.
« Ce n'est pas aussi simple que ce que vous avez cru jusqu'ici, dit-il d'une voix tremblante. Sin est la propriété de personne ! Nous l'avons juste invoqué pour pouvoir faire notre travail, le reste dépendra seulement de sa propre volonté, comme qui dirait...
-Je n'ai pas encore dit mon dernier mot, fit Anton en haussant les épaules. Si notre reine a pu réussir à prendre le contrôle sur lui, pourquoi pas moi ?
-Vous n'êtes pas aussi puissant qu'elle, je vous ferai remarquer. Ce n'est pas chose facile, vous devez le concevoir. Mais nous avons un avantage : c'est que les Chevaliers dragons n'ont que trois galères de guerre. »
Anton serra les dents encore plus, puisque il se rendit compte que le lieutenant avait oublié deux avantages des Chevaliers dragons. En effet, ils avaient le bouclier du gouverneur de Zanarkand pour protéger efficacement la ville, et, qu'ils avaient déjà eu face à ce genre de problème, durant la première bataille. A en croire que Marguerite avait fait les mêmes erreurs que les autres chefs militaires des Chevaliers noirs. Le général Petrovitch regarda Sin de haut et se rendit compte que ce dernier essayait de faire monter la marée de plus en plus haute, ce qui constitua une réelle menace pour les Chevaliers dragons et tout particulièrement Zanarkand. Nicolas poussa encore plus et agrandit le bouclier pour que la ville-machine soit complètement protégée. Au bateau « Niké », Pierre d'Antioche, qui était resté sur le pont avec les autres qui l'avaient rejoint, regarda avec des yeux grands ouverts le « spectacle » donné par Sin, et son teint devint brusquement livide, avec quelques gouttes de sueur qui coulaient sur son front. Les autres, qui l'avaient rejoint, le regardèrent et Tidus demanda :
« Qu'est-ce... qu'est-ce qu'on va faire ?
-Tout notre possible pour qu'on ait pas à subir le despotisme de nos ennemis, en tout cas ! répondit Pierre avec un ton de fierté.
-Euh... Cela ne répond pas vraiment à ma question... Tu m'inquiètes trop, sur le coup...
-Si tu veux que je t'explique en plusieurs mots, c'est : attaquer, défendre, essayer d'abaisser le niveau de la mer, jusqu'à en mourir s'il le faut ! »
Le joueur des Zanarkand Abes eut le teint livide rien qu'en entendant le terme qui venait d'être prononcé par le stratège militaire. Ce dernier le vit et s'excusa avec modestie. Mais, il était convaincu qu'il fallait prendre ces initiatives pour pouvoir gagner coûte que coûte la bataille qu'ils étaient en train de mener contre l'autre camp. Une belle prouesse à tenter, à vrai dire. Sin continuait toujours à élever la marée menaçante. Elle mesurait maintenant dix mètres de haut et les inquiétudes étaient de plus en plus. Valentin, à bord du « Trafalgar », ne semblait être dérangé par cela et décida de passer encore une fois à l'attaque, avec le soutien d’Étienne. Pierre, lui, était un peu sceptique d'attaquer directement Sin, puisque ce dernier était plus dangereux que les Chevaliers noirs et il risquait d'engloutir tout ce qu'il y avait sur son passage. Le gouverneur de Palumpolum et le général des Armées attaquèrent en même temps plusieurs flottes – avec l'aide des canons installés aux portes de Zanarkand et des incendies se déclarèrent. Mais, malheureusement, celle d'Anton Petrovitch était toujours intact. Du Bellay et de La Grange poussèrent des jurons d'une manière assez violente.
« Cela ne sert à rien de s'énerver, fit Pierre en les regardant dans cet état. Vous pourrez toujours...!
-D'Antioche, économise ta salive, tu en auras bien besoin !! s'écria Petrovitch avec un rire narquois. On va voir lequel de nous deux survivra à ce massacre ! Je vais jouer un petit jeu avec toi, ainsi qu'avec ton oncle Nicolas... Je sens que je vais bien m'amuser...
-Tu es trop confiant, Anton ! Tu as pris les habitudes de ta perfide maîtresse, à ce que je vois ! Tu veux faire ce qu'elle a accompli, lors d'une des batailles de Cleyra ?
-Ne l'insulte pas, gamin ! Vous l'avez manipulé et maintenant, c'est elle qui prend sa revanche ! Et je suis tout à fait prêt à honorer ceci, en vous massacrant jusqu'au dernier, afin de prendre Zanarkand, comme elle l'a prévu ! »
Matoya lança un regard inquiet à Pierre, comme pour le prévenir de ne pas jouer au jeu du général des Chevaliers noirs. Cela n'allait pas être une chose facile, sans doute, mais il fallait tout de même résister, afin de mener à bien leur plan et obtenir une victoire pour les Chevaliers dragons. De plus, le stratège militaire s'était promis de protéger la ville natale de sa deuxième sœur, qu'il aimait tant et qu'il aimerait toujours. Soudain, le prince d'Antioche eut la sensation que le temps s'était arrêté brusquement. Il commença à penser de plus en plus fort à Louhane, restée au royaume de Lindblum. Chacun des deux personnes protégeait la ville natale de l'autre, c'était flagrant. Mais, cela mettait aussi de la pression, pour eux. Le stratège d'Antioche sentit de plus en plus de la détermination en lui, voire jusqu'à sentir de la colère. Ses poings et ses dents se serraient de plus en plus et la colère devint plus intense que jamais. Il prit son arme et la pointa vers les armadas, tout en criant :
« EN AVANT !! »
Pierre fut suivi par ses autres camarades, qui l'imitèrent. En voyant ceci, Anton ne fut pas inquiété et ricana dans son coin, comme si il allait prendre quelques mesures, afin de se débarrasser d'eux. La bataille allait venir à son comble, comme qui dirait.

Malgré leur faible effectif, les Chevaliers dragons étaient prêts à combattre de toutes leurs forces, avec l'aide de leurs alliés. Les compagnons de Cloud l'avaient compris peu à peu et ils étaient certains de vouloir aider ce peuple apatride, au fur et à mesure qu'ils prirent conscience de ce qui arrivait à l'univers tout entier. Mais, avant la bataille finale contre Marguerite d'Antioche, il leur fallait défendre la ville de Zanarkand, afin d'affliger à la reine des Chevaliers noirs une cuisante défaite, qui pourrait être le début de l'offensive des troupes de sa sœur, la reine Louhane. Après une offensive ratée qui les laissa sous une colère noire, accompagnée d'insultes envers cette situation, Valentin Du Bellay et Étienne de La Grange, chacun de leur côté, réfléchirent à un plan d'attaque, tandis que Pierre regarda Sin avec une attention particulière et la marée d'eau qui les menaçait. Cette dernière mesurait quinze mètres de haut, maintenant. Tidus, Matoya et Tifa commencèrent sérieusement à s'inquiéter, face à l'attitude du stratège militaire. Le joueur des Zanarkand Abes se rapprocha de ce dernier, le prit par le cou et le secoua à vive allure, montrant qu'il était très paniqué.
« Qu'est-ce qu'on va faire, bon sang ? demanda t-il une seconde fois. Je n'ai pas envie de te voir hypnotisé, alors que ma ville est en jeu !
-J'essaye de trouver un plan pour pouvoir la défendre, idiot ! cria avec force Pierre, dont le visage devint rouge vif. Je sais que cette ville est en jeu, j'en suis tout à fait conscient ! Je donnerai ma vie pour qu'elle ne soit pas détruite ! »
Sur ces mots, il éclata en sanglots et tomba par terre. Tifa mit sa main sur son épaule et essaya de le calmer, tandis que le guerrier de Cosmos commença à regretter ce qu'il avait dit. Matoya, bien qu'elle eut de la pitié par rapport à ces sanglots, se concentra plus directement sur la défense de la ville. Elle vit le gouverneur de Palumpolum discuter avec le capitaine du « Trafalgar », puis Étienne avec celui du « Chios ». La sorcière à l'œil de verre les siffla et essaya de mettre au point un plan d'attaque, malgré le manque d'effectif. Les habitants, eux, continuèrent de frapper les armadas des Chevaliers noirs, tandis que le bouclier essayait tant bien que mal de rester actif. Les Chevaliers noirs tirèrent directement la ville de Zanarkand, mais les tirs furent directement désintégrés par la grande intensité du bouclier de Nicolas. Ce dernier paraissait très essoufflé, peut-être du fait que cela prenait beaucoup d'énergie. Afin de le soigner, son frère aîné lui donna une potion avec ténacité. Reprenant de plus en plus de force, Nicolas pouvait encore contribuer à la défense de la ville-machine. Après ceci, Stanislas soupira un bon coup, trouvant que la bataille devenait de plus en plus ennuyeux et décida d'amorcer une offensive. Nanaki l'arrêta de pied ferme, lui mordant la cheville gauche.
« Vous allez réduire leur plan en miettes, fit-il d'un ton mauvais. Laissez-les se débrouiller comme ils ont l'habitude de faire, je suis sûr qu'ils y arriveront.
-Avec les bateaux que nous avons, il n'est pas certain qu'ils puissent réussir... marmonna Stanislas. Nicolas, tu aurais dû prendre plusieurs machines à Marine de Dublin ou à Richard Andrews... Sincèrement, tu fais fort... »
De Dublin était la gouverneure de Bevelle et Andrews, celui de Luca. Ces deux personnes n'étaient pas très aimées du gouverneur de Zanarkand, pour des raisons différentes. Pour la gouverneure, c'était à cause d'une liaison qui avait mal tourné après cinq ans ; puis pour Richard, puisque ce dernier se considérait digne d'épouser la première sœur cadette de Nicolas. Ce dernier ne voulait pas en entendre parler et décida d'ignorer les réflexions de son frère aîné. Pour l'instant, ils étaient dans une phase difficile... peut-être que les choses s'amélioreront au fil de la bataille, qui sait ? Les trois bateaux des Chevaliers dragons attaquèrent ensemble, après un petit conseil entre les trois équipages et les trois chefs. Anton répliqua aussitôt, mais dut se rendre compte que les armadas, qui se trouvaient à ses côtés, commencèrent à montrer des signes de faiblesse. Le général piqua une colère noire et ordonna d'attaquer coûte que coûte. Ce n'était pas une bonne partie de plaisir, quand il fallait voir ce genre de spectacle. Des incendies se déclarèrent partout, sauf dans l'armada du général Petrovitch. Les Chevaliers noirs commencèrent à maîtriser le feu, tandis que leurs ennemis reprirent l'offensive. Le « Chios » envoya plusieurs tirs vers une seule armada, qui explosa sur le coup. Plusieurs Chevaliers noirs durent se résigner à plonger dans l'eau sombre. Certains se débattaient afin d'essayer de survivre et de rejoindre les autres bateaux de guerre, pendant que d'autres coulaient lentement, rejoignant de plus en plus la mort, pour attendre le jugement qui devait être appliqué pour les actes qu'ils ont commis, ces dernières années en tant que Chevaliers noirs. Voyant ceci, leur général piqua une horrible crise, et on pouvait le voir à cause de la couleur rouge vif de son visage. Pointant son doigt vers les trois galères, il ordonna que ces derniers soient détruits par la marée de quinze mètres, ce qui affola Yuffie et Cait Sith, situés respectivement dans le « Trafalgar » et le « Chios ». Tous deux prirent un teint livide plus intense que jamais.
« Oh non, oh non, oh non !!! fit la ninja de Wutai. Dites... on n'aurait pas un plan d'urgence, par hasard ?
-Il faut juste que nous ayons un peu de chance et tout ira pour le mieux, se contenta de répondre Valentin. Ou, peut-être utiliser nos propres techniques pour pouvoir l'arrêter.
-Vous me faites bien peur, gouverneur... marmonna Cait Sith.
-C'est une bonne idée, ma foi !! » s'écrièrent en même temps Étienne et Pierre, qui s'était calmé pendant ce temps-là.
Tous les deux se regardèrent, malgré la distance entre leurs deux bateaux, et éclatèrent de rire comme des enfants de dix ans à peine. Même si les deux jeunes hommes ne pouvaient pas se voir, chacun des deux appréciait les bonnes stratégies miliaires de l'autre, bien qu'il y ait eu certaines difficultés, dans certains cas délicats. Le gouverneur soupira, non pas à cause du rire des deux jeunes hommes, mais par rapport à la menace qui se trouvait devant eux. Le général des Chevaliers noirs marcha jusqu'au bord de son bateau, regarda avec un sourire satisfait et se moquèrent de ses ennemis d'un rire sardonique.
« Mes pauvres petits fourmis sans défense ! cria t-il, tout en continuant de rire. Il va falloir plus que de la chance pour vous sortir de ce pétrin ! Je vous vois, en train de grelotter comme des fillettes ! Ha, ha, ha !
-Idiot que tu es ! s'écria Barret en le voyant ainsi. Si tu envoies cette marée, tu seras emporté avec nous ! J'espère que nous ne serons pas emportés, par pitié !!! pensa t-il en même temps que ses paroles.
-Je te ferai gentiment remarquer que nous sommes protégés de cette attaque, grâce à la bénédiction de notre reine ! Donc, nous pourrons attaquer avec cette technique autant de fois que nous le voudrons, ha, ha, ha !!
-Ne sois pas si confiant, tu risques de le regretter !! s'écria Cid en pointant sa lance vers Anton. Allez les gars, on ne va pas se laisser aller comme ça !! »
Tous approuvèrent le pilote avec enthousiasme. Tandis que la marée allait se jeter sur eux, tout le monde se concentra sur ce que chacun allait faire pour la défense. Nicolas, Stanislas et Nanaki s'inquiétèrent pour eux, essayant tant bien que mal de ne pas céder à la plus grande panique qui soit. Ils savaient que leurs compagnons avaient beaucoup de courage, ainsi que beaucoup d'honneur à défendre leurs idées... mais il ne fallait tout de même pas agir avec inconscience... Mais, les deux frères Dikinski et le guerrier de Canyon Cosmo se rendirent compte que les occupants des trois bateaux de guerre dégageaient beaucoup d'énergie... une énergie pure, sans aucune force négative, si on pouvait le dire dans ces termes-là. Elle grandissait à vive allure, comme si ils avaient atteint quelque chose d'exceptionnel, comme si c'était la première fois que des mortels puissent atteindre cette puissance-là, digne d'un dieu ou d'une déesse. Stanislas prit conscience que quelque chose d'important était en train de se passer, sous ses yeux. Après quelques secondes de réflexion, il trouva enfin la réponse à ses incertitudes. Ses compagnons étaient...
« … protégés par Gaïa... fit-il, abasourdi. De plus, elle leur donne de la force pour pouvoir combattre. Je m'en doutais...
-Comment ? s'interrogea Nicolas, les yeux ronds.
-Gaïa essaye de les protéger de la marée qui nous menace, comme si elle avait senti que nous étions tous en danger depuis le début, ce qui est totalement vrai. Et je pense que nous faisons aussi partie du lot. Pour le pourquoi du comment, je pense avoir une réponse.
-Et... laquelle ?
-Plus tard, si tu le veux bien. »
Le gouverneur de Zanarkand soupira et regarda son frère aîné d'un regard noir, faute de n'avoir eu des explications plus précises. Le bouclier arrêta plusieurs tirs des Chevaliers noirs. Les autres se concentrèrent un peu plus et Anton semblait de plus en plus inquiet par la situation. Après quelques secondes, il reprit l'offensive, en ordonnant encore une fois de frapper les Chevaliers dragons, leurs alliés et leur défense. Lorsqu'il baissa son bras droit, ses armadas disparurent comme des fantômes et la marée frappa avec violence. Pourtant, les occupants des trois bateaux restèrent en place, comme des statues de pierre, à se concentrer. Tout le monde savait que la marée allait leur tomber dessus, mais quelque chose les empêchait de ressentir un quelconque sentiment de peur. Comme si ils savaient que quelqu'un était en train de les protéger...
SPLASH !!!
La marée frappa les trois bateaux, ainsi qu'une partie de la ville, malgré la protection de Nicolas Dikinski. Mais, ce dernier fut projeté en avant, tomba violemment par terre et le bouclier fut désactivé en un seul coup. Stanislas et Nanaki se dirigèrent vers lui, afin de voir si il allait bien, bien que le choc reçu par la marée fut très intense. Les Chevaliers noirs profitèrent alors de tirer et les boules de feu touchèrent plusieurs bâtiments de la ville. C'était assez spectaculaire, lorsqu'on voyait ceci, comparable à un feu d'artifice, mais en bien pire. Le gouverneur de Zanarkand était très mal au point, tandis que le stade de blitzball fut touché de plein fouet par trois tirs ennemis et qu'un énorme incendie se déclarait. On entendait les cris de plusieurs habitants et que certains d'entre eux essayaient tant bien que mal de maîtriser le feu. Dans son coin, Anton était en train de rire avec beaucoup de bruit, preuve de la satisfaction du résultat de l'attaque qu'il venait de lancer. Alors que Nicolas essayait de reprendre les esprits, le général Petrovitch se retourna vers Sin et lui cria :
« Ô toi, monstre sanguinaire qui fut l'objet de plus de mille ans de terreur dans Spira, débarrasse-moi de ces rebelles en envoyant tes plus braves serviteurs ! Notre reine te récompensera, après notre victoire sur ces maudits Chevaliers dragons ! »
Le monstre accepta la demande du général, en envoyant les Squamelles vers la ville-machine. Nanaki et Stanislas, alertés par ceci, décidèrent de protéger les portes de Zanarkand. Ils furent rejoints par plusieurs habitants, les armes à la main. Le gouverneur Dikinski se leva maladroitement et une douleur insupportable se déclara au niveau du bassin. Il serra ses dents, cracha l'eau de mer qui se trouvait dans ses poumons et leva la main droite, pour se retrouver finalement avec une arbalète. Sous un air déterminé, le gouverneur s'avança vers son frère et Nanaki et claqua des doigts, en signe de commencement de la défense. Les habitants crièrent aussi et attendirent à frapper les Squamelles qui furent lancés par Sin. Nanaki, lui, était très inquiet de la situation des personnes se trouvant dans les trois bateaux de guerre. Il eut un moment de peine, rien qu'en pensant à eux et ne voulait pas croire qu'ils se soient tués aussi facilement que cela. Le guerrier de Canyon Cosmo soupira, mais se prépara à attaquer lui aussi. Les explosions continuaient à affluer comme des étoiles filantes ou des météorites prêtes à faire le dégât le plus monstrueux qu'il soit. De plus, une forte pluie commença à tomber, ce qui n'arranger pour rien au monde le combat et la situation de Zanarkand. Le stade avait eu de sérieux dégâts, et il n'y avait plus aucun de s'en sortir, à en croire la situation actuelle. L'intensité de la marée devint faible et bientôt, on s'aperçut qu'il n'y avait plus rien : les bateaux avaient complètement disparu de la surface. Nicolas et Stanislas eurent une sensation très désagréable, tandis que Nanaki commença à devenir complètement fou, ne croyant pas à la prétendue mort de ses alliés.
« Non, cela est impossible ! s'écria t-il en colère. Ce n'est rien d'autre que des bêtises !
-Je suis d'accord avec vous, mon cher ami, fit Stanislas. De plus, ils avaient vraiment l'air déterminé de gagner cette bataille jusqu'au bout. Mais, comme cela se fait qu'ils aient pu disparaître comme cela ? C'est... c'est...
-Ne perdons pas de temps à s'interroger sur ce qui s'est passé ! coupa le gouverneur avec colère. Je sais que cela vous a perturbé, tout autant que moi... mais il ne faut pas baisser les bras pour autant, mieux vaut en profiter ! »
Les deux autres approuvèrent d'un signe de tête et attaquèrent les serviteurs de Sin, aidés par les autres habitants. Le combat était très intense, à vu d'œil, et que les citoyens de Zanarkand mettaient tous de la bonne volonté pour pouvoir défendre leur ville. Plusieurs monstres furent déchiquetés et on voyait plusieurs furolucioles qui s'en allaient vers l'au-delà. Le nombre de ces matières lumineuses ne cessait pas d'augmenter, au fur et à mesure que les Squamelles se faisaient tuer. Nanaki en fut tout retourné, rien qu'en voyant ceci et pensait qu'il allait devenir aveugle. Anton les regardait de loin, d'un air assez énervé et en voulait en finir une bonne fois pour toute. Il redemanda à Sin d'élever encore une fois le niveau de la marée, mais le monstre ne pouvait pas, puisqu'il devait attendre plusieurs minutes avant de pouvoir recommencer ce petit tour de passe-passe. Le général jura contre ce dernier et ordonna qu'on tire encore une fois sur les Chevaliers dragons et la ville-machine. Nicolas, devenu essoufflé à cause du carnage que les serviteurs de Sin faisaient, commença à saigner des oreilles et du nez, tout en murmurant, d'une petite voix :
« Est-ce là notre devoir d'abandonner notre tâche de gardiens ? Non, il est hors de question...! Mais... est-ce que nos forces pourront surmonter ceci et nous amener à la victoire ? Telle est la question, ma foi... »

La tension, devenant de plus en plus intense, était devenue insupportable pour les défenseurs de Zanarkand. Ayant perdu les seuls bateaux à leur disposition et le contrôle du bouclier, après l'attaque des Chevaliers noirs et de Sin, ils n'avaient plus aucun plan pour pouvoir les mener dans une grande victoire. Plus leurs ennemis étaient dangereux, plus les Chevaliers dragons et les habitants de la ville-machine s'affaiblissaient d'une grande ampleur. A en croire que la bataille était perdue d'avance depuis le départ, pour les gardiens de la prison de Shinryu. Plusieurs personnes commencèrent à tomber de fatigue, la ville n'arrêtait pas de se faire détruire avec violence, et Stanislas commença à paniquer.
« Dis, petit frère !! fit-il avec une voix inquiète. Si on utilisait notre « botte secrète » pour pouvoir nous débarrasser de ces vauriens une bonne fois pour toute, ce serait bien, non ?
-De toute façon, je n'ai pas le choix, dit Nicolas d'une voix faible. Et puis, les autres... les autres...
-Je suis sûr que les autres sont encore vivants, crois-moi. Mais pour l'instant, nous devons faire quelque chose avant que ces vipères prennent la ville que tu as juré de protéger, lorsque tu es devenu gouverneur...
-Tu as raison... »
Les deux frères Dikinski se concentrèrent tous les deux, tandis que Nanaki continuait de combattre les Squamelles, avec les autres habitants. Une grande aura se mit à grandir énormément, comme pour les autres qui avaient, semblait-il, péri sous la vague meurtrière provoquée par Sin. Elle était minime par rapport à celle d'un dieu ou d'une déesse, mais tout aussi forte que celles de leurs compagnons, apparemment enfouis sous les décombres de la mer avec les trois bateaux. Un orage gronda d'une intensité vraiment très forte, au bout de quelques secondes, signe du fait que les deux frères montèrent en puissance avec beaucoup de rapidité. Ils serrèrent les dents, fermèrent leurs yeux afin de se concentrer encore plus et levèrent leurs bras, d'un seul coup. Quatre boules de quatre couleurs différentes apparurent devant eux et Nanaki, qui les avait regardé depuis un petit moment, se rendit compte qu'ils avaient invoqué les quatre éléments se trouvant dans tout l'univers. La terre, l'eau, le feu et l'air... Qu'avaient-ils en tête, en voulant les invoquer ? En ce moment même, ce combat n'était qu'une bataille navale, il n'y avait pas besoin de faire appel aux quatre éléments ensemble ! Le guerrier de Canyon Cosmo se rapprocha d'eux, avec une grande inquiétude et demanda :
« Qu'est-ce que vous faites ? Vous ne voyez pas que vous faites une grosse erreur, en faisant cela ?
-Pas le moindre du monde, fit Stanislas, toujours concentré à ce qu'il faisait. Les quatre éléments sont ensemble, croyez-le, même ici. L'eau est la principale frontière entre Zanarkand et les autres territoires ; la terre est la ville même ; l'air est notre principale force – en tant que Chevaliers dragons, et le feu... c'est notre énergie intérieure. Vous devriez apprendre ce genre de choses, en compagnie de nos apprentis. Ce serait un bon apprentissage pour vous...
-Ce n'est pas vraiment le moment, si tu vois ce que je veux dire... marmonna dans son coin le gouverneur. Tout ce qui compte, c'est de bouter les Chevaliers noirs hors de Zanarkand.
-Arrête de te prendre pour Jeanne d'Arc, s'il te plaît... »
Nicolas ne fit aucun commentaire par rapport aux propos de son frère aîné. Il ne se contenta que de continuer à monter en puissance et regarda attentivement leurs ennemis. Anton, lui, était très étonné de ce qui se passait, à la grande différence du lieutenant qui lui avait parlé du contrôle de Sin. Ce dernier prit un teint livide et grelottait comme si il sortait de l'eau glacée. Apparemment, il avait déjà eu affaire à l'attaque des deux Dikinski et semblait très remonté. Paniqué, le jeune lieutenant secoua Petrovitch avec force, au risque de faire vomir ce dernier et s'affola, en disant :
« Vous ne voyez pas que nous courrons un grand risque, en restant planté là ? Nous allons tous mourir sans la moindre possibilité de nous défendre ! Est-ce que vous comprenez ceci, au moins ?
-Ce n'est pas toi qui dois me dire ce que je dois faire ! répliqua Anton avec colère. Et tout ce que tu dis est totalement ridicule ! Je ne vais pas me cacher, juste parce que deux personnes vont essayer de prendre l'avantage, alors que nous sommes plus nombreux qu'eux ! Laisse-moi faire mon travail !
-Vous n'avez pas conscience de ce qui se passe, en ce moment, mon général... Cette attaque est terrible, croyez-moi ! Tous ceux qui ont combattu durant la troisième bataille d'Alexandrie et durant celle de la première de Bevelle pourront vous le dire ! Elle fait appel aux quatre éléments à la fois et peut donner naissance à une cinquième, qui peut nous être mortelle ! Je vous en prie, donnez votre reddition, par pitié !
-Il n'en est pas question ! J'ai promis à la reine de prendre Zanarkand, et je le ferai ! Je ne vais pas me laisser impressionner par ces deux lâches !
-Comme vous le voulez, mais vous risquez de le regretter... »
Anton n'entendit pas le propos du lieutenant, qui resta septique face à la réaction du général. Ce dernier était déterminé à prendre la ville coûte que coûte et pensait que le lieutenant n'avait aucune raison d'avoir peur comme cela. De plus, ce dernier avait oublié que les autres avaient sombré dans la marée provoquée par Sin et il voulait le faire savoir, en lui montrant du doigt l'endroit où ils étaient, avant de disparaître. Le général des Chevaliers noirs ordonna encore une fois une offensive pour arrêter l'attaque du gouverneur et du Chevalier dragon. Malheureusement pour lui, la peur inonda tous les esprits de ses hommes et Petrovitch attaqua seul, en lançant un tir vers les deux personnes. Soudain, un immense mur d'eau – faisant à peu près la hauteur des bâtiments de Zanarkand, fit son apparition, comme s'il s'agissait d'une protection pour les Dikinski. En effet, il arrêta avec efficacité le tir et le général devint de plus en plus rouge de colère et décida d'une nouvelle attaque, aussi couronnée d'un échec.
« Ce n'est pas vrai ! s'écria t-il d'une voix forte. Je ne vais pas me laisser aller comme ça !!
-Tu as tort, Petrovitch, fit une voix masculine. Comme l'a dit ton lieutenant, tu risques de le regretter !
-Comment ? »
A sa plus grande horreur, Anton vit le mur se baisser et les trois bateaux qui avaient sombré à cause de la marée provoquée de Sin. Le « Niké » se situait devant le « Trafalgar » et le « Chios » et Pierre, placé au bout du pont, regardait fièrement ses ennemis. Les autres en firent autant, montrant qu'ils n'avaient pas peur des Chevaliers noirs. Personne n'avait été blessé, fort heureusement et tout le monde débordait d'énergie, chose qu'il fallait avoir pour pouvoir vaincre leurs ennemis. Petrovitch crut devenir fou et commença à être enragé, tel un chien errant se préparant à attaquer sa proie. Il serra ses poings avec force, ses yeux devinrent rouges et marmonna des jurons envers ses adversaires. Au lieu d'avoir peur, ces derniers se moquaient de lui, quelques uns le montrant du doigt pour signifier que sa situation était complètement pathétique et qu'il allait perdre de toute façon. Entendant quelque chose arriver, Valentin Du Bellay se tourna sur sa gauche et vit une énorme galère, qui devenait de plus en plus imposante aux fils des mètres qu'elle faisait. En fait, il s'agissait, plus précisément, d'un vaisseau de ligne de la classe Téméraire, ayant soixante-quatorze canons. Au devant du vaisseau, était accroché la statue en pierre d'un hippogriffe, levant majestueusement sa patte droite avant. Le gouverneur de Palumpolum eut les yeux ronds, puisqu'il savait à qui appartenait cette frégate.
« Oh non ! s'écria t-il d'un air désespéré. Pas ça ! Je ne pensais pas que ce serait elle qui nous aiderai ! Bon dieu, bon dieu, bon dieu...
-De qui parlez-vous ? demanda Yuffie, tandis que les trois autres frégates tiraient en direction des flottes ennemies.
-Marine de Dublin... une connaissance que j'aurais mieux fait de ne pas connaître, en toute sincérité... C'est son vaisseau de guerre, « L’Hippogriffe »... »
Apparemment, c'était la gouverneure de Bevelle qui avait accepté d'aider Nicolas et la ville-machine, rien qu'en voyant son vaisseau de guerre. Ce dernier tira encore vers les armadas des Chevaliers noirs et les tirs firent des très nombreux dégâts. Étienne, qui l'avait vu aussi, entendit plusieurs pas et vit un lieutenant tenant une lettre à la main. Tandis que les trois autres bateaux attaquaient, de La Grange demanda à prendre congé pendant un petit instant et sauta très haut, jusqu'à ce qu'il arrive sur le pont de « L'Hippogriffe ». Le lieutenant, en enlevant à moitié son casque, laissa apparaître ses yeux marrons et laissa apparaître un sourire, tout en donnant la lettre au général des Armées, qui lut :

Mon cher Nicolas,

J'espère que tu ne m'en veux pas pour mon aide. La situation est tellement critique en ce moment, qu'on est vraiment débordé, même à Bevelle. Laissons le passé de côté et combattons ensemble, jusqu'à ce que cette guerre de deux siècles se termine pour de bon. J'avoue que j'en ai assez et je ne pense pas être la seule. Enfin bref...
Dès que j'ai su que Zanarkand allait être attaqué par les Chevaliers noirs, je me suis portée volontaire auprès de Thomas pour pouvoir t'aider. Mais, avant le départ de « L'Hippogriffe », je suis tombée brusquement malade et je n'ai pas pu embarquer, à mon grand regret. Mon lieutenant, qui t'a donné la lettre, dirige les opérations à ma place. Je te le dis, j'aurais voulu combattre à tes côtés, en compagnie des autres Chevaliers dragons et de nos alliés.

Reste bien prudent et j'espère que mon aide te sera très précieuse.

Ta chère Marine de Dublin


« Le gouverneur de Zanarkand n'est pas disponible, j'en ai bien peur, fit Étienne d'une voix peinée.
-Je le sais, je l'ai vu, fit le lieutenant avec un sourire. Ne vous en faites pas. De plus, il savait qu'il y aurait des renforts.
-Qu'est-ce qu'on va faire alors ? cria Tifa, à bord du « Trafalgar ». On ne va pas rester les bras croisés, non ? »
Aucune réponse de la part du lieutenant de Marine de Dublin. Nicolas entendit les propos de la serveuse du Septième Ciel, malgré le fait qu'il était loin et qu'il préparait l'attaque avec son frère aîné Stanislas. Après quelques secondes de silence, il eut une idée et cria, en signe de réponse :
« The people of Dragoon Knights and their allies except that every man will do his duty !!! »
En entendant ceci, Étienne et Pierre toussèrent violemment et faillirent avoir une crise cardiaque, tandis que le lieutenant, Stanislas et Valentin riaient de bon cœur, et que les compagnons de Cloud affichèrent tous un visage étonné, puisqu'ils ne comprenaient absolument pas de ce qui venait d'être dit. Quant à lui, Anton commençait à comprendre que cette bataille allait être une cuisante défaite, tandis que ses vaisseaux de guerre essayaient tant bien que mal d'attaquer et d'esquiver les tirs de ceux des Chevaliers dragons et des habitants de Zanarkand. De plus, en entendant cette phrase en anglais, il savait que rien ne pourrait les arrêter, quelque en soit le prix... même celle de la vie. Le stratège militaire d'Antioche se retourna vers son deuxième oncle maternel et lui cria, d'une voix énervée :
« Arrête de piquer les phrases des grands stratèges militaires, s'il te plaît !
-Désolé, mais c'était le bon moment pour le reprendre, tu ne crois pas ? répondit avec amusement le gouverneur de la ville-machine.
-Raaahhh...!!! Tu m'énerves à la fin...
-Mais, qu'est-ce que ça veut dire ce charabia ? demanda Cid, en haussant les épaules. On ne comprend rien du tout, nous...
-Cela veut dire, d'après moi : « Le peuple des Chevaliers dragons et leurs alliés attendent de chacun qu'il fasse son devoir »... répondit Pierre avec une grimace. Mais, normalement, c'était pendant une bataille navale qui date de plusieurs siècles. Apparemment, oncle Nicolas l'a repris à sa sauce, si je puis dire. Bon, ce n'est pas tout ça, mais... ALLONS-Y !! »
La grande aura inondait toujours les trois bateaux et elle grandissait encore et encore. De plus, Nicolas et Stanislas renforcèrent encore plus l'intensité de leur attaque. Ils demandèrent à Nanaki de les rejoindre, d'un signe de tête, malgré le nombre important des Squamelles dans la ville-machine. « L'Hippogriffe » en fit tout autant, bien qu'il tirait toujours sur les Chevaliers noirs. Le général de ces derniers en avait assez d'attendre et se retourna encore une fois vers Sin. Son visage était devenu rouge de colère et en avait assez de voir que son armée ne fasse rien du tout pour empêcher la grande offensive. L'impuissance le gagna avec beaucoup d'intensité, peut-être aussi le regret amer d'avoir fait confiance à cette bande d'incapables, face aux Chevaliers dragons qui lui volaient, de plus en plus, la victoire tant espérée. Cela n'allait plus du tout pour lui et il décida, subitement, de prendre les choses en main, au risque de se faire tuer. Il prépara une puissante attaque, mais ce fut trop tard. Les occupants des quatre bateaux de guerre tendirent tous les bras, ainsi que les trois personnes restées aux portes de Zanarkand, et laissèrent jaillir plusieurs rayons de couleur dorée. Les armadas des Chevaliers noirs et Sin furent violemment touchés et les quatre éléments se déchaînèrent. Le vent fit naître un tempête violente et l'eau, un tsunami mesurant à peu près dix mètres, voire plus. Quant à la terre et au feu, ce fut Nicolas qui s'en chargeait. En effet, il absorbait l'énergie de la ville et des Chevaliers dragons se trouvant à ses côtés. Une véritable explosion se déclencha sur les flottes de Petrovitch et la majorité des Chevaliers noirs dut se résigner à plonger dans la mer sombre. Anton fit de même et vit que Sin s'enfonçait encore plus dans les profondeurs. Le monstre marin disparut comme par magie et les dernières Squamelles furent anéanties. Les rayons dorés disparurent et tout le monde leva leurs armes en signe de victoire, avec un sourire éclatant. Sauf Pierre, qui pensait énormément à ses deux sœurs, qui devaient se combattre pendant la bataille de Lindblum, plus particulièrement à Louhane. Malgré l'aide qu'elle avait, la prêtresse de Gaïa devait se préparer aux mauvaises intentions de la reine des Chevaliers noirs. Le général Petrovitch, lui, le regarda avec beaucoup d'attention et lui cria :
« Tu as gagné une bataille, mais pas la guerre ! Tu verras que tout ce qui t'entoure sera complètement détruit, dans les mois, voire les semaines à venir ! Et je peux te jurer, sans la moindre hésitation, que ta prêtresse de sœur en sera la première victime ! Ha, ha, ha, ha, ha !! »
Sur ces mots, Anton claqua des doigts et tous les Chevaliers noirs – ainsi que lui, disparurent comme par magie, laissant leurs bateaux, détruits par les incendies et les attaques répétées des Chevaliers dragons. Le prince d'Antioche laissa paraître un teint livide, rien qu'en repensant aux propos de son ennemi. Il ferma les yeux, tomba sur ses genoux sous le regard étonné des autres et commença à prier, dans le but de protéger sa deuxième sœur cadette, qui devait maintenant défendre le lieu, où le stratège militaire a vu le jour il y a vingt-six ans...
« Ce n'est pas en restant spectateur que l'on peut être un artisan de l'avenir, ni le défenseur de quoi que ce soit. »

Image

Louha
Disciple Niveau 2
Disciple Niveau 2
Messages : 312
Inscription : 31 juil. 2010 16:29
Localisation : Royaume de Lindblum
Contact :
Finaland :

Partie III - Chapitre II

Messagepar Louha » 24 oct. 2011 14:21

Chapitre II : Une difficulté à rue d'épreuve

L'escadrille de Philippe De Salisbury volait à toute allure, en direction des vaisseaux ennemis. La bataille avait commencé depuis une bonne dizaine de minutes et nul, ici, ne savait que la bataille de Zanarkand avait été un succès, au risque d'une destruction totale de la ville-machine. Cela n'allait pas être une bonne partie de plaisir, surtout quand il s'agissait d'une importante bataille. Aux côtés du jeune chef de l'escadrille, Alexis de Belgrade et James de La Manche étaient tout particulièrement inquiets de ce qui allait se passer. Louhane et Marguerite allaient peut-être s'affronter une nouvelle fois et ils ne savaient pas de quoi la reine des Chevaliers noirs était capable. Peut-être que la jeune femme de vingt-quatre ans allait s'amuser à sa manière, quand elle avait l'habitude de faire pendant un combat. Une des batailles, celle tout particulièrement de Cleyra, en était un bon exemple. En plus, les trois jeunes hommes en discutaient, tout en essayant d'esquiver les tirs de leurs ennemis.
« J'espère qu'elle ne sera pas aussi folle que lorsque nous étions là-bas, fit Philippe en chevauchant un dragon aux écailles bleues éclatantes. Si cela se faisait, je crois que personne d'entre nous ne pourrait en sortir et elle serait déjà déclarée vainqueur...
-Nous allons l'empêcher de faire ceci, c'est notre devoir, tout de même, intervint James, chevauchant un dragon aux écailles rouges vives et frappant quand il en avait l'occasion. Je n'ai pas envie de voir le sang couler sur toutes les rues et les murs, comme cela s'est passé. Rien que d'y penser, j'ai envie de vomir.
-S'il te plaît, ne le fais pas ici... dit Alexis, essayant de s'accrocher à son dragon aux écailles vertes. Pourquoi j'ai accepté de faire ce boulot avec vous, sincèrement ?
-Parce que tu n'avais pas le choix, Louhane te l'avait ordonné, répondit le général des Armées avec un sourire sadique. Je crois qu'elle a oublié que tu avais, quelques fois, le vertige, non ?
-Je me pose des questions, quelques fois... »
Alexis disait cela, puisqu'il avait ce problème-là depuis ses onze ans. Pendant une journée d'Avril, le chevalier de Belgrade était tombé du toit de l'église de Fynn, alors qu'il passait quelques jours chez sa grand-mère paternelle. Depuis ce jour, il évitait le plus souvent d'aller où que ce soit de très haut, même dans les vaisseaux. Mais, sous les menaces d'Émile d'Antioche, le chevalier serbe devait prendre quelques « médicaments », afin d'y remédier. Ce n'était pas du tout facile, la plupart du temps... Mais il fallait bien qu'il prenne son courage à deux mains, en quelque sorte. Philippe et James se moquèrent de lui, jusqu'à ce que plusieurs tirs essayent de les blesser et de les faire tomber de leurs montures volantes. De Belgrade releva la tête et vit un imposant vaisseau de guerre, tout en acier, en forme de dragon et de couleur noire. Les deux vitres de devant, symbolisant les yeux du monstre métallique, étaient de couleur rouge et le jeune homme n'en croyait pas ses yeux. Le chef de l'escadrille et le général des Armées le mimèrent, et ouvrèrent la bouche, faisant couler involontairement un peu de bave sur leurs lèvres.
« La vache ! s'écria James. Comment a-t-elle fait pour avoir ce genre de truc ? Whoah !!
-Je suppose qu'elle a tout fait pour que les productions de vaisseaux augmentent le plus vite possible, avant la bataille que nous menons depuis à peu près dix minutes, répondit De Salisbury. Mais ne tardons pas à faire quelques commentaires, mieux vaut agir tout suite avant que tout ceci dégénère...
-En avant la musique ! »
Tandis que les deux jeunes hommes volèrent en piqué avec facilité, le chevalier de Belgrade eut des sueurs froides rien qu'en les voyant ainsi. Il prononça quelques prières en grec et plongea lui aussi en piqué, en ayant tout de fois la peur de tomber dans le vide. Le chevalier serbe rejoignit finalement ses deux compagnons et les trois attaquèrent, en compagnie des autres Chevaliers dragons faisant partie de l'escadrille. Des tirs volaient de partout, ainsi que les attaques du groupe de Philippe et des dragons. Le combat semblait très intense et ce n'était pas du tout gagné d'avance. Le vaisseau en forme de dragon attaqua violemment, et toute l'escadrille essaya d'éviter ses attaques. Alexis en avait mal au ventre et son visage vira au vert, ne supportant pas la tournure des événements. Son dragon tournoya plusieurs fois et il n'arrivait plus du tout à reprendre les commandes. Il se tint à son cou avec force et le dragon, à quelques mètres du sol, put enfin reprendre sa route et rejoindre De Salisbury et de La Manche. Ce fut une grande chance de ne pas être écrasé au sol, en toute sincérité. A en croire qu'Alexis avait une bonne étoile, mais cela n'allait pas durer tout le long de la bataille, c'est sûr. Ce n'en était qu'au début, en effet, et il fallait prendre toutes les mesures afin de gagner ce combat-là. Philippe prit son arme, caressa son dragon – signifiant qu'il devait attaquer encore une fois – et se dirigea vers les autres vaisseaux ennemis. James et Alexis, eux, prirent deux autres chacun, malgré les risques encourus et se comportaient comme si ils faisaient un baptême de l'air. Le général des Armées regarda le chevalier serbe et lui demanda :
« Ça va ?
-Je suppose, oui ! fit Alexis, essayant de ne pas vomir et dont le visage reprenant de plus en plus sa couleur initiale. Dis-moi, est-ce que Louhane et les autres vont réagir ?
-Ils sont tous au sol, en train de protéger les différents quartiers, tandis que le roi et ses effectifs sont dans « L'Hildegarde », ainsi que d'autres vaisseaux de guerre. Peut-être qu'en y repensant, je n'aurais pas dû laisser ma chère cousine te demander de nous accompagner... Tu es beaucoup plus utile au sol que dans les airs !
-Tais-toi, bordel ! Il faut faire notre devoir, c'est cela le plus important, non ?
-Ouais... Mais il faut quand même avoir de la stratégie... Car si nous n'en avons pas, c'est foutu d'avance. »
Le chevalier serbe soupira et regarda son frère d'armes avec un regard noir. Ils piquèrent encore et touchèrent, avec d'autres Chevaliers dragons de l'escadrille, deux vaisseaux. Des tirs et des tirs, il n'y avait que ceci dans les airs. Mais bon, il fallait bien que cela se fasse, sinon toutes les chances de pouvoir gagner risqueraient d'être réduit à néant. Philippe réussit à faire tomber un vaisseau, avec plusieurs hommes et essaya d'en faire tomber un autre, par pure folie, sans doute. Le chef de l'escadrille voulait en finir le plus vite possible, mais ce n'était pas une bonne idée, vu qu'il fallait que les autres combattent aussi au sol, pour pouvoir se débarrasser directement et rapidement des Chevaliers noirs. James serra les dents, jusqu'à se mordre volontairement les lèvres et jurer avec violence contre le neveu du gouverneur du Nautilus, lui signalant que c'était très dangereux de jouer à cela. Le chevalier de Belgrade regarda en bas et vit Cloud, Kaïn, Lightning et Louhane en train de se battre au Quartier Ouvrier, en compagnie d'autres Chevaliers dragons. La prêtresse de Gaïa avait remis sa robe blanche en soie, et portait avec, une armure en argent et scintillante. Leurs ennemis étaient montés sur des chars et plusieurs monstres hideux servaient de montures. Plusieurs habitants de Lindblum couraient dans tous les sens, afin de se cacher du champ de bataille. Alexis se baissa encore plus, tout en prenant la précaution de ne pas lâcher le dragon, et cria aux quatre personnes :
« Oh hé ! Vous allez bien ?
-On fait tout ce qu'on peut pour que ces satanés Chevaliers noirs disparaissent hors de notre vue ! cria Lightning, qui se retrouvait face à un ennemi ayant comme monture un Fang anormalement gros et fort. Ce n'est pas vrai, je sens qu'on va avoir un sale quart d'heure !
-Ça va devenir très dangereux, si ceci continue de cette manière... remarqua Cloud, tenant avec force l'épée d'Alexandre d'Antioche.
-Il ne faut pas se rabaisser pour si peu, Cloud, intervint l'ami d'enfance de Cecil. Nous allons y arriver.
-Si vous voulez, je viens vous aider ! proposa le chevalier serbe, souhaitant qu'ils acceptent afin de ne plus se retrouver dans les airs.
-Alexis, je t'ai demandé de combattre les vaisseaux ennemis ! intervint Louhane, alors qu'elle était en train de regarder la tête d'un ennemi qu'elle avait décapité, et ayant maintenant les mains tachées de sang. Nous verrons bien si nous avons besoin de ton aide. En attendant, quelques uns des Ancêtres vont vous aider. Je pense que ce sera bénéfique pour vous, non ?
-Je préférerais l'aide promise par Cosmos et le gouverneur d'Alexandrie... »
Cloud, Kaïn et Lightning approuvèrent le chevalier serbe. En effet, ils attendaient avec impatience à ce que la déesse de l'harmonie et Takeshi Fukuyama envoient de l'aide à tout prix, pour éviter que cette bataille devienne de plus en plus macabre et sanglante. Mais, ils ne savaient pas à quel moment les deux personnes allaient intervenir, en toute sincérité. Pour l'instant, il fallait qu'ils tiennent jusqu'au bout, de leur propre chef. Louhane ne fit aucun commentaire, se contentant de baisser les yeux et de regarder la tête qu'elle venait de couper. Elle soupira bruyamment, posa la tête par terre avec délicatesse et décida de continuer le combat, sous les yeux étonnés des trois autres personnes. Après ceci, l'ancien mercenaire, le Chevalier dragon et l'ex-l'Cie se regardèrent, l'air inquiet, et se dépêchèrent d'aider la prêtresse de Gaïa à abattre les autres ennemis qui se trouvaient dans le quartier. Alexis, lui, partit rejoindre James, Philippe et la majorité de l'escadrille, pour prendre encore l'offensive, ayant toujours le vertige en actif. Il pensa alors à la tête que Louhane avait coupé et se remémora soudainement d'un triste épisode, alors que Marguerite faisait toujours partie des Chevaliers dragons. Mais, il se contenta que de dire, à la grande surprise des deux autres jeunes hommes :
« Cleyra... Cleyra... Cleyra...
-Alex, arrête de te plonger dans ce délire ! fit le chef de l'escadrille. Essaie d'oublier ceci, ce n'est pas le bon moment d'y repenser.
-Excuse-moi, ça m'a complètement échappé...
-Ce n'est rien, au contraire. Tout le monde a été choqué par cette bataille en particulier, je peux comprendre. Mais, essaye au moins de ne plus y repenser, on parlera de cela plus tard. Allez, ON Y GO !! »
Toute l'escadrille attaqua les vaisseaux ennemis, d'une intensité très forte. On pouvait y voir un vrai carnage, tous les tirs se mélangeant et essayant de toucher leurs cibles. Le ciel était tellement chargé de cela et la neige continuait de tomber, mais plus violemment que les heures précédentes. La température n'arrêtait pas de descendre à une vitesse grand V et atteignit les moins dix degrés. Cela voulait dire que la situation était de plus en plus dangereuse et que cela n'allait pas s'arranger du tout. La bataille était à son comble et Philippe s'inquiéta de plus en plus, rien qu'en voyant ses compagnons qui combattaient au sol, notamment Louhane, la plus vulnérable de tous, selon lui. Survolant le Quartier Commerçant de la ville, il vit Christian, Hope, Sazh, Shantotto et Snow, combattant un Phacoche, normalement lâché lors de la fête annuelle de chasse du royaume. Ils semblaient très remontés et n'arrivaient pas du tout à prendre les choses en main, vu qu'ils étaient aussi attaqués par des troupes de Chevaliers noirs. Le chef de l'escadrille demanda à son dragon de baisser son altitude, baissa la tête par la suite et demanda :
« Tout va bien ? Vous y arrivez ?
-Difficilement ! cria Christian, évitant un coup du monstre. Il est coriace, ce gros sanglier ! Bon sang, je n'envie pas ceux qui font, chaque année, la chasse annuelle...!
-Si Djidane et Freyja l'ont vaincu, tu peux le faire aussi. Et même les doigts dans le nez...
-Raaaahhhh !!!! cria à son tour Shantotto, les yeux rouges de colère. Je vais en faire un barbecue !! Il va regretter de s'être frotté à moi, la grande ministre de l'Orastère et grande mage de tout l'univers !!! Mouhahahahaha !!!
-Ça y est, elle prend la grosse tête... marmonna le fils du gouverneur de Lindblum dans son coin.
-De toute façon, elle l'a déjà pris... répliqua Philippe dans le sien, les dents serrés et faisant une horrible grimace. Et évite de la contrarier en plein combat, elle risque d'être de plus en plus dangereuse...
-JE VOUS AI ENTENDU, TOUS LES DEUX !!! » s'emporta la Tarutaru, le visage rouge et en montrant ses dents.
Le neveu du gouverneur du Nautilus éclata de rire, tout en continuant son trajet en compagnie de ses deux compagnons, alors que plusieurs Ancêtres commencèrent à arriver pour les aider. Ils ne faisaient que de tourner, pour attirer l'attention de l'ennemi, afin que Lindblum ne soit pas touché le plus possible. Mais déjà, quelques incendies s'étaient déclarés depuis peu de temps, sur plusieurs bâtiments, et plusieurs fumées noires montaient jusqu'au ciel – ce qui intoxiqua la majorité des personnes se trouvant à proximité de ces bâtiments. Hope, Sazh et Snow faisaient tout leur possible pour éviter que les quelques Chevaliers noirs, se trouvant dans ce quartier, attaquent par surprise le fils du gouverneur de Lindblum et la guerrière de Cosmos. Snow attaquait avec férocité et tua trois ennemis d'un seul coup. Grâce à son boomerang, Hope frappait avec beaucoup de violence, et envoyait dans les airs cinq ennemis. Sazh, quant à lui, vit qu'un ingénieur, resté en retrait, lui jeta deux grenades et le frère d'armes de Lightning les rattrapa avec justesse. Après quelques secondes de réflexion, il en jeta une sur plusieurs Chevaliers noirs et la grenade explosa avec vacarme, blessant mortellement ces derniers. Dans le ciel, le chef de l'escadrille, le général des Armées et le chevalier serbe entendirent l'explosion de la grenade et sentaient une odeur de brûlé. Alexis tira la langue en signe de dégoût, Philippe fit une grimace désagréable et James fit, en signe de commentaire, avec un sourire moqueur :
« Ah ! Un feu d'artifice qui a mal tourné, sans doute ! Ou alors, la nourriture a complètement cramé !!
-Nous ne sommes pas le 14 Juillet ! s'exclama le chef de l'escadrille en colère. De plus, l'odeur de brûlé me fait penser à ta médiocre maîtrise de la cuisine...! Tu m'as fait vomir avec les saucisses que tu as fait cuire au barbecue, il y a deux mois, quand Émile nous a donné une semaine de repos à l'oasis de Kaïpo !
-Oh, ça va, je plaisantais ! Bon sang, tu n'as aucun humour... tu m'énerves avec ton caractère de... »
James termina sa phrase par une insulte, ce qui agaça fortement De Salisbury. Alexis, lui, les siffla et leur montra le Quartier Théâtral, sérieusement touché par les explosions et les incendies. De plus, c'était ici où se trouvaient les autres combattants, alors que Serah et Dajh avaient trouvé refuge dans « L'Hildegarde ». Le théâtre avait eu le plus de dommages que les autres bâtiments du quartier et on voyait plusieurs habitants – les plus fortunés de la ville et les comédiens – sortir en toute hâte de l'endroit, afin de chercher un abri, pour attendre désespérément la fin de la bataille. Le général des Armées se rapprocha du théâtre, vit la situation actuelle et soupira avec force, puisqu'il trouvait indigne que les habitants ne combattent pas avec les Chevaliers dragons et quelques uns de leurs alliés. Les deux autres jeunes hommes étaient partis dans une autre direction, pour retrouver les autres vaisseaux ennemis qu'ils devaient abattre, avant que la ville ne soit complètement détruite et aux mains de Marguerite d'Antioche. La bataille n'était qu'un véritable carnage, il n'y avait pas d'autres mots. Mais, elle pouvait devenir tout aussi macabre et il fallait, coûte que coûte, éviter de faire durer encore plus l'offensive, pour les amener à une victoire rapide. Ce n'était pas facile du tout, il fallait tout de même le concevoir. De La Manche demanda encore une fois à son dragon de baisser, et vit ses compagnons combattre avec acharnement... même Minerve, malgré sa cécité. Un Morbol était face à eux et avait bien l'intention de leur barrer la route. Henrik et Djidane se préparèrent au combat, tandis que Vanille et Yun Fang se préparaient à l'arrière. La jeune princesse des Chevaliers dragons, elle, se concentra afin de lui asséner le sort feu, puisqu'une petite lumière rouge se fit voir autour des mains de la petite fille. James baissa la tête et demanda à son tour :
« Hé ! Est-ce que vous voulez de l'aide ?
-On se débrouille assez bien, donc non merci ! répondit Henrik, essoufflé. Tu devrais continuer à te battre dans les airs, tu nous aides assez pour cela !
-Dis donc ! C'est moi, le général des Armées, pas toi ! Tu n'es pas encore le roi des Chevaliers dragons, je te le ferai gentiment remarquer ! »
Le chevalier de la Lune Céleste ne fit aucun commentaire à ce que venait de dire le cousin de sa fiancée, qui reprit la route en compagnie de Philippe et d'Alexis. Il ne se contentait que d'attaquer, en compagnie de ses compagnons et de sa fille adoptive. Celle-ci sentit brusquement quelque chose d'anormal, voire d'inquiétant au sujet de son père. Comme si un événement allait bouleverser sa vie entière. Tandis qu'elle attaquait comme une furie – en remarquant que le mot n'était pas assez fort pour décrire ses frappes et son incroyable obstination – la petite fille prit conscience qu'une voix d'homme âgé lui parlait. Elle se concentra avec beaucoup d'énergie, et la voix lui disait :
« Il faut te préparer à une mort très bientôt, Minerve... Quelqu'un d'entre vous va mourir sous la colère noire d'une entité qui est craint de tout le monde, même des dieux... Il va falloir que tu prennes beaucoup de précaution pour que la folie ne prenne pas le dessus sur l'esprit de tout le monde, sinon... l'arme suprême sera invoqué et le monde courra à sa perte rapidement... »
La petite fille eut soudain le teint livide, après ceci, et tremblait comme une feuille morte. Très bientôt... qu'est-ce que cela signifiait ? Quelle était la personne qui venait de lui parler ? Et pourquoi avait-il parlé d'une probable invocation de « l'arme suprême » ? Minerve n'arrivait pas à réfléchir, puisque le bruit des épées et les cris aigus des habitants résonnaient dans sa tête. De plus, elle était en train de combattre des Chevaliers noirs dans la ville de son oncle, donc il était encore plus difficile de le faire correctement. La protégée de Thémis et de Némésis sentit que son cœur battait à la chamade, mit la main dessus et souffla de plus en plus vite, tout en ayant les yeux fermés. Mais, soudain, elle ne vit pas un ennemi qui s'avançait vers elle avec beaucoup de rapidité, tout en tendant son épée vers elle, afin de la tuer. Djidane le vit, affolé, et se décida à aider la princesse des Chevaliers dragons. Il se rapprocha suffisamment du Chevalier noir, se concentra et lança « SOLUTION 9 !! » à ce dernier. L'ennemi tomba raide mort, tandis que le voleur des Tantalas se retourna vers Minerve, et, tout en lui adressant un sourire, fit :
« Tu devrais faire attention, petite. On ne sait jamais ce qui peut arriver !
-Désolée, mais quelque chose me perturbe...
-Et... qu'est-ce que c'est ? Si c'est quelque chose de moins important que cette bataille, il va falloir patienter jusqu'à ce qu'elle soit finie !
-La mort... Elle va venir chercher l'un d'entre-nous... Très bientôt... »
Le guerrier de Cosmos eut le teint livide, à l'annonce de la raison des inquiétudes de la petite fille. Même les autres compagnons l'avaient entendu, notamment son père Henrik, qui se tourna vers elle avec un regard mêlé d'inquiétude et d'étonnement. Le chevalier de la Lune Céleste ne savait pas quoi faire, face aux paroles de Minerve, de plus qu'ils étaient confrontés à un autre combat contre les Chevaliers noirs. Comment les défenseurs du Quartier théâtral allaient-ils faire face à ceci ? Personne ne le savait, en toute sincérité. En plus, la chose était considérée comme très délicate et tellement horrible, puisque l'un des Chevaliers dragons – ou allié allait mourir très bientôt comme l'avait prédit l'homme qui avait parlé à Minerve et cette dernière. Mais de toute façon, il fallait attendre pour savoir si ce qu'ils disaient était vrai, et de savoir l'identité de la victime de la faucheuse.

Ce n'était pas du tout la joie, bien au contraire. Le groupe d'Henrik Valevski avait un autre problème à résoudre, en plus de l'affrontement des Chevaliers noirs au Quartier Théâtral de la ville... Quelqu'un allait mourir bientôt, mais personne ne savait son identité, pour pouvoir prendre les mesures nécessaires pour sa protection. Minerve pensa qu'elle n'aurait dû pas mettre un fardeau aussi gros, en plus de la bataille. Elle fit une grimace très désagréable et partit pour combattre les ennemis qui se dressaient sur son chemin, ainsi que ceux de ses compagnons. Ces derniers les suivirent, pour pouvoir espérer d'avoir une explication de la part de la princesse des Chevaliers dragons. Mais cette dernière ne voulut pas parler, elle préféra se battre, puisqu'elle pensait que les mots n'avaient aucune importance dans cette bataille-là, si importante à ses yeux. Le Morbol était toujours devant eux, et prenait toujours l'occasion de frapper sur l'un de ses ennemis, afin de l'attraper – ensuite, pour enfin l'égorger, attentant la venue de la mort qui serait très brutale et douloureuse. Yun Fang soupira bruyamment, tout en ayant une expression très désagréable, et essaya d'esquiver les coups que le monstre fit, avec ses tentacules vertes. De plus, il bavait sans cesse, ce qui horrifia Vanille, qui prit un teint livide et ayant l'impression de vouloir vomir à tout prix.
« Beurk... dit-elle en faisant une grimace. C'est dégoûtant... Pourquoi on n'aurait pas eu un autre monstre... qui serait plus classe ? Parce que là, franchement, il me dégoûte vraiment...
-Essaie de ne pas le voir sous ce point de vue ! conseilla Minerve, qui frappait aussi le monstre. Imagine que c'est... je ne sais pas, moi...! Une grosse glace en forme de monstre, au parfum menthe, le tout mélangé avec de la fraise – pour la langue, et du chocolat – blanc pour les dents et au lait pour les autres détails !
-C'est vachement difficile de l'imaginer comme ça... Bon dieu, les litres de bave qu'il doit avoir...! Beurk !!!
-Arrête !! fit le voleur des Tantalas, faisant lui aussi une grimace. A force, tu vas nous faire vomir ! Tu ferais mieux de te taire une bonne fois pour toute et de te concentrer sur notre objectif ! »
Vanille fit une terrible grimace, en entendant les propos de ce dernier. Ce n'était pas très plaisant d'avoir ce genre de réflexion, mais Djidane n'avait pas tout à fait tort. Tout d'un coup, une autre explosion se fit entendre dans le quartier et se situait juste devant le théâtre. Yun Fang et plusieurs Chevaliers dragons furent blessés et essayèrent tant bien que mal de se relever... difficilement. La sœur d'armes de Lightning fut brûlée au premier degré et émit des cris de douleur intenses. Minerve se rapprocha d'elle afin de la soigner, malgré le danger imminent. Henrik, Djidane et Vanille durent continuer le combat, avec deux personnes en moins. Le chevalier de la Lune Céleste attaqua, l'air décidé à prendre les choses en main, malgré la situation délicate où il était, en compagnie de ses compagnons et de sa fille adoptive. Il sauta, tout comme les Chevaliers dragons, fit une petite pirouette dans les airs et frappa violemment les membres du peuple ennemi, ainsi que le Morbol. Philippe De Salisbury, qui se trouvait devant lui, lors de ce saut, eut les yeux ronds et lui cria :
« Alors, on se prend pour l'un des nôtres ? Tu sais, tu ne vas pas impressionner Louhane pour autant, vu qu'elle n'est pas dans le même quartier que toi !
-Arrête un peu, Philippe ! lui répliqua le fiancé de la deuxième reine d'Antioche. Nous avons un but commun, non ? Alors, espèce de paresseux, ne reste pas planté là comme une statue et viens nous aider ! Cela t'apprendra à ne pas faire les choses correctement ! »
Le chef de l'escadrille marmonna des « Nia, nia, nia... ! », se comportant comme un enfant maternelle. Il regarda attentivement le Morbol, que les autres étaient en train de combattre et essaya de voir si il pouvait faire quelque chose, puisqu'il avait entendu la terrible explosion, survenue devant le théâtre – notamment les cris de Yun Fang. Alors, il demanda à son dragon de descendre son altitude et attaqua directement le monstre, malgré les difficultés présentes. Le dragon cracha du feu, le monstre hurla avec violence et balança ses multiples tentacules, énervé de ce qu'on venait de lui faire subir. Sentant la pression monter d'un cran, le chevalier de la Lune Céleste prit la résolution d'attaquer aussi violemment qu'il soit, malgré les risques qu'il encourait. Sautant au milieu des coups du monstre qui était en train de brûler vif, le jeune homme risquait à tout moment de se faire tuer et il le savait parfaitement. En tout cas, ce n'était pas le moment de baisser sa garde, comme dans toutes les batailles et il fallait que la victoire soit à leur portée – les Chevaliers dragons et leurs alliés, pour faire reculer l'influence monstrueuse de Shinryu et de Marguerite d'Antioche, de plus en plus grandissante. L'avenir en dépendait grandement et il ne fallait pas que cette bataille tourne dans le cauchemar le plus total, comme l'a été la bataille de Cleyra, qui devait être très marquante aux yeux des Chevaliers dragons... pour son atrocité légendaire, en quelque sorte. Après être soignée – le plus efficacement possible – par Minerve, Yun Fang se releva avec beaucoup de difficultés et se concentra, afin de prendre le plus de force possible. Malgré ses brûlures, la sœur d'armes de Lightning marcha, tenant à côté de la petite fille, sa lance, tout en tremblant.
« Yun Fang ! s'écria Vanille avec un sourire. Te revoilà enfin ! Il va falloir donner une bonne raclée à ceux qui ont essayé de te tuer !
-Je ferais tout mon possible, répondit l'intéressée, essayant tout de même de sourire. Mais, il ne faut pas être aussi idiots qu'eux...
-Idiots ? Nous ne sommes pas ces incapables, qui ont envie de prendre le pouvoir sur l'univers tout entier... répliqua le voleur des Tantalas, terrassant un Chevalier noir qui lui avait barré la route. Nous faisons tout notre possible pour prendre une grande avance sur eux, afin de ne pas condamner tous les peuples au despotisme de Marguerite. Franchement, je ne sais pas pourquoi elle a voulu passer dans l'autre camp.
-Ah bah ça... ce sera pour un autre moment ! intervint Henrik, frappant de toutes ses forces le Morbol. Le passé ne s'accorde pas avec le présent et l'avenir, donc...
-Tu as tort, mon cher ami !!! cria Philippe, en hauteur. Le passé influence sur le présent et l'avenir, tu ne le savais pas ? C'est pour cela que nous faisons attention à nos actes, pour ne pas faire les mêmes erreurs que nos ancêtres ! »
Aucun commentaire de la part du chevalier de la Lune Céleste, qui prenait ses précautions par rapport aux attaques du monstre vert. Voyant ceci, le chef de l'escadrille soupira bruyamment, mais continua quand même d'aider ses compagnons au sol, bien qu'il soit toujours en conflit avec les vaisseaux volants des Chevaliers noirs. Avec le dragon, esquivant les tirs ennemis, le jeune homme attaqua encore une fois le Morbol, toujours menaçant avec ses tentacules. Il tendit son bras droit, tout en écartant ses doigts et fit :
« Il va bien falloir que cette saleté disparaisse hors de ma vue ! FEU X !!! »
Philippe avait choisi ce sort-là, parce qu'il savait – même tout le monde, par ailleurs – que les monstres de type plante étaient très vulnérables à cet élément. Une grosse boule de feu fit son apparition autour du monstre – tandis qu'Henrik se dégageait pour ne pas être blessé, et se transforma en énorme explosion, qui inonda une bonne partie du Quartier Théâtral. Les cinq autres personnes se couchèrent brusquement, Yun Fang la première, puisqu'elle avait été la première à être brûlée. Mais, elle releva un peu la tête et vit le Morbol hurlant de douleur et essayant de frapper tout ce qui se trouvait sur son chemin, tout comme fut le résultat de la première attaque du chef de l'escadrille. Le toit du bâtiment des Tantalas fut détruit d'un seul coup, le théâtre fut encore victime de dégâts importants et l'exil des habitants se fit de plus en plus intense. Un vrai paysage de la bataille, mais non loin de la guerre, que l'on pouvait voir en cet instant précis. Philippe voulait que le monstre soit vaincu définitivement, mais, malheureusement pour lui, le Morbol restait toujours debout. Ce dernier montra ses dents et les cinq personnes au sol risquaient d'avoir encore plus d'ennuis. Quand elle put se relever, Minerve se concentra, leva les bras en l'air et un vent souffla brusquement, d'une violence assez forte. Djidane et Vanille la regardèrent avec étonnement et s'interrogèrent sur ce que faisait la protégée de Thémis et de Némésis.
« Qu'est-ce que tu fiches, encore ? demanda le guerrier de Cosmos. On n'est pas là pour faire les idiots et à cause de tes sottises, on va aller droit au mur, quitte à se faire avaler par ce monstre...
-Laisse-moi faire, bon sang !! s'exclama Minerve, tout en continuant sa concentration. Puisque le monstre est vulnérable à l'élément feu, cela pourrait être intéressant de l'invoquer...
-Invoquer qui ? répéta Vanille. Ifrit ? Mais c'est Barret qui l'a, et il n'est pas à nos côtés !
-Je ne pensais pas à lui... Je pensais au... DRAGON DE FEU, REDUIS EN POUSSIERE CE DANGER AMBULANT !!
-Ouah ! Pas la peine de s'énerver pour autant ! »
La petite fille ignora le commentaire de l'autre sœur d'armes de Lightning. Elle écarta les bras, le vent avait atteint une vitesse très violente, et un flux important, de couleur rouge vif, prit de l'importance et contourna rapidement la princesse des Chevaliers dragons. Minerve fit apparaître un sourire satisfait et éclata soudainement de rire. Les quatre autres personnes ne savaient pas pourquoi la protégée de la déesse de la Justice et de celle de la Vengeance était dans cet état-là. Au moins, ils savaient que la princesse avait eu une bonne idée derrière la tête, face au Morbol qui risquait de détruire tout le Quartier. Une bonne aubaine allait se présenter devant eux et ils pouvaient maintenant s'estimer heureux de prendre les choses en main, si soudainement. Le flux devint de plus en plus visible, jusqu'à faire apparaître un majestueux dragon, dont les écailles étaient de couleur rouge-orangé. Ce dernier émit un grognement intense et regarda le monstre avec beaucoup de colère, ne supportant pas que les Chevaliers dragons et leurs alliés soient en danger à cause cette calamité ambulante. Il s'éleva dans les airs et leva la tête, se préparant à une attaque qui pourrait être efficace... Très efficace, ce qui inquiéta Djidane, grelottant comme une glande qui allait tomber, et dont le visage devint de plus en plus livide. Il se retourna vers Minerve et lui demanda, d'une voix tremblante :
« Euh... Il faudrait qu'on se mette à l'abri, non ? Parce que là... je crois qu'il va y avoir plusieurs dégâts et...
-Ne t'inquiète pas, guerrier de Cosmos, coupa la petite fille avec assurance. Je sais ce que je fais, tu le verras bien.
-Je n'ai pas confiance en ton idée... Mais... qui ne tente rien, n'a rien. Essayons de voir si cela fonctionne... Si c'est le cas...
-Tu m'invites à dîner dans un des restaurants les plus chics d'Héra !!
-Euh... Tu es un peu trop jeune pour moi... »
Philippe, toujours resté en hauteur, éclata soudainement de rire et faillit tomber de son dragon. Pourtant, il se trouvait à la même altitude que le dragon invoqué par Minerve et une drôle de sensation l'envahit soudainement. Le chef de l'escadrille émit un drôle de bruit avec sa gorge, avec un regard inquiétant, comme si il avait peur de quelque chose en particulier... qui devait le gêner énormément. Il demanda à son dragon de s'éloigner un peu du dragon de feu et regarda en bas, voulant le résultat final de cette attaque. Le fils adoptif du gouverneur de Palumpolum se laisser glisser sur sa droite, jusqu'à se tenir à sa monture grâce à ses jambes et ses pieds et faisant quelques gestes improbables, afin de prévenir les autres au sol. Henrik l'aperçut et leva le pouce en l'air, lui montrant qu'il avait parfaitement compris le message de prévention. Le chevalier de la Lune Céleste ordonna aux autres de partir, mais Minerve refusa catégoriquement d'obéir, à sa grande horreur. Avait-elle prédit sa propre mort, inconsciemment ? Sans doute, vu son attitude envers son père et son acharnement à vouloir la victoire face au Morbol. Il était clair que ce n'était pas une bonne chose, quand on se mettait à la place du prince consort des Chevaliers dragons, voyant sa fille adoptive refusant de partir afin de sauver sa vie, alors qu'elle n'était qu'une enfant et avait toute la vie devant elle. Il n'hésita pas un instant à courir vers elle et décida de la tenir avec force, avec l'espoir de redonner la raison à Minerve. Mais rien ne fit, bien au contraire. La petite fille était toujours en train de se concentrer, afin de donner encore plus de puissance au dragon de feu. Ce dernier fut entouré d'une grande aura, ouvra sa gueule – où sortit une énorme boule de couleur rouge. De Salisbury, installé aux premières loges, grelottait encore plus et des gouttes de sueur coulaient sur son front. Après quelques secondes d'attente, le dragon de feu décida d'attaquer, à la grande horreur d'Henrik et de Philippe. La boule de feu fut lâchée violemment et, après avoir touché le sol, ce fut une explosion sans nom, comme si on revivait les instants des deux premiers bombardements nucléaires de l'Histoire. Mais ce n'était pas aussi intense que ce moment-là, datant de plusieurs siècles. Minerve restait debout, tandis que ses compagnons s'étaient recouchés de nouveau – sauf le fils adoptif de Valentin Du Bellay, qui avait repris le chemin des airs, retrouver Alexis et James. Le Morbol hurla encore plus fort que les deux fois précédentes et devint, au fur et à mesure, de la cendre. Henrik n'en croyait pas ses yeux : il avait compris que sa fille avait acquis une grande puissance, mais pas aussi extrême que celle de Louhane. Les yeux ronds, il se rapprocha de plus en plus de la petite fille et lui demanda :
« Comment...? Comment as-tu fait ceci ?
-Je suppose que c'est grâce à ma détermination que tout s'est passé comme ceci, répondit l'intéressée. Tu sais, papa... Il n'y a pas que moi qui puisse arriver à ce stade-là... Tout le monde peut faire la même chose que moi... Je ne suis pas la seule. »
Le chevalier de la Lune Céleste adressa un sourire à sa fille adoptive, heureux de la voir toujours en vie, devant lui. Djidane, Vanille et Yun Fang se relevèrent machinalement et virent le monstre, mortellement brûlé et s'évaporant dans le ciel sous la forme de cendres. Le voleur des Tantalas regarda tout autour du Quartier Théâtral, qui n'était plus du tout le même. Ce fut un spectacle macabre, tout comme l'avait laissé entendre Marguerite, lorsqu'elle avait exilé Cloud, Lightning, Louhane et leurs compagnons, alors que ces derniers se trouvaient à la Cinquième Arche. Djidane marcha tranquillement aux alentours, malgré les bruits des tirs entre les Chevaliers dragons et les Chevaliers noirs, poussant quelque objet détruit à jamais, se trouvant au sol, sous ses pieds. Après l'embuscade de la reine Branet et Kuja, Lindblum devait maintenant subir la folie de Marguerite. Le royaume, tout comme d'autres – dans Héra et dans les autres mondes, n'avait jamais pu prendre un seul moment de répit. Les habitants subsistaient dans l'horreur totale depuis un bon bout de temps et ne pouvaient plus vivre comme avant. Et cela pouvait se comprendre, en toute sincérité. Le guerrier de la déesse de l'harmonie se retourna vers ses compagnons et leur demanda :
« Qu'est-ce qu'on fait, maintenant ?
-Nous allons aider aux alentours, du mieux que nous pourrons, répondit Henrik avec tranquillité. Il est de notre devoir de protéger la ville. Nous l'avons promis.
-D'accord, d'accord !! Mais... tu veux qu'on aille dans quel quartier ? N'oublie pas que...
-Nous n'allons pas dans les autres quartiers, il faut protéger les infrastructures et tout ceci ! Je suis sûr que les autres se sortent à merveille...
-Ne sois pas si confiant tout de même, fit remarquer Yun Fang. Nous avons beaucoup à faire et le moment de l'affrontement contre Marguerite et Shinryu se rapproche dangereusement. Restons vigilant.
-Entièrement d'accord avec toi. »
Minerve termina sa représentation et s'inclina devant le cadavre calciné du Morbol, tandis que le dragon de feu fonça sur elle et disparut, quand il eut contact avec le corps de la petite fille. Cette dernière n'avait eu aucune sensation de ce contact, ni de brûlure. Tout ce qui importait pour elle, c'était de combattre avec force et courage, pour mener les Chevaliers dragons et leurs alliés à la victoire totale. La princesse leva le tête, respirant avec abomination la fumée des incendies qui s'étaient déclarées dans les bâtiments aux alentours, ayant Henrik et les autres à ses côtés. Elle sentait toujours une angoisse grandissante, du fait que quelqu'un allait mourir dans les prochaines heures, voire dans les prochaines minutes de cette bataille et qu'il fallait faire absolument très attention à cela. Mais pour l'instant, la défense du Quartier Théâtral leur était plus importante, malgré cette épée de Damoclès, les menaçant au-dessus de leur tête.

Ce fut un carnage sans nom, dans le Quartier Commerçant de la ville. Ce n'était pas une bonne partie de plaisir, rien qu'à voir le spectacle donné par Christian, Hope, Sazh, Shantotto et Sazh, face au Phacoche, libéré grâce aux Chevaliers noirs. Les dégâts étaient moins importants que ceux du Quartier Théâtral, mais il fallait tout de même faire attention pour que cette partie de la ville ne soit pas aussi vulnérable face aux explosions, sinon, ce serait perdu d'avance. Le Phacoche devenait de plus en plus dangereux et la situation allait s'aggraver encore plus. L'ancien général des Chevaliers noirs et la mage de Windurst ne supportaient de plus en plus plus la situation où ils étaient en ce moment. De La Vallière commençait à perdre la raison, jusqu'à se raisonner d'abandonner ce combat. Mais, en repensant à la jeune femme qu'il aimait, le jeune homme se disait qu'il ne devait, en aucun cas, le faire. De temps en temps, il fermait les yeux pour pouvoir penser à Louhane, objet de son obstination et de sa volonté pour pouvoir battre ses anciens soldats et compagnons. La ministre de l'Orastère s'aperçut de sa léthargie et décida d'y mettre fin en le frappant violemment au tibia, à l'aide de sa canne.
« Hé, oh !! cria t-elle, tout en ayant le visage qui vira au rouge. Ce n'est pas le moment de rêvasser ! Je te rappelle qu'il y a un monstre à faire frire !! Avec un peu de chance, ce sera notre repas pour fêter notre victoire, non ? Je n'ai pas envie de perdre à cause de tes maladresses, alors bouge-toi un peu !! »
Le fils du gouverneur de Lindblum ne fit aucun commentaire, occupé à se masser le tibia, essayant de faire partir la douleur que lui avait fait Shantotto. Ensuite, il lui adressa un regard méprisant, tout en se mordant volontairement la lèvre inférieure, et continua le combat contre le Phacoche. Les trois autres compagnons d'armes de Lightning étaient toujours occupé à mettre hors d'état de nuire leurs ennemis, afin de faciliter la tâche des deux personnes. Les explosions n'arrêtaient pas de se déclencher, à cause des vaisseaux mis à disposition par Marguerite d'Antioche, et les incendies semblaient de plus en plus importants et nombreux. Une vraie pagaille, à vrai dire. Mais cela n'améliorait pas la température actuelle, vu que la neige continuait à tomber et que le froid s'intensifiait de plus en plus, en fonction des minutes – ou heures passées, à combattre pour une chose précise, des deux côtés. Les Chevaliers dragons devaient protéger la ville – comme dans d'autres, en échange de l'accueil du roi pour qu'ils vivent en parfaite harmonie avec les autres habitants du royaume. Ils avaient gagnés, difficilement, trois batailles et la quatrième n'allait pas arranger les choses, voire devenir une véritable tragédie, ce que les gardiens de Shinryu ne voulaient plus revivre à nouveau. Au fil du temps, tout le monde avait eu conscience de la terrible tâche de ce peuple apatride, et s'interrogeait comment les choses se passeraient. En tout cas, dans le Quartier Commerçant de Lindblum, cela n'était pas très évident. Ajoutez un Phacoche et plusieurs Chevaliers noirs qui vous barrent la route et qui essayaient de vous tuer afin de prendre le quartier en question... cela peut vous amener à une situation très dangereuse, jusqu'au point de vous faire assassiner de sang froid, à la moindre imprudence que vous commettez. L'animal était très violent et ne semblait pas être convaincu pour arrêter son massacre dans le quartier en question. Hope, Sazh et Snow étaient occupés à combattre l'autre petite troupe de Chevaliers noirs qui risquaient de barrer la route à l'ancien général au service de Jun Akamoto et à la ministre de l'Orastère. Les trois frères d'armes de Lightning paraissaient très exténués de voir que leurs ennemis attaquaient avec autant que férocité, puisque ces derniers n'arrêtaient pas de leur asséner des coups agressifs. Hope n'en pouvait plus et se disait qu'il était grand temps de mettre fin à ce jeu qui devenait trop dangereux à son goût.
« J'en ai assez !! fit-il, alors qu'il était sous l'emprise d'une intense colère. Si on pouvait les battre directement, ce serait pas mal, non ?
-Mon cher Hope, tu te berces trop d'illusions, intervint Sazh. Tu as bien vu comment ils se comportent, notamment lorsqu'ils ont envahi Éden, non ? Même pendant la bataille de Palumpolum...
-Ce carnage de deux siècles doit cesser, pour notre bien à tous ! Alors...
-On te comprend parfaitement, tout le monde le pense ainsi, dit Snow, tuant deux ennemis d'un coup. Mais, il faut que tu saches qu'il faut agir pour arriver à ce résultat. On va vaincre ces rapaces et en finir définitivement avec ceci ! Fais-nous voir de quoi tu es capable face à ces têtes de vipères ! »
Hope regarda Snow, l'approuva rapidement et attaqua, en virevoltant son boomerang pour que ses adversaires soient le plus loin possible du quartier, voire de la ville. Il tournoya son arme, jusqu'à créer un fort ouragan, qui se dirigea vers les ennemis. En voyant ceci, Snow y mit son grain de sel, en lançant le sort « GLACE X !! ». La température descendit encore plus – ce qui inquiéta plusieurs Chevaliers dragons et Chevaliers noirs, et l'ouragan prit une dimension très intense. L'attaque combinée de Hope et de Snow agaçait fortement Shantotto, toujours face au Phacoche, en compagnie de Christian, qui n'arrivait plus du tout à se rester en équilibre.
« Bande d'idiots !! cria la guerrière de Cosmos, montrant ses dents tel un chien enragé. Vous n'aviez pas eu une autre idée que ça, sincèrement ? Punaise, vous me faites pitié et vous vous comportez comme des novices !
-Madame la ministre, ils font tout ce qu'ils peuvent pour prendre les choses en main et pour nous aider !! intervint le fils du gouverneur de La Vallière. Ils n'ont pas la carrure de novices, et je ne pense pas qu'ils auraient pu faire ce genre de choses sur un coup de tête !! Mais qu'est-ce que... MOUAAAAAHHHH !!! »
L'ouragan avait tellement pris de puissance qu'il enveloppa tout le Quartier Commerçant de la ville. Dans le ciel, l'escadrille des Chevaliers dragons et les vaisseaux de guerre au service du roi de Lindblum tentèrent de l'éviter, au risque d'être emporté par le phénomène. Alexis et James regardèrent le spectacle avec un air inquiet, mais pensèrent qu'il était de leur devoir d'aider les défenseurs du quartier, malgré le danger. Ils piquèrent brusquement et prirent la direction de l'effroyable cyclone, l'espoir inondé de courage, mais d'inquiétude. Le dragon d'Alexis fit une dangereuse manœuvre – ce qui mit le chevalier serbe dans tous ses états, fonça directement à l'endroit où se tenaient Christian et Shantotto, tentant s'accrocher face au vent violent. Celui de James fit la même chose, mais se dirigea vers l'endroit de l'ouragan. Plus il se rapprochait, plus l'intensité de l'ouragan était de plus en plus fort. James demanda alors à sa monture de s'accrocher aux murs des bâtiments, afin de ne pas être emporté par le courant, ce que cette dernière fit difficilement. Le général des Armées se tenait avec force au cou du dragon, serrant les dents tellement le courant était fort. Hope, Sazh et Snow se tenaient, avec ténacité, aux poignets des portes des maisons environnantes, malgré quelques moments de fatigue qui risquaient d'être très dangereux pour eux. Alexis, lui, s'accrocha lui aussi et se dirigea vers les deux personnes qui affrontaient le Phacoche, « emprisonné » dans le trou – qu'il avait fait – d'un mur où il avait été projeté. Le monstre émit de grands grognements, signalant aux autres qu'il était beaucoup en colère qu'avant le déclenchement de l'attaque des deux frères d'armes de Lightning. Le chevalier de Belgrade n'en croyait pas ses yeux, mais se contenta de voir si le Chevalier noir repenti et la guerrière de Cosmos s'en sortaient, malgré la situation grave où ils s'étaient embarqués. Ces derniers s'étaient accrochés chacun à un lampadaire de la ville, la mâchoire serrée et la persévérance de s'en sortir à tout prix, fluctuant leurs esprits respectifs. La mage de Windurst n'arrivait plus du tout à lancer ses sorts, ce qui s'était abouti à une accentuation de sa colère.
« Ce n'est pas vrai !! fit-elle, faisant une abominable grimace. Ils auraient dû faire autre chose que cela !! Ce sont des dangers ambulants, je vous le dis, moi !
-Arrêtez, Dame Shantotto... marmonna de La Vallière en la regardant avec un air noir. Pourquoi faut-il toujours que vous vous plainiez, alors que nous essayons de prendre l'avantage sur nos ennemis ? Je sais que vous êtes la plus grande et puissante guerrière de Cosmos – selon vos propres dires – mais quand même ! Ayez un peu de sympathie pour ces vaillants combattants, pour l'amour du ciel !
-Je n'ai pas envie !! Je veux juste que cela s'arrête, et immédiatement !
-Shantotto, ce n'est pas la peine de crier comme un vulgaire putois ! intervint Alexis, toujours accroché à son dragon. Nous allons prendre l'avantage, en faisant la totalité de ce qui nous sera possible de faire... Alors... LAISSEZ-NOUS AGIR !!
-Grrrrrrr.... »
Le fils du gouverneur de Lindblum approuva les dires du chevalier serbe, ce qui contraria la Tarutaru. Malgré cette situation périlleuse, il ne fallait pas du tout abandonner ce combat et faire en sorte que la ville ne tombe pas aux mains de Marguerite d'Antioche. L'ancien général des Chevaliers noirs avait de plus en plus de mal à se tenir, jusqu'au point de lâcher prise. Bien qu'il fut tenté de le faire, le jeune homme essaya tout de même de s'accrocher encore plus. Alexis et Shantotto furent bien surpris de la détermination du fils unique d'Henri de La Vallière, bien qu'ils la jugèrent admirable pour un ancien ennemi. Mais une question se posait... D'où venait cette envie de vouloir continuer la bataille avec autant d'intensité ? Il devait avoir une raison valable pour tout ceci, non ? Quand Christian se redressa tant bien que mal, accrochant le lampadaire avec force et saignant de la bouche, des oreilles et qu'il toussait très violemment, il vit les deux personnes le regardant, ce qu'il le mit très mal à l'aise, jusqu'à dire, d'un air désagréable :
« Qu'est-ce que vous faites là, à me regarder comme cela ? Nous ne sommes pas censé prendre les choses en main, afin de pouvoir vaincre provisoirement les Chevaliers noirs ? Allez, allez !! Ce n'est pas le moment de jouer à « Un, deux, trois, soleil » !!
-Tu as raison... marmonna le chevalier de Belgrade en plissant les yeux.
-Il va quand même falloir nous donner des explications !!! intervint la mage de Windurst. Si c'est comme ça, tu vas me porter !!
-Hein ?
-Deux...
-A trois, on saute... » poursuivit Alexis, en tirant la langue.
Pour seule réflexion, il eut le droit aux rires vicieux de Shantotto, montrant ses dents. Christian trouvait que la plaisanterie n'était pas très drôle et il se mordit volontairement la lèvre inférieure. Le jeune homme fit apparaître une expression très grincheuse, voire encore plus. De plus, il ne voulait pas porter la pire des guerriers de Cosmos... Jamais il n'aurait souhaité la voir, en toute sincérité. Mais le moment n'était pas venu pour donner quelques impressions sur telle ou telle personne, il fallait prendre toutes les précautions possibles pour chasser leurs ennemis du royaume de Lindblum, une bonne fois pour toute. Le Chevalier dragon de Belgrade soupira avec embarras, jeta un vite coup d'œil par derrière et fit à de La Vallière :
« Mais de toute façon, tu n'as pas le choix... Il vaut mieux tenter le tout pour le tout, sinon nous ne pourrons jamais y arriver. Et puis, le temps nous est compté... comme toujours, malheureusement... Je suis bête ! On le sait déjà ! Pourquoi il faut toujours le dire à chaque fois quand on a l'occasion ? Humph... »
Le fils du gouverneur de Lindblum soupira à son tour, en signe de désespoir, et se rapprocha de la guerrière de Cosmos pour la prendre sous son bras gauche, avec beaucoup de difficulté. Le vent souffla de plus en plus fort, tandis que James essayait tant bien que mal de prendre le dessus, en bloquant l'ouragan. Il avait lancé un sort encore plus performant que « Barrière » et était aidé par plusieurs autres Chevaliers dragons. Ses dents étaient tellement serrées comme si le jeune homme poussait avec endurance un mur impossible à déplacer. Il sentit que ses forces s'affaiblissaient dangereusement, mais pensait qu'il était impératif de prendre les devants. Hope, Sazh et Snow continuèrent à combattre les Chevaliers noirs, malgré le problème ici présent. Les soldats de Marguerite d'Antioche se montraient de plus en plus durs envers eux et la situation risquait de se corser encore plus. Sazh regarda deux Chevaliers dragons, piégés par quatre ennemis, et décida de les aider, en leur tirant dessus. Mais il dut se rendre compte que les tirs n'étaient pas très efficaces et semblait très inquiet de la situation, s'aggravant de plus en plus. L'homme regarda en haut – puisque son fils était à bord de « L'Hildegarde », en compagnie de Serah, et commença à perdre patience, du fait que la bataille devenait de plus en plus complexe. Il ferma les yeux, tout en serrant son arme, et prit encore l'initiative d'attaquer, encore et encore. Le compagnon d'armes de Lightning sentit encore plus de détermination et les deux Chevaliers dragons prisonniers de leurs ennemis, le regardant attentivement, prirent la décision de l'aider, du mieux qu'ils pouvaient. Ils se concentrèrent avec intensité et sautèrent vers le ciel, sous l'incrédulité des autres. Après quelques petites secondes, les deux personnes frappèrent avec fracas et Sazh souffla avec un petit sourire en coin, signe du fait qu'il était soulagé de l'aide qu'on venait de lui apporter. Shantotto, elle, lança avec énergie tous les sorts qu'elle avait en réserve, tandis que Christian essayait tant bien que mal de la tenir. Alexis s'accrochait toujours à son dragon, malgré la forte intensité du vent.
« Prends ça, et ça, et ça !! cria la mage de Windurst en montrant ses dents, et s'agitant comme si elle dirigeait un orchestre. Oh non !!! Il est trop puissant pour moi !
-Rien n'est puissant que toi, ma chère Shantotto... marmonna James en ricanant. Je crois que tu t'es trop surestimée, depuis le début de ta misérable vie...
-QU'EST-CE QUE TU DIS ??? »
Une colère monstrueuse inonda l'esprit de la ministre de l'Orastère, rien qu'en entendant les dires du général des Armées. Elle se concentra, regardant avec férocité James et essayait tant bien que mal de le blesser. Ce dernier résistait toujours aux attaques de la mage, alors qu'il était occupé à faire reculer l'ouragan.
« Aaaarrrrgggghhhh !! fit-il en serrant les dents. Je sens que je ne vais pas pouvoir retenir plus longtemps... Et galère...
-Je vais t'aider ! s'écria la ministre de l'Orastère. ATOMNIUM !!!
-Pas ça !!! »
Mais il était trop tard. Shantotto avait déjà lancé son sort, qui était devenu de plus en plus fort – involontairement, à vrai dire – et James prenait toutes les précautions pour que le sort ne soit pas destructeur et qu'il ne détruise pas tout le quartier entier. La Phacoche criait, criait et criait, apparemment effrayé par la situation présente. Et d'un seul coup...
BOUM !!
« Ce n'est pas en restant spectateur que l'on peut être un artisan de l'avenir, ni le défenseur de quoi que ce soit. »

Image

Avatar de l’utilisateur
Coco Girls
Débutant Niveau 1
Débutant Niveau 1
Messages : 18
Inscription : 10 oct. 2011 17:01
Localisation : Dans les étoiles.
Finaland :

Messagepar Coco Girls » 24 oct. 2011 21:13

C'est très beau se que tu écrie saurais était mieux si tu pouvais le faire en cinématique, j'aime bien ton histoire. (-^_^-)
Image
Le véritable amour est un délice tel qu'une gourmandise.

V-Divine Fist
Débutant Niveau 6
Débutant Niveau 6
Messages : 64
Inscription : 16 mai 2011 17:59
Localisation : Dans mon Paradis Blanc Divin...
Finaland :

Messagepar V-Divine Fist » 25 oct. 2011 1:17

@ Coco Girls: Yep je fait des cinématiques a la Final Fantasy si t'es pas au courent mais il me semble que je te l'avais déjà dit.
@ Louha: Sinon je vais lire ton dernier scenario Louha mais j'ai pas trop temps je travail beaucoup dans la 3D mais bon je vais faire tout même une petite pause pour. ;)
Image
La divine volonté...

Louha
Disciple Niveau 2
Disciple Niveau 2
Messages : 312
Inscription : 31 juil. 2010 16:29
Localisation : Royaume de Lindblum
Contact :
Finaland :

Messagepar Louha » 25 oct. 2011 9:27

@ Coco Girls : Tiens une nouvelle lectrice !! Merci, ça fait plaisir de voir que tu aimes l'histoire !! :D Par contre, pour les cinématiques, je ne sais pas comment faire et je suis pas très calée dans ce genre de chose, donc... Au moins, il y a V-Divine Fist pour les faire, mdrrrr !!

@ V-Divine Fist : Mais je ne vais pas te forcer à lire rapidement la fan fic, je ne vais pas te dire : "Hé oh, il faudrait que tu te dépêches là !!" Ce n'est pas du tout mon genre !! xD Il faut prendre son temps, lis à ton rythme :)
Mais l'idée de cinématiques peut être intéressant, je dois l'avouer !! :wink:
« Ce n'est pas en restant spectateur que l'on peut être un artisan de l'avenir, ni le défenseur de quoi que ce soit. »

Image

Louha
Disciple Niveau 2
Disciple Niveau 2
Messages : 312
Inscription : 31 juil. 2010 16:29
Localisation : Royaume de Lindblum
Contact :
Finaland :

Partie III - Chapitre III

Messagepar Louha » 19 déc. 2011 23:36

Chapitre III : Premier combat contre Shinryu

Malgré l'explosion violente du Quartier Commerçant qui les avait mis dans une grande inquiétude, Cloud, Kaïn, Lightning et Louhane essayaient tant bien que mal à prendre le dessus sur la garde des Chevaliers noirs. Il fallait bien le faire, même si ce n'était du tout gagné d'avance. La prêtresse de Gaïa tenait beaucoup à ce que la ville natale de Pierre soit libéré le plus vite possible, et que ce soit le sang de leurs ennemis qui soit le plus déversé. Elle le disait à voix haute, ce qui inquiéta beaucoup ses autres compagnons, ainsi que les autres Chevaliers dragons. Ces derniers avaient surtout peur que leur reine agisse avec terreur et qu'elle n'ait aucune pitié, comme l'avait fait Marguerite lors de la bataille de Cleyra. C'était pour cela qu'Alexis avait eu cette drôle d'impression, lorsqu'il avait regardé la tête d'un adversaire, coupée par la deuxième fille d'Alexandre d'Antioche, jusqu'à répéter trois fois le nom du village, où un massacre avait eu lieu, peu de temps avant l'arrivée, en guerre, de Lightning et Cloud, ainsi que leurs compagnons. Cet événement macabre était toujours dans les esprits et on se disait qu'il ne fallait pas prendre les mêmes initiatives, afin de ne pas revivre l'horreur connue en ce lieu. Contrairement à ce qu'ils pensaient, Louhane savait très bien que Cleyra fut un épisode tragique de la guerre entre les deux peuples apatrides. Une jeune femme de dix-sept ans pouvait comprendre ceci, mais elle ne savait pas comment faire pour donner une chance aux Chevaliers dragons d'obtenir une prestigieuse victoire. Elle n'avait accédé au titre de reine que depuis quelques heures seulement, et n'avait aucune véritable expérience militaire, peut-être du fait qu'elle avait été éloignée de son peuple depuis quelques temps, en exil au Lac Bresha. Mais la jeune femme avait continué à se battre en tant que Chevalier dragon et de contribuer à la victoire du peuple auquel elle appartenait. L'ex-SOLDAT de première classe et l'ami d'enfance de Cecil avaient fini de combattre une petite troupe de cinq ennemis – tandis que Lightning avait toujours quelques difficultés avec un des chars ennemis – quand ils firent, chacun à leur tour :
« Ce sera très difficile, Votre Majesté, fit le premier, à l'attention de la reine des Chevaliers dragons. Je ne vois pas comment faire pour les vaincre, alors qu'ils n'arrêtent pas d'affluer comme de vulgaires petits insectes.
-Il ne faut pas baisser les bras, Cloud, dit le second. Nous devons le faire, jusqu'au bout. Nous n'avons pas le choix, si nous voulons nous débarrasser de ces parasites.
-Je le sais, Kaïn... Mais, j'aurais aimé avoir les aides qu'on nous a promis, c'est tout. N'empêche qu'Alexis avait raison sur ce point-là...
-Nous les aurons, ces aides, il ne faut pas s'inquiéter pour autant ! s'exclama Louhane, contrariée. Mais, pour l'instant, nous nous devons de faire notre possible afin de pouvoir vaincre nos ennemis ! Et il faut que je répète encore une fois, apparemment... C'est que, comme je l'ai dit à Alexis, il y a quelques minutes, Cosmos et mon oncle nous aideront de tout leur possible. Je les connais très bien, même Cosmos, dont mon père en était le guerrier, et je peux vous assurer qu'ils sont dignes de confiance.
-Pour Cosmos, il va falloir que je discute plus longuement avec elle, remarqua Lightning, frappant avec force le char qui la mettait en difficulté. Mais, il nous faut savoir si nous pouvons accorder notre confiance au gouverneur d'Alexandrie. »
La jeune reine de dix-sept ans comprit les craintes de son alliée de Pulse. Il était vrai que Lightning, Cloud et leurs compagnons ne connaissaient pas vraiment Takeshi Fukuyama, cela paraissait évident. Même beaucoup. Ils n'étaient dans cette guerre que depuis peu de temps et cela leur semblait très difficile à comprendre, en peu de temps... Louhane avait confiance en Cosmos depuis plusieurs années, puisque son père et quelques uns de ses proches avaient combattu aux côtés de la déesse de l'harmonie. Pour son oncle Takeshi, ce dernier était toujours fidèle à son poste – tout comme Nicolas, Henri ou la gouverneure de Bevelle – et était prêt à aider, quoi qu'il arrivait. Il possédait plusieurs vaisseaux de guerre, qu'il prêtait régulièrement à la reine Grenat Di Alexandros. De plus, le gouverneur avait mis en pratique, le fait que lorsqu'un gouverneur était en danger, les autres, se trouvant à proximité, devaient prendre l'initiative de l'aider, comme ce fut le cas pour la bataille de Zanarkand, avec l'aide proposée de Marine de Dublin. Il fallait juste, pour cette bataille, qu'il vienne en renfort, en compagnie de l'aide promise par Cosmos. Après quelques secondes de réflexion, Louhane décida de reprendre la main et d'attaquer à nouveau, en compagnie des trois autres personnes. Mais il fallait tout de même faire attention aux bombardements provoqués par les vaisseaux des troupes ennemies, provoquant l'exode précipité des habitants du Quartier, bien qu'il y ait encore quelques uns qui se soient proposés à aider les Chevaliers dragons. Lightning leva brusquement la tête vers le ciel et vit un vaisseau familier... « L'Aile de la Victoire » du général Étienne de La Grange...
« Oh, oh ! fit-elle avec un rire moqueur. Je crois qu'il y en a un qui va bouillir comme une cocotte-minute, quand il va savoir ce qui est arrivé !
-De quoi parles-tu, Light ? demanda Louhane, en jetant le sort « Sacré » sur plusieurs adversaires.
-Marguerite a piqué le vaisseau d'Étienne. Je suppose qu'elle en a profité après nous avoir tous envoyé en exil, alors que nous étions à la Cinquième Arche.
-Ce n'est pas vrai !! Elle a beaucoup plus d'effectifs que nous !! Mais ce n'est pas une excuse pour abandonner, bien au contraire !
-Je suis d'accord avec vous, Votre Majesté, intervint un Chevalier dragon, se trouvant aux côtés de Louhane. Nous allons montrer à ces vauriens que nous pouvons nous défendre et les vaincre, quel qu’en soit le prix ! »
La deuxième fille d'Alexandre d'Antioche se retourna vers lui et l'approuva, tout en lui adressant un sourire, reflétant le désir d'une victoire éclatante à Lindblum. Ce n'était pas une mince affaire, il fallait tout de même l'avouer, mais les Chevaliers dragons devaient essayer de faire tout leur possible pour pouvoir chasser leurs ennemis. Cloud donna plusieurs coups à un adversaire, bien qu'il fit attention aux bombardements des vaisseaux de Marguerite d'Antioche. Kaïn, lui, sauta à vive allure et, quelques secondes plus tard, toucha six Chevaliers noirs à lui seul. L'ex-l'Cie de Pulse attaqua elle aussi, mais elle se rendit compte que quelque chose n'allait pas, en sentant une présence maléfique. La jeune femme eut un regard perdu, mais en même temps, elle essaya de se concentrer afin d'identifier, en quelque sorte, cette présence inquiétante. Prenant son arme comme à son habitude – pliant le bras gauche et mettant le droit en arrière – elle courut brusquement, au grand étonnement des autres, afin de rechercher ce qui lui faisait perdre une petite partie de sa raison. Elle parcourra quelques mètres, puis s'arrêta, quand elle entendit des propos, tout particulièrement terrifiants, d'une jeune femme :
« Mes pauvres petits sans défense... Je crois que vous n'avez pas conscience du danger qui vous guette depuis déjà si longtemps... Alors, permettez-moi de vous montrer de quoi je suis capable, afin de vous punir de votre inconscience et de votre insouciance !! »
Quand ils furent prononcés, la guerrière de Pulse se rendit compte que la voix était mêlée d'angoisse, de sadisme et de terreur. Quelques gouttes de sueur coulaient sur son front, bien qu'elle ait toujours envie de continuer à prendre part à la bataille. Elle fit quelques petits pas, afin de ne pas se mettre en danger, et regardait avec beaucoup d'attention les alentours. L'ami d'enfance de Cecil la vit dans cet état-là, la rejoignit et la regarda avec inquiétude.
« Que se passe t-il, Lightning ? demanda t-il. As-tu senti quelque chose de... menaçant...?
-J'ai l'impression qu'un ennemi très encombrant et très puissant va nous tomber dessus dans quelques instants, répondit l'intéressée. Je ne sais pas pourquoi, mais je le sens d'ici. Ce n'est pas bon du tout...
-Restons sur nos gardes. Ce n'est pas prudent de se jeter avec frénésie dans la gueule du loup.
-Je ne dis pas le contraire, ce n'est pas le soucis. J'en suis tout à fait consciente. »
Kaïn adressa un sourire à l'ex-soldate, tout en faisant attention à la venue de la présence, ressentie par Lightning. Cette dernière siffla Cloud et Louhane et ces derniers vinrent les rejoindre. L'ancien mercenaire ordonna aux autres Chevaliers dragons de continuer l'offensive, tandis que la reine de dix-sept ans regarda tour à tour l'ex-l'Cie et l'ami de Cecil, d'un air inquiet, et toute tremblante par rapport à cette nouvelle situation. La tension devint de plus en plus intense et tous les quatre se préparèrent à attaquer, attendant patiemment si Lightning avait eu raison de s'inquiéter. Deux ou trois minutes plus tard, ils aperçurent une ombre se diriger vers eux, très lentement. La prêtresse de Gaïa se rapprocha de l'ombre féminine et crut reconnaître sa sœur aînée. Elle tendit son arme vers la figure noire et cria :
« Marguerite ! Arrête de te cacher comme une lâche ! Je sais que tu es là ! Montre-toi ! »
Un petit rire fut émis par la jeune femme, qui haussa les épaules. On pouvait voir ses dents, blanchâtres, et fit quelques pas, en direction de la reine des Chevaliers dragons. Marguerite avait revêtu d'une armure noir, tout comme ses « sujets » et avait une grosse épée, de couleur pourpre, qu'elle tenait dans la main droite. On aurait dit l'arme qu'avait Cecil, avant qu'il ne devienne paladin. Cloud serra son arme qu'il tenait dans la main droite, Kaïn eut un air outré quand il vit la sœur de son alliée dans cet accoutrement, et Lightning serra les dents, tout en regardant l'ancienne Chevalier dragon d'un air dégoûté. Marguerite ricana de plus en plus fort, en fermant les yeux et en montrant les dents. Elle tendit la main gauche vers Louhane, comme si elle voulait lui toucher le visage, ou pire encore... la frapper. Mais, elle fut arrêtée par Kaïn, qui la frappa violemment avec sa lance. La reine des Chevaliers noirs vit que sa main était ensanglantée et qu'elle n'arrivait plus à la contracter. Pourtant, elle ne sentit aucune douleur.
« Toujours aussi violent, mon cher ami, se contenta t-elle de dire.
-Arrête de faire l'idiote ! s'exclama l'intéressé en colère. Pourquoi as-tu rejoint les Chevaliers noirs, alors que nous étions là pour t'aider ?
-Alors que quoi ? Que vous étiez là pour me secourir ? N'importe quoi... Vous vous êtes servis de moi pour vos batailles sanglantes, afin de les vaincre ! Je n'ai pas envie de me brouiller encore plus l'esprit avec cette histoire, mieux vaut en finir définitivement... Aujourd'hui, même.
-Tu es complètement folle... marmonna Louhane, tout en fermant les yeux. Pourquoi...? Je sais que cette haine entre nous deux dure depuis déjà dix ans, à cause de la prédiction de notre mère. Mais...
-Économise ta salive, petite sotte. Notre mère ne savait pas exactement tous les détails de cette histoire. Avant cette prédilection, j'ai commencé à devenir de plus en plus puissante, jusqu'à atteindre le sommet. Mais trêve de bavardages... Je vais tous vous tuer et j'instaurerai un régime de terreur ! L'univers entier devra se mettre à genoux devant moi ! Tous les opposants seront exécutés sans la moindre hésitation ! Ha, ha, ha, ha, ha ! »
Marguerite leva la tête et regarda attentivement « L'Aile de la Victoire ». Elle émit un sifflement bruyant, comme si elle ordonnait d'attaquer directement ses quatre adversaires, ainsi que le Quartier Ouvrier. Louhane se retourna vers les autres Chevaliers dragons et leur fit signe de prendre toutes les précautions possibles, pour ne pas être touchés par les tirs des vaisseaux ennemis. Plusieurs bombes furent lancés du ciel et une foule de civils fut mortellement touchée. La reine des Chevaliers noirs ricana avec force, tandis que ses ennemis étaient très en colère par rapport à son attitude déplacée. Sa petite sœur décida de l'attaquer violemment, suivie des autres. Montrant ses dents comme une lionne enragée et les yeux blancs comme neige, Louhane essaya de toutes ses forces de prendre l'avantage sur son ennemie et de la vaincre le plus rapidement possible. Mais... ce n'était pas gagné du tout, et Lindblum commençait véritablement à montrer des signes de faiblesse, avec la majorité des bâtiments victimes des incendies. On se serait cru à un véritable cauchemar, rien qu'en voyant ce spectacle macabre. Du sang ruisselait à travers les pavés des rues et Lightning se rendit compte qu'un petit flux s'était arrêté derrière elle, vu qu'elle s'était arrêtée sur les parois de quelques pavés. Regardant aux alentours, l'ex-l'Cie aperçut des cadavres jonchés sur le sol... hommes, femmes, enfants, vieillards... Personne n'était épargné par la déraison de Marguerite et des Chevaliers noirs. Cloud et Kaïn regardèrent également la scène et eurent le teint livide. Les trois personnes se regardèrent et l'ancien mercenaire fit à la prêtresse de Gaïa, qui était en train d'affronter sa sœur aînée :
« La situation est désespérée, Louhane ! Nous devons aider les habitants avant qu'ils ne soient tous massacrés !
-Je comprends très bien ce qui se passe, dit la prêtresse de Gaïa. Allez-y, je m'occupe de Marguerite. Faites votre devoir et tout ira pour le mieux. Du moins... je l'espère...
-Tu es folle ! cria Lightning, outrée par cette décision. On ne va pas te laisser toute seule, face à cette vipère ! »
Aucune réponse de la reine des Chevaliers dragons, tandis que l'ex-l'Cie se faisait tirer les bras par Cloud et Kaïn, malgré une farouche résistance. La guerrière de Pulse essayait tant bien que mal de les dégager, afin d'aider la jeune prêtresse de dix-sept ans.
« Lâchez-moi ! Je ne la laisserai pas faire cela !
-Elle a décidé de combattre sa sœur une nouvelle fois ! expliqua Kaïn, tout en gardant son sang froid. Mais, en même temps, j'ai comme l'impression que cela va mal se passer... mais je garde l'espoir pour que cette guerre soit terminée le plus rapidement possible...
-Vous n'avez aucune idée de quoi je suis capable ! intervint Marguerite avec un sourire sadique. Ha, ha, ha, ha, ha ! Allez, petite sœur... on va voir si tu peux encore tenir longtemps... SHINRYU, MONTRE-LUI COMMENT TU PEUX DIRIGER CETTE VILLE DANS LE CHAOS LE PLUS TOTAL !! »
Une aura négative se fit sentir et le ciel s'assombrit, malgré la neige tombante. Il faisait de plus en plus froid, on aurait cru se situer dans les paysages glacials de Sibérie. Le vent devenait plus violent que jamais et les deux peuples apatrides cessèrent de se battre pendant un petit moment, afin de voir le spectacle horrifiant. Louhane, située devant sa sœur aînée, recula de plusieurs mètres aux côtés de ses trois amis et regarda la figure de Shinryu, en train de se dessiner. Ses cheveux voletaient dans toutes les directions possibles et la jeune prêtresse de dix-sept ans fut prise d'une peur noire, rien qu'en voyant ceci. Contrairement à elle, Marguerite fut prise d'une joie inimaginable et ria encore plus fort que jamais, tout en mettant la tête en arrière et levant les mains avec grand plaisir. Le dragon maléfique apparut enfin entièrement et regarda les quatre personnes qui se trouvaient sur le chemin de celle qui l'avait libéré. Cloud et Kaïn avaient cessé de tirer Lightning, et tous les trois regardèrent le dragon avec beaucoup d'effroi. Shinryu grogna tel un lion prêt à attaquer ses proies, montrant sa colère et, en même temps, paraissait très en colère envers celle qui l'avait libéré, du fait qu'il ne voulait pas être mêlé à cette bataille si insignifiante pour lui.
« Petite idiote !! fit-il d'une voix mi-silencieuse, en montrant les dents. Pourquoi m'as-tu appelé ? Je t'avais dit que je ne voulais pas être mêlé à cette bataille, que tu devais te débrouiller par toi-même !!
-Je n'y peux rien, mon cher Shinryu, répondit la reine des Chevaliers noirs, souriante. Je voulais juste te présenter à ma sœur – qui est aussi mon ennemie – la reine Louhane d'Antioche.
-Ooohhh !!! Je vois... C'était avec elle que tu as essayé de vaincre Chaos, après avoir combattu Tiamat... Bien, bien, bien... Je n'aurais pas à attendre pour pouvoir la combattre et de lui donner le coup fatal qu'elle mérite... »
Louhane eut le teint livide, rien qu'en le regardant. Les autres avaient la même expression qu'elle et ne pensaient pas être confrontés directement à le dragon apportant la guivre, aussi vite qu'il soit et pendant cette bataille meurtrière. Pourtant, Cloud essayait de prendre un peu plus d'assurance, malgré cette peur instable et la présence du dragon de la désolation. Il serrait très fort l'épée appartenant à Alexandre d'Antioche, pour se donner encore plus de force et de volonté. Shinryu le regarda attentivement, ainsi que Lightning et Kaïn. Le dragon maléfique émit un rire terrifiant et leur dit :
« Je ne pensais pas vous faire peur à ce point-là... Et vous vous dites dignes guerriers de Cosmos...! Voyons, vous savez bien que vous ne pourrez rien faire contre moi... La seule solution est de vous rendre le plus vite possible... c'est-à-dire maintenant, si vous voulez continuer à vivre...
-IL N'EN EST PAS QUESTION !! cria Louhane, sous une colère intense. JE PREFERE SACRIFIER MA VIE, POUR QUE CET UNIVERS NE SOIT PAS SOUS TON JOUG, INFÂME DRAGON DE LA DESOLATION !!!!
-Arrête, tu es folle ! intervint Cloud, paniqué par l'attitude de la reine des Chevaliers dragons. Qu'est-ce que tu vas faire contre lui ? Tu n'es pas assez puissante pour le vaincre ! »
Louhane soupira face au commentaire de son nouveau général des Armées, sans pour autant cesser de croire à ce qu'elle venait de dire. Marguerite ne fit aucune remarque par rapport à l'attitude de sa petite sœur et haussa les épaules, d'un air contrarié. Elle regarda ensuite le dragon de la désolation avec intérêt et souffla bruyamment. Après quelques secondes de silence, la jeune femme de vingt-quatre ans fit :
« J'en conclus donc que tu n'as aucune hésitation à sacrifier ta vie pour sauver cet univers pitoyable et sans avenir prometteur... On va voir de quoi tu es capable. Mais souviens-toi d'une chose : c'est que je ne te ferai aucun cadeau, même si le même sang coule dans nos veines depuis notre naissance. Je te tuerai de la façon la plus douloureuse qu'il soit, et je peux te dire que je n'aurai aucun regret à te voir mourir, là où notre frère aîné a vu le jour. Prends garde ! »

Les deux sœurs ennemies étaient de nouveau face à face. Malgré les attaques aériennes des Chevaliers noirs sur l'escadrille de Philippe De Salisbury, les vaisseaux de guerre du roi Cid et la ville de Lindblum, le quartier était la victime d'un silence insoutenable. Les deux troupes des deux peuples apatrides avaient cessé de combattre dans le quartier, depuis l'arrivée de Marguerite et l'invocation de Shinryu. Ce dernier regarda autour de lui, tout en grognant avec calme, ce qui inquiéta Cloud, Lightning et Kaïn. Louhane, elle, semblait très remontée, malgré la peur qui essayait de prendre place dans son esprit. Tenant fermement son arme, la jeune femme de dix-sept ans n'avait pas d'autre chose à faire que d'affronter sa propre sœur, même si quelques fois, elle ne pouvait s'empêcher de se dire qu'il ne le fallait pas. Marguerite, elle, n'affichait aucun sentiment face à cela, montrant parfaitement qu'elle avait perdu toute son humanité. De toute façon, elle l'avait perdu depuis déjà un bon bout de temps, peut-être depuis la bataille de Cleyra, selon la majorité des Chevaliers dragons. Cloud observa les deux sœurs et se rapprocha de la reine des Chevaliers dragons. Il s'arrêta, ayant toujours le corps qui tremblait de plus en plus et s'éclaircit la gorge.
« Ce n'est pas une bonne idée, Louhane... dit-il. Je ne veux pas jouer les troubles-fêtes, mais il faudrait prendre d'autres initiatives...
-Non, il n'en est pas question, répliqua l'intéressée. Je me suis promise de faire sortir, par tous les moyens, les Chevaliers noirs du lieu de naissance de Pierre. Ce dernier est en train de défendre ma ville natale – peut-être a-t-il réussi, je ne sais pas – alors il faut que je gagne cette bataille pour lui, jusqu'à sacrifier ma vie pour cela.
-Tu es trop sentimentale, ma chère sœur, intervint Marguerite, contrariée. Mais ne perdons pas du temps à bavarder comme des pies... je ne pense pas que tu pourras participer à la dernière bataille de cette guerre, qui dure depuis déjà deux siècles... PRENDS GARDE !! »
Marguerite attaqua directement sa sœur, levant son arme en l'air pour faire signe à ses « sujets » de reprendre la bataille. Ces derniers s'exécutèrent et les Chevaliers dragons firent attention à ne pas se laisser se surprendre par leurs ennemis. Shinryu, lui, ne fit aucun geste, à la grande incrédulité de Cloud, Kaïn et Lightning. Louhane, elle, esquiva les attaques de la reine des Chevaliers noirs et se prépara pour le sort « Sacré ». Après quelques secondes, elle le lança, mais sa sœur aînée le bloqua sans aucune difficulté, ce qui mit la prêtresse de Gaïa en colère. L'ex-SOLDAT chargea à son tour – tandis que l'ami d'enfance de Cecil et la guerrière de Pulse aidèrent les autres Chevaliers dragons – et essaya de toucher son ennemie, occupée à combattre la réincarnation humaine de la déesse-mère. La jeune femme de vingt-quatre ans fut violemment touchée au torse, mais restait toujours debout, prête à combattre encore une fois.
« Tu ne sais pas de quoi je suis capable... fit-elle, le souffle haletant. Depuis que le dieu de la discorde m'a donné ses pouvoirs, je sens encore plus de force en moi ! Jamais tu ne pourras me vaincre !
-Que dis-tu ? s'interrogea Louhane, les yeux ronds. Tu as reçu les pouvoirs de Chaos...? Mais... mais...?
-Eh oui, ma chère sœur !! Maintenant, tu n'as plus aucune ressource pour pouvoir me vaincre, et Gaïa ne pourra pas te sauver de ce guet-apens, ha, ha, ha, ha, ha !! Je sens que je vais bien m'amuser...
-Même si tu es devenue plus forte que moi, jamais je ne pourrais me laisser abattre comme cela ! Papa nous a toujours dit que, même dans les situations les plus désastreuses qu'il soit, il faut que nous nous dépassons encore et encore, pour pouvoir les surmonter ! C'est ça, le plus important ! »
La reine des Chevaliers dragons respira de plus en plus vite, montrant à sa sœur qu'elle n'était pas du genre à se laisser marcher dessus comme cela. Mais plusieurs choses l'inquiétaient avec beaucoup d'intérêt... quelle était la raison de la déchéance de Marguerite ? Pourquoi avait-elle une haine particulière, et si soudaine, envers son peuple natal et tout l'univers entier ? Louhane ne le savait pas, même si toutes les deux étaient issues du même sang, de la même famille. La reine noire d'Antioche ne fit aucun commentaire face à l'attitude de sa petite sœur, et décida d'attaquer encore une fois. Lightning, pourtant occupée à combattre les Chevaliers noirs, la vit et lui lança un sort de foudre, sans pour autant l'atteindre. Quand elle s'aperçut que Marguerite n'avait eu aucune blessure assez importante – bien qu'elle arrêta l'offensive – la guerrière de Pulse émit un cri fort désagréable et serra les dents, ainsi que son arme. Kaïn sauta d'un bond et disparut dans le ciel pendant quelques secondes. Cloud se concentra sur Shinryu et s'avança vers lui en courant, espérant que le dragon soit détruit en un seul coup. Mais, malheureusement pour lui, l'ancien prisonnier des Chevaliers dragons le vit et lui asséna plusieurs coups mortelles. Louhane, tournant brusquement la tête vers l'ancien mercenaire, claqua des doigts, tout en disant d'une voix douce :
« Ce n'est pas le moment de mourir, mon cher... Il faut que tu tiennes jusqu'à l'affrontement final... »
Sur le coup, Cloud n'entendit pas les paroles de son alliée. Il était plus occupé à s'apercevoir que les coups de Shinryu n'avaient eu aucun impact sur lui, ce qui énerva Marguerite, victime de l'attaque préparée par Kaïn. Contrairement à elle, l'être apportant la guivre émit un grognement assez intriguant, comme si il était en train de rire face à cette situation. La reine des Chevaliers dragons n'avait pas le cœur à entendre ce genre de rire, beaucoup trop affreux pour elle. La jeune femme se boucha les oreilles et laissa apparaître un visage effrayé, tout en fermant les yeux. Elle se croyait confrontée à un horrible cauchemar, dont elle ne pouvait plus sortir à présent. Lightning se rapprocha d'elle, essaya de la réconforter de tout ceci et lança un regard noir à Shinryu. L'ex-l'Cie montrait tant bien que mal qu'elle n'avait nullement peur du monstre et tenta de prendre le dessus, ce qui semblait assez impossible en ce moment.
« Tu crois vraiment que tu me fais peur ? fit-elle d'un ton menaçant. Que nenni !! Nous allons te vaincre, comme les guerriers de la déesse de l'harmonie l'ont fait lors du dernier conflit !
-Il va falloir que tu comprennes que personne ne peut me vaincre !! répliqua Shinryu du même ton. Depuis que j'ai été libéré par Marguerite d'Antioche, je suis encore plus puissant que tu ne le crois, guerrière de Cosmos !!
-Même si tu es plus puissant que lors de la dernière bataille entre Cosmos et Chaos, nous te vaincrons !! Ta défaite sera inévitable, crois-moi sur parole !! »
Apparemment, Lightning n'avait pas entendu l'appellation que Shinryu venait de lui donner, en tant que « guerrière de Cosmos ». Contrairement à elle, Cloud l'avait entendu et semblait être choqué par les dires du dragon maléfique. La guerrière de Pulse n'était pas présente lors du dernier conflit en date, il pouvait en être certain. Mais... comment se faisait-il que l'être apportant la guivre puisse la connaître, alors que c'était la première fois qu'ils se rencontraient et se battaient contre eux ? La réponse à cette question semblait être très délicate, mais il ne fallait, en aucun cas, être troublé par ceci. Kaïn regarda Shinryu de haut, émit un soupir désespéré, et se retourna vers Louhane, toujours repliée sur elle-même. Cette dernière n'arrivait pas à se calmer.
« Est-ce une bonne idée de les combattre maintenant ? demanda t-il. Je veux dire que la fin de cette histoire ne va pas se faire avec les batailles que nous menons en ce moment...
-Je le sais très bien, répondit la reine des Chevaliers dragons, en se relevant. Nous ne pourrons pas les vaincre en une seule fois, mais ce serait une bonne occasion de leur asséner quelques coups importants, afin de nous donner quelques avantages...
-Et tu crois vraiment que tu vas me battre, alors que tu es recroquevillée sur le sol ? répliqua Marguerite avec un sourire narquois. Ce serait facile de te blesser mortellement, d'un seul coup... Mais ne t'inquiète pas, je ne vais pas te laisser souffrir... Je te le promets !
-Je ne me laisserai pas faire ! Regarde de quoi je suis capable ! »
La prêtresse de Gaïa devint rouge de colère et se concentra avec beaucoup d'importance. Marguerite sentit l'aura de sa sœur augmenter de plus en plus, et d'une vitesse importante. Un vent encore plus froid souffla et souffla, comme si une terrible punition allait s'abattre sur la reine des Chevaliers noirs. Cette dernière afficha un visage très énervé, puisqu'elle n'allait pas se laisser faire comme ceci. Elle se prépara à attaquer, en reprenant sa position de combat. De son côté, Cloud chargea en direction des Chevaliers noirs, qui essayèrent de lui barrer la route. Kaïn l'aida dans sa démarche, tandis que Lightning était toujours aux côtés de la deuxième fille d'Alexandre d'Antioche, décidée à joindre ses forces à ceux de la prêtresse. Cette dernière renforça encore son attaque et fit apparaître une grosse boule blanche dans ses mains, faisant briller son armure à mille feux. La reine des Chevaliers noirs, elle, attaqua une seconde fois et essaya de toucher sa sœur cadette en lui voulant lui asséner plusieurs coups à la fois. Mais, malheureusement pour elle, Louhane fut protégée par Lightning, qui, après, chargea encore sur Marguerite, sans réel succès. La guerrière de Pulse ne supportait pas que cela puisse la mettre dans cette situation critique et, en même temps, était très inquiète de la façon dont Shinryu allait réagir. La reine des Chevaliers noirs la regarda avec un sourire malsain et lui fit :
« Tu as raison de t'inquiéter comme ceci, ma chère Claire... Tu ne sais pas comment la tournure de ce combat va prendre ? Laisse-moi t'expliquer... J'assassinerai toutes les personnes qui voudront me barrer la route, et je montrerai à tout le monde que j'ai enfin eu ma vengeance...
-Pour quel motif ? interrogea Lightning, prenant soudainement un air noir. Tout le monde a voulu t'aider, mais tu n'en as fait qu'à ta tête, comme tu as l'habitude de faire !! Pourquoi ? Parce que tu estimais que tu pouvais bien faire les choses toute seule et te contrôler !! Tu ne te sers que de prétextes idiotes pour pouvoir justifier de tels actes !
-Interroge tous les Chevaliers dragons qui étaient à la bataille de Cleyra, ainsi qu'aux gardiens de la mémoire... Je suis sûre que tu auras beaucoup de réponses par la suite.
-Dois-je comprendre que nous n'allons pas mourir maintenant ? demanda à son tour Louhane, le teint livide, et essayant de se rassurer.
- Qu'est-ce que tu me dis, là ? Que vous n'allez pas mourir maintenant ? Que nenni, tu te trompes beaucoup trop ! Je ne vois pas pourquoi je pourrais vous laisser la vie sauve, après tout ce que j'ai enduré pendant si longtemps ! Mais, cela se terminera rapidement, il faut me croire sur parole !! Shinryu, allons montrer à ces vauriens tout de ce que nous pouvons faire !! »
Le dragon de la désolation leva sa tête le plus haut possible, aspirant le vent glacé. Cloud et Kaïn, sentant quelque chose de pas très clair, se retournèrent pour voir ce qui se passait. Lightning fit signe à Louhane de reculer le plus loin possible des deux parasites. La prêtresse recula seulement de trois pas, et refusa d'en faire plus, pensant qu'il n'y avait qu'elle pour pouvoir arrêter ceci, jusqu'à y laisser sa vie. L'ex-l'Cie essayait tant bien que mal de la faire reculer avec force, mais ne se fit. Quant à eux, l'ancien mercenaire et l'ami d'enfance de Cecil les rejoignirent avec hâte et aidèrent leur alliée de Pulse à tirer de force la reine des Chevaliers dragons, toujours avide de pouvoir contrer l'attaque que préparait Shinryu. Quelques secondes se passèrent et le dragon de la désolation arrêta ce qu'il était en train de faire. Il baissa la tête, regarda les quatre personnes se trouvant devant, puis Marguerite, comme si il attendait un ordre de sa part. La reine des Chevaliers noirs le regarda elle aussi, sourit avec malice tout en serrant les dents et sentit la peur intérieure de sa sœur cadette, encore plus. Cette dernière prit une bonne respiration et serra encore plus son arme, à tel point qu'on s'apercevoir qu'elle tremblait avec intensité. Des secondes plus tard, sa respiration devint de plus en plus haletante, et la jeune femme semblait avoir de plus en plus de mal à respirer. Marguerite avait du plaisir à la regarder, jusqu'à dire :
« Ne sois pas si paniquée que cela, ma chère sœur... Tu vas rejoindre nos parents le plus vite possible, ne t'inquiète surtout pas... De plus, je pourrais te rendre service...
-De quel service parles-tu ? demanda Louhane, de plus en plus paniquée.
-Mais, tu ne vois pas en quoi je veux insinuer...? Réfléchis un tout petit peu, voyons ! Si tu meures, tu ne pourras pas voir tes proches et tes sujets mourir dans d'atroces souffrances... Au moins, je suis gentille là-dessus, non ?
-Espèce d'idiote ! Tu n'as aucun sentiment de culpabilité, ni d'humanité envers les autres... D'ailleurs, tu n'en as jamais eu depuis un certain moment !
-Tais-toi ! Vois ce que Shinryu te réserve en guise de punition ! »
Le dragon de la désolation se rapprocha encore plus de la prêtresse de Gaïa, tandis que cette dernière se voyait encore plus protégée par ses trois autres alliés. Cloud regarda avec menace le dragon, tandis que Lightning et Kaïn prirent chacun une position offensive, afin d'attaquer l'ancien prisonnier des Chevaliers dragons, de plus en plus imposant et très dangereux. Le dragon maléfique s'éleva, imposant, et se prépara à attaquer l'ennemie de celle qui l'avait libéré. Louhane serra encore plus les dents, ayant des gouttes de sueur coulant sur son front et les lèvres tremblantes. Ses trois alliés serrèrent eux aussi les dents et leurs armes respectifs, et tentèrent de ne pas laisser la peur prendre le dessus sur leurs esprits. L'être apportant la guivre ouvrit sa gueule devant Louhane et sortit une boule noire-violette. La prêtresse de Gaïa prit un teint livide rien qu'en voyant ce qui l'attendait. Serrant encore et encore son arme, jusqu'à ce que ses mains commencent à saigner, elle se disait qu'il ne fallait pas se laisser faire, malgré le fait que cette situation ne lui était pas favorable, mais alors pas du tout. Quelques secondes passèrent avant l'attaque de Shinryu et pendant les paroles de Marguerite à l'intention de Louhane :
« Adieu, petite sœur... »
Shinryu lança son attaque sur la jeune prêtresse de Gaïa, sous les yeux effarés des autres. Cloud commença à courir afin de secourir son alliée, malgré la peur qui s'intensifiait en lui.
« Louhane !! » cria t-il d'une voix paniquée.
Lightning et Kaïn le mimèrent, mais semblaient avoir un mauvais pressentiment par rapport à la tournure des événements. Tout semblait être fini pour de bon...

« BRILLE !! »
Une aura de lumière protégea Louhane de l'attaque. Marguerite eut l'air effarée quand elle vit ce retournement de situation. On voyait qu'elle tremblait aussi bien que sa petite sœur, avant que cette dernière ne reçoive l'attaque de Shinryu.
« Qu'est-ce que cela veut dire, à la fin ? fit-elle, contrariée. Shinryu... que s'est-il passé ? »
En signe de réponse, le dragon de la désolation émit un grognement assez bruyant. Rien qu'en l'entendant, on pouvait s'apercevoir qu'il n'était pas vraiment content de ce qui venait de se passer. Mais sa colère n'était rien, si on comparait celle de sa libératrice, qui avait serré ses poings avec beaucoup de force. La reine des Chevaliers noirs recula de quatre pas et ne savait pas qui avait secouru Louhane. Cette dernière ne comprenait pas non plus, ainsi que Lightning et Kaïn. Mais Cloud, lui, n'était pas dans ce doute-là. En entendant le nom de l'attaque, il savait très bien l'identité de la personne qui venait de sauver la reine des Chevaliers dragons d'une mort certaine. Et cette personne se tenait devant la prêtresse de Gaïa, ayant une armure imposante, le casque avec de fines cornes jaunes et des cheveux gris argentés, lui tombant jusqu'au bas du cou, et agenouillé. De plus, elle avait lancé l'attaque « Bouclier de lumière ». Ce qui signifiait que...
« Tiens, notre cher Guerrier de la Lumière est de retour !! fit l'ancien mercenaire avec un grand sourire. Merci pour ton aide !
-Ce n'est rien et de toute façon, nous n'allions pas vous laisser dans cette galère pareille... répondit l'intéressé en se relevant machinalement. Cosmos a promis d'aider la reine des Chevaliers dragons et cette aide, c'est nous.
-« Nous » ? Comment ça ? Tu es seul, je te signale... répliqua Lightning en regardant le Guerrier de la Lumière. Où sont tes autres compagnons ?
-Ils sont en train d'arriver, il ne faut pas s'inquiéter. Hé...! Mais... qui es-tu ? Je ne t'ai jamais vue jusqu'ici ! Es-tu l'une des...?
-Nous n'avons pas le temps pour faire les présentations, intervint Louhane, en faisant la révérence à l'autre guerrier de Cosmos. Marguerite et Shinryu sont devant nous, je vous le signale. »
Le Guerrier de la Lumière se retourna vers la deuxième fille d'Alexandre d'Antioche, et lui adressa un sourire timide, sans pour autant être gêné de la tenue de la jeune femme. Marguerite, elle, serra les dents, les montra avec férocité et lança un regard noir au sauveur de sa petite sœur. Ce regard se transforma peu à peu en regard vicieux, et la reine des Chevaliers noirs semblait devenir de plus en plus dangereuse, peut-être du fait qu'elle prenait une position d'attaque. Fixant une nouvelle fois sa sœur cadette, Marguerite pointa son arme devant la prêtresse de Gaïa, eut un sourire sadique et chargea encore une fois et le Guerrier de la Lumière se présenta de nouveau, afin de protéger Louhane. Le guerrier de Cosmos bloqua le coup de la reine noire et la blessa.
« ÉPÉE DE LUMIÈRE !!! » cria t-il.
Vu que le bouclier humain de la reine des Chevaliers dragons avait crié ceci, Cloud avait conclu qu'il avait fait l'attaque de l'« Épée runique ». Marguerite s'envola au loin, mais, l'intensité ne fut pas très forte pour elle et en profita pour revenir sur ses pas, à la grande horreur des autres. Lightning força Louhane à reculer d'un bond et plusieurs bâtiments furent détruits avec fracas. Shinryu s'éleva un peu dans le ciel pour ne pas être touché par les débris et rugit avec beaucoup d'intensité. Kaïn, lui, regarda les environs et en conclut que les choses n'allaient pas s'arranger de si peu. En effet, plusieurs explosions éclatèrent en même temps, ce qui compliqua encore plus la situation. Marguerite regarda autour, et laissa apparaître un sourire satisfait, comme si cela était prévu dans son plan.
« Regarde, fit-elle à l'intention d'une Louhane effarée. Tu vois ce qui se passe ? Cette ville est en train de souffrir, comme moi j'ai souffert. Elle tombe en ruines, tel un château de cartes. Comme mon prestige, jadis...
-Tais-toi, arrête de dire des bêtises !!! cria la prêtresse de Gaïa. QU'EST-CE QUE CELA T'APPORTE ??!!
-Cela m'apporte un grand soulagement, de voir que les autres souffrent comme moi. Parce que j'estime que les autres doivent avoir les mêmes douleurs que j'ai eu.
-TU ES FOLLE DE PENSER CELA, ALORS QUE TOUT LE MONDE FAISAIT TOUT SON POSSIBLE POUR T'AIDER !!
-Au risque de me répéter, personne ne l'a fait, espèce de petite sotte !! Je vais t'apprendre à te moquer de moi ! »
Les yeux de Marguerite devinrent blancs comme neige et ses cheveux volaient dans tous les sens, comme si elle voulait montrer toute la puissance qu'elle possédait. Louhane tremblait de plus en plus et n'arrivait plus du tout à se contrôler. Cloud et le Guerrier de la Lumière se mirent devant la reine des Chevaliers dragons pour pouvoir la protéger, tandis que Kaïn et Lightning prirent leur position d'attaque. Le vent devint de plus en plus intense et le froid se faisait de plus en plus sentir, au fil du temps. Marguerite s'avança encore plus des quatre personnes, tandis que Shinryu s'éleva encore dans les airs, de plus en plus imposant. La reine des Chevaliers noirs avait une démarche lente, mettant un pied devant l'autre, avec un sourire malsain. Levant les bras avec grâce, la jeune femme fit apparaître deux grosses boules blanches, dans chaque main. A chaque pas que leur ennemie faisait, la prêtresse de Gaïa, l'ex-l'Cie et les deux guerriers de Cosmos reculèrent à grands pas. De plus, il fallait qu'ils fassent attention aux explosions qui éclataient aux alentours, donc ce n'était pas une bonne partie de plaisir. Quant à eux, les Chevaliers noirs étaient venus derrière leur reine et avancèrent comme elle. Certains avaient enlevé leur casque et affichèrent un sourire narquois, comme l'avait remarqué Lightning, effarée de voir ce spectacle. L'ancienne soldate tenait toujours son arme avec insistance, mais ne savait pas comment le spectacle allait tourner. Les deux guerriers de la déesse de l'harmonie fermèrent les yeux, tendirent leurs bras, malgré le fait qu'ils portaient leurs armes – ainsi qu'un bouclier pour le Guerrier de la Lumière. Plus Marguerite et ses Chevaliers noirs avançaient, plus la peur envahissait Louhane et ses alliés. Les Chevaliers dragons se rendirent compte que leur reine était en réel danger et décidèrent de lui prêter main forte. Tous se mirent derrière la prêtresse et l'un d'eux, se trouvant pile derrière « Sa Majesté » et lui mit ses mains sur son dos, comme pour lui dire qu'il ne fallait en aucun cas reculer. Il la poussa de force, ce qui étonna fortement Marguerite. Cette dernière s'arrêta et ordonna à ses sujets d'en faire de même et demanda :
« Est-ce une plaisanterie ? Je vois les Chevaliers dragons qui prennent de plus en plus leur courage à deux mains !! Cela est impossible, je suis en train de rêver ! Ha, ha, ha, ha, ha !! Louhane, qu'est-ce que tu as ? Ma pauvre chérie, tu es encore plus pâle que tout à l'heure ! »
Sa sœur cadette n'arrivait pas à répondre. Elle bougeait ses lèvres, mais aucun son sortait. De plus, la prêtresse de Gaïa tremblait encore et encore, ce qui rendait la tâche plus facile pour sa sœur ennemie, mais très délicate pour ses alliés. Lightning posa un regard noir à l'« héritière humaine » de Chaos, serra encore plus son arme et mit la main gauche à l'épaule de Louhane, en lui chuchotant à l'oreille :
« Ne te laisse pas abattre par cette idiote sans jugeote, il n'en vaut pas la peine. Mais, il faut que les autres compagnons de Cloud et du Guerrier de la Lumière arrivent, ainsi que les effectifs de ton oncle, le gouverneur d'Alexandrie.
-Je ne sais pas quand mon oncle viendra, mais je sais qu'il nous aidera, fit la reine des Chevaliers dragons avec la même intensité de voix que son alliée de Pulse. Il nous faut encore du temps, mais je ne sais pas combien de temps nous pourrons encore tenir. Mais...?
-Trêve de bavardages !! s'emporta Marguerite, ayant toujours ses yeux blancs et son air menaçant. Je vais te décapiter dans les prochaines minutes qui suivent et je pourrais montrer ta tête à tout le monde. Alors, tous les Chevaliers dragons prendront conscience que cette guerre est entièrement terminée et que personne ne pourra me vaincre !! JE FERAI RÉGNER LA TERREUR ET TOUT LE MONDE DEVRA M'ODEIR ET ME CONSIDÉRER COMME LEUR DÉESSE SUPRÊME !!!
-Si c'est pour me décapiter, sachant que je pourrais voir encore pendant quelques secondes, tu peux te mettre les doigts dans l'œil, fit Louhane, reprenant soudainement un peu plus de fierté. Je préfère néanmoins me faire enterrer vivante à Zanarkand...
-Le châtiment réservé aux prêtresses qui font revivre les morts et qui leur donnent l'immortalité ? Je vois... mais je n'ai pas envie de perdre du temps à t'accuser de ce crime, je préfère en finir directement, comme je te l'ai déjà dit. »
En assénant un coup de pied sur un Chevalier noir se trouvant près d'elle, Marguerite demanda à ses soldats de lui laisser de la place, afin de mettre à exécution son attaque qu'elle préparait depuis quelques secondes. Louhane en fit de même avec les Chevaliers dragons, mais en les poussant avec douceur et en leur adressant un regard attentionné. Les quatre alliés de la deuxième reine d'Antioche restèrent en place et se préparèrent à défendre leur amie, en cas d'offensive majeure de la part de la libératrice de Shinryu. Le dragon de la désolation, lui, était resté à la même hauteur et rugissait de temps en temps, vu que Marguerite ne pouvait pas se permettre de rester ici, alors qu'elle devait prendre tous les quartiers, afin d'obtenir une victoire écrasante sur Louhane. La reine des Chevaliers noirs s'avança encore un peu et lança son attaque, en direction de sa sœur cadette, en disant :
« Meurs, Louhane ! J'espère que ton séjour en Enfer sera plus atroce que ta mort !! »
L'intéressée ne disait rien du tout, puisqu'elle semblait prendre de l'assurance, face à ce qui allait se passer. Avec une stature imposante et fière, la reine des Chevaliers dragons prenait encore plus de confiance en elle, ce que virent Cloud et Lightning avec un sourire. La jeune et timide prêtresse de Gaïa devenait une véritable femme, presque l'alter ego de son père Alexandre. Ce dernier n'était pas sur le champ de bataille – il allait de monde en monde pour rappeler tous les Chevaliers dragons pour combattre massivement leurs ennemis – mais il aurait pu voir avec la plus grande fierté qu'il soit, que sa deuxième fille lui avait donné la preuve qu'elle pouvait lui succéder en tant que chef de leur peuple apatride. Marguerite ne se préoccupait de la posture soudaine de sa sœur, estimant que cette réaction était inutile pour quelqu'un qui allait mourir dans les quelques secondes qui allaient suivre. La reine des Chevaliers noirs joignit ses deux mains et les deux boules blanches ne formaient plus qu'une seule, et bien grosse... La jeune femme de vingt-quatre ans lança son attaque vers ses cinq ennemis – Louhane en particulier – et émit un cri très aigu, montrant qu'elle était bien décidée à en finir avec sa sœur cadette. Malheureusement pour elle, la prêtresse de Gaïa prit la peine de se défendre en lançant un sort assez puissant. Elle avait levé le bras droit, tout en criant :
« Que la déesse-mère me protège !! »
Un bouclier de couleur bleu marine fit son apparition devant la reine des Chevaliers dragons et s'étendit aux autres personnes qui se trouvaient à côté d'elle. Le sort de Marguerite d'Antioche était stoppé net, sans qu'il y ait un seul dégât. La reine des Chevaliers noirs émit un grognement assez fort et Shinryu commençait à perdre patience. Il le montra en grognant d'un bruit assez strident , tout en ouvrant complètement sa gueule. Louhane fixa le dragon maléfique, tout en essayant de comprendre ce qui se passait dans sa tête. Quant à eux, les quatre autres personnes étaient en train de regarder la reine des Chevaliers noirs et serrèrent chacun leurs armes, avec beaucoup de force. Marguerite, assez énervée du fait que sa sœur cadette puisse se défendre, émit un cri aigu, passa ses nerfs sur un des Chevaliers noirs se trouvant proche d'elle et commença à jurer, sous la surprise de ses ennemis, sauf Louhane. Cette dernière était beaucoup trop occupée à regarder, toujours regarder Shinryu, comme si elle était hypnotisée par ce dernier. Ses yeux devinrent blancs comme neige et commença à avancer paisiblement vers l'être apportant de la guivre. Le mur avait disparu et le Guerrier de la Lumière, en retournant la tête vers la reine des Chevaliers dragons, fut pris d'une peur assez pesante. Quelque chose n'allait pas très bien pour lui, puisque Louhane n'était plus dans son état normal, rien qu'en voyant la couleur des yeux. Marguerite regardait aussi sa sœur cadette, avec beaucoup d'étonnement. L'occasion était très bonne pour pouvoir attaquer la jeune prêtresse d'Antioche, mais la reine des Chevaliers noirs hésita à le faire, puisqu'elle estimait qu'elle ne devait pas attaquer Louhane dans cet état-là. Le Guerrier de la Lumière fit signe aux autres personnes de regarder la scène, en claquant des doigts. Ces derniers, en regardant attentivement leur alliée, se rendirent compte que cette dernière semblait pas être consciente de ses actes, notamment en ce moment-même. La prêtresse de Gaïa leva son bras droit vers Shinryu, comme si elle voulait le toucher. Le dragon profita de cet instant précis pour se préparer à attaquer, ce qui mit en alerte les Chevaliers dragons et les alliés de la jeune prêtresse de dix-sept ans, le Guerrier de la Lumière le premier. Cloud et Lightning accoururent vers leur amie, essayèrent de la tirer hors du champ de vision de Shinryu, mais la jeune femme les repoussa avec violence, rien qu'en claquant des doigts. Les deux personnes furent projetés en arrière et tombèrent par terre.
« Louhane !! s'écria Kaïn, ayant le front en sueur. Qu'est-ce que fais-tu ? Reviens ici, bon sang !
-Nous ne pouvons rien faire, elle est complètement hypnotisée par Shinryu, intervint le Guerrier de la Lumière, le teint livide. Je ne sais pas ce qui se passe, mais je crois que cela va vite tourner à notre désavantage...
-Il n'en est pas question ! » fit soudain une voix masculine.
Une figure noire fit son apparition entre Shinryu et Louhane, et blessa mortellement cette dernière à la gorge, sous les yeux effarés des autres combattants et à l'entière et soudaine satisfaction de Marguerite. La reine des Chevaliers dragons tomba brusquement par terre, sur le dos, sans émettre le moindre son de douleur. Elle était silencieux, voire trop, au goût de Cloud et des autres. Du sang coulait de la gorge et de la bouche de la deuxième fille d'Alexandre d'Antioche et une partie du sol – même de la neige – se retrouva colorée de rouge foncé. Les Chevaliers dragons se retrouvaient impuissants face à l'agression de leur reine, et l'un d'entre eux se rapprocha du provocateur, afin de lui faire comprendre qu'il allait regretter ce qu'il avait fait. Mais, l'inconnu ne bougea pas, se contentant de prendre une stature assurée et regarda attentivement Louhane, allongée par terre et inconsciente. Il passa sa main droite dans les cheveux de la prêtresse de dix-sept ans, très lentement, ce qui étonna fortement Marguerite, reprenant de plus en plus son air décidé. Décidée à vaincre définitivement tous ses opposants et à rétablir un régime de terreur, tout en compagnie de Shinryu.
« Ce n'est pas en restant spectateur que l'on peut être un artisan de l'avenir, ni le défenseur de quoi que ce soit. »

Image

Louha
Disciple Niveau 2
Disciple Niveau 2
Messages : 312
Inscription : 31 juil. 2010 16:29
Localisation : Royaume de Lindblum
Contact :
Finaland :

Partie III - Chapitre IV

Messagepar Louha » 06 mars 2012 13:53

Chapitre IV : Face à face mortel

« Je ne tiens pas à ce que tu fasses du mal à Louhane, il est hors de question ! répliqua Henrik, énervé. Qu'est-ce que cela t'apporte ? »
Tous les autres étaient abasourdis de voir le chevalier de la Lune Céleste, alors qu'il devait défendre le Quartier Théâtral, en compagnie des autres, ainsi que de sa fille adoptive. Marguerite regarda son futur beau-frère d'un air noir, tandis que Shinryu grogna de plus en plus fort, montrant sa colère et son impatience. Le Chevalier dragon qui s'était avancé pour pouvoir frapper cet « inconnu » ayant agressé Louhane, s'arrêta avec stupéfaction et s'agenouilla devant Henrik, voulant s'excuser de ce malentendu. Le futur roi des Chevaliers dragons le regarda avec un regard très inquiet et fit un signe de la tête, afin d'accepter les excuses qu'il venait de recevoir. Après ceci, il retourna son regard vers sa future belle-sœur, avec un regard très noir et grinçant des dents, tendant son arme vers la reine des Chevaliers noirs. Cette dernière le méprisa en se moquant de lui et tendant elle-aussi son arme.
« Je ne répondrai pas à ta stupide question, répliqua t-elle. Et toi, pourquoi as-tu agressé ta future épouse ? Je croyais que tu lui avais promis de la protéger de tous les dangers qu'elle rencontrerait ! Et ma nièce Minerve ? Elle doit être seule, à l'heure qu'il est ! »
Le chevalier de la Lune Céleste ne répondit pas aux questions malsaines de Marguerite. Cloud et Lightning, outrés par l'attitude du futur roi des Chevaliers dragons, voulaient savoir la raison de son arrivée au Quartier Ouvrier, alors qu'il avait été chargé de protéger le Quartier Théâtral, encore sous les bombardements meurtriers. Quant à lui, le Guerrier de la Lumière fut pris d'un terrible mal de tête, ce qui mit Kaïn en alerte. L'ami d'enfance de Cecil accourut vers le plus fidèle guerrier de Cosmos, s'agenouilla à côté de lui et demanda, d'une voix paniquée :
« Qu'est-ce qui se passe ? Tout va bien ?
-Oui... répondit le Guerrier de la Lumière, se tenant par terre et, en même temps, le haut de sa tête, tout en faisant une horrible grimace. Les autres sont en train d'arriver... Ils se dirigent vers les autres Quartiers de la ville, sauf dans ce Quartier, à ma demande...
« Vraiment borné, cet homme ! pensa Lightning de son côté, alors qu'elle se relevait. Il croit pouvoir intervertir la situation à lui tout seul, alors que Shinryu et toute une troupe entière de Chevaliers noirs n'arrêtent pas de nous attaquer, sans que nous ayons le moyen de nous défendre ! »
-...vu que je dois aller chercher certains prétendus élus de Cosmos, dont cette jeune femme au caractère bien trempé... continua le chef des guerriers de la déesse de l'harmonie, tout en montrant l'ex-l'Cie d'un signe de tête. Et toi, l'ami d'enfance de Cecil, d'après ce que m'a dit ce dernier... »
Kaïn et Lightning eurent la même expression d'étonnement, quand ils entendirent les paroles du Guerrier. Bien que ce dernier les vit, il ne fit aucun commentaire et se releva. Il tourna la tête vers le futur roi des Chevaliers dragons, le rejoignit et lui répliqua :
« Il vaudrait mieux pour vous de nous donner une réponse... D'après ce que j'ai entendu, vous n'étiez pas censé être ici...
-Ce sont des raisons exclusivement personnels, répondit avec mépris Henrik. D'après ce que ma fille Minerve m'a dit, mon père serait en ce lieu...
-Isaac ?! intervint Marguerite tout en se moquant de son futur beau-frère. Oui !! Il est ici, prêt à te combattre !!
-Comment ? Il a arrêté de se cacher pour pouvoir me voir ?! Quel ingrat !!!
-Je dois tenir mon engagement, c'est-à-dire de ne pas te blesser, ni te tuer. Mais, vraisemblablement, tu préfères mourir pour ma misérable sœur !!
-LA FERME !! »
Henrik s'élança vers Marguerite pour pouvoir l'attaquer, mais se rendit compte qu'il avait été contré, à sa grande colère. Il fit un petit saut vers l'arrière et regarda avec effroi, la figure de son père, en train de se former... Les autres regardèrent la scène avec beaucoup de stupéfaction, et le Guerrier de la Lumère rejoignit Louhane, toujours inerte et saignant à vive allure. Entre Marguerite et Henrik, se trouvait maintenant Isaac Valevski, Chevalier noir d'une certaine violence – notamment lors de l'assassinat de sa propre femme – ayant décidé de revoir son fils, après plusieurs années d'absence et d'exil à Oerba. Cloud le regarda avec beaucoup d'amertume, puisqu'il savait qu'Isaac avait fait beaucoup de choses horribles à l'encontre de sa femme et de son fils unique. L'ex-SOLDAT serra encore une fois l'épée d'Alexandre d'Antioche et on voyait qu'il frissonnait beaucoup... pas de peur, bien au contraire... d'impuissance, tel était le mot qu'il fallait employer. Isaac se retourna vers Marguerite, qui était toujours fixée sur Henrik, et lui demanda :
« Puis-je parler avec mon fils en privé ?
-Je t'accorde ceci, mais il semblerait qu'il ne le veuille pas... répondit la reine des Chevaliers noirs, mettant les mains sur son bassin. Il combat toujours contre les souvenirs qu'il avait de toi, bien que tu t'es exilé depuis qu'il est venu au service de nos misérables adversaires.
-Je sais tout cela, je...
-TAIS-TOI, INGRAT !!! coupa en criant le chevalier de la Lune Céleste, tout en fonçant vers son père. TU N'ES QU'UN VAURIEN !!!
-Moi, un vaurien ? Tu devrais savoir que je suis bien plus puissant que toi !! »
Isaac se concentra et frappa son fils avec une telle violence, que ce dernier fut projeté en arrière, tout en risquant d'être touché par un tir ennemi. Lightning et Kaïn accoururent vers lui afin de l'aider, tandis que Cloud se rapprocha encore plus du Guerrier de la Lumière, occupé à prendre le poux de la jeune prêtresse inerte. Le chef des guerriers de Cosmos avait mis la main sur la gorge de Louhane et semblait très angoissé par rapport à l'état de cette dernière. En voyant ceci, Marguerite commença à rire, tout en ordonnant à ses Chevaliers de poursuivre le combat, tandis qu'Isaac paraissait tout aussi inquiet que le Guerrier de la Lumière. Malgré le fait qu'il soit un ennemi de la jeune reine des Chevaliers dragons, il avait toujours eu un respect envers elle, en tant que prêtresse de la déesse-mère. Descendant de personnes ayant échappé à la tragédie survenue quatre siècles auparavant, il avait été élevé dans le plus grand respect pour la déesse Gaïa, bien que son cœur ait voulu qu'il rejoigne les Chevaliers noirs. Le futur beau-père de Louhane se baissa maladroitement, afin de regarder l'état actuel de la reine des Chevaliers dragons, vidant toujours et avec une grande vitesse de son sang. Après quelques secondes d'observation, il se releva et se retourna vers Marguerite, tout en lui demandant, avec un respect plus ou moins prononcé :
« Vous voulez toujours la combattre, alors qu'elle est complètement inconsciente ? J'espérais plus à un réel affrontement, pas ce genre de... lâcheté...
-Comment me traites-tu, pauvre imbécile ? s'indigna Marguerite. Tu sais très bien que je ne suis pas une lâche, loin de là ! J'ai envie que cette petite sotte meure dans d'atroces souffrances, comme les autres ennemis que j'ai combattu...
-Tu dois comprendre que les combats ne se passent pas de cette façon !! intervint Henrik, essayant tant bien que mal de se relever, avec l'aide de Kaïn et Lightning. Alors, tous tes sujets vont croire que tu n'es qu'une craintive, même si tu te dis digne de succéder au dieu de la discorde... Je ne me fais pas d'illusion, en pensant que tôt ou tard, tu seras vaincue...
-Comment oses-tu me défier, sale petit insecte insignifiant ? Prends ça !! »
Marguerite se rapprocha très dynamiquement d'Henrik, le bras levé avec son arme à la main et malgré les combats. Elle cria avec beaucoup de persévérance, fronçant les sourcils et lançant un regard très ténébreux envers sa prochaine victime. La reine des Chevaliers noirs frappa le chevalier de la Lune Céleste, mais ce dernier fut défendu par l'ami d'enfance de Cecil et l'ex-l'Cie, qui mirent tous les deux leurs armes devant lui. Cloud répliqua aussitôt, en assénant « CONTRE-TAILLADE !! » à la reine des Chevaliers noirs. Cette dernière fut projetée en arrière, essayant tant bien que mal de reprendre le contrôle. Isaac se retourna vers Shinryu et le vit voler en direction de Marguerite, pour pouvoir la rattraper. Le dragon de la désolation put le faire, et ayant maintenant sa libératrice sur son dos, il se rapprocha de ses ennemis, s'éleva encore plus et son regard se fixa sur une Louhane inconsciente, perdant toujours autant de sang. Il grogna encore une fois, tandis que le Guerrier de la Lumière se préparait à défendre la reine des Chevaliers dragons. Henrik vit ceci et laissa apparaître un petit sourire, tout en essayant de se relever. Lightning et Kaïn enlevèrent leurs armes de la vision du chevalier de la Lune Céleste, tout en se préparant pour une prochaine offensive. Cloud regarda aux alentours, frissonna encore plus à cause de la température qui baissait encore plus. Il se rendit compte que lorsqu'il soufflait, il projetait quelques petits cristaux de glace, ce qui l'inquiéta fortement, ainsi que le Guerrier de la Lumière qui l'avait regardé.
« Cela devient trop dangereux pour nous, fit ce dernier, prenant toujours la respiration de Louhane. Si cela continue, on va devoir abandonner la ville malgré nous.
-Capituler, sérieusement ? s'indigna l'ancien mercenaire, avec un air contrarié. Je ne vois pas pourquoi on le ferait !! Je sais que la température chute de plus en plus, mais on ne va pas se laisser faire comme cela ! Lindblum ne sera pas aux mains de cette perfide traîtresse !
-Sais-tu ce que « cette perfide traîtresse » te dit ? intervint Marguerite tout en ricanant. Elle te dit que tu vas connaître beaucoup de souffrance et que tu ne vas pas tarder à quitter ce monde, ce qui pourrait t'être bénéfique...
-Tais-toi, d'Antioche !! cria Henrik, malgré le fait qu'il avait beaucoup souffert de l'attaque de sa future belle-sœur. C'est toi qui va connaître beaucoup de déchirement et de tristesse et tu recevras le châtiment suprême !! »
Marguerite baissa la tête en direction d'Isaac et lui demanda, d'un signe de tête, d'attaquer Henrik. Mais malheureusement pour elle, le père du chevalier de la Lune Céleste refusa d'agir, puisqu'il s'agissait d'attaquer son fils, et il ne le voulait pas. Même si il l'avait affronté, quelques temps plus tôt, Isaac ne s'était jamais remis de ce qu'il avait fait. Marguerite devint de plus en plus hystérique et lui cria, avec menace :
« Qu'attends-tu ? Aurais-tu peur d'attaquer ta propre progéniture, alors qu'il est ton ennemi ? ALLEZ !! TUE-LE !! »
Henrik et Isaac eurent le teint livide, lorsqu'ils entendirent les ordres de la reine des Chevaliers noirs. Le chevalier de la Lune Céleste commença à reculer, petit pas par petit pas. Il laissait trois secondes d'intervalle avant d'avancer à cette petite distance, mais Cloud, Kaïn et Lightning s'en étaient aperçus et se mirent à se mettre derrière le fiancé de leur alliée, afin qu'il prenne un peu plus de courage face à la menace de sa future belle-sœur et de son père. Le Guerrier de la Lumière continuait toujours de surveiller l'état de Louhane, jusqu'à émettre une douce chaleur. Cette chaleur avait pris une dimension énorme, jusqu'à devenir apaisante. Lorsqu'elle le ressentit vraiment, la prêtresse de Gaïa bougea un peu ses doigts, mais avec beaucoup de difficulté. Plus son sang coulait, plus Marguerite s'efforça de prendre un sourire machiavélique, jusqu'à rire avec effroi. Ce n'était pas une situation très avantageuse, en ce moment, et on pouvait s'attendre à toute chose, même à la fin même de la guerre... malgré le fait que Pierre d'Antioche et les autres aient gagné la deuxième bataille de Zanarkand. La température avait encore descendu et la situation devenait de plus en plus critique. Marguerite leva la tête jusqu'au ciel, regarda avec silence la neige continuant de tomber, et laissa apparaître un sourire.
« Ce temps est si magnifique pour mourir... fit-elle, d'un ton mélancolique. J'ai bien choisi le moment pour faire appel à la neige... dont la couleur est aussi blanche que le teint de la mort...
-Alors, c'était toi ? cria Henrik, rouge de colère. Comment... Comment peux-tu faire ce genre de choses...?
-Je suis l'héritière de Chaos, j'ai tous ses pouvoirs, je te le ferai gentiment remarquer... Assez de bavardages... Isaac, je ne le répéterai pas encore une fois !! TUE-LE, QUE L'ON EN FINISSE !!! »
La tension avait de plus en plus monté dans le Quartier Ouvrier, rien qu'en entendant la dernière phrase de la reine des Chevaliers noirs. Le Guerrier de la Lumière, lui, ferma soudainement les yeux, afin de se concentrer pour alerter ses autres compagnons, partis dans les autres Quartiers de la ville, ainsi que Djidane et Shantotto. Serrant les dents avec beaucoup de force, il ressentit un horrible mal de tête, mais essaya tant bien que mal de ne pas ressentir la douleur présente. Il souffla à maintes reprises, sous le regard inquiet de Cloud, Kaïn et Lightning, et entretint une liaison télépathique avec tous ses compagnons. De plus, il ressentit
« Mes chers amis, fit-il. Nous devons être de plus en plus prudents... Shinryu a décidé de nous éliminer une bonne fois pour toute, et il nous faut gagner cette altercation, avant que tout cela dégénère... Comprenez-vous cela ?
-Nous le comprenons
, intervint Firion, qui était au Quartier Théâtral, en compagnie de Tidus, Butz et Squall. Nous ferons tout le nécessaire afin de ne pas perdre considérablement de personnes et de ne pas laisser la reine des Chevaliers noirs prendre la ville !!
-Oui, nous ne pouvons pas nous permettre de perdre !!
fit Cecil, situé dans le Quartier Commerçant, en compagnie de Terra et du Chevalier Onion. Nous combattrons ensemble face à ces parasites, jusqu'à ce que nous remportons la victoire !!
-Bien
, reprit le Guerrier de la Lumière. Faites bien attention à vous... Ne tombez pas dans le piège de l'ennemi et j'espère que vous n'êtes pas dans le même guet-apens que nous, en ce moment. Je vous laisse pour l'instant... Si vous avez besoin de quoi que ce soit ou que vous voulez nous joindre à nous – quand tous les Chevaliers noirs de votre zone seront éliminés, bien sûr – n'hésitez surtout pas à prendre contact... Votre aide sera toujours précieuse... »
Le chef des guerriers de Cosmos rompit le contact avec ses autres compagnons, puis se retourna vers Louhane, toujours inconsciente, malgré le fait qu'elle avait réagi à sa douce chaleur. Inquiet de l'état de santé de la jeune reine des Chevaliers dragons, il se rapprocha encore plus d'elle, se constituant comme bouclier humain. Et voilà ce qu'il observa, lorsqu'il aperçut le père et le fils Valevski...

Isaac n'avançait pas, toujours le teint livide, et commençant à frissonner comme une feuille morte. Henrik, lui, était mélangé par la colère et la peur, soutenu tant bien que mal par Cloud, Kaïn et Lightning. Le jeune homme respirait bruyamment, vu que les choses n'étaient pas très avantageuses pour les Chevaliers dragons et de leurs alliés. Serrant de plus en plus son arme, au point de se faire mal inconsciemment, il regarda avec persévérance l'ancien mercenaire, l'ami d'enfance de Cecil et l'ex-l'Cie. La colère était devenue la principale humeur des trois personnes, et ces dernières ne voulaient pas se laisser faire, ni voir le chevalier de la Lune Céleste mourir sous la lame de son père. Marguerite et Shinryu dominaient dans les cieux, mais faisaient quand même attention à ne pas se faire toucher par les tirs lancés entre l'escadrille de Philippe De Salisbury – ainsi que les vaisseaux de guerre du roi de Lindblum – et les effectifs volants des Chevaliers noirs. La reine des ces derniers continuait toujours de regarder les deux Valevski, en espérant voir le chevalier de la Lune Céleste quitter définitivement cet univers. Isaac se rapprocha de plus en plus d'Henrik, mais son regard était posé sur Louhane, protégée par le Guerrier de la Lumière, qui se mit en position d'attaque, en cas d'une probable offensive. Mais ce ne fut pas le cas, bien au contraire. Le Chevalier noir se baissa, caressa les cheveux de la jeune femme, tout en s'attirant les foudres de son fils unique, qui lui criait :
« LAISSE-LA TRANQUILLE !!! SINON, JE TE TUE AVEC LE PLUS GRAND PLAISIR !!!
-Vas-y, si tu l'oses, répliqua Isaac d'un ton sombre. Mais, sache seulement une chose, mon cher fils... Que tu ne pourras pas toujours veiller sur elle, puisque les choses peuvent changer d'un jour ou l'autre... Nous ne sommes pas maîtres de notre destin.
-Grrrr... Arrête de te prendre pour un sage... Dans ce cas, JE VAIS TE TUER, COMME TU L'AS FAIT AVEC MAMAN !!! QUE LA FLECHE DE LA DEESSE DE LA LUNE TE TERRASSE !! »
Le Guerrier de la Lumière enleva de force la main d'Isaac et prit Louhane dans ses bras, afin de ne pas la mettre en danger. Quant à lui, Henrik courut sans modération, leva son Scimitar en le tenant comme un javelot, et le lança à brusquement. L'épée se transforma en grosse flèche et se dirigea vers le torse d'Isaac. Ce dernier la vit rapidement, prit son arme avec ses deux mains et frappa la flèche avec fracas, sous les yeux horrifiés des autres, sauf Marguerite, Shinryu et Henrik. A part ces trois personnes, les deux guerriers de Cosmos et leurs deux nouveaux acolytes n'en croyaient pas leurs yeux. Maintenant, ils savaient pertinemment que l'autre main forte de Marguerite d'Antioche était très puissant et qu'il serait très difficile de le vaincre. Un nouveau général au service de la reine des Chevaliers noirs venait-il d'apparaître, en ce moment si noir ? Si c'était cela, on pouvait conclure à un paradoxe, puisqu'Isaac avait beaucoup de remords, notamment avec l'assassinat de sa femme et la maltraitance envers son fils unique, dont il était le principal responsable. Personnellement, Cloud n'arrivait pas à comprendre, ni les autres d'ailleurs... seul Isaac pouvait leur fournir des réponses, qui leur allaient être très délicates, voire très confuses. Le Chevalier noir Valevski en avait assez de voir que son fils se comporte comme un idiot et sembla très contrarié par cette attitude, qui, selon lui, était celle d'un enfant de dix ans. Il le fit savoir, en disant :
« Je ne vois pas pourquoi tu agis de cette façon... On dirait que tu fais un sale caprice...
-TAIS-TOI, BON SANG !! coupa Henrik, les joues cramoisies.
-Henrik, calme-toi !! intervint Kaïn. Tu ne vas pas jouer son petit jeu, tout de même !!
-A force, la situation va s'aggraver encore plus, si vous n'arrêtez pas cette dispute inutile, intervint le Guerrier de la Lumière. De plus, je pense que les effectifs du gouverneur d'Alexandrie ne vont pas tarder à intervenir... Du moins, je l'espère... »
Lorsqu'elle entendit qu'un autre de ses oncles allait intervenir contre elle, Marguerite laissa un visage assez renfermé, noir. Elle se rendait compte que toute sa famille s'est retournée contre elle, alors qu'elle ne voulait que poursuivre les œuvres de son père, l'illustre Alexandre d'Antioche. Mais, malgré les liens qui y avaient entre elle et ses proches, Marguerite n'avait plus du tout envie d'être dépendante de plusieurs choses qui inondaient son esprit depuis déjà plusieurs années, et elle l'avait fait savoir plus d'une fois. La reine des Chevaliers noirs regarda les personnalités se trouvant au sol et regarda attentivement Louhane, toujours inconsciente et qui perdait encore plus de sang que les minutes précédentes. Elle se fixa sur sa sœur cadette – qui fut reposée par le Guerrier de la Lumière – pendant quelques secondes, et finit par dire :
« Je vois qu'elle a appelé notre cher gouverneur et oncle Fukuyama pour l'aider... Mais, malheureusement pour elle, Louhane ne pourra pas avoir cette aide, puisque j'ai commencé une autre offensive à Alexandrie...
-Quoi ? s'exclama Henrik. Le royaume de la reine Grenat est aussi attaqué ? Mais, comment...? C'était un piège ?
-Effectivement, d'après ce qu'on entend, intervint Cloud, le teint livide. Nous n'avions pas été au courant d'une probable attaque à cet endroit !!
-Ce n'est pas vraiment un piège... expliqua Isaac. Cela s'appelle de la stratégie pure et dure... Puis, je vous ferai remarquer à tous, qu'il existe un passage entre Alexandrie et Lindblum. Quand Alexandrie sera prise, cela nous permettra de traverser ce passage et de nous emparer de l'autre royaume très facilement. Mais nous n'avons pas de temps à perdre à bavarder comme des pies... ALLEZ !! »
Valevski père prit une position d'attaque et regarda, en même temps l'arme de son fils, posée par terre. Henrik, assez paniqué, se dirigea vers le corps inerte de sa fiancée et lui prit la lance des mains. Le Guerrier de la Lumière le dévisagea vers un air noir, vu qu'il pensait que l'acte d'Henrik était un manque de respect envers Gaïa et sa réincarnation humaine. Cloud, Kaïn et Lightning ne savaient pas quoi faire dans cette situation très délicate. Ils regardèrent tous les trois Marguerite et Shinryu, toujours menaçants à leur égard, puis, après quelques secondes de réflexion, décidèrent d'attaquer, malgré la situation ici présente. Ils commencèrent à courir en direction des deux antagonistes de cette guerre incessante de deux siècles et sautèrent assez brusquement d'une petite hauteur. Cloud était le plus prêt de Marguerite et de Shinryu, bien que l'ami d'enfance du roi de Baron reprenne de l'avance sur lui. L'ancien mercenaire tenait toujours avec force son arme et la pointa vers la reine des Chevaliers noirs. Cette dernière se rendit compte – beaucoup trop tard, il fallait bien l'avouer – que le porteur de l'Armure sacrée de Gaïa avait récupéré l'épée d'Alexandre d'Antioche. Elle prit un air outragée et cria :
« Qu'est-ce que cela veut dire ? Ce petit pion sans défense a osé récupérer l'arme destinée à mon père ? Je vais t'apprendre à voler les affaires destinées à la famille d'Antioche !!
-Tu n'es pas digne de l'avoir, il faut bien que tu le comprennes ! répliqua l'ex-SOLDAT de première classe.
-On ne se moque pas de moi comme ça !! SHINRYU ! ATTAQUE-LE !! »
Le dragon de la désolation s'exécuta en se concentrant avec intensité, et il regardait plus particulièrement Cloud, devenu sa principale cible. Marguerite continua de regarder l'ancien mercenaire de la même façon que lorsqu'elle avait découvert que ce dernier avait récupéré l'épée de l'avant-dernier chef des Chevaliers dragons. Quant à elle, Lightning se rendit compte de cela et décida de prendre encore plus de hauteur. Elle se mit en plus en plus devant l'ex-SOLDAT, levant la tête plus en avant, afin de regarder plus précisément le dragon de la désolation et l'ancienne Chevalier dragon. Cloud et Kaïn se rendirent compte de ce que l'ex-l'Cie avait en tête et essayèrent tant bien que mal de faire reculer de force la jeune femme. Mais, malheureusement pour eux, rien de cela ne put se faire, puisque :
« Météore !!! fit Shinryu.
-Lightning !! cria Cloud, le teint livide. Ne fais pas ça, tu risques de te faire abattre!!! »
Le dragon maléfique fit son attaque involontairement sur Lightning et cette dernière fut projetée très violemment, à la grande horreur de ses deux autres compagnons. L'ancienne soldate tomba de plus en plus vite et il fallait que quelqu'un la sauve, le plus rapidement possible. Henrik et le Guerrier de la Lumière regardèrent la scène avec beaucoup d'inquiétude et décidèrent de prendre sa défense, bien que la situation soit de plus en plus désastreuse. Le chevalier de la Lune Céleste se préparait à sauter à la rescousse de Lightning, mais fut arrêté par le chef des guerriers de Cosmos, d'un signe de la main.
« Il faut que vous restiez ici, à combattre votre père... dit ce dernier, l'air neutre. Je sais que le sort de vos alliés vous tourmentent plus qu'autre chose, ainsi que celle de votre future épouse, mais... montrez votre ardeur, afin que les Chevaliers dragons puissent être fiers de l'homme que leur reine va épouser d'ici peu. »
Henrik approuva d'un signe de tête et vit le Guerrier de la Lumière partir en direction de Lightning, essayant tant bien que mal de reprendre la main, même si cela lui semblait difficile. Le chevalier de la Lune Céleste baissa la tête et regarda longuement Louhane, perdant toujours autant de sang et ayant la peau devenir de plus en plus bleue. Le sang cessait de plus en plus de couler, mais le risque était toujours présent. Pendant ce moment-là, l'un des quatre Guerriers de la Lumière sauta, rangea son épée et son bouclier et tendit les bras, afin de récupérer l'ancienne soldate. Cette dernière fut suffisamment proche de lui, pour qu'il puisse la prendre et la serrer dans ses bras. Quant à lui, Cloud était toujours concentré sur Marguerite et Shinryu, malgré le fait qu'il était devenu inquiet par rapport à la situation, notamment l'état physique de Lightning et de la reine des Chevaliers dragons. L'ex-SOLDAT frappa de toutes ses forces la sœur de cette dernière, et essaya tant bien que mal de ne pas prendre les coups du dragon de la désolation. Après quelques attaques, il commença à descendre petit à petit – et rapidement, il ne faut pas l'oublier – et mit la tête en arrière, tout en fermant les yeux et en se dirigeant vers Henrik, qui avait pris Louhane dans ses bras. Marguerite, outrée par l'attaque de l'ancien mercenaire, décida de répliquer en jetant un sort assez puissant. Mais, malheureusement pour elle, la jeune femme fut contrée par l'ami d'enfance de Cecil, qui l'attaqua assez brutalement. Shinryu releva la tête, manqua de faire tomber Marguerite en voulant le faire, grogna vers le Chevalier dragon et essaya de l'attaquer avec violence. Pourtant, il n'en fut rien du tout, puisque Kaïn esquiva avec perfection et retomba sur ses pieds afin de ne pas perdre la main. Malgré toute cette violence, Henrik et Isaac restaient sur place, à ne rien faire du tout, à part se regarder d'un air noir. Le chevalier de la Lune Céleste manqua de faire mal à Louhane, en voulant serrer de plus en plus, faisant référence à sa haine grandissante. Son père le lui fit remarquer, en disant :
« Il faudrait que tu fasses attention à ton comportement, tu risques de tuer cette prêtresse... »
Henrik ne répondit pas, faisant comprendre à son père qu'il n'en avait rien à faire. Et pourtant, ce dernier avait raison sur ce point-là. Le futur roi des Chevaliers dragons devait faire attention à tous ses actes, afin que sa fiancée ne soit pas blessée, voire tuée à cause de cela. Plusieurs gouttes de sueur coulaient sur le front du chevalier de la Lune Céleste, qui les essuya d'un seul passage de sa main droite. Il entendit quelques gémissements étouffés de la part de sa fiancée, prit un air désespéré et décida de marcher un peu. Cloud arriva devant Henrik, les deux pieds au sol, et décida de prendre Louhane à son tour. Le fiancé de cette dernière hésita un instant, mais se rendit compte que sa dulcinée pourrait très bien être mieux protégée par Cloud. Son air désespéré prit une nouvelle tournure et le jeune homme donna la prêtresse à l'ex-SOLDAT, tout en lui disant :
« Prends soin d'elle, s'il te plaît. Je ne veux pas qu'elle meure à cause de moi...
-Mourir à cause de toi, Henrik ? fit l'ancien mercenaire avec un air étonné. Je ne vois pas pourquoi tu dis ceci...
-Je n'ai pas envie de discuter plus longtemps, si tu vois ce que je veux insinuer. Il nous faut gagner cette bataille, coûte que coûte, et il ne faut pas que Louhane soit tuée, sinon... ce sera notre perte à tous.
-Bien. Mais il faut trouver un endroit plus sûr pour la protéger de cette pagaille. Je ne voudrais pas que Marguerite profite de la vulnérabilité de sa sœur cadette pour pouvoir l'attaquer. Attends voir... »
Cloud tourna de gauche à droite et de droite à gauche pour voir si il n'y avait pas une quelconque cachette pour son alliée. De plus, il dut bouger à chaque fois qu'une explosion retentissait presque à côté de lui. Il courut de plus en plus vite, le front en sueur et commença à trembler de partout, au plaisir de Marguerite, toujours accrochée à Shinryu. La reine des Chevaliers noirs afficha progressivement un sourire très narquois, laissa apparaître ses dents et regarda attentivement Cloud, qui était devenue une proie facile, au milieu des bombes lâchées par les vaisseaux des Chevaliers noirs. Elle se pencha un peu et lui fit :
« Pauvre pion de Cosmos, il va falloir que tu fasses beaucoup mieux que cela !! Est-ce vraiment profitable pour toi de vouloir continuer cette guerre ? Si j'étais à ta place, dans cette situation qui me serait beaucoup trop déplaisante, j'aurai rendu mes armes à l'ennemi, et lui aurait donné toute la ville, en échange de la sauvegarde de ma vie et de celle de mes autres compagnons !!
-Je ne ferai jamais une chose pareille, puisque j'ai juré de vous combattre, toi et tes vulgaires parasites qui te servent comme sujets !! cria l'ancien mercenaire avec colère.
-Retire ce que tu as dit, sinon, tu auras le châtiment suprême !! Je n'hésiterai pas un seul instant à te faire souffrir et à te voir mourir comme tu le mérites !! Je suis devenue une déesse, maintenant... Et personne ne m'empêchera de contrôler tout l'univers à ma guise !! »
L'ex-SOLDAT regarda la reine des Chevaliers noirs avec mépris, tenant toujours celle des Chevaliers dragons dans ses bras. Cette dernière avait de plus en plus de mal à respirer, et risquait, progressivement, de tomber définitivement dans un sommeil éternel. Le chevalier de la Lune Céleste, lui, regarda attentivement son père d'un air énervé et le menaça avec la lance de sa fiancée, tout en disant :
« Nous verrons très bien de qui de nous deux disparaîtra le premier... Il paraît que tu n'as pas voulu m'affronter... Je suis sincèrement désolé que ces retrouvailles ne se traduisent que par un anéantissement certain... C'est notre prédestination, si je puis dire... »

Cloud dévisagea Henrik, avec un air outré. Il savait maintenant ce que le futur roi des Chevaliers dragons projetait de faire... mourir pour sauver le peuple de sa fiancée, qu'il avait servi avec beaucoup de ferveur... Rien qu'en pensant à cela, l'ancien mercenaire commença à verser de petites larmes, montrant qu'il avait beaucoup d'affection, malgré le peu de temps passé ensemble, à combattre tels des frères d'armes... voire de sang. De plus, le Guerrier de la Lumière et Kaïn observèrent l'ex-SOLDAT de première classe et commencèrent sérieusement à s'inquiéter. A leurs yeux, quelque chose n'allait pas, mais vraiment pas du tout. Le leader des guerriers de Cosmos tourna la tête vers Lightning, qu'il tenait très fermement dans ses bras et soupira. Marguerite, elle, commençait à perdre patience, tout comme Shinryu, et son visage devint de plus en plus rouge. Aussi rouge qu'une tomate trop mûre, il fallait bien l'avouer, tout de même. Se tournant vers Isaac, elle lui cria, d'une fureur inouïe :
« Isaac !! Que fais-tu encore planté là ? Tue-le !!
-Je n'ai pas à recevoir les ordres d'une femme aussi abominable telle que toi !! lui répliqua le Chevalier noir Valevski. Je sais ce que je dois faire, quand il s'agit de mon fils !!
-Si tu le dis, mon cher ami... il vaut mieux pour toi que tu fasses vite, sinon...!!!
-Toutes ces paroles ne sont qu'inutiles, alors... il vaut mieux faire vite, avant que les renforts des Chevaliers dragons débarquent... intervint Shinryu.
-Tout à fait d'accord avec toi, mon cher... »
Marguerite regarda Isaac de haut, d'un air très méprisant. Le Chevalier noir serra les dents, comme si il était confronté à un dilemme, et, apparemment, ce fut le cas. Devait-il assassiner son fils unique, preuve de son amour pour sa femme qu'il avait assassiné ? Ce serait bénéficiaire, pour en finir avec cette haine de plusieurs années. Devait-il essayer de le protéger, en blessant mortellement la reine des Chevaliers noirs et le dragon de la désolation ? Sans doute, pour prouver à Henrik qu'il avait changé et qu'il était prêt à combattre à ses côtés. Tellement de choses se mêlaient dans l'esprit d'Isaac, qu'il finit par s'avancer vers Henrik, tout en lui disant :
« J'ai fait mon choix. J'espère que tu comprendras.
-Je vois ça... fit le chevalier de la Lune Céleste. Je l'accepte avec modestie et je ferai tout pour te vaincre !!
-EN GARDE !!
-Henrik, qu'est-ce que tu fais ? s'indigna Cloud. Tu ne crois pas que tu devrais retourner à ton quartier d'affectation, plutôt que de jouer au jeu malsain de ton père ?
-Mon cher ami... tu ne comprends pas ce qui se passe... fit Henrik, d'une voix assez faible. Je ne veux pas te frapper juste à cause d'une affaire familiale qui me torture l'esprit depuis un bon moment, il faut me croire. Mais, ne t'interpose pas dans ce genre de cas... Ce ne sont pas tes affaires... »
L'ancien mercenaire ne voulut pas répondre au commentaire de son allié, tout en baissant lentement les yeux, jusqu'à regarder avec tristesse Louhane, toujours retenue entre la vie et la mort. Les yeux fermés, on aurait cru qu'elle dormait paisiblement, malgré la situation présente. Des larmes coulaient encore et encore sur les joues de l'ex-SOLDAT de premier classe. Henrik comprit que son allié voulait le protéger, mais il fallait qu'il combatte son père, afin de ne plus repenser à toutes les choses qu'Isaac lui avait fait subir, notamment au sujet de sa mère Reyka. Le chevalier de la Lune Céleste s'avança de plus en plus de son père, qui lui, était immobile tel une statue de pierre. Le jeune homme le regarda d'un air noir, tandis que Cloud rejoignit le Guerrier de la Lumière, qui prenait soin de Lightning, et leva son arme.
« Viens... fit-il. Viens te battre... Tu verras que je n'aurai aucune pitié !!
-C'est comme cela que les relations tendues entre les membres d'une même famille, doivent se terminer, hein ? intervint Isaac. Très bien...
-Ha, ha, ha !! s'incrusta Marguerite avec un sourire narquois. Je sens que je vais bien m'amuser, rien qu'en regardant ce combat... Ha, ha, ha, ha, ha !!
-Toi, tu te tais !!! cria Cloud. Viens nous voir, si tu en es capable !! »
La reine des Chevaliers noirs commença à devenir rouge de colère, rien qu'en entendant les propos de son ennemi. Mettant un coup sur la tête de Shinryu, elle s'avança vers les deux guerriers de Cosmos et des deux jeunes femmes blessées et chargea violemment. Henrik retourna la tête, juste pour voir si les autres s'en sortaient, malgré les blessures graves de Lightning et de Louhane. Il eut un petit sourire triste et commença lui aussi à pleurer. Isaac ne supporta pas son attitude et l'attaqua par surprise, tout en criant :
« QUE LE COURANT DES ABYSSES T'EMPORTE !! »
La température baissa encore plus et un vent très glacial se fit sentir, comme si on annonçait la venue de la mort. Isaac pointa son arme vers son fils, qui eut beaucoup de mal à esquiver les coups reçus. Le vent vint se faufiler autour d'Henrik, très surpris par ce qu'il venait de recevoir. Le chevalier de la Lune Céleste se rendit compte que l'intensité devint de plus en plus forte et pensait qu'il ne pourrait plus faire grand chose. Pourtant, il se souvint qu'il tenait la lance de sa fiancée, Chevalier dragon à la base, et décida d'attaquer. Il « planta » l'arme dans le tourbillon qui venait de se former et essaya de résister à la véritable force du courant, tout en serrant les dents avec ténacité. Isaac était très étonné de voir que son fils unique avait acquis une grande force... mais il estimait que la chair de sa chair devait faire beaucoup plus que cela. Henrik finit par démanteler le courant, après avoir très difficilement tenu la résistance face au phénomène. Le chevalier de la Lune Céleste se rendit compte que de nombreuses gouttes de sang étaient tombées sur le sol et avaient formé une grosse flaque rouge sombre. Comprenant le fait qu'il était blessé, il releva la tête en regardant son père, l'air neutre. Isaac n'attendit pas quelques secondes de plus pour lui faire une remarque.
« Tu saignes, mon cher fils, dit-il d'un air noir. Je crois même que tu commences à mourir à petit feu.
-Tais-toi ! Je me fiche de savoir ceci !
-Alors, pourquoi m'as-tu regardé, après avoir compris que tu étais blessé ? Aurais-tu enfin de la compassion pour moi ? Veux-tu me donner ton pardon ?
-Il n'en est pas question !! Je t'ai dit que j'allais te vaincre, et c'est ce que je vais faire !! »
Le chevalier de la Lune Céleste chargea violemment contre son père, la lance à la main et le frappa violemment au visage. Pourtant, malgré la douleur et les tremblements, Isaac restait debout, ayant toujours le regard noir au visage. Il pointa, du doigt, une flaque d'eau glacée et fit mine à son fils de la regarder attentivement. Ce dernier s'avança prudemment, se préparant à une quelconque attaque, et les deux petits pas par seconde le montraient très clairement. Arrivée à la flaque glacée, le jeune homme se pencha, tout en ayant toujours un regard sur son père. Il finit par baisser la tête et vit qu'il saignait du nez et qu'il avait une grosse entaille à la lèvre inférieure. Isaac ne bougeait pas, alors qu'il pouvait très bien avoir une occasion pour pouvoir abattre son fils d'un seul coup. Il ne le faisait pas, se contentant seulement de lui poser un regard mélangé entre le mépris et la compassion, ce qui montrait qu'il était toujours partagé entre sa mission de Chevalier noir et celle de père, malgré son statut d'assassin. Henrik se releva, regarda son père et lui répliqua :
« Qu'est-ce que tu attends comme ça ? Il va bien falloir terminer ce combat un moment ou un autre, n'est-ce pas ? »
Isaac ne répondit pas, mais pensait tout à fait comme son fils unique. Une bonne partie du combat qu'ils menaient n'était qu'un petit jeu sans importance apparente. Mais, là, dans les secondes qui allaient suivre, l'intensité allait être de plus en plus forte et les choses n'allaient pas s'arranger pour si peu. Les visages respectifs des deux Valevski allaient de la colère jusqu'à la haine totale, et ils le montraient très clairement, notamment à cause du fait qu'ils tenaient avec force la poignée de leurs armes. Bien qu'ils n'étaient pas à la même « place » que les deux personnes, Marguerite, Shinryu et leurs ennemis retournèrent la tête vers le père et le fils Valevski, d'une façon très différente. Tandis que Cloud, le Guerrier de la Lumière et Kaïn étaient très remontés et qu'ils voulaient absolument les aider, Marguerite commença à perdre encore plus de patience et cria, d'une voix assez aiguë :
« Dépêche-toi, bon sang !! Si tu ne le tues pas dans les minutes qui suivent, je te jure que je n'aurais pas d'hésitation à le faire !!
-Il va bien falloir que tu comprennes que ce ne sont pas tes affaires !! répliqua Henrik en se retournant vers sa future belle-sœur. Prends ça... QUE LA LUNE CELESTE ME DONNE TOUS SES POUVOIRS !!! »
A en croire la phrase qu'il venait de prononcer, il s'agissait de l'attaque la plus puissante qu'il avait en réserve depuis un bon moment, voire depuis le début de sa carrière en tant que chevalier de la Lune Céleste. Il ferma les yeux, pour montrer qu'il se concentrait de plus en plus. Tout le monde arrêta de combattre, malgré le fait que les bombardements ne cessaient de se faire. Une aura positive se fit sentir, montant encore plus de puissance, ce qui commença à effrayer Isaac, voyant la réelle puissance que lui montrait son fils unique. Marguerite ouvra la bouche avec stupeur, les yeux ronds et des gouttes de sueur coulaient sur son front, voyant que la situation était en train de se retourner contre elle. Cloud, Kaïn et le Guerrier de la Lumière regardèrent avec admiration la performance de leur allié, montrèrent un grand sourire et pensèrent très sincèrement que la reine des Chevaliers noirs et le dragon de la désolation soient définitivement vaincus.
« La mort sera ta seule compagnie pour l'éternité... »
Henrik pensait beaucoup à la tournure des événements et voulait impérativement la fin de cette guerre par une victoire définitive et éclatante... de plus, Louhane était en danger de mort et il voulait la sauver, l'épouser et vivre jusqu'à la fin de ses jours avec elle. L'aura augmenta de plus en plus vite, ce qui mit Marguerite dans une grande folie furieuse et Shinryu dans une absolue crise de nerfs, montrée par de nombreux grognements. Quelques feux follets de couleur bleu sombre apparurent de plus belle, tournant autour d'Henrik. Ce dernier souffla longuement pendant quelques minutes, sous risque de manquer d'air à tout moment.
« L'énergie que tu fais augmenter jusqu'à son paroxysme ne sert strictement à rien... Tu ferais mieux d'arrêter ce petit jeu ridicule... Je te signale que tu es en train de défier à tort une déesse qui régnera sur l'univers tout entier...!! »
Les pensées de Marguerite ne faisaient pas peur à Henrik, qui continuait à augmenter la puissance de son attaque. Cloud et le Guerrier de la Lumière relevèrent brusquement la tête et virent que la lune était apparue, malgré le temps glacial qui régnait sur le royaume de Lindblum et le fait qu'il fasse jour. Elle brillait aux mille éclats, malgré cette situation devenue dangereuse. De plus, un vent se mit à souffler, encore plus que celui qu'avait provoqué Isaac, et commença à englober le quartier tout entier. Plusieurs Chevaliers dragons aidèrent les habitants à se protéger de ce qui allait se passer par la suite, en les faisant entrer de force dans les bâtiments.
« Les petits insectes de ton genre ne m'intéressent pas du tout... Mais, si ils deviennent trop coriaces à mon goût, je les extermine définitivement... Tu te rapproches encore plus de la mort, mon petit... »
L'attaque du chevalier de la Lune Céleste prit encore plus d'ampleur, ce qui Isaac dans une peur bleue. Il s'était rendu compte qu'il se trompait énormément sur les capacités de son fils unique et jamais, au plus grand jamais, il n'avait vu une attaque aussi puissante que cela. Marguerite semblait de plus en plus irritée de la situation et voulut mettre un terme à tout ceci. Kaïn, qui regardait lui aussi la lune, se rendit compte de quelque chose de particulier.
« Regardez !! fit-il en la pointant du doigt. La lune...!! »
En effet, la lueur de la lune devenait de plus en plus éclatante au fil des secondes, ce qui étonna fortement les autres, sauf Marguerite. Cette dernière regarda son futur beau-frère d'un air contrarié, puisqu'elle savait l'intensité de cette attaque et de ce qui allait se passer. Elle expliqua la situation avec de simples mots, sans être rassurée pour autant.
« Cette attaque est la plus puissance du chevalier de la Lune Céleste... fit-elle. Elle permet de balayer les êtres impurs qui se trouvent sur le chemin d'Henrik en un seul coup, tout en créant un flux de lumière. Je l'ai déjà vu à de multiples reprises et je sais déjà que la tâche ne va pas être facile... mais je ne vais pas me laisser borner par un sombre idiot de la sorte !! QUE L'ON EN FINISSE !!
-C'est justement ce que j'allais dire, d'Antioche !! intervint Henrik d'un air très fier, sous le regard intrigué de son père. Je n'ai pas peur de mourir, de toute façon ! Je préfère la donner pour une mission noble et juste, ce qui n'est pas vraiment le cas pour toi !
-Comme tu es courageux, Valevski... On va voir combien de temps tu vas pouvoir tenir jusqu'à ton dernier souffle...!!!
-Soyez maudits jusqu'à la fin des temps !! » s'écria le dragon de la désolation, en lançant son attaque.
Henrik lança la sienne, appelée « LA PUNITION DE LA LUNE CÉLESTE !! » en même temps et un gros choc allait avoir lieu. Cloud, le Guerrier de la Lumière et Kaïn pensèrent que c'était fini pour de bon, qu'il n'y avait plus de raison d'être et que leur défaite allait être destructrice pour les temps à venir... Et pourtant, une personne d'une grande importance, ainsi qu'un homme « primitif » – à ses yeux ou à ceux d'une autre divinité – allaient leur prêter main forte, afin que le royaume de Lindblum et les autres lieux environnants ne soient pas détruits de plein fouet par l'attaque de Shinryu. Mais qui...?
« Ce n'est pas en restant spectateur que l'on peut être un artisan de l'avenir, ni le défenseur de quoi que ce soit. »

Image

Louha
Disciple Niveau 2
Disciple Niveau 2
Messages : 312
Inscription : 31 juil. 2010 16:29
Localisation : Royaume de Lindblum
Contact :
Finaland :

Partie III - Chapitre V

Messagepar Louha » 05 juin 2012 14:45

Après un petit moment d'absence, je vous poste un autre chapitre de l'aventure ^^ Bonne lecture à vous tous !!! :)


Chapitre V : Derniers instants

« Mais...? Qu'est-ce que...? balbutia Marguerite les yeux ronds. Je ne comprends pas...! Ne serais-ce pas...?
-Cosmos ? s'écria Cloud d'un air ébahi, essayant tant bien que mal de se protéger des deux attaques lancées. Elle est donc venue ?
-Comment ? Pourquoi une déesse aussi faible veut-elle m'affronter aussi inconsciemment ? Tout cela est totalement ridicule !
-Tu me sous-estimes beaucoup trop... N'oublie pas que j'ai dû surmonter treize conflits contre Chaos et qu'au final, la victoire fut aux mains de mes guerriers ! »
Cosmos arriva avec une grande assurance, le regard paisible et bienveillant puisque deux de ses guerriers étaient présents, et se mit dans une position d'attaque, ce qui étonna fortement le Guerrier de la Lumière et Cloud, qui ne l'avaient jamais vu comme cela. Aurait-elle l'intention de se battre directement face à Marguerite, héritière humaine de son ennemi de toujours ? D'après les témoins qui se trouvaient au même lieu qu'elle, il semblerait que oui... mais à quel prix ? La reine des Chevaliers noirs éclata de rire, tandis qu'Henrik puisa toute son énergie afin de contrer l'attaque lancée par Shinryu. La déesse de l'harmonie regarda avec peine le chevalier de la Lune Céleste et souffla en sa direction, comme si elle lui donnait un peu de son énergie, comme elle l'avait fait avec ses guerriers.
« Pauvre jeune homme... fit-elle d'un air désespérée. Donner sa propre énergie pour sauver les siens et surtout sa jeune fiancée... cela est un acte admirable et très noble de sa part, et je le pense très sincèrement...
-Cosmos... fit le fiancé de Louhane, essoufflé. Je vous remercie... du fond du cœur... Mais... ne vous en faites pas... pour moi... sauvez tout ce monde... cet univers menacé...!!
-Économise ta salive, Valevski ! intervint la reine des Chevaliers noirs, tout en regardant ce dernier qui commençait à pleurer. Tu devrais faire ton travail, au lieu de parler inutilement, si tu vois ce que je veux dire ! Ooohhh ! J'oubliais les bonnes manières, même si cette déesse qui se trouve devant moi n'est qu'une pure pacotille ! Tu es faible, Cosmos, et tu le sais aussi bien que moi !! Enchantée de faire la connaissance du prétendu maître de mon père !
-Tu ne sais guère de moi véritablement... répliqua avec douceur la déesse de l'harmonie. Je te l'ai déjà dit, tu me sous-estimes beaucoup trop. Tu as rejoint les forces des ténèbres et de la désolation, puisque tu ne te sentais pas acceptée... Est-ce si normal de faire payer, tout ce qui t'est arrivé de grave, aux autres ? Dis-le moi ! »
Marguerite n'eut pas l'envie de répondre à la question que venait de lui poser Cosmos, et elle le fit savoir en croisant ses bras, d'un air dégoûté. Pendant plusieurs années, elle avait refusé de parler à qui que ce soit de ses problèmes existentielles, et s'était réfugiée dans le silence, en train de se morfondre et de détruire à petit feu son corps très fragile, malgré les apparences qu'elle donnait aux autres personnes. En voyant cela, Cosmos ne voulait plus en savoir davantage et ferma les yeux, signe qu'elle se concentrait. Cloud, le Guerrier de la Lumière et Kaïn essayèrent toujours, et tant bien que mal, de se protéger des deux attaques combinées, ainsi que Lightning et Louhane, toujours inconscientes. Shinryu regarda Cosmos avec beaucoup de méfiance, puisqu'il savait que cette guerre prenait de plus en plus d'ampleur, notamment avec l'intervention de la déesse de l'harmonie. Une aura très positive commença à inonder tous les esprits – même celui de Marguerite – et Henrik commença à faiblir, ce qu'il montrait à cause de ses paupières qui se fermaient au fil du temps. Isaac, lui, était totalement médusé, notamment à cause de l'arrivée de Cosmos.
« Cosmos... fit le chevalier de la Lune Céleste, le souffle haletant. Pourquoi...? Une déesse comme vous... ne devrait pas se soucier de... d'un mortel tel que... moi...
-Tu combats pour sauver le monde contre la terreur, mon cher ami... lui répondit la déesse de l'harmonie. Il ne faut pas dire cela, juste parce que nous sommes très différents. J'ai protégé mes guerriers lors du douzième conflit, et je tiens à aider leurs amis de la même façon, même si je dois y laisser ma vie, qui semble très misérable pour cette jeune femme qui se prend pour une déesse suprême...
-TAIS-TOI, LÀ-BAS !! s'écria Marguerite en serrant les dents et devenant rouge de fureur. TU NE SAIS PAS A QUI TU AS AFFAIRE !! »
Cosmos ne répondit pas aux commentaires désagréables de la reine des Chevaliers noirs. Elle continua à se concentrer jusqu'à ce qu'elle prenne de plus en plus de force, afin de combattre les deux calamités qui sévissaient dans cet univers. Un flux de lumière bleu claire entoura la déesse, Henrik, et ses autres alliés. Cloud prit conscience de l'ampleur de la situation, qui allait s'aggraver à cause de l'intervention de Cosmos. Pourtant, il pensait que cette intervention allait leur être très favorable... mais il se trompait beaucoup trop et cela allait peut-être leur jouer un mauvais tour. Mais bon... elle avait doublement tenu sa promesse et l'ancien mercenaire avait eu la preuve que la déesse pouvait être une grande alliée pour Louhane et les Chevaliers dragons. Pendant ce temps, plusieurs vaisseaux alliés commencèrent à arriver, tirant à vive allure sur ceux des Chevaliers noirs. Le Guerrier de la Lumière comprit que l'avantage était à leur portée de main, à la grande horreur de Marguerite et d'Isaac.
« C'est impossible !! cria le père d'Henrik, horrifié. Nous avons lancé une offensive sur Alexandrie ! Ces imbéciles auraient décimé l'infanterie envoyée ? Mais comment...? »
La reine des Chevaliers dragons recommença à trembler et serra les deux poings avec beaucoup de nervosité. Mettant sa tête en arrière, elle cria avec force, ses yeux devinrent blancs comme neige et un orage éclata brusquement. Tout le monde se rendit compte que Marguerite avait dépassé un certain cap... sauf Cosmos et Henrik, qui continuaient toujours de lutter contre l'attaque de Shinryu.
« Mourir sera la seule chose que j'aurai fait avec autant de courage... » pensa le chevalier de la Lune Céleste.
Kaïn sauta brusquement pour atteindre Marguerite et Shinryu, afin d'essayer de les attaquer. Mais, malheureusement pour lui, il fut frappé de plein fouet au visage, par un des Chevaliers noirs qui le suivait. L'ami d'enfance de Cecil tomba brusquement, mais essaya quand même de tenir le coup, en se tenant le torse d'une façon assez particulière et arrivant les deux pieds au sol, malgré l'attaque qu'il avait reçu. Le Guerrier de la Lumière portait toujours Lightning et semblait s'affaiblir de plus en plus, au fil des minutes... Mais il n'était pas question pour autant d'abandonner, afin de défendre le royaume jusqu'au bout. De plus, l'arrivée de Cosmos lui avait donné encore plus de motivation, malgré le fait que la situation soit très critique. Marguerite continuait de s'énerver de plus en plus, tout en montrant encore plus la grande intensité des orages, qui devenaient nombreux, ce qui inquiéta fortement Cloud. La température ne cessait de descendre au fil de temps, et cela allait dégénérer encore plus. La déesse de l'harmonie continua à se concentrer et émit une chaleur douce et apaisante, et cela se faisait sentir, comme le constatait Henrik, toujours en train de contrer l'attaque du dragon de la désolation.
« Je ne vois pas pourquoi... il faudrait que... qu'une déesse telle que... toi, Cosmos... dit le Chevalier de la Lune Céleste. Pourquoi...?
-Il ne faut pas parler, alors que tu essayes de protéger tes amis... fit la déesse de l'harmonie. Fais ton devoir de chevalier.
-Son « devoir de chevalier », dis-tu...? dit Marguerite d'un ton moqueur, tandis qu'Isaac prit un air outré face à sa réaction. Ne me faites pas rire... Tous ces sentiments à la noix ne valent rien à mes yeux....
-Ils ne valent plus rien, depuis que tu as embrassé les ténèbres, alors que tu ne pensais qu'à toi et qu'à la destruction des bases de l'univers, qui se fondent sur des principes que les humains prennent à cœur... intervint un inconnu.
-Comment...? »
La reine des Chevaliers noirs tourna la tête plusieurs fois pour savoir d'où venait cette voix. Elle était très remontée et son cœur commençait à battre de plus en plus fort. La jeune femme se mordit la lèvre inférieure, tellement fort qu'elle se blessa et plusieurs gouttes de sang coulaient jusqu'à l'extrémité de son cou. Elle semblait très insignifiante par rapport à cela et était plus concentrée à l'arrivée de l'inconnu. Ce dernier était vêtu du traditionnel uniforme des gouverneurs, était de type asiatique, et semblait être un des descendants ayant survécu à la terrible tragédie. Marguerite prit un air outré, quand elle se rendit qu'il s'agissait de son oncle Takeshi Fukuyama, le gouverneur d'Alexandrie. Ce dernier, les yeux marrons et les cheveux noirs courts brillants, commença à se moquer d'elle, tout en montrant ses dents blanches.
« Tu verrais ta tête, ma chère nièce ! fit-il. Tu ne pensais pas me voir ici, pour pouvoir te vaincre une bonne fois pour toute !
-Comment... comment as-tu fait pour...? balbutia Marguerite, devenue horrifiée.
-Pour défendre efficacement Alexandrie, c'était assez simple. La majorité des habitants de ce royaume, ainsi que les Chevaliers dragons ont pu se débarrasser efficacement de ton armée volante ridicule. La reine du royaume a participé vaillamment à la défense, et je ne peux que dire qu'elle a beaucoup d'honneur, contrairement à toi...
-Épargne-moi tes mots insensés et ridicules ! De toute façon, vous ne méritez que la mort, tous autant que vous êtes ! Même toi, Cosmos ! »
Le visage de Marguerite était devenu rouge de colère, et la jeune femme de vingt-quatre ans serra les poings encore plus. Le gouverneur d'Alexandrie ne semblait pas vraiment être inquiété de la réaction de sa nièce, à en croire qu'il connaissait tellement les tracas de cette dernière. Cloud le regarda avec inquiétude, et voulut prendre des précautions, malgré le fait qu'il tenait encore Louhane dans ses bras. Fukuyama sortit une grande épée, dont le manche était doré et la lame était bien tranchante, et la prit avec les deux mains, tout en ayant l'air obstiné. Quant à lui, Valevski père se prépara à une probable défense, en cas d'attaque. Marguerite soupira bruyamment et avait assez de ce qu'on lui faisait subir, telle une victime. Pourtant, c'était elle, la menace !!
« Il va falloir que je prenne des mesures radicales, même si cela doit toucher ma famille, fit-elle tout en fermant les yeux. De toute façon, je n'en ai plus... »
Elle disait cela tranquillement, malgré la situation présente. Henrik continuait toujours de contrer l'attaque du dragon de la désolation, et il faiblissait assez rapidement, notamment à cause de son essoufflement prononcé et du fait qu'il se baissait progressivement. Plusieurs larmes coulaient sur ses joues et commença à gémir, ce qui mit Marguerite dans une joie assez horrifiante, selon ses ennemis. Quant à lui, le gouverneur d'Alexandrie regarda lentement la déesse de l'harmonie et lui demanda :
« Voulez-vous que je vous aide, Dame ?
-Nous sommes assez nombreux ici, mon cher ami, répondit l'intéressée, tout en continuant de se concentrer. Vous devriez vous diriger vers les autres quartiers, afin d'aider mes autres guerriers et d'éviter de combattre votre nièce...
-Je vous comprends tout à fait. Très bien, j'espère que vous éloignerez Marguerite du royaume, voire la tuer. Il est vrai qu'il est horrible de dire ceci pour un membre de sa famille... mais si il s'avère être une menace, il faut prendre toutes les occasions pour qu'il disparaisse. Au plaisir de vous servir encore une fois, Cosmos... et à bientôt... En espérant gagner cette bataille sanglante. »
Takeshi Fukuyama salua tout le monde – sauf sa nièce, évidemment –, sauta très haut, tel un Chevalier dragon et disparut aussitôt dans le ciel neigeux. Marguerite laissa apparaître un air de plus en plus menaçant, rien qu'avoir entendu les paroles de son troisième oncle, et ordonna à Isaac de suivre le gouverneur d'Alexandrie, ce que ce dernier fit. Avant de partir, le Chevalier noir regarda longuement son fils et lui fit :
« Nous sommes maintenant conscients que cette guerre est aussi devenue familiale qu'idéologique. En espérant te revoir bientôt... »
Puis, Isaac sauta très haut lui aussi, avant de disparaître. Pour sa réflexion, il avait tout à fait raison. La guerre avait pris progressivement l'apparence d'un conflit familial : il l'était devenu depuis que la reine des Chevaliers noirs avait déclaré la guerre à sa sœur cadette, la reine des Chevaliers dragons. Quelques flocons de neige atterrirent sur les lèvres de Marguerite, devenues gercées. Henrik continuait toujours de résister à l'attaque de Shinryu et semblait à bout de souffle. Le Guerrier de la Lumière reposa Lightning par terre, tandis que Cloud en fit autant avec Louhane et tous les deux décidèrent d'aider leur allié. Kaïn les rejoignit, Cosmos prit encore plus de force et tout le monde entendit les paroles synchronisés de Marguerite et de Shinryu, disant :
« Il est hors de question que ces vulgaires insectes soient les grands vainqueurs de cette guerre. Nous allons voir si vous êtes toujours aptes à endurer encore mille souffrances... Personne ne pourra me vaincre ! Pas même vous !! J'ai hâte que votre sang impur soit versé en ce lieu !! »

Henrik fut pris d'effroi, quand il entendit ces dires. Pourtant, il n'était pas question pour lui de laisser sa future belle-sœur à prendre le contrôle de tout l'univers. Depuis plusieurs années, le chevalier de la Lune Céleste avait juré fidélité aux Chevaliers dragons et avait combattu les Chevaliers noirs, peut-être par pure satisfaction personnelle... que ce soit pour venger la mort de sa mère, ou pour protéger sa fiancée, fille cadette de son « suzerain » Alexandre d'Antioche. Il l'avait fait savoir plusieurs fois à ses compagnons, même si certains d'entre eux, comme Alexis de Belgrade ou Étienne de La Grange, le considéraient plus particulièrement comme un traite, à leurs yeux. Le corps tremblant, le chevalier de la Lune Céleste essaya d'avancer progressivement, tout ayant l'aide de Cloud, du Guerrier de la Lumière et de Kaïn. Pendant quelques secondes, il regarda tranquillement Louhane, toujours inconsciente, et releva la tête. Marguerite le dévisagea avec aucune réaction et se tourna vers Cosmos, en lui disant :
« Cela ne sert strictement à rien, ce que tu fais. Tu vas précipiter ta perte, ainsi que celle de tout le monde ! Pourquoi tant d'obstination, dis-moi ?
-Parce que j'ai juré de protéger cet univers, voilà pourquoi... répondit avec douceur la déesse de l'harmonie. Pendant treize conflits, plusieurs guerriers m'ont rejoint pour défendre cette cause... ainsi que ton propre père, le valeureux Alexandre d'Antioche.
-Ne prononce pas le nom de mon père, misérable ! Il aurait dû t'éliminer, puisqu'il était le plus grand chevalier de tous les temps, et qu'il méritait la place divine !!
-Ton père avait bon cœur... intervint Henrik. Jamais il n'aurait voulu... prendre la place... de celle qu'il servait... c'était un grand... homme... et il mérite le respect... qu'on lui donne... contrairement à toi... misérable traîtresse...
-TOI, TU TE TAIS !! »
Marguerite lança une autre attaque sur Henrik, mais Cloud la contra avec son arme. Le Guerrier de la Lumière en profita pour prendre les devants, en attaquant avec l’Épée Flamboyante. Deux épées de lumière atteignirent Marguerite de plein fouet, notamment au torse. Elle laissa échapper un cri de douleur, tout en montrant ses dents et en se tenant pour ne pas tomber. Henrik se rendit compte que c'était un bon moyen pour anéantir efficacement la reine des Chevaliers noirs, afin de terminer définitivement cette guerre de deux siècles. Il paraissait évident que cela n'allait pas être facile du tout, mais il fallait tout de même prendre toutes les mesures nécessaires pour pouvoir en finir. C'est alors que le chevalier de la Lune Céleste essaya de faire un grand bond en avant, afin de se rapprocher encore plus, malgré le fait qu'il devenait faible de plus en plus. Mais, malheureusement pour lui, il se rendit compte qu'il ne pouvait avancer d'un seul pas et qu'il risquait de mourir à tout moment. Le jeune homme s'essouffla encore plus, tandis que l'attaque de Shinryu commençait à devenir de plus en plus pesant pour lui. Il se baissa encore plus, tout en serrant les dents, et la déesse de l'harmonie le ressentit avec force.
« Je crois qu'il faut que j'intervienne et tout de suite... fit-elle d'une voix peinée.
-Cosmos, il ne faut pas....!! intervint le Guerrier de la Lumière, outré par la décision que venait de prendre la déesse de l'harmonie. Si vous utilisez vos pouvoirs, l'avantage sera donné à Shinryu et à cette perfide de Marguerite d'Antioche !!!
-Je n'ai pas l'intention de lui donner cet avantage, comme pour la fin du douzième conflit... Je n'ai pas envie de faire la même erreur, et il me faut votre aide, mes braves guerriers... »
Le Guerrier de la Lumière, Cloud et Kaïn se regardèrent et firent un oui bref de la tête. Bien que Cosmos ne les voyait pas, cette dernière ressentit l'obstination de ses guerriers, ainsi que de l'affaiblissement du chevalier de la Lune Céleste. Elle se rapprocha tranquillement en direction de Marguerite et de Shinryu, ce qui étonna fortement la reine des Chevaliers noirs. Cette dernière croisa ses bras, signifiant qu'elle pensait que Cosmos n'était pas aussi faible que cela, mais qu'il ne fallait pas la surestimer pour autant. La jeune femme de vingt-quatre ans la regarda d'en haut, d'un air très froid et ferma les yeux, tout en prononçant des incantations. Cosmos s'en rendit compte, elle ne voulait pas que Marguerite prenne le dessus sur la situation, comme elle l'avait si bien dit au Guerrier de la Lumière. Quant à lui, Kaïn regarda le ciel et se rendit compte que la Lune brillait de plus en plus fort, malgré la force déclinante d'Henrik. Cloud et le Guerrier de la Lumière mirent la main sur chacune des épaules du chevalier de la Lune Céleste, en faisant comprendre à ce dernier qu'il n'était pas seul dans cette affaire. Le fiancé de Louhane comprit cela et afficha un petit sourire, bien que ce ne fut pas facile, notamment en ce moment de grande ampleur.
« Qu'attends-tu, Cosmos ? intervint brusquement Marguerite, alors qu'elle était en train de prononcer ses incantations. Je suis impatiente de voir ce que tu me réserves !! N'oublie pas une petite chose : j'ai reçu les pouvoirs de ton ennemi, le dieu de la discorde, et j'ai bien l'intention de les utiliser, voire tout de suite !!
-Petite sotte, il ne faut pas les utiliser maintenant, et tu le sais bien !! fit Shinryu, d'une voix mauvaise. Il faut juste s'amuser avec eux comme de vulgaires marionnettes, malgré l'attaque de ce petit chevalier à la noix !!
-Surveille ton langage, toi !!! s'emporta Cloud. Nous ne sommes pas de vulgaires marionnettes, comme tu le dis si bien !! »
On pouvait facilement comprendre la colère de l'ancien mercenaire. Depuis qu'il combattait Sephiroth, ce dernier n'arrêtait pas de le traiter de « marionnette » ou de « pantin ». Le Guerrier de la Lumière le regarda avec des yeux rond et lui fit comprendre qu'il devait garder son calme. Ensuite, il tourna la tête vers Cosmos et commença à trembler comme une feuille morte. La déesse de l'harmonie prit encore plus de puissance et cria :
« Que la lumière vous terrasse !!! »
Cosmos leva brusquement ses bras et une lumière bleue jaillit soudainement. De plus, un vent ardent accompagna l'attaque de la déesse de l'harmonie, ce qui surpris Marguerite et interrompit les incantations de cette dernière. Shinryu perdit de plus en plus de patience et prit la décision de renforcer encore plus son attaque qu'il avait lancé. La douleur devenait de plus en plus insupportable pour le chevalier de la Lune Céleste. Il saignait encore et encore et son armure lui semblait être lourd, au fil du temps. Il avait déjà compris que sa dernière heure avait sonné, et il voulait qu'elle soit bénéfique pour tous ses amis et sa fiancée. Pour ce faire, Henrik se rapprocha de Marguerite et de Shinryu, sous les yeux horrifiés des trois jeunes hommes.
« Henrik, arrête !! crièrent tous les deux le Guerrier de la Lumière et Kaïn.
-Ne fais pas l'idiot, tu risques de te faire tuer !! s'exclama Cloud. Ne t'approche pas plus !!
-Laissez-moi tranquille... je fais mon... devoir... de chevalier... balbutia le chevalier de la Lune Céleste, essoufflé. Je préfère être... utile... pour une fois...
-COMMENT ÇA ?! TU CROYAIS ÊTRE INUTILE TOUT AU LONG DE CETTE GUERRE, C'EST ÇA ? CE N'EST PAS VRAI, ALORS ARRÊTE DE DIRE DES BÉTISES DE CE GENRE !!
-Laisse-le parler, mon cher ami, intervint Marguerite avec un sourire satisfait. J'adore voir les gens se morfondre sur leur sort...
-LA FERME !! » cria avec nervosité Henrik, malgré son état.
Marguerite regarda Shinryu et lui ordonna de faire encore plus de dégâts, ce que ce dernier fit. L'attaque du dragon de la désolation devint forte et cela risquait de détruire totalement le royaume de Lindblum. Une bonne partie des maisons commença à s'effondrer, et il n'était pas question de laisser faire la reine des Chevaliers noirs, ainsi que le dragon venu de la faille dimensionnelle. Quant à lui, Henrik avança encore et encore, tandis que Cosmos prenait toutes les dispositions, afin de contrer l'attaque de Shinryu. Le chevalier de la Lune Céleste regardait la scène devant lui, d'un air vide, comme si sa vie n'avait plus aucune importance. Cloud et le Guerrier de la Lumière voulurent avancer, mais...
« Qu'est-ce qui se passe ? demanda soudainement l'ancien mercenaire, les yeux ronds. Je... je...
-Nous ne pouvons plus avancer !! fit son acolyte. Nos jambes ont été paralysées par...!!! »
Les deux guerriers de Cosmos se rendirent compte que tout cela était l'œuvre d'Henrik. Kaïn essaya lui aussi d'avancer, mais se rendit compte qu'il était aussi frappé. Des gouttes de sueurs coulaient sur son front, sachant qu'Henrik ne prenait pas cela à la légère... de plus, cela le concernait directement, puisque Louhane était menacée par une mort certaine et il ne voulait pas qu'elle meurt à cause de lui – selon ses dires tout au long de ce combat contre Marguerite et Shinryu. Le chevalier de la Lune Céleste s'arrêta net devant la reine des Chevaliers et Shinryu et planta sa lance dans le sol, tout en s'y tenant. Il leva la tête très lentement, regarda ses ennemis et fit :
« Je me fiche de mourir... tout ce que je veux... c'est tout faire pour que mes compagnons... gagnent cette guerre... »
Et tout en pleurant, le jeune homme se dirigea vers ses deux ennemis, tandis que Marguerite le regarda avec mépris et lui dit :
« Très bien, tu l'auras voulu. Je vais te donner une bonne leçon, pour avoir voulu interférer dans mes affaires !! QUE LA MORT TE CHATIE ET T'ENVOIE EN ENFER !! »
La reine des Chevaliers noirs frappa avec une de ses attaques et fit jaillir une lumière rouge vive. Cette lumière se transforma en laser et transperça le cœur d'Henrik. De plus, cette attaque avait pris une dimension énorme, notamment sur la destruction progressive du royaume de Lindblum. Tandis que le chevalier de la Lune Céleste tomba par terre, inconscient, la lance de Louhane s'éleva brusquement et se dirigea directement sur Marguerite. Cette dernière fut blessée au cœur et laissa apparaître un visage crispé et poussa un hurlement, résumant sa douleur. Elle enleva la lance de sa sœur de son cœur et serra les dents. Elle s'énerva encore plus, mit ses mains devant elle et laissa apparaître une grosse boule de couleur bleue sombre. Après quelques minutes, Marguerite la lança sur le sol et le royaume de Lindblum fut la proie d'une dévastation totale. Après cela, l'ancienne Chevalier dragon enleva la lance de sa sœur cadette par terre, claqua des doigts et disparut, ainsi que Shinryu, laissant ses ennemis dans un chaos total. Voyant cela, Cosmos prit une longue inspiration et se concentra une nouvelle fois. Des secondes plus tard, elle lança une attaque qui essaya de stopper cette hécatombe, usant de plus en plus ses forces vitales... Une lumière blanche commença à inonder tout le quartier, ainsi que ses environs. Tout le monde essayait tant bien que mal de résister au désastre qui se produisait en ce moment. Cloud reprit Lightning dans ses bras, tandis que le Guerrier de la Lumière reprit à son tour Louhane, afin de les protéger. Au fur et à mesure, la destruction était devenue de plus en plus évidente, mais... est-ce que cela signifiait véritablement la fin du royaume de Lindblum ?

Quatre heures avaient passé depuis la dernière attaque et la fuite de Marguerite d'Antioche, et Cosmos avait enfin réussi à ce que le royaume de Lindblum ne soit pas entièrement détruit. La déesse de l'harmonie était repartie au Sanctuaire de l'ordre, tandis que les autres combattants du Quartier Ouvrier avaient pris refuge au château. Ils avaient pris place plus précisément dans la chambre de la reine Grenat d'Alexandrie. De plus, ils avaient été rejoints par le général de La Manche et le chevalier de Belgrade. Enfin, on avait installé Henrik et Louhane tous les deux sur le lit de Grenat, malgré le fait que celui-ci soit un peu trop petit pour deux personnes. Lightning était installée sur une chaise, enveloppée dans une couverture de couleur bleu-gris, non loin du lit. Cloud lui tenait compagnie, en lui lançant à plusieurs reprises le sort soin, mais regardait plus précisément les deux personnes. L'état de ces dernières étaient particulièrement inquiétant et elles perdaient du sang à vive allure. On essayait énergiquement à les maintenir en vie, coûte que coûte. Il fallait que tous les deux soient en vie, en particulier Louhane, pour pouvoir poursuivre cette guerre, qui se dirigeait de plus en plus vers la fin. Le Guerrier de la Lumière se tenait à côté de James et d'Henrik, à gauche du lit, tandis que Kaïn, lui, se trouvait à côté de Louhane et d'Alexis. James regarda longuement sa cousine, ainsi que la blessure à la gorge. Il eut les yeux ronds en voyant cela et demanda aux autres :
« Quelle est la personne qui l'a blessé à cet endroit ? La frappe a du être forte pour pouvoir la mettre dans cet état-là...
-Henrik, répondit le Guerrier de la Lumière. Pour pouvoir éviter un nouvel affrontement direct avec Marguerite et de pouvoir combattre immédiatement cette dernière.
-Lui ? Tu plaisantes, j'espère ?
-Pas du tout... mais le moment est mal choisi pour discuter de cela. Nous devons le sauver, ainsi que Louhane. Il ne faut pas qu'ils meurent, sinon, la guerre ne nous apportera qu'une néfaste défaite... »
James ne fit aucun commentaire sur les dires du Guerrier de la Lumière et se rapprocha encore plus des deux fiancés, allongés sur le lit. Ils perdaient du sang avec une grande rapidité, et il fallait tout faire pour éviter une mort certaine aux deux personnes. Alexis de Belgrade regarda longuement Henrik et se rendit compte d'une chose en particulier.
« Henrik est plus touché que Louhane... fit-il avec neutralité. Peut-être est-ce dû à l'intensité de l'attaque de Shinryu qu'il a voulu contrer, d'après ce que vous nous avez dit à ce sujet. Voyez les blessures qu'il a sur tout le corps. Je reste pessimiste sur sa probable guérison... je vous préviens tout de suite.
-Es-tu en train d'insinuer qu'il ne pourrait pas survivre à cela ? demanda soudainement Kaïn. Pourtant, il a combattu avec dignité et je pense qu'il se bat encore, pour avoir la vie sauve, non ?
-Il a plutôt le sens du sacrifice, si tu vois ce que je veux dire. Il se morfond d'avoir eu tellement de soucis, notamment avec la mort de sa mère, et il pense que sa vie est moins importante que celle de Louhane. Henrik l'a fait savoir plusieurs fois, avant que Lightning, Cloud et les autres rejoignent les Chevaliers dragons dans cette guerre de deux siècles. Sa ligne de vie doit être vachement courte, à présent...
-Sa ligne de...? »
Alexis fit apparaître deux bougies, toutes les deux allumées, et de petite taille. La cire avait tellement fondu qu'il ne restait plus grand chose des deux objets. Kaïn les regarda avec effroi, se rendant compte qu'il s'agissait des lignes de vie de Louhane et d'Henrik. Le chevalier de Belgrade les posa sur la table de chevet, située à côté du chevalier de la Lune Céleste, sous le regard médusé de Cloud et du Guerrier de la Lumière. Quant à lui, James essayait tant bien que mal de prendre le dessus et de ramener les deux personnes dans le monde actuel. Des gouttes de sueur coulaient sur son front, signe qu'il était en grande difficulté. Voyant cela, le Guerrier de la Lumière et Kaïn s'invitèrent à l'aider, afin que le général ne soit pas dans une situation périlleuse, bien qu'elle le soit déjà, il fallait bien l'avouer.
« Si un miracle pouvait se faire, cela m'arrangerait grandement... fit James, l'air peiné, s'occupant du chevalier de la Lune Céleste. Parce que là, je peux vous dire que nous sommes dans une situation périlleuse, et je ne sais pas quoi faire pour pouvoir maintenir nos deux amis en vie.
-J'avoue que je suis complètement de ton avis, intervint Alexis. Pourrait-on nous donner quelque moyen pour pouvoir les maintenir en vie et de les revoir sans aucune séquelle ? Soupir...
-Essayons de notre propre chef. Nous avons le devoir de les maintenir en vie, notamment Louhane, pour pouvoir continuer cette guerre, qui devient de plus en plus insupportable. J'en ai assez qu'il y ait tant de morts, notamment en cette période... Alexis, essaye de stabiliser l'état de notre reine. Je m'occupe déjà d'Henrik, et cela s'avère être très difficile, en tout cas... »
Le chevalier affirma avec un signe de tête assez faible. Il se rapprocha encore plus de Louhane et essaya de renfermer la plaie meurtrière de la jeune femme de dix-sept ans. Pour cela, il fit apparaître un flacon d'une liqueur de couleur verte transparente, ainsi que des bandages. Ensuite, de Belgrade ouvrit le flacon, mit quelques gouttes de la liqueur sur la plaie, et essaya de bander la gorge de Louhane, ce qui lui semblait être une tâche délicate. Le compagnon de Pierre d'Antioche glissa, avec prudence, sa main derrière sa gorge et tenta tant bien que mal de mettre le bandage autour. La prêtresse de Gaïa réagit à cela en faisant une horrible grimace. Quand il vit cela, le chevalier de Belgrade soupira bruyamment et regarda la jeune femme d'un air terrifié et la reposa, sans avoir pu lui mettre le bandage. Quant à lui, James observa un gros trou sur l'armure d'Henrik, notamment au cœur, et fut pris de panique.
« Je ne pensais pas que cela serait la cause de tout ce carnage, bordel ! s'exclama t-il, les yeux ronds et le front ruisselant toujours de gouttes de sueur. Marguerite ou Shinryu a dû lui asséner un coup fatal pour le mettre dans cet état-là...!!
-Il était déjà très faible, quand le coup de Marguerite lui a transpercé le cœur, expliqua Cloud, toujours aux côtés de Lightning. Mais, James... tu penses qu'il va...?
-Mourir ? Je n'en sais rien, peut-être. Mais le fait que son poux bat toujours me donne encore de l'espoir pour le remettre en état, si je puis dire. Comment va Lightning, de ton côté ?
-Elle essaye de s'en remettre. Son poux est normal, donc je pense qu'elle ira mieux rapidement. Mais je m'inquiète plus particulièrement pour nos deux jeunes gens.
-Protéger Lightning est aussi ton devoir. Elle te fait confiance, même si elle le cache sous son air glacial. Je suppose qu'elle te l'a fait remarquer à plusieurs reprises, non ?
-James, nous n'avons pas le temps de discuter de pacotilles, fit remarquer froidement Alexis. Je te fais gentiment remarquer que nous avons deux personnes qui risquent de mourir, si nous ne faisons pas quelque chose !! »
De La Manche soupira, après avoir eu le droit aux commentaires déplaisants de son acolyte. Il enleva lentement le torse d'Henrik et se rendit compte que ce dernier saignait encore plus que Louhane. Pourtant, le chevalier de la Lune Céleste bougea difficilement les paupières et ne les ouvrit qu'à moitié, signifiant qu'il n'avait plus de forces. James poussa un cri strident, tandis que Kaïn et le Guerrier de la Lumière virent le chevalier de la Lune Céleste. Quant à lui, Alexis regarda rapidement l'état d'Henrik, avant de se replonger dans ce qu'il avait à faire, afin de sauver Louhane. Cloud, lui, avait retourné la tête, et laissa apparaître un sourire, ce qui lui donna encore plus d'espoir.
« Henrik !! fit-il, enthousiasmé. Tu es encore vivant !! Je savais que tu ne pouvais pas te laisser mourir par Marguerite !!
-Oh, Cloud... dit le chevalier de la Lune Céleste, d'une voix très faible. Je ne pense pas... vivre assez longtemps... pour... finir... cette guerre. J'aimerais juste... vous aider... une dernière fois...
-Nous aider, dans ton état ? s'exclama James, d'un air outré. Non, non, non, non !! Tu es encore trop faible pour pouvoir le faire, et tu le sais aussi bien que moi. Et ne dis pas que ce sera la dernière fois, vu qu'on a l'intention de te sortir de ce pétrin, ainsi que Louhane !!
-Tu es trop... optimiste... James... Regarde attentivement les deux bougies... et tu comprendras... »
James s'exécuta, tout en marmonnant. Il se rendit compte qu'une des deux bougies était en train de fondre à une grande vitesse, et la flamme risquait à tout moment de s'éteindre. Les yeux ronds, il se retourna vers le chevalier de la Lune Céleste et le regarda d'un air noir. Le Guerrier de la Lumière regarda à son tour les deux bougies, se retourna vers Henrik et lui demanda :
« Vous avez l'intention de donner toutes vos dernières forces à Louhane, n'est-ce pas ?
-Tu comprends vite... Guerrier... de la... Lumière... s'efforça de répondre le chevalier de la Lune Céleste. Je veux être... utile... pour terminer... cette guerre... tu comprends, James...?
-Pas de sacrifices, ici !! s'exclama avec colère le général de La Manche. Il y en a eu beaucoup trop et celle d'Émile était la dernière !!! IL N'EN EST PAS QUESTION !!
-Calme-toi James... intervint Alexis.
-NON, JE NE ME CALMERAI PAS !! CHAQUE JOUR, ON A LE DROIT A DES MORTS PARTOUT !! RIEN A CHANGÉ DEPUIS CETTE TRAGÉDIE !!
-Calme-toi, James !!! répéta avec colère le chevalier de Belgrade, les joues rouges. Garde tes critiques pour toi, d'accord ? Tu pourras les faire plus tard, si tu veux ; mais ce n'est pas le moment !! Sinon, il va falloir que je prenne des mesures radicales à ton égard !! »
D'un seul, la tension était devenue de plus en plus tendue. James avait piqué une grande colère, tandis qu'Alexis en avait assez que ce dernier soit dans cet état-là, alors que deux personnes risquaient de mourir. Henrik tourna difficilement la tête, afin de regarder Louhane, gravement blessée. Il ferma les yeux, des larmes commencèrent à couler sur ses joues et le jeune homme prit la main de la jeune prêtresse. Il la serra de plus en plus et recommença à gémir, sous le regard des autres personnes. Quant à lui, Cloud était toujours aux côtés de Lightning, essayant de voir si cette dernière tenait continuellement le coup. Il avait entendu les gémissements d'Henrik et tentait tant bien que mal de ne pas pleurer.
« Louhane... fit le chevalier de la Lune Céleste, la voix de plus en plus faible. Laisse-moi t'aider... une dernière fois... s'il te plaît...!!
-Il a vraiment l'intention de le faire... pensa Cloud, de son côté. Est-il conscient de ce qui pourrait se passer par la suite...? »
Le chevalier de la Lune Céleste serra encore plus la main de sa fiancée et se concentra, malgré les dernières forces qui lui restait. Une aura se fit sentir et tous les autres – sauf bien évidemment Lightning, qui était toujours inconsciente – se rendirent compte que le jeune homme donnait toutes ses dernières forces à la reine des Chevaliers dragons, afin que cette dernière puisse continuer à combattre Marguerite d'Antioche. James ne sentait pas très bien, rien qu'en regardant ce spectacle qui lui faisait froid dans le dos. Son visage devint pâle, alors qu'Alexis essayait tant bien que mal de surmonter ce épreuve effroyable. Le Guerrier de la Lumière et Kaïn étaient complètement abasourdis par ce qui se passait en ce moment et trouvèrent que le chevalier de la Lune Céleste montrait encore plus en plus ses intentions et qu'il n'avait plus rien à perdre. Plusieurs minutes plus tard, Henrik lâcha la main de sa fiancée et tourna la tête vers ses autres compagnons. Ces derniers remarquèrent que le jeune homme ne cessait pas de pleurer.
« S'il vous plaît... fit Henrik, d'une voix encore plus faible que tout à l'heure. Faites que... non... gagnez cette guerre... et surtout... protégez Louhane... je vous en... conjure...
-Je vous promets de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour le faire, intervint le Guerrier de la Lumière, les dents serrées. Je vous le promets.
-Je suis du même avis que le Guerrier de la Lumière, dit à son tour Alexis. Enfin, nous le sommes tous, pas vrai, James ? »
L'intéressé ne répondit pas. Il n'était toujours pas prêt à supporter une nouvelle perte, et le montrait notamment avec des petites larmes qui commençaient à couler sur ses joues, tellement il avait mal au cœur. James aurait préféré que personne ne soit mort durant cette guerre opposant les Chevalier dragons aux Chevaliers noirs, mais il ne pouvait rien faire face aux dures lois de la guerre, malheureusement. Pour finir, Henrik lui donna Atomos et Leviathan, d'une main tremblante. Les deux invocations étaient silencieuses, peut-être à cause de la situation présente. Cloud laissa Lightning seule pendant un petit moment, et en profita pour s'avança vers le chevalier de la Lune Céleste. Ce dernier le vit triste, mais il conseilla :
« Il ne faut pas être... dans cet état-là, et... tu le sais bien... Essaye de ne pas penser à cela... pour pouvoir en finir avec... Shinryu...
-Je n'ai pas l'intention d'oublier tout ce que tu as fait, fit l'ancien mercenaire. Tu as été formidable, malgré plusieurs difficultés que tu as dû surmonter.
-Merci... beaucoup... »
Voyant Henrik dans cet état, Cloud se tourna vers les deux bougies. La flamme de la première était complètement éteinte, tandis que la deuxième bougie avait eu un supplément de cire, comme cela représentait les forces données à Louhane, de la part d'Henrik. Le cœur de ce dernier finit par s'arrêter et le jeune homme avait rendu l'âme, tout en ayant accompli sa dernière mission. Presque tout le monde était silencieux.. sauf James, qui commençait à devenir de plus en plus enragé, face à la mort du chevalier de la Lune Céleste.
« Ce n'est pas en restant spectateur que l'on peut être un artisan de l'avenir, ni le défenseur de quoi que ce soit. »

Image

Louha
Disciple Niveau 2
Disciple Niveau 2
Messages : 312
Inscription : 31 juil. 2010 16:29
Localisation : Royaume de Lindblum
Contact :
Finaland :

La reprise...

Messagepar Louha » 09 juil. 2013 23:52

Bonsoir à tous !!! :D

Et oui, cela fait déjà un peu plus d'un an depuis la publication du chapitre V de la troisième partie... Pour cause, les cours, beaucoup de problèmes personnelles, enfin bref...
C'était pour vous dire que l'histoire va reprendre, ne vous inquiétez pas. Je ne vais pas m'arrêter en cours de route.... puis de toute façon, il n'en est pas question !!! xD

Concernant le chapitre VI, ben... c'est en train de se faire, évidemment !! Le temps d'écrire et de modifier certains passages - ce qui pourrait me prendre plusieurs jours -, ce sera bon et je pourrais enfin le poster =) *se rend compte que Lightning et Cloud sont derrière elle, la regardant d'un air noir, et en disant : "Quand même, ce n'est pas trop tôt !!"* C'est bon, ça va reprendre, vous devriez être content tout de même, non...?

Bien, bien... Qu'est-ce que je voulais vous dire de plus...?
Pas grand chose... mais en tout cas, rendez-vous pour le chapitre VI !!! :wink:

Grosses bises ! :3
« Ce n'est pas en restant spectateur que l'on peut être un artisan de l'avenir, ni le défenseur de quoi que ce soit. »

Image

Louha
Disciple Niveau 2
Disciple Niveau 2
Messages : 312
Inscription : 31 juil. 2010 16:29
Localisation : Royaume de Lindblum
Contact :
Finaland :

Partie III - Chapitre VI

Messagepar Louha » 17 août 2013 0:46

Et voilà le chapitre VI, j'espère que vous aurez du plaisir à le lire =)


Chapitre VI : Méditations

Six heures suivirent la fuite de Marguerite et deux heures pour la mort d'Henrik, et le soleil se couchait. On avait eu vent de ce dernier événement quelques minutes seulement après ceci, notamment grâce à James, qui s'était enfui et qui avait propagé le cri de la mort dans tout le royaume. Beaucoup de sang avait coulé, notamment sur les pavés des quartiers, voire sur certains bâtiments. Les quartiers étaient presque déserts et la fumée des incendies se sentait encore et encore, mêlant l'odeur de fumée « propre » et celui de la fumée provenant des cadavres brûlés. C'était cette vision d'horreur que Philippe De Salisbury était en train d'observer, tout en marchant lentement dans les quartiers, après pris soin de ses hommes avec l'aide d'Alexis de Belgrade, qui l'avait rejoint peu de temps après la mort d'Henrik. Il se trouvait dans le quartier ouvrier.
« Je n'ai pas envie que cela recommence encore et encore... » pensa-t-il avec dégoût.
Le chef de l'escadrille était couvert de sang, de la tête aux pieds, ce qui horrifia plusieurs habitants aux alentours. Son armure était tombée en morceaux et il ne restait plus qu'un uniforme bleu, assez pitoyable. Des mères mettaient la main sur les yeux de leurs enfants pour ne pas voir le résultat de cette abomination qui a dû coûter la vie à plusieurs milliers de personnes. On les entendait jurer contre le neveu du gouverneur du Nautilus.
« Cachez-vous ! cria une mère, horrifiée. Vous ne voyez pas que cela perturbe nos pauvres enfants ?
-Quand j'avais leur âge, je servais déjà l'armée pour défendre mon peuple... murmura le jeune homme. Vous ne pouvez pas comprendre un seul instant...
-Quand pensez-vous agir correctement ? intervint une autre.
-Nous agissons déjà depuis plus de deux siècles. N'est-ce pas encore suffisant pour vous ?
-Vous n'êtes que des fainéants !! » cria un homme avec colère.
Cette phrase fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase, notamment pour Philippe. Ce dernier se rapprocha de l'homme et lui frappa au visage. L'individu tomba par terre tout en criant et le Chevalier dragon s'empressa de lui donner une bonne correction, sous une colère noire. Il prit sa lance et la mit sous la gorge de l'homme, qui commença à gémir comme un enfant et qui le supplia de lui pardonner ce qu'il venait de dire et d'accepter ses excuses. Mais cela ne fit rien pour apaiser la colère de Philippe, dont les yeux étaient rouges et imbibés de sang, jusqu'à ne plus en voir la lueur. Il leva la lance et s'empressa d'égorger l'homme, mais fut interrompu par la voix d'Alexis de Belgrade, qui l'avait secrètement suivi.
« Non ! Arrête, ne fais pas ça ! »
Philippe ne pouvait s'empêcher de vouloir la mort de l'homme et d'expliquer aux autres habitants la situation délicate que vivaient les Chevaliers dragons, ainsi que la reine Louhane d'Antioche. Quant à lui, Alexis voulait à tout prix arrêter cette mascarade et de faire revenir Philippe à la raison, ce qui semblait très difficile. Le chevalier de Belgrade avança vers l'homme et lui fit signe de s'en aller, avant qu'il ne revienne sur sa décision. L'homme courut de toutes ses forces, tout en continuant à gémir. Philippe le regarda avec un air noir, non content de n'avoir pu lui régler son compte. De son côté, Alexis était désespéré à l'idée que son ami aurait pu être un meurtrier, rien que pour une simple broutille.
« Tu aurais dû te tenir correctement, Philippe, fit le chevalier de Belgrade d'un air mauvais.
-Et comment, tu peux me le dire ? s'exclama l'intéressé. On nous traite comme des chiens, et tu trouves cela normal, toi ? On essaye de faire des efforts pour que cette guerre se termine, et c'est comme ça qu'on nous traite !! Mince à la fin !!! »
Alexis commença à comprendre de plus en plus son acolyte. Les Chevaliers dragons avaient de moins en moins d'estime envers les autres gouvernements, et cela pouvait se sentir depuis quelque temps. De plus, l'implication de Marguerite en tant que traîtresse des Chevaliers dragons n'allait pas faciliter la tâche, il fallait bien le reconnaître. De plus, Philippe ressentait l'envie de vouloir faire comprendre à tout le monde que les combats étaient devenus de plus en plus intenses et de plus en plus difficiles. Le moral des Chevaliers fragons avait baissé et la fatigue se lisait sur leurs visages. Alexandre et Émile d'Antioche s'étaient rendus compte de cela bien avant la traîtrise de Marguerite... Ils avaient fait tout leur possible pour sortir tout le monde de ce pétrin, mais ce fut un échec, malgré leur bonne volonté. Le chef de l'escadrille et le général des Armées savaient qu'Alexandre avait insulté des rois et des reines de tous les noms, ceux qui le traitaient d'incapable, pour que la situation s'améliore davantage.
« Sir Alexandre aurait fait la même chose que moi, fit De Salisbury d'un ton désagréable. Jamais il ne se serait permis d'être insulté de la sorte !
-Je le sais bien, répondit Alexis. Mais pas de cette façon... il ne se serait jamais permis de menacer un homme avec une lame, crois-moi. »
Philippe lui fit la moue, comme il avait l'habitude de le faire, quand on lui faisait des reproches sur ses manières de faire et de penser. Le chevalier de Belgrade le regarda et vit qu'il était très affaibli par la bataille. Les yeux du général des Armées étaient tous rouges... rouges comme le sang... ce genre de spectacle ne lui était pas vraiment étranger, à vrai dire. La fameuse bataille de Cleyra... il avait vu James dans le même état, ainsi que d'autres, tout comme Marguerite et Étienne. Ils avaient dû se faire soigner pendant plus de deux mois avant de reprendre la lutte. Alexis voulait que Philippe se repose et qu'il ne participe pas à la bataille finale contre Marguerite, afin de couler des jours plus heureux... mais en même temps, il savait que le chef de l'escadrille refuserait, puisque ce dernier se sentirait coupable si il devait abandonner le combat, après des années de lutte aux côtés des Chevaliers dragons. Alexis eut quand même l'audace de lui dire ce qu'il pensait sur le cœur.
« Tu devrais te reposer, fit-il. Je ne voudrais pas que tu souffres encore plus à cause de ces blessures. Tu sais bien que les autres, lors de la bataille la plus sanglante que nous avons eu, ont du rester un bon moment afin de reprendre des forces. Je peux te demander une faveur ?
-Celle de prendre des « vacances bien méritées » fit Philippe. Non, pas question. Je refuse de quitter le combat à cause de ces satanés blessures. Je ne pense pas que cela soit une marque d'honneur. »
Alexis regarda avec un grand sourire. Il savait que son ami ne lâcherait pas prise, surtout dans ces moments-là. Philippe rendait le sourire, mais il ne pouvait s'empêcher de penser à l'état du chevalier de Belgrade. Pour faire un petit retour en arrière sur son état, le jeune homme était blessé à la jambe gauche, couverte de sang, son bras droit était devenu noir à cause des incendies – et pourtant, le général des Armées pouvait s'en servir normalement –, et son œil gauche devenait de plus en plus blanc. Après une minute de silence, Alexis demanda soudainement :
« Je peux avoir une cigarette, s'il te plaît ?
-Ouais, bien sûr. J'en ai piqué à Étienne avant qu'il ne parte pour Zanarkand. Je pense que cela pourrait faire l'affaire. »
Le chef de l'escadrille fouilla un peu dans ses poches et sortit une cigarette. Faisant un petit sort de feu, il donna l'objet à Alexis, qui le prit immédiatement et en fuma un bon coup. Après une petite bouffée bien méritée, le chevalier de Belgrade ressentait un bonheur absolu. Il était comme décontracté, malgré le fait qu'il soir grièvement blessé. De plus, Philippe était fasciné par la manière de penser de son acolyte... il ne s'était jamais plaint de tous les malheurs qui s'abattaient sur lui, comme la mort de ses parents, survenue lorsqu'il avait 11 ans. Ses parents avaient été exécutés par les Chevaliers noirs, peu de temps après la mort d'Alexandre d'Antioche. Tous deux furent enterrés à Treno, leur lieu de naissance, et Alexis leur rendait visite presque tous les mois, sans exception. Philippe et les autres lui demandaient comme il pouvait surmonter ceci, et le chevalier leur répondait que ce n'était juste une habitude.
« Enfin un peu de fumée pour se détendre !! fit Alexis, avec un sourire. J'en avais rudement besoin, à vrai dire.
-Je vois ça, dit Philippe avec un petit sourire aux lèvres. En même temps, on a besoin d'un petit moment de repos, il faut bien l'avouer. Est-ce que tu peux me passer la cigarette, s'il te plaît ? »
Alexis recommença à sourire et donna la cigarette à Philippe, qui fit une longue bouffée. On voyait très clairement qu'il avait besoin de repos, rien qu'en voyant son triste état. Le chef de l'escadrille s'assit et fit signe à son acolyte d'en faire autant. Le chevalier de Belgrade se mit à côté de lui, et il commença à parler de la situation actuelle des choses.
« Cela devient de plus en plus difficile sur notre compte. On parle même des monarques et du fait qu'ils ne voudraient plus faire alliance avec nous, à cause de ce qui se passe en ce moment. Notamment à cause de la trahison de Marguerite...
-Ce ne sont pas des raisons suffisantes... fit Philippe d'un air mauvais. Si ils ne nous aident pas, ils vont connaître ce qu'on appelle l'Enfer... »
De Belgrade était tout à fait d'accord, rien qu'en entendant les paroles de son camarade. Tout le monde sait qu'un jour, ce qui affecte les uns finira par affecter les autres, de toute manière. Cela semblait inévitable comme issue et il ne fallait absolument pas l'oublier. Ce n'était qu'une chose évidente, était-ce si difficile de faire comprendre ceci à tout le monde ?
Reprenant la cigarette des mains de Philippe, Alexis reprit une bouffée et souffla longuement, tout en pensant à ce qui se passait en ce moment. La neige continuait de tomber, cachant les nombreux cadavres étalés par terre, et les survivants essayaient tant bien que mal de rentrer dans leurs maisons, bien au chaud, en sécurité contre le froid et le spectacle morbide. Quant à lui, Philippe observa le tableau qui se trouvait devant lui, et en eut des sueurs froides. Pourtant, il avait pris l'habitude de se retrouver face à cela, là, c'était quand même de plus en plus grave. Le chef de l'escadrille ne pouvait s'empêcher de verser quelques larmes pour pleurer la mort de ses compagnons, et les essuya avec un bout de son uniforme. Alexis s'en rendit compte à cause des petits gémissements et tourna la tête afin de lui parler.
« Je vois que cela ne t'est pas insensible, fit-il. Je suis conscient de cela, mais nous pleurerons leur mort une fois que la guerre soit entièrement terminée. De plus, il faut que nous prenions le temps de te soigner, je ne voudrais pas que tu continues à l'offensive dans ton état actuel.
-Tu crois que cela me gêne terriblement ? répliqua Philippe avec un regard noir mêlé de larmes. Pas le moindre du monde, je te l'assure. Il faut prendre des risques et tu le sais aussi bien que moi.
-Tu es un dur, mon cher ami. Mais partons maintenant, je n'ai pas envie d'attendre encore plus longtemps et il faut rejoindre les autres. »
Philippe approuva d'un signe de tête, laissant apparaître un sourire et termina de pleurer. Malgré le refus du chef de l'escadrille, Alexis l'aida à se relever et le prit dans ses bras pour essayer tant bien que mal de le faire avancer. Mais cela allait prendre du temps, avec l'état de Philippe, ainsi qu'avec les critiques des habitants de Lindblum, exaspérés que personne ait pu défendre correctement le royaume.
Que fallait-il faire maintenant ? Quelle était l'issue de cette guerre ? Avec sincérité, personne ne le savait... l'avenir semblait devenir de plus en plus sombre pour le chevalier de Belgrade et le chef de l'escadrille. De plus, les pensées des deux jeunes gens étaient destinées à la déesse de l'harmonie, qui leur avait promis de les aider dans ce conflit si dur, et si meurtrier...

Devant l'église du royaume, Henrik était en train de se faire incinérer par James et les compagnons de Lightning, tandis que Louhane et Cosmos se tenaient devant l'entrée du bâtiment. La prêtresse de Gaïa et la déesse de l'harmonie ne se regardaient pas du tout, fixant la scène. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, la prêtresse de dix-sept ans avait le regard très vide... pas de larmes, aucune émotion. Cela semblait être tellement bizarre de la part d'une jeune femme qui avait perdu son fiancé. Cosmos s'en rendit compte assez facilement et essaya d'en parler avec Louhane calmement, comme elle avait l'habitude avec ses guerriers.
« Tu ne pleures pas, ma chère Louhane, fit-elle. Quelque chose ne va pas ?
-Rien du tout, répondit l'intéressée d'une voix neutre, ne lâchant pas du regard la scène.
-En es-tu sûre ? Je sens que tu hésites, que tu es perdue dans tes pensées... »
Louhane ne préféra ne rien répondre au commentaire de la déesse de l'harmonie, se contentant de hausser les épaules, tout en continuant à regarder la scène qu'elle avait sous les yeux. Le chevalier de la Lune Céleste était couché sur un « lit » de bois, les mains jointes, tandis que James et les compagnons de Lightning étaient en train de remettre encore plus de bois. Il ne fallait pas oublier non plus, que Serah et Dajh étaient revenus du vaisseau du gouverneur d'Alexandrie – ce dernier étant en train de participer à la reconstruction du royaume, en compagnie de sa femme et du gouverneur de Lindblum –, et avaient eu une peur bleue en voyant le résultat de la terrifiante bataille. De plus, James était devenu introuvable depuis une heure et il avait fini par rejoindre sa cousine. On voyait très clairement qu'il était encore victime de la peine qu'il avait subi, en participant à la mort d'Henrik. Cosmos le savait très clairement, mais ne comprenait pas pourquoi le général des Armées tenait à incinérer le défunt. La déesse de l'harmonie l'observait avec beaucoup d'attention, ce qui lui permit de se concentrer sur les pensées du jeune homme.
Peine... Souffrance... Colère...
« Je ne pensais pas que tu étais intéressée par James, Cosmos... intervint Louhane, jetant un regard un peu noir à la déesse.
-Je ne me contente que de ressentir ce qu'il a sur le cœur en ce moment, répondit l'intéressée. Tu ne vois pas qu'il souffre de la mort du chevalier de la Lune Céleste ?
-Cela se remarque facilement...
-N'est-ce pas ton cas ?
-Pendant un moment, si. Mais je ne sais pas pourquoi, cela m'attriste de moins en moins...
-Pardon ? »
La déesse de l'harmonie se tourna vers Louhane, qui ne s'en rendit pas compte. La divinité sentit quelque chose changeait en la prêtresse de Gaïa... elle avait du mal à interpréter ce changement en cette jeune humaine de dix-sept ans, si soudain. Était-ce le fait qu'elle venait de perdre son fiancé qui la mettait dans cet état ? Cosmos ne pouvait répondre véritablement à cette question... mais ce retournement de situation ne la rassurait pas vraiment. Elle sentait que Louhane devenait de moins en moins innocente, naïve... et humaine... cela était évident.
« Va-t-elle devenir comme sa sœur aînée ? » se demanda Cosmos.
Louhane sentait que la déesse de l'harmonie se questionnait sur son compte, et lui demanda :
« Pourquoi me fixes-tu comme cela ? Aurais-tu des doutes à mon sujet ? »
Cosmos préféra ne rien répondre, par peur de mettre en colère la jeune femme de dix-sept ans, notamment pendant ce moment si sinistre. En revanche, elle n'arrêtait pas de se poser des questions sur le compte de la fille cadette de son guerrier, le Chevalier dragon Alexandre d'Antioche. Si Marguerite avait pu basculer dans le camp des Chevaliers noirs, peut-être que Louhane pourrait faire la même chose... Non... Ceci serait impossible, pour Cosmos. Elle s'était jurée de finir cette guerre longue de deux siècle et même de combattre Marguerite... de plus, elle était la seule prêtresse de Gaïa encore vivante dans l'univers. Cela n'aurait aucun sens, à la fin !!!
Quant à lui, James était aidé par Hope, Snow et Sazh pour mettre les derniers morceaux de bois afin de finaliser le « cercueil » d'Henrik. Vanille et Serah regardaient avec peine la scène, et on voyait des larmes couler sur leurs joues. Les larmes et la tristesse régnaient dans le quartier, cela était trop évident...
« Je déteste ce genre de chose, fit James, tout en faisant une grimace. Franchement, je préfère mourir que de faire cela tout le temps...
-Mais alors, dans ce cas, pourquoi veux-tu incinérer Henrik ? lui demanda brusquement Snow. Essaye d'être un peu logique pour une fois...!
-Parce qu'il s'agit de son ami, mais aussi du fiancé de sa cousine !!! répondit Vanille, d'un air outrée, alors que le général des Armées s’apprêtait à répondre à la question posée. Cependant, je dois t'avouer que je suis aussi surprise que toi...
-S'il vous plaît, fichez-moi la paix cinq minutes !!! »
La dernière phrase avait prononcée par le cousin de la reine des Chevaliers dragons, de plus en plus énervé... notamment par la question déplaisante de Snow, mais aussi par le fait que Vanille y ait répondu à sa place. D'un seul coup, la situation semblait être tendue : le silence avait gagné tout le monde, y compris Piou, le petit chocobo de Sazh et Dajh. L'oiseau semblait avoir peur de James, rien qu'au regard perçant qu'il lançait à Snow et Vanille, et se cacha – comme à son habitude – dans les cheveux de Sazh, qui rompit le silence afin de calmer la situation.
« Bon sang !!! fit-il en haussant les épaules. Arrêtez de vous disputer, cela ne sert strictement à rien, surtout en ce moment !!
-Je suis d'accord, intervint Louhane qui n'avait plus parlé depuis un bon moment, toujours avec une voix neutre. N'oubliez pas que la guerre entre les Chevaliers dragons et les Chevaliers noirs est en train de tourner à un résultat néfaste pour tout l'univers. Cela a commencé à se faire dès le début du commandement de mon père et aussi par l'intermédiaire de son exécution à Éden, sous le soutien du Sanctum, et cela va continuer jusqu'à ce que les Chevaliers noirs finissent par nous vaincre... alors, il faut arrêter tout acte stupide et ayant sans aucun sens pour pouvoir continuer de combattre et de pouvoir enfin pleurer nos morts !
-Attends... s'interrogea Hope, tout en regardant la prêtresse de Gaïa avec incompréhension. Le Chevalier dragon Alexandre d'Antioche a été exécuté par les Chevaliers noirs, avec le soutien du Sanctum ?
-Tout Chevalier dragon qui vit aujourd'hui le sait, répondit James. Nous n'avions pas les moyens de le faire savoir par les habitants de Cocoon et les personnes hautes placées. Seuls les l'Cie de Pulse étaient au courant, parce que certains d'entre-nous faisions tout le nécessaire pour qu'ils réussissent à accomplir leur tâche... »
En disant ceci, de La Manche résumait parfaitement les relations qu'entretenaient les Chevaliers dragons avec Cocoon, ainsi qu'avec les l'Cie de Pulse. Les compagnons d'Alexandre d'Antioche avaient eu beaucoup de problèmes avec le Sanctum et cela n'était un secret pour personne, à vrai dire. Ils avaient même été accusés de trouble à l'ordre public, en humiliant tout simplement le patriarche Dysley pour une petite histoire...
« De toute façon, les faux dieux ont été vaincus, continua Sazh. Mais il faut bien avouer que ce qui nous menace est bien trop dangereux pour nous tous.
-Soyons prudent, alors... marmonna Fang. C'est le mieux que l'on puisse faire... »
Tout le reste du monde approuva d'un signe de tête, conscients du danger qui s'avérait de plus en plus menaçant. Aussi Cosmos, même si ses pensées étaient encore tournées sur Louhane, alors que cette dernière avait l'air de plus en plus fermée. En effet, la prêtresse de Gaïa avait encore la tête baissée, les yeux fermés et les bras croisés, comme si elle se pliait sur elle-même.
« A quoi pense-t-elle ? »
James se rendit compte que quelque chose inquiétait la déesse de l'harmonie. Pour essayer de ne pas tendre la situation encore plus, il s'éclaircit la gorge pour attirer l'attention de tout le monde, ce qu'il réussit à merveille. Ensuite, le général des Armées se mit derrière le cercueil en bois d'Henrik et tomba dans ses pensées, rien qu'en regardant le cadavre du chevalier de la Lune Céleste. Tout d'un coup, de La Manche se sentit mal et on voyait des gouttes de sueur qui coulaient sur son front, tandis que son teint devenait livide. Vanille, qui se trouvait à côté de lui, essaya de lui redonner en confiance en lui, ainsi que du courage. Elle savait très bien que James était en mauvaise posture, et elle voulait l'aider à tout prix. C'est ainsi qu'elle tapa un peu sur l'épaule du général des Armées, tout en lui souriant. James vit ceci et commença lui aussi à faire apparaître un sourire. Après ceci, il leva la tête et commença à parler à tout le monde.
« Mes chers amis, fit-il d'une voix faible. Nous sommes ici pour dire adieu à un de nos frères d'armes, le chevalier de la Lune Céleste. Henrik était un bon élément et un ami merveilleux pour nous tous. Il est mort pour une bonne raison : il s'est sacrifié pour notre reine – qui se trouve justement ici – et pour cela, il mérite toute notre affection... »
Tandis que James faisait l'éloge funèbre d'Henrik, quelques guerriers étaient en train de pleurer, notamment Vanille, Hope et Sazh. Cosmos se rapprocha de la première personne et essaya de la calmer, tandis que Louhane restait toujours au même endroit, toujours avec ce regard vide, croisant les bras. On avait l'impression qu'elle réfléchissait à quelque chose, avec le plus grand intérêt. Après quelques minutes, James se concentra et finit par lancer le sort Feu sur le cercueil d'Henrik. Au fur et à mesure que le temps passait, une odeur nauséabonde inondait la place et c'était désagréable, surtout pour Louhane. Cette dernière préféra s'en aller, brusquement, sous les yeux étonnés de Cosmos.
« Où vas-tu ? demanda cette dernière.
-Je vais aller faire mon devoir, rien de plus ! répondit Louhane, dont la démarche était très rapide. Il faut que cette guerre cesse définitivement !
-Et... tu as un plan ? lui cria Snow. Parce que...
-Ne t'inquiète pas, Snow ! Penses-tu vraiment que je vais aller combattre ma sœur la tête baissée ? Il n'en est pas question ! »
Tandis que Louhane se dirigeait d'un pas haletant vers le château, tous les autres la regardaient avec le même air étonné que Cosmos. Ils savaient pertinemment que la mort d'Henrik aurait changé Louhane, mais pas à ce point-là. Qu'est-ce qui se passait ? Pourquoi réagissait-elle de cette façon ? Apparemment, personne ne le savait, et la situation pourrait devenir insoutenable. James était particulièrement inquiet de voir le changement de sa cousine, et cela se voyait par son air triste et quelques larmes qui coulaient sur ses joues.

Alors que le gouverneur de Lindblum, le gouverneur d'Alexandrie et Sophie d'Antioche étaient en train de faire le point sur les dégâts perpétrés par Marguerite et Shinryu, tous les guerriers de Cosmos s'étaient réunis dans l'auberge principale du royaume, avec Minerve, Kaïn et Lightning. Cette dernière avait une sale mine, notamment à cause du fait qu'elle s'était réveillée une heure après la mort d'Henrik. Afin que la jeune femme soit complètement en forme, on lui avait apporté une grosse tasse de chocolat chaud, ainsi que des gâteaux au chocolat, dont plusieurs furent volés en douce par Butz, Djidane et Tidus. Tandis qu'elle s'en remettait de plus en plus, tous les guerriers de Cosmos étaient en train de discuter, de tout et de n'importe quoi. C'était durant ce brouhaha que Butz fit une allusion à leur victoire sur Chaos, durant le treizième et dernier cycle du conflit entre le dieu de la discorde et Cosmos, alors qu'il regardait Lightning, inquiète de la situation qui tenait, pour elle, une tournure assez importante...
« Tu sais, Light, fit-il avec un sourire. Nous avons été dans la même situation face à nos ennemis et à Chaos, mais nous avons fini par les vaincre une bonne fois pour toute ! »
En entendant ceci, le Guerrier de la Lumière devint de plus en plus septique, surtout qu'il savait parfaitement que cela était faux depuis que Marguerite avait reçu les pouvoirs du dieu de la discorde. D'une certaine manière, on pouvait dire que Chaos était revenu, mais sous une nouvelle forme : celle d'une humaine qui avait voulu le détruire, il y a quelques années.
« Je vois, fit Lightning d'une voix assez faible. Donc, ce sera pareil pour Marguerite, vu qu'elle a obtenu les pouvoirs de Chaos, non ?
-J'en doute, répondit le Guerrier de la Lumière. Ce sera très différent de ce que nous avons fait jusqu'ici, bien évidemment...
-Mais vous pensez que Shinryu est revenu pour un but particulier, et qui vous concerne en plus ? »
Le chef des guerriers de Cosmos ne savait pas quoi répondre. De plus, tout le monde ne savait pas les réelles intentions de Marguerite et de Shinryu. Tout était flou... Le silence avait inondé l'auberge et cela dura plusieurs minutes. Après cela, Minerve, assise entre Lightning et Cloud et qui avait réussi à accepter la mort de son père adoptif, s'éclaircit la gorge et commença à expliquer.
« D'après les discussions entre maman et Cid de Lufénia, il y a eu une histoire assez farfelue sur l'existence de Chaos et de Cosmos, fit-elle, assez fatiguée.
-Et cela nous concerne t-il ? demanda Tidus, en haussant les épaules.
-A peu près oui. Mais le plus important à dire, c'est que les deux dieux, Cid, Garland et Shinryu ont fait une sorte de pacte. En effet, les deux dieux devaient se faire la guerre, tout en invoquant des guerriers d'autres mondes... comme vous, quoi...
-Et Garland combattrait avec Chaos, c'est ça...? Jusqu'à devenir... » balbutia le Guerrier de la Lumière.
Minerve hocha la tête, puisqu'elle ne comprenait ce qu'il voulait dire. Mais il fallait quand même expliquer la situation, puisque Shinryu voulait se venger de quelque chose en particulier. Mais quoi ? Si elle expliquait tout ce qui s'était passé avant les treize conflits, cela serait peut-être un peu plus claire, pour comprendre un peu plus la situation. Cloud tourna la tête vers la petite fille et lui demanda :
« Et... y-a-t-il autre chose à comprendre, dans cette histoire ?
-Bien évidemment, répondit la princesse des Chevaliers dragons. Si les guerriers des deux camps s'affaiblissent, Shinryu les purifie. Ceux qui sont tombés perdent la mémoire, comme ce fut le cas pour vous, pour permettre de se battre au prochain cycle. Pour la suite, je vous conseille de parler à maman et à Cosmos... »
Le silence inonda encore plus que l'auberge. Les guerriers de Cosmos étaient subjugués par les explications de Minerve de Pulse. Ces questions autour de leurs souvenirs... leur incompréhension par rapport à ceci... Tout était clair maintenant !! La purification faite par Shinryu était la cause de leur amnésie et entendre ceci de la bouche d'une petite fille qui n'a pas combattu Chaos était assez déconcertant, surtout pour le Guerrier de la Lumière. Mais, il était tout aussi vrai que les explications pouvaient leur être utile...
« Et... qu'est-ce qu'on va faire, maintenant, vu que Cosmos est parmi nous ? Demanda Cecil.
-J'avoue que je n'en ai aucune idée, répondit Minerve d'une voix faible mêlée d'un soupir. Il faudrait savoir ce que Marguerite projette de faire maintenant, et aussi de savoir le lieu exact où elle va frapper...
-On le saura forcément, puisque je pense qu'elle va vouloir nous le dire en face » ajouta Kaïn.
Le silence retomba d'un seul coup dans la pièce. Même Butz et Djidane, qui continuaient encore de piquer des gâteaux au chocolat, se taisaient, ce qui inquiétaient fortement leurs compagnons, sauf Cloud. Ce dernier était totalement occupé à regarder, par la fenêtre, les habitants de Lindblum qui demandaient de l'aide aux Chevaliers dragons, qui étaient déjà préoccupés par leurs compagnons blessés ou morts sous la neige. La neige... mêlée au sang versé par la brutalité et la folie d'une ancienne Chevalier dragon.
L'ex-SOLDAT de Première classe laissa échapper un soupir long, ce qui attira l'attention de Minerve. Elle savait que le jeune homme ne savait plus quoi faire, et voulait le réconforter. Alors qu'elle s’apprêtait à commencer la conversation, la petite fille fut interrompue par un cri :
« Kupo ! Kupo ! Kupo !
-Pardon ? »
Effectivement, un mog avait fait son apparition, tenant une lettre. Djidane se rendit compte que la petite boule de poils était de la mog post et que le sceau rouge, qui représentait un dragon, signifiait que le destinataire était un représentant des Chevaliers dragons.
« J'ai un message de la part du premier oncle maternel de la reine des Chevaliers dragons, qui se trouve maintenant à Eden, kupo, kupo !! fit le mog.
-Eden ?! sursauta brusquement Lightning. Pourtant, la ville est occupée par les Chevaliers noirs !
-Je sais, kupo ! Mais il ne faut pas oublier que plusieurs Chevaliers dragons sont revenus secrètement dans cet endroit, malgré la mort d'Alexandre d'Antioche, kupo !
-Mais si Stanislas avait envoyé une lettre, les Chevaliers noirs l'auraient intercepté facilement !
-Les Chevaliers dragons sont des gens très malins, kupo ! »
Les guerriers de Cosmos, ainsi que Minerve, Kaïn et Lightning étaient abasourdis par ce qu'ils venaient d'entendre. Pourquoi les Chevaliers dragons sont-ils revenus à Eden, alors que leur ancien chef y avait été exécuté ? Cela n'avait aucun sens à leurs yeux, et pourtant... Le Guerrier de la Lumière se rapprocha du mog et reçut la lettre, tandis que la boule de poils demanda son dû à Djidane.
« 300 gils, s'il te plaît, kupo ! fit le mog, tout en tendant sa patte vers l'avant.
-QUOI ?! S'exclama le voleur des Tantalas. 300 gils, juste pour une lettre !! Mais c'est du vol !!
-J'ai failli être mangé tout cru pendant que j'étais en train de vous la livrer, kupo ! Ce sont les risques du métier, kupo !
-Les risques du métier, tu parles...! pensa Djidane alors qu'il était en train de remettre au mog les 300 gils demandés. Je vais te découper en rondelles, un de ces jours... »
Heureux d'avoir eu la somme convenue, le mog salua tout le monde et s'en alla rapidement, tandis que Djidane s'en alla s’asseoir sur une des chaises, tout en grognant. Quant à lui, le Guerrier de la Lumière déplia la lettre et la lut à haute voix :

« Mes chers compagnons d'armes,

Comme vous le savez, la situation devient de plus en plus critique, le chaos devenant presque oppressant, voire étouffant. Mais l'heure n'est pas aux plaintes, mais plutôt aux actes, je vous rassure.
Nous avons une information très importante à vous remettre, qui pourront vous servir pour devancer Shinryu et ses alliés, comme notre ancienne camarade Marguerite d'Antioche. D'après nos espions, cette dernière, Shinryu, les Chevaliers noirs, ainsi que les guerriers de Chaos ont pris position au Cap du Désespoir, un endroit maudit qui se trouve non loin du trône du dieu de la discorde. Cette information semble être très capitale, donc prévenez notre reine bien-aimée pour qu'elle prenne toutes les décisions qui lui seront nécessaires pour mener notre peuple à la victoire finale.

Veuillez accepter nos sentiments les plus distingués,
Stanislas Dikinski »


En entendant le Guerrier de la Lumière, Minerve était surprise qu'un chemin jusqu'au Cap du Désespoir ait pu été ouvert, tandis que Tidus était assez surpris que Stanislas ait pu aller aussi vite de Zanarkand à Eden. Mais en même temps, il ne pouvait pas savoir que plusieurs portails avaient fait leur apparition, des années auparavant. Prenant un gâteau qui lui avait été donné par Djidane, le joueur des Zanarkand Abes était perdu dans ses pensées, se rendant compte de ce que le gouverneur de sa ville lui avait dit, avant que le jeune homme ne parte aider ses compagnons d'armes. Cloud le regarda avec inquiétude et lui demanda :
« Qu'est-ce qui se passe, Tidus ? Quelque chose ne va pas ? »
Tidus ne répondit pas tout de suite. Il lui fallut quatre minutes pour répondre à la question de l'ancien mercenaire, ainsi que de rompre le silence de tout le monde.
« Je pense que je connais le moyen d'aller à ce Cap du Désespoir... fit-il, l'air gêné. Le gouverneur de Zanarkand m'en a parlé avant que je parte vous aider...
-Comment ? S'exclama Minerve, tout en sursautant. Il le sait ? Mais comment ?
-Ben, ça... il va falloir que je vous explique tout en détail... »
Tout le monde se retourna vers Tidus, qui se sentit très gêné, et cela se voyait par son visage devenant rouge vif. Rien qu'en se retrouvant dans cette situation, il savait très pertinemment qu'il allait devoir expliquer tout ce qu'il savait, au sujet du chemin à prendre pour aller au Cap du Désespoir. Le joueur des Zanarkand Abes comprenait très clairement que l'information, que lui avait donné le gouverneur de sa ville natale, était capitale pour le chemin de la victoire.
Pour le bonheur de tous.
Pour un monde meilleur.
« Ce n'est pas en restant spectateur que l'on peut être un artisan de l'avenir, ni le défenseur de quoi que ce soit. »

Image


Revenir vers « Fan-Fics »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités