Ultime Fantaisie (Final Fantasy VIII: la suite)

Les romanciers en herbe pourront nous faire partager leurs oeuvres littéraires !

Modérateur : Divinités du Sanctuaire Sacré

Souhaitez-vous continuer cette épopée en compagnie de Syd, Leo et le mystérieux inconnu?

Oui
18
95%
Non
1
5%
 
Nombre total de votes : 19

Sydeliah
Débutant Niveau 9
Débutant Niveau 9
Messages : 92
Inscription : 03 août 2010 11:10
Localisation : Dollet
Finaland  :

Que de nouveautés !

Messagepar Sydeliah » 03 mai 2011 21:03

Ca fait toujours autant plaisir de se connecter par hasard et de voir que les gens vous suivent toujours :)

je vais essayer de répondre à tout ça:

Tout d'abord, Jinka :bien sur tu peux l'imprimer. De toute façon tout ça n'est pas destiné a la publication, étant donné que je devrais racheter des droits a Squaresoft et compagnie, donc tout simplement irréalisable. Aucun problème de copyright donc, au contraire, ça me fait plaisir que tu ai envie de l'imprimer ^^

OmegaClaoud, Frank 974 : nouveaux lecteurs? alors bienvenue et j'espère que vous accrocherez à l'histoire ;)

OmikronSoul : je la trouve classe moi cette théorie ! lol. mais je pense pas que c'est celle que suivra mon livre. mais si je peux me permettre de te donner un conseil : lance toi ! écris aussi ta propre version. on pourra tous comparé nos points de vue comme ca haha.

Darkray : toujours fidèle au post ;) (jeu de mot même pas fait exprès, je le jure)

MERCI A TOUS en tout cas. et pour la peine, ce soir, c'est décidé je passe ma soirée sur le prochain chapitre :)
~ Hope & Faith ~

Image

Avatar de l’utilisateur
OmikronSoul
Maître Supérieur Niveau 5
Maître Supérieur Niveau 5
Messages : 1601
Inscription : 27 avr. 2011 19:38
Contact :
Finaland  :

Re: Que de nouveautés !

Messagepar OmikronSoul » 04 mai 2011 14:22


OmikronSoul : je la trouve classe moi cette théorie ! lol. mais je pense pas que c'est celle que suivra mon livre. mais si je peux me permettre de te donner un conseil : lance toi ! écris aussi ta propre version. on pourra tous comparé nos points de vue comme ca
Ca fait un moment que je pense à écrire sur Final Fantasy, mais quand j'aurais un peu de temps. J'ai quelques idées sur l'enfance de Sephiroth, qui pourrait rendre assez bien, je n'en dis pas plus :roll:

J'attend vivement le chapitre suivant :wink:

Avatar de l’utilisateur
OmikronSoul
Maître Supérieur Niveau 5
Maître Supérieur Niveau 5
Messages : 1601
Inscription : 27 avr. 2011 19:38
Contact :
Finaland  :

Messagepar OmikronSoul » 04 mai 2011 18:04

J'aurais peut-être dû lire la suite avant de parler de l'identité d'Ultimecia :oops: .
A ce sujet, il y a quelque chose que je ne comprends pas: comment Linoa pouvait-elle ignorer que Squall et les autres avaient vaincu Ultimecia, puisqu'elle était ELLE-MEME présente à ce moment ?

Sydeliah
Débutant Niveau 9
Débutant Niveau 9
Messages : 92
Inscription : 03 août 2010 11:10
Localisation : Dollet
Finaland  :

Messagepar Sydeliah » 04 mai 2011 21:20

OmikronSoul : je pense que tu auras réponse à ta question bientôt je pense ^^
~ Hope & Faith ~

Image

Avatar de l’utilisateur
OmikronSoul
Maître Supérieur Niveau 5
Maître Supérieur Niveau 5
Messages : 1601
Inscription : 27 avr. 2011 19:38
Contact :
Finaland  :

Messagepar OmikronSoul » 05 mai 2011 19:58

Attend, je suis qu'au début, à la dans avec l'inconnu :oops:
(inconnu qui n'est pas si inconnu pour tout le monde)

Sydeliah
Débutant Niveau 9
Débutant Niveau 9
Messages : 92
Inscription : 03 août 2010 11:10
Localisation : Dollet
Finaland  :

PARTIE 4 / Chapitre I

Messagepar Sydeliah » 28 juin 2011 11:33

Le Docteur Geyser, l’Hydre et son équipage mirent le cap sur Lunar Gate. Sur le quai d’embarquement, Leo ne put s’empêcher de ressentir une pointe d’anxiété.
« - Êtes-vous bien certain que cela est une bonne idée ?
- Ne t'inquiète pas ! Z’ai attendu ze moment depuis telllement d’années… Il est impozible que nous échouions. Toute l’equipe de la base lunaire a été ztupéfaite d’apprendre que ze n’était pas mort. Alors quand z’ai demandé que l’ont mette tout les moyens nezessaires à notre dizpozizion, ils n’ont pas hezité une zeule zeconde. La fusée fous attend ! »
- Inutile que nous y allions tout les six… » Je propose que nous nous séparions, décréta Leeve qui ne semblait pas tentée par l’expérience. Syd tenait à accompagner Leo dans ce tournant de sa vie, mais lorsque Stella se proposa, elle se résigna sur le champ. Ils n’avaient aucunement besoin de la cinquième roue de carrosse qu’elle était. Une place libre demeurait. L’équipe se mit d’accord pour désigner Hermès, qui trépigner d’impatience à l’idée de voyager à travers un vaisseau si sophistiqué. Le choix était donc fait : Syd, Marshall et Sydélia garderaient les pieds sur Terre, pendant que les Venturi et le petit prodige du docteur Geyser s’envoleraient pour leur expédition lunaire.
Le pilote assura que le voyage ne prendrait que quelques minutes. Assis et harnaché à bord de la fusée, Leo fit alors de son mieux pour ne plus répéter en boucle dans sa tête, les questions existentielles qui embrumaient son esprit. C’était sa destinée, il devait s’y résoudre. Point final. Au moins, aujourd’hui il savait qui il était vraiment. Ce qu’il était vraiment, du moins.
« - Ca va aller, n’est-ce pas ? », demanda Stella d’une voie apaisante.
« - Je crois, oui. Mais j’ai peur.
- Je suis là. Nous sommes tous là. Tu n’as pas à avoir peur. Pense à toutes les choses que tu pourras faire une fois ces pouvoirs en ta possession. Tu as les moyens de changer le monde Leo. »
Il n’avait jamais vu les choses sous cet angle. Mais Stella avait raison : si sa génitrice avait utilisé ces facultés à des fins diaboliques, rien ne l’empêchait de les mettre à son tour, au service du bien. L’aventure prit soudain une toute autre dimension. Il n’était pas un monstre. Il allait prouver à tous que la magie ne devait pas être bannie et serait bientôt le prophète qui annoncerait le début d’une ère nouvelle.
« - Départ dans dix… Neuf… Huit… »
Le décompte était lancé. Impossible de faire marche arrière. Leo ferma les yeux pendant une durée qui lui parut un siècle, et lorsqu’il les rouvrit il pût voir à travers le hublot, une scène d’une beauté inouïe. L’espace, titanesque, jouait la même scène à l’infini : les planètes qui gravitent au cœur d’une nuée de poussière stellaire, perdues dans le cosmos à la fois glaciaire et flamboyant. Plus aucune de notion de temps ni d’espace : le néant. Si seulement Sydélia pouvait voir ça ! L’une des hôtesses l’interrompit brusquement dans sa rêverie.
« - Monsieur Zalmander ? Nous ne sommes désormais plus qu’a quelques centaines de mètres de la lune. Le docteur Geyser vous attend dans le sas. Vous pouvez tous détacher votre ceinture. »
Leo et les Venturi s’exécutèrent. Aussitôt Hermès, tel un enfant dans un parc d’attraction, se rua vers la cabine de pilotage. Cela détendit un peu l’atmosphère. Main dans la main, Leo et Stella rejoignirent le scientifique déjanté, qui patientait devant une immense porte blindée.
« - Derrière moi ze trouve la lune. Fous allez donc enfiler zes combinaizons et flotter jusqu’à elle, afin de prélever une goutte de larme zelenite que fous plazerait enzuite dans zette éprouvette. Fotre oxyzene est limité. Il est donc impératif que fous zoyiez refenu avant la fin du temps imparti. »
Leo hocha la tête en guise d’acquiescement, mais la jumelle Venturi avait maintenant l’air blême.
« - Tu préfères rester à l’intérieur ?
- Je ne sais pas… j’aurais aimé t’accompagner, tu sais mais…
- Ne t’inquiète pas Stella. J’irai seul, je n’en ai que pour quelques minutes de toute façon.
- J’espère que tu ne m’en veux pas. Te laisser tomber comme ça, à la dernière minute… Tu dois certainement penser que quelqu’un d’autre aurait du t’accompagner.
- Arrête de dire des bêtises ! Savoir que tu m’attends ici me rassure. Et ça me fera revenir encore plus vite. »
Il dégagea les quelques mèches de cheveux qui encombraient son front et y déposa un tendre baiser. Puis le docteur Geyser le poussa vers l’entrée du sas, dernière étape avant le grand plongeon. Une porte se referma derrière Leo, et c’est une autre qui s’ouvrit juste en face de lui. Irrésistiblement attiré, presque aspiré, il se laissa aller et sans même avoir réaliser il errait déjà au cœur du vide sidéral. Jamais il n’avait vu la lune d’aussi prêt. C’était terrifiant et grandiose à la fois. Alors qu’il s’approchait lentement, Leo sentit quelque chose d’aussi léger qu’une plume, frôler son dos. D’une impulsion, il se retourna et tomba les yeux dans les yeux avec la plus belle des étoiles. Il aurait voulu parler, mais elle n’entendrait pas sa voix. Alors, il prit sa petite main, dissimulée sans le gant de la combinaison spatiale dans laquelle elle flottait et l’entraîna avec lui dans sa quête à la larme sélénite. Ils posèrent un pied sur la Lune en parfaite synchronie, ne pouvant toujours pas croire à l’extraordinaire moment qu’ils étaient en train de vivre, et ensemble qui plus est. La petite éprouvette du docteur Geyser était intacte, et Leo la remplit d’une goutte de l’étrange liquide qui commençait à se former au cœur d’un des petits cratères à peine perceptibles, qui jonchaient le sol lunaire. Ils devaient faire vite : bientôt, leur réserve d’oxygène serait épuisée. Ils pouvaient encore discerner le vaisseau. Quelques minutes encore, et tout cela serait terminé. Leo se plongea dans le regard de celle qui l’avait finalement accompagné. Il aurait voulu la toucher, l’embrasser. Quelle frustration d’être à la fois si proche et si loin ! Toujours main dans la main, les deux corps flottaient, ondoyaient, semblant sans vie, puis s’enlacèrent. Il vit ses lèvres esquissaient un « je t’aime » pendant, que sur sa joue tombait une larme cristalline.
De retour dans le sas, les deux apprentis cosmonautes ôtèrent hâtivement leurs combinaisons et se précipitèrent l’un sur l’autre avant de s’embrasser passionnément.
« - Mais… Qu’est-ce que tu fais là ?
- J'aurais du rester, je sais mais... Je ne pouvais pas te laisser vivre ça tout seul.
- Stella était là…
- Quelque chose me disait qu’elle n’irait pas jusqu’au bout… Je le sentais. Je sentais que tu aurait besoin de moi. Comme j’ai si longtemps eu besoin de toi…
- Syd… », chuchota t’il en lui caressant la joue. Elle baissa les yeux.
« - J’ai l’impression que tu m’en veux…
- Je ne t’en veux pas mais… Souviens-toi, à Shumi, quand je t’ai demandé de me choisir, et que m’as rejeté, en assurant que ta décision serait définitive… Je ne t’en veux pas, mais quelque part j’ai l’impression que tu joues à un jeu dangereux auquel tu sais que tu finiras par perdre, n’est-ce pas ?
- Je n’arrive pas à prendre de décision Léo, et si je parvenais à en prendre une, elle ne serait jamais définitive.
- Il sera un jour trop tard Syd. Je suis encore prêt à nous laisser une chance, mais fais ton choix, et fais le vite…
- Je ferais mieux de retourner voir Geyser. Il m’a caché pendant tout le voyage, il vaudrait mieux que je retourne dans son bureau avant que Stella ne me voit. »
Sydélia tourna les talons, prête à quitter la pièce mais Léo attrapa son poignet et l’attira tout contre lui.
« - Tu le sais que je t’aime, hein ?
- Oui… »
Il aurait aimé qu’elle le redise, maintenant qu’il pouvait l’entendre.
~ Hope & Faith ~

Image

squalldu33
Débutant Niveau 6
Débutant Niveau 6
Messages : 60
Inscription : 01 sept. 2010 9:28
Localisation : bordeaux
Finaland  :

Messagepar squalldu33 » 28 juin 2011 21:33

Ouahhh vraiment merci Sydelia depuis le temps que j'attendais une suite :) J'espere que tu pourras poster la suite et le reste un peu regulieremt car j'adore vraiment et je suis deja impatient ! Je compte sur toi ;)

Louha
Disciple Niveau 2
Disciple Niveau 2
Messages : 312
Inscription : 31 juil. 2010 16:29
Localisation : Royaume de Lindblum
Contact :
Finaland  :

Messagepar Louha » 29 juin 2011 15:23

Aaaahhh !!! Ça faisait longtemps qu'on n'avait plus eu la suite !!
C'est toujours super pour moi, continue comme ça !! :wink:
« Ce n'est pas en restant spectateur que l'on peut être un artisan de l'avenir, ni le défenseur de quoi que ce soit. »
Image

Frank 974
Novice Niveau 6
Novice Niveau 6
Messages : 207
Inscription : 20 avr. 2011 21:51
Localisation : Lindblum
Finaland  :

Messagepar Frank 974 » 29 juin 2011 18:59

Coub Coub Coubo oub bo cou bobo Coubobo !!!!!!
Traduction: Magnifique, on voit que ta pas rouillez , A quand la suite !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! :D
Ypyhtuhha, di yc tézà banti.

Sydeliah
Débutant Niveau 9
Débutant Niveau 9
Messages : 92
Inscription : 03 août 2010 11:10
Localisation : Dollet
Finaland  :

PARTIE 4 / Chapitre II

Messagepar Sydeliah » 13 juil. 2011 20:06

« Parfait ! C’est exactement ze qu’il me fallait ! Ne rezte plus qu’à injecter la larme zelenite dans le corps de Leo, et le tour est zoué. », s’exclama Geyser, lorsque que la petite fiole se retrouva entre ses mains. Il entraîna Léo dans son bureau en hâte, impatient de connaître l’issue de l’expérience de sa vie. Les pouvoirs d’un monstre, dans un corps d’être humain, déjà doté de capacités extraordinaires… C’est tout le monde de la science qui était sur le point d’être chamboulé. Pendant, ce temps les autres patientaient dans la salle d’attente, en silence. Ils avaient tous confiance en Geyser, mais Léo était tout de même leur ami et ils espéraient que cette modification génétique ne lui causerait aucun tort. Marshall, à l’écart comme toujours, semblait encore plus inquiet que ses camarades. Ses pieds gigotaient nerveusement, tandis qu’il fixait le sol d’un air contrarié. Syd se leva de son siège et le rejoint, afin de connaître les raisons de cet étrange comportement. Lui, d’habitude si calme et stoïque, ne les avaient pas habitués à dévoiler ses sentiments de manière si excessive. Et jamais Léo et lui n’avaient noué de réels liens d’amitié. Sydélia s’accroupit devant lui, et posa une main sur son genou.
« - Il ne va rien lui arriver, tu sais. Geyser sait ce qu’il fait. »
Sans quitter le sol des yeux, Marshall laissa échapper un petit rire sarcastique qui en disait long. Pas besoin d’en dire plus : le sort de Léo n’était manifestement pas au centre des ses préoccupations.
« - Je me sens coupable Syd... », finit-il par déclarer, avec toute la tempérance qui était sienne. Pourtant, cette révélation intrigua la jeune femme, qui fronça les sourcils.
« - Coupable ? Mais de quoi ?
- J’ai fait quelque chose de mal, vis-à-vis de toi. Quelque chose que tu ne pourras probablement jamais me pardonner. C’est même certain. »
Elle retira la main qu’elle avait posée sur lui, se releva et eut un mouvement de recul.
« - Tu m’inquiètes Marshall… »
L’homme se tus et se replongea dans son état d’origine, mélange de froideur et d’austérité, le visage fermé, ne laissant paraître aucune expression.
« - Oublie ça.
- Que j’oublie ? Tu te fiches de moi, non ? Je veux que tu avoues, maintenant. »
Son cœur battait la chamade, et toutes les scènes lui revenaient en tête : cette mystérieuse rencontre le soir du bal, les retrouvailles à Dollet, ses curieux et incessants va-et-vient… Qu’avait t’il donc de si horrible à cacher ? Sydélia était bien décidée à rester plantée là, devant lui et d’attendre des éclaircissements. Après plusieurs minutes, Marshall comprit qu’elle ne renoncerait pas, et se résigna à divulguer son secret.
« Très bien… Suis moi. Allons dehors », dit il dans un soupir.
Le vent chaud et sec du désert estharien qui soufflait sur la ville semblait messager d’un terrible bouleversement.
« - C’est au sujet de ton père…
- C’est toi qui l’as tué ? », demanda Sydélia, abasourdie.
« - Non ! Non ! Jamais ! Syd… écoute. Il est temps pour moi de t’en dire plus sur mon passé. Je n’ai pas toujours été qu’un peintre vagabond. », répondit le jeune homme, en tentant de se rapprocher d’elle.
« - Ne t’approche pas de moi Marshall.
- Il y a deux ans, je ne savais pas quoi faire de ma vie. Je n’ai jamais connu mes parents, j’étais seul et sans ressources. Mes tableaux ne rencontraient aucun succès particulier. La seule solution qui semblait s’offrir à moi était de m’engager dans l’armée.
« - Qu’est-ce que l’armée de Dollet a avoir avec la mort de mon père ?
- L’armée de Dollet, rien. Celle de Galbadia, en revanche, tout. A l’époque, je lisais de vieux numéros du Timber Maniac. C’est idiot, mais je rêvais de ressembler à Laguna Loire. Je me voyais déjà, faire le tour du monde et plus tard raconter mes exploits. J’ai laissé le peu que j’avais derrière moi pour partir de l’autre coté du globe, et j’ai intégré l’armée estharienne. C’était pour moi l’opportunité de devenir quelqu’un, comme ton grand-père par le passé. Bien sur, aujourd’hui je réalise que tout cela n’était qu’une illusion.
- Tu as été soldat, certes. Mais quel rapport avec mon père ?
- J’étais totalement excité à l’annonce de ma première mission : assurer la sécurité du Maréchal Venturi lors de l’exécution d’Ultimécia.
- Quoi ! »
Sydélia se rappela alors la photo encadrée dans la chambre de Stella, à l’hôtel de Deling City. Le simple soldat, aux cotés du père d’Hermés et Stella, c’était donc lui.
« - Laisse-moi terminer je t’en prie… Mes supérieurs m’ont ensuite envoyé au mausolée d’Esthar, afin de surveiller les prisonniers de guerre. J’étais bien loin de mes rêves de voyages et d’aventure, et je commençais déjà à regretter amèrement mes choix. Mais ce n’était rien comparé à ce qui était sur le point de se produire. Dés mon arrivée, j’ai été affecté au quartier de haute sécurité, où étaient enfermés les détenus les plus dangereux. Et c’est ce jour là, que j’ai fait la connaissance d’une personne que tu connais bien : Squall Leonheart.
- Qu’est-ce que tu me dis ? Mon père ? Prisonnier de guerre ?
- Il m’a dit qu’il était là depuis de nombreuses années, qu’il ne pouvait même plus dire combien de temps il avait passé dans cette cellule. Les jours passaient et je me prenais de plus en plus d’affection pour lui. Il me racontait son passé, il me parlait de sa femme bien aimée, que l’armée avait tué sans scrupule. Je me sentais déjà coupable d’avoir assisté à la scène, et je prenais conscience que j’étais un monstre sans âme et sans coeur, tout comme eux. Il me parlait aussi de sa fille, de ses magnifiques cheveux bruns, de son tempérament impétueux, de sa joie de vivre et de son désir ardent de réussite. Je crois qu’à ce moment là, j’étais déjà tombé amoureux de toi, sans même avoir vu ton visage. »
Sydélia ne releva même pas cette déclaration d’amour inattendue, tant elle était stupéfaite des révélations qui venaient d’être faite. Voyant l’absence de réaction face à cette intime confession, Marsh reprit le cours de son récit.
« - J’ai passé deux ans à veiller sur ton père. Mais lorsque que l’on m’a transféré à un autre service, ma décision était déjà prise : je quitterais l’armée au plus tôt. Lorsque que j’ai apporté la nourriture à ton père la dernière fois, il m’a prit ses bras, a glissé dans ma poche cette chaîne que tu as autour du cou en murmurant : ‘’Sydélia Leonheart. Retrouve là. Retrouve ma fille. Dis lui que je suis en vie.’’ Elle était enfin là, devant moi, cette opportunité de devenir quelqu’un. Avant de partir, j’ai consulté en secret les archives de l’armée estharienne. J’étais surpris de trouver une quantité impressionnante de dossier te concernant. Ca n’a pas été difficile de te retrouver. Le lendemain, j’annonçais ma démission, et je rejoignais la Balamb Garden University. La suite tu la connais aussi bien que moi. Lorsque que je t’ai remis la chaîne, je me suis dit que mon travail était terminé. Je n’aurais jamais pensé que tu me retrouverais. Pourtant j’avais tellement envie de te revoir. Quand je t’ai vu débarqué sur la place à Dollet, j’étais le plus heureux du monde, tu sais. Mais c’était tellement dur de te mentir tout en me tenant là à tes cotés. Je voulais te dire toute la vérité, mais j’étais terrifié à l’idée que tu détestes l’homme que j’étais avant de connaître ton père. Je n’ai jamais osé, et je préférais partir. Même si, comme tu as pu le voir, je n’ai jamais réussi à t’oublier, et chaque fois, il fallait que je revienne vers toi.
« - Alors pendant tout ce temps, tu me mentais ?
- Syd, comprend moi je t’en prie ! Ne me hais pas. Mets toi à ma place !
- Depuis des mois, tu me caches que mon père, que je crois mort depuis des années, est en fait toujours vivant, et tu oses me demander de me mettre à ta place ? »
Furieuse, Sydélia dégaina sa Gunblade et avança frénétiquement en direction de Marshall. La pointe tranchante de son épée n’était qu’à quelques centimètres de son visage. Le jeune homme reculait tant bien que mal, en la suppliant de garder son calme.
« - Je ne pouvais pas savoir ! Je suis désolé…
- On ne ment pas aux gens qu’on aime. Maintenant que je sais où est mon père, je n’ai aucunement besoin d’un traître à mes cotés. » Elle le poussa a terre et, prête a appuyer sur la gâchette, plongea son regard plein de haine dans le sien, lui, plein de panique. Délicatement, il sortit alors de sa poche un pinceau et dans le vide, sans la moindre goutte de peinture, dessina une scène qui s’anima instantanément : deux corps allongés dans l’herbe, s’embrassant sous un ciel étoilé.
« - Tu ne peux pas dire que ce qui s’est passé ce soir là était un mensonge.
- Mais… comment est-ce que tu fais ça ? », Interrogea Sydélia qui, sidérée, lâcha son arme et contempla cet éblouissant tableau vivant.
« - Tu sais manier une gunblade comme personne, et j’ai le pouvoir de donner vie à tout ce que je dessine. Chacun ses aptitudes. »
Marshall se releva et prit la main de Syd, afin de lui aussi assister une seconde fois à ce merveilleux moment qu’il avait partagé. Soudain, l’illusion disparut sans raison. Les deux jeunes gens se retournèrent et aperçurent au loin les autres membres de l’équipe dont Léo. En un claquement de doigt, il venait de faire disparaître l’œuvre de Marsh.
« - Ca marche, Docteur. », s’exclama t’il. « Je peux faire tout ce que je veux maintenant », lança t’il en foudroyant Marshall du regard, sur un ton qui se voulait plaisantin mais qui paraissait plutôt menaçant.
« - Zénial ! », hurla une petite voie dans le fond. Gênée, Sydélia rejoint le reste du groupe, et l’ancien soldat estharien l’imita.
« - Marshall a quelque chose à vous dire. », annonça t’elle, en le poussant à avancer encore un peu. Lorsqu’il eut raconté son histoire pour la seconde fois, Léo se rua sur lui et voulut le frapper de toutes ses forces. Sydélia s’interposa à temps.
« - Léo ! Tu es fou ! Tu vas le tuer ! Arrête ! Tu étais le premier à dire que tu ne voulais pas utiliser tes pouvoirs pour faire le mal, et regarde quelle va être ta première action… Tu vaux mieux que ça Léo. Ne fais pas n’importe quoi. J’ai besoin de toi plus que jamais. »
A ces mots, il se ravisa et se retourna vers celle qui l’avait fait changé d’avis.
« - Et toi ? Comment peux-tu tenir la main d’un tel traître ? Tu étais la première à dire que tu ne serais jamais aussi droite que ton père et aussi forte que ta mère. Finalement tu avais peut être raison. »
Les propos de Léo tranchèrent le cœur de Sydélia tels une lame acérée. Mais elle savait au fond d’elle que tout ceci n’était qu’une preuve de jalousie, et ne réagit donc pas. La tension retomba un peu et le silence se fit de nouveau.
« - Alors, qu’est-ce que l’on fait maintenant ? », demanda timidement Leeve.
« - Nous allons libérer mon père. »
~ Hope & Faith ~

Image

Sydeliah
Débutant Niveau 9
Débutant Niveau 9
Messages : 92
Inscription : 03 août 2010 11:10
Localisation : Dollet
Finaland  :

PARTIE 4 / Chapitre III

Messagepar Sydeliah » 26 sept. 2011 16:59

« - Bien… il est maintenant temps de réfléchir un peu. », déclara Syd. « Comment allons-nous nous y prendre pour pénétrer à l’intérieur du mausolée ?
- On fonce ! Quelques gardes ne devraient pas nous effrayer. Dois-je vous rappeler que nous sommes tous des missionnaires ?
- Hermès, voyons ! Tu ne te rends pas compte ! Ces gardes sont sûrement armés jusqu’au dents. », l’interrompit sa sœur.
« - Sans parler de tout les dispositifs de sécurité… Il nous faut un plan. », continua Marsh.
Chaque membre de l’équipe tentait d’apporter son aide, afin que cette mission soit une réussite et que Sydélia puisse enfin retrouvait son père. Tout ces mois de recherches vaines allaient enfin porter leurs fruits.
« - Léo ? Une idée ? », demanda Syd, pour tenter de faire réagir son ami qui boudait dans son coin depuis la révélation du secret de Marshall.
« - La centrale. », répondit-il simplement après un soupir.
« - La centrale ? C’est-à-dire ?
- Mais oui ! C’est pourtant évident ! Il faut faire disjoncter la centrale qui alimente le mausolée. Et après ça, adieu rayons laser, portes automatiques et caméras de surveillance. », s’enthousiasma Syd.
- Mais comment faire disjoncter la centrale ?
- Humm… J’ai peut-être une idée. »

***

« - Honnêtement, Je ne suis pas certaine que ça fonctionne… », déclara Stella, aux commandes d’un imposant chariot à roulette sur lequel reposait une énorme boite en carton.
« - Fais moi confiance », la rassura Léo. « Suis le plan à la lettre et tout se passera parfaitement bien. »
Après l’avoir embrassée, l’ancien membre du SEED rejoint le vaisseau laissant la jeune femme seule face à la centrale, à quelques kilomètres du mausolée. Cet imposant bâtiment à l’architecture estharienne alimentait tout le continent à l’aide d’une technologie révolutionnaire mise au point par le fantastique docteur Geyser : les ondes hertziennes émises par la tour satellite de Dollet étaient récupérées et transformées en une énergie puissante et inépuisable.
« - Je n’ai que très peu de temps… je dois passer à l’action », se dit Stella, avant d’émettre un grand soupir et de se mettre en route vers les portes de la centrale. Un premier obstacle se dressa alors devant elle.
« - Bonjour messieurs. », dit-elle alors de sa voix la plus sensuelle, en s’adressant aux gardes portant l’uniforme estharien qui se trouvaient là.
Peu habitués à côtoyer des femmes, et encore moins des femmes telles que Stella, les deux hommes se trouvèrent quelque peu intimidés.
« - Mademoiselle… », commença l’un.
« - Que pouvons-nous faire pour vous ? », poursuivit l’autre en lui coupant la parole.
« - Je suis membre de l’armée galbadienne », expliqua Stella. « A vrai dire, je suis la fille du maréchal Venturi. »
A ces mots, les gardes reprirent une posture plus réglementaire.
« - Je suis chargée de livrer ce matériel au plus vite à votre directeur.
- Nous nous en occupant sur le champ mademoiselle », s’exclama l’un des gardes, prêt à appeler l’un de ses collègue avec son talkie walkie.
« - Non ! Non ! Je vous assure c’est inutile. Je vais m’en charger moi-même. Monsieur le directeur est un grand ami et…
« - Navré mademoiselle, mais c’est le règlement : seul les membres de l’armée galbadienne peut pénétrer dans la centrale. Mais ne vous inquiétez pas. Notre équipe prendra grand soin de votre livraison. »
Sans qu’elle ne puisse broncher, les deux hommes insistèrent pour s’emparer du chariot avant de le transmettre à un autre soldat qui venait d’arriver. Et en quelques secondes, la grosse boîte avait disparu.
« - Oh mon dieu… la catastrophe… », pensa Stella.

***

« - Mais qu’est-ce qui se passe ! Ca fait presque une heure qu’on attend ! », dit Hermès, qui s’impatientait assis au volant de l’Hydre. L’équipe avait choisi d’atterrir prés de Lunar Gate pour ne pas éveiller les soupçons. S’ils se faisaient repérer, la mission serait un échec. Et échouer si prés du but était tout simplement intolérable.
« - Sois patient Hermès… Vous savez ce qui me chiffonne ? Comment expliquer qu’ayant l’armée galbadienne, l’université de Trabia, et les forces du SEED à nos trousses, nous soyons toujours en vie ? », questionna Léo.
« - Je pense que Kramer n’a aucune intention de nous faire du mal… Nous restons en quelque sorte ses enfants, malgré la trahison. Et le père d’Hermès et Stella ne doit pas non plus s’activer aux recherches. », supposa Syd.
« - Ce qui signifierait alors que nous avons en quelques sorte l’immunité totale ? Quoi que nous fassions, nous ne risquons pas grand-chose ?
- A mon avis, Zalmander, libérer un prisonnier de guerre, ça sera la goutte qui fait déborder le vase », déclara Marsh. « Si on y réfléchit : des taupes galbadiennes, des Seeds renégats, l’ultime invokeur et un ancien soldat estharien… C’est un sacré cocktail Molotov. Tant qu’on ne fait pas trop de vagues, cela reste acceptable, mais à la moindre incartade, c’est le conflit mondial assuré.
- Tu veux dire Marsh, que selon toi, toutes les autorités savent exactement où nous trouvons actuellement mais qu’aucun pays ne veut avoir le rôle de celui qui déclenche les hostilités.
- Absolument Syd… D’ailleurs je pense que nous ferions mieux de réfléchir tout de suite à un plan. Car quand Squall sortira de cette prison, l’hydre et tout ses passagers auront intérêt à se mettre au vert pendant un moment.
- Hum… Pour ce qui est de notre destination, j’ai peut être une idée.
- Eh bien viens m’aider à trouver les coordonnées sur la carte Léo ! », s’exclama Hermès. « Cela commence à être anormalement long… J’espère qu’il n’est rien arrivé de grave. »

***

«- Qu’est-ce qu’il peut bien y avoir dans cette boite ? », demanda le garde qui avait prit en charge le transfert du chariot, en croisant l’un de ses collègues.
- Je ne sais pas… D’où sort-elle cette boite ?
- Une soldate galbadienne qui tenait absolument à la livrer au boss en personne.
- Et personne ne vérifie ce qu’il y a à l’intérieur ! Vous êtes fous ! Ca pourrait être une bombe.
- Et que peut-on faire alors ? Si c’est juste un cadeau pour le boss, et qu’on l’ouvre avant lui. Je ne veux pas me faire virer, moi ! J’ai déjà eu du mal à obtenir ce poste, alors imagine si je le perds… Céline serait folle de rage si je devais reprendre ma place de troufion dans l’armée galbadienne !
- Et si tu ne rentres pas à la maison parce que des terroristes ont fait exploser la centrale ? Qu’est-ce qu’elle dira ta femme, idiot !
- Et bien, ouvre là toi, puisque tu es si malin…
- Très bien… Mais sache que si je découvre quelque chose, j’en informerai le boss tout de suite, et à moi l’augmentation. »
Le second soldat estharien ouvrit alors la boite et tomba des nues en découvrant ce qui se trouvait à l’intérieur.
« - Euh… navrée mademoiselle… Je ne… Je ne savais pas que Monsieur faisait appel à vos services… », bégaya le garde en se fondant en excuses.
« - Pas de problèmes. Mais chut, ceci est notre petit secret. Vous ne voudriez pas portez atteinte à la réputation de votre patron, n’est-ce pas ? Et moi non plus. Alors refermez cette boite et emmenez-moi discrètement dans le bureau de Monsieur. Merci », chuchota Leeve, en leur offrant son rayonnant sourire.
Les deux gardes refermèrent alors le carton et suivirent les ordres de la petite infiltrée, cachée dans son cheval de Troie.
« - Génial ! Je suis une escort girl ! », pensa cette dernière en se retenant de rire. Elle entendit alors le garde frapper à la porte. Après quelques minutes, quelqu’un finit par ouvrir.
« - Ceci est une livraison pour vous, Monsieur.
- La pièce d’art que j’ai commandé pour ma collection ?
- En quelque sorte Monsieur… »
Leeve laissa échapper un petit ricanement.
« - Vous pouvez disposer. », dit le patron de la centrale. Le soldat quitta les lieux et Leeve surgit alors de la boite.
« - Surprise ! Je suis votre cadeau d’anniversaire, de la part du général Venturi. Mon nom est… Miss Coco Honey. », s’exclama la petite brunette, en prenant des airs de diva. « Miss Coco Honey… ridicule. », pensa t’elle ensuite.
« - Mais… je… Pardonnez-moi Miss Coco Honey… Vous êtes tout à fait charmante mais je suis un homme marié vous savez. Et d’ailleurs, ce n’est absolument pas mon anniversaire… Voyez-vous, mon ami le maréchal Venturi ne m’a jamais parlé de ses relations extra conjugales. Je ne le pensais pas adepte de ce genre de… présent.
- Oh et bien… Je vais partir alors. Veuillez m’excusez pour le dérangement.
- Il n’y a pas de mal », assura le directeur, toujours aussi mal à l’aise. « Ce fut un plaisir Miss Coco Honey.
- Pour moi aussi, mon chou », s’exclama t’elle pour clore la conversation et jouer une dernière fois son rôle call-girl.
Leeve se sentit alors comme dans un véritable labyrinthe. Sa mission : trouver la salle du générateur. Une salle parmi les centaines qui composaient cette immense centrale. L’atout non négligeable qu’elle possédait était son visage lumineux, plein de joie de vivre, qui la rendait absolument insoupçonnable. Autre chance : la nouvelle concernant le colis surprise du directeur s’était répandu comme une traînée de poudre. Dans chaque pièce qu’elle visitait, chaque couloir qu’elle empruntait, les employés de la centrale lui faisaient part de leur sourire le plus charmeur. Après plusieurs erreurs, la pseudo escort girl finit par pénétrer dans la salle du générateur. Face à elle se trouvait une batterie géante, maîtresse de tout le système électrique du continent.
« - A nous de jouer… Golgotha ! »

***

« - Vous savez… Je crois que je vais demander Leeve en mariage », décréta Seifer.
« - 40 ans, ce n’est pas un peu vieux pour se marier ?
- Je n’ai été amoureux que trois fois dans ma vie : j’ai laissé mon premier amour m’échapper à cause de mon orgueil, mon second a accaparée plus de 15 ans de ma vie mais hélas un vaisseau n’est pas une femme. Je ne veux pas perdre Leeve. Il faut qu’elle accepte de m’épouser.
- Seifer, bourreau des cœurs.
- La ferme Storm ! Quand on sait que la tienne fricotte avec le rouquin, tu n’est pas le mieux placé pour critiquer.
- Pardon ? Ca veut dire quoi ça ?
- Mais ne l’écoute pas il dit n’importe quoi… Tout le monde sait que j’aime Stella…
- Personne n’a dit le contraire Zalmander. Hermès, raconte leur ce que tu as vu, vas-y.
- Je t’aime bien Léo, mais Stella est ma sœur. Et savoir ce que je sais, sans pouvoir le lui avouer, ça me fait vraiment du mal. L’autre jour, à Shumi Village. Je revenais de mes… petites emplettes, et je vous ai vu. Toi et Syd.
- Okay… Alors maintenant, je suis carrément mal à l’aise. », s’exclama la jeune femme.
« - Qu’est-ce que tu faisais Sydélia ? », demanda Marshall
« - Je l’ai embrassée. », dit simplement Léo.
Le visage de Marsh se décomposa. Il attira Syd à part du reste du groupe pour s’expliquer avec elle.
« - Ecoute je ne sais pas vraiment où en est tout les deux. Je ne sais pas si tu te considères en couple avec moi, mais chose sure étant que nous sommes plus que de simples amis, j’aimerais savoir comment tu as pu me faire une chose pareille.
- Tu passes ta vie à disparaître et à réapparaître comme par magie. Tu es mystérieux, et ça me plait, mais parfois j’ai en fait l’impression que tu es un inconnu. Tu m’attires, c’est certain. Mais si aujourd’hui on me demandait quel genre de relation on entretient toi et moi, je serai incapable de répondre, car je ne sais pas ce que tu attends de moi.
- J’attends que ce soit simple, et honnête. Je ne te demanderai pas en mariage, il est trop tôt pour avoir des enfants, mais sache que depuis le premier regard, je sais que tout cela finira par se produire. Et c’est difficile pour quelqu’un comme moi. Je ne suis pas habitué à avoir des attaches, ça me fait peur.
- Je sais ce que tu ressens.
- Alors que décides-tu ?
- Je ne vois pas de quoi je dois décider.
- Continuer à entretenir une relation ambiguë qui fait plus de mal que de bien, tout arrêter maintenant, ou décider d’être ensemble une bonne fois pour toute, officiellement. »
Sydélia ne savait quoi répondre. Elle ne pouvait renier ses sentiments pour Marshall, mais ces derniers temps, son histoire avec Léo avait pris une tournure différente. Depuis qu’ils s’étaient rencontrés à la BGU, les deux Seeds n’avaient cessé de se tourner autour, de s’adorer pour mieux se détester. Ils avaient même passé plusieurs mois sans se parler, avant de se retrouver pour vivre sur une courte durée, une histoire d’amour passionnelle. Acolytes-Ennemis, Amis-Amants… Avec Léo, ça n’avait jamais été clair. Et aujourd’hui, Stella était entré dans sa vie. Elle ne devait pas prendre le risque de gâcher cette belle histoire avec Marshall pour un homme qui avait enfin décidé de l’aimer à cœur ouvert, le jour où il réalisa qu’il était sur le point de la perdre.
« - C’est d’accord.
- C'est-à-dire ?
- Je crois que je t’aime. Je veux être avec toi. »
L’ambiance dans le cockpit était électrique, et ce ne fit qu’empirer avec le retour de Syd et Marsh. Ce dernier d’approcha du mercenaire aux cheveux hérissés.
« - Elle est à moi, maintenant. Pose une seule de tes sales pattes sur elle, et j’en ferai une affaire personnelle. », chuchota t’il à son oreille. Pour la première fois, le charismatique Léo semblait perdre de son assurance légendaire.
« - Ne dites rien à Stella, je vous en prie », supplia le jeune homme, réalisant qu’il se trouvait en mauvaise posture. Il venait de perdre Sydélia pour de bon, il devait préserver ce qu’il rester de son idylle avec la belle Venturi.
« - Nous ne dirons rien, mais à l’avenir arrête de te comporter comme un… Bon sang ! Regardez ! Elles ont réussi ! », s’écria Hermès en voyant au loin, le mausolée se plonger instantanément dans le noir. Les lumières de Lunar Gate avait subit le même sort.
« - A nous désormais », dit Sydélia, bien contente d’échapper à ce climat de tension.
Après une marche d’une quinzaine de minutes dans le désert estharien, Marsh, Syd et Léo se trouvèrent face aux marches du mausolée.
« - Petite mise au point sur la technique à adopter. Sachant que les caméras ne fonctionnent plus, l’équipe de surveillance aura plus de mal à nous localiser. », commença Marsh.
« - Les portes ne peuvent plus se verrouiller. Pour les ouvrir, il ne reste plus qu’à les pousser.
- En résumé, le seul obstacle qui nous sépare de mon père est une horde de soldats esthariens ? Rassurant.
- Une horde de soldats esthariens qui n’a aucune chance face aux Seeds que nous sommes, Syd.
- Je suis là aussi, tu sais Zalmander.
- Au temps pour moi : Face à deux mercenaires surentraînés et un peintre de génie. Ils vont avoir drôlement peur quand tu vas dégainer ton petit pinceau. », ironisa Léo.
Marshall sortit alors de sa poche le dit pinceau et croqua en quelques secondes une représentation de chaque membre de l’équipe. Le dessin prit forme pour donner vie à des personnages plus que ressemblant aux originaux.
« - Fais pas le malin Zalmander. Tu ne sais pas de quoi je suis capable. »
Impressionnés, Syd et Léo regardèrent les trois clones s’éloigner. Personne ne pourrait se douter qu’il s’agissait en fait de faux être humains.
« - Génial ! Les gardes vont se ruer sur les faux-nous et nous aurons le champ libre pour infiltrer le mausolée. Ce pouvoir est merveilleux Marsh ! Allons-y ! »
Bien que les clones attiraient grandement l’attention des soldats esthariens, les trois acolytes durent se soumettre à quelques combats, auxquels ils mirent fin sans encombre. Marshall se souvenait précisément de l’endroit où était incarcéré Squall. Très vite, il mena les autres membre de l’équipe vers un long couloir sombre, bordé de chaque coté par de petites cellules aux portes de verre. Toutes vides. Arrivé au bout, Marshall indiqua la cellule de droite. Sydélia poussa la porte le cœur battant. Elle aperçu alors un homme, couché sur un lit de conception sommaire.
« - Papa… »
En silence, l’homme se leva. Il était difficile de discerner son visage dans la pénombre, mais cette odeur...
« - Sydélia ? », demanda l’homme avec des larmes dans la voix. Il approchait pas à pas, en silence, et se trouvant enfin prés de lui, la jeune Seed remarqua dans l’obscurité, la balafre qui traversait le front du prisonnier. Il n’y avait plus aucun doute. C’était lui. Elle lui sauta au cou.
« - Tu m’a tellement manqué papa. », murmura Syd, alors que les larmes dévalaient ses joues.
Squall ne bougeait pas, serrant simplement dans ses bras, celle qui malgré les blessures du temps était toujours resté la petite fille chérie dont le souvenir le maintenait en vie.
« - On doit partir au plus vite. Suis moi ! », s’exclama t’elle en séchant ses pleurs avant de prendre sa main et de s’enfuir de cet endroit sordide.

***

Pendant ce temps dans le vaisseau, Hermès et Seifer attendait le retour de leurs compagnons.
« - Cela va faire drôle de retrouver Squall… Après toutes ces années.
- J’ai entendu dire que vous vous détestiez.
- Nos rapports étaient nettement meilleurs après la chute d’Ultimécia. Grâce à lui et Linoa j’ai retrouvé le droit chemin.
- Ce premier amour dont tu parlais tout à l’heure… C’était elle, pas vrai.
- Elle aimait Squall… Que veux-tu. C’est la vie. Je leur en ai longtemps voulu. Aujourd’hui Leeve est là. Je n’ai plus aucune rancœur. Je suis heureux.
- C’est le principal. J’espère que ma sœur ne subira pas le même sort que toi… Elle aurait le cœur brisé. Pour la seconde fois.
- Je ne voulais pas lui faire tant de mal. Mais tu connais le code d’honneur des pirates. Pas de code, pas d’honneur.
- Beaucoup de choses ont changé aujourd’hui. J’espère que toute cette histoire aura une fin heureuse.
- Dans tout les cas, il faut rester positif. Et puis, tant que nous posséderons l’Hydre, nous serons libres d’aller où bon nous semble.
- Nous ? C’est TON vaisseau Seifer…
- Quand j’aurai épousé ma princesse, il sera temps pour moi de prendre ma retraite. Et ce moment venu, j’aurai besoin d’un successeur. Tu me sembles parfait pour ce poste.
- Vraiment !
- Qui d’autre ? Tu es devenu en peu de temps le meilleur pilote que je connaisse. Et tu n’as aucun scrupule, c’est une qualité rare. », plaisanta le commandant Almasy.
A cet instant, Stella pénétra dans le cockpit, épuisée, le visage défait.
« - Stella ! Mais où est Leeve !
- Dans la centrale.
- Tu était sensée rester avec elle ! », s’écria Seifer apeuré. « Mais qu’est-ce qu’ils vont lui faire subir !
- Ils se sont emparés du carton, je n’ai rien pu faire. Je suis ensuite rentrée vous prévenir, mais traverser le désert à pied est beaucoup moins rapide que je le pensais. Nous devons retourner à la centrale pour la sauver ! »
Syd, Léo et Marsh rejoignirent à leur tour le reste de l’équipe, accompagnés de Squall. Les présentations furent brèves. Seifer s’empressa d’expliquer le sort de Leeve aux nouveaux arrivants. Il n’y avait plus une seconde à perdre. Le trajet dura quelques minutes à peine. Le gigantesque vaisseau rouge et noir se posa tout prés de la centrale, devant des gardes ébahis par ce qu’il se passait sous leurs yeux. Tout l’équipage se rua vers la sortie.
« - C’est quoi ça ?
- On dirait un vaisseau… », déclara l’un des deux soldat postés à l’entrée de la centrale.
Au même moment, Leeve sortit alors par la grande porte.
« - Au revoir Biggs ! Au revoir Wedge ! », s’exclama t’elle en se retournant pour faire un signe de la main aux employés de la centrale qui se trouvaient derrière elle.
« - Au revoir Miss Coco Honey. », psalmodièrent en cœur les deux gardes quand elle passa devant eux.
« - A bientôt les garçons », répondit t’elle en les comblant d’un petit clin d’œil.
« - Elle a l’air drôlement en danger... », plaisanta Hermès, rassuré qu’il ne soient rien arrivé à la petite invokeur. « - Allez ! En route Miss Coco Honey », se moqua le pilote en invitant également les autres membres de l’équipe à rejoindre l’intérieur du vaisseau.
« - Oh ça va ! Je devais bien trouver une couverture...
- Et tu es quoi, au juste, Miss Coco Honey ?
- Une escort girl offerte par ton père au directeur de la centrale. Tout le monde m’adore ici maintenant. », ajouta Leeve en saluant son public par la vitre du cockpit. Le numéro de charme de la jolie galbadienne, plus que crédible dans son body à plume, détendit l’atmosphère et tous rirent un peu.
- Au fait Seifer… Tu n’avais rien à lui demander, à ta princesse. », demanda Hermès, pour taquiner son mentor.
« - Euh… Tais-toi gamin ! Je peux encore changer d’avis pour ma succession.
- Je n’ai rien dit… Alors Léo, sûr de ton coup pour notre prochaine destination ?
- Sûr et certain même… Vous ne trouverez pas un village plus tranquille et plus à l’abri du monde que Winhill. »
~ Hope & Faith ~

Image

Sydeliah
Débutant Niveau 9
Débutant Niveau 9
Messages : 92
Inscription : 03 août 2010 11:10
Localisation : Dollet
Finaland  :

Besoin de votre avis

Messagepar Sydeliah » 24 mars 2012 23:21

Bonjour à tous ! It's been a long time but I'm back in town ^^

Je souhaite me remettre serieusement à la rédaction de cette Fanfic mais j’émets quelques reserves ..

Y'a t'il encore des lecteurs fidèles? Connaitre la fin vous interesse ou non?

J'espere recevoir des réponses !

Bises à tous :)
~ Hope & Faith ~

Image

Toulala
Gardienne des Écritures Saintes
Gardienne des Écritures Saintes
Messages : 4046
Inscription : 21 juin 2004 20:20
Localisation : France
Contact :
Finaland  :

Messagepar Toulala » 24 mars 2012 23:24

Je suis toujours là. ~~
« Ce sont nos erreurs qui nous enseignent la vie. »
Toulal, Gardienne des Écritures Saintes
Image

Louha
Disciple Niveau 2
Disciple Niveau 2
Messages : 312
Inscription : 31 juil. 2010 16:29
Localisation : Royaume de Lindblum
Contact :
Finaland  :

Messagepar Louha » 25 mars 2012 15:52

Moi aussi, je suis toujours là, même fidèle au poste !! ^^ N'empêche que cela m'enchante que tu puisses enfin continuer ta fan-fic :) (plusieurs mois sans la suite... booouuuhhhh...!!! :cry: ) Enfin bref, ça fait plaisir que tu reviennes !

Je suis toujours partante pour connaître la fin de cette histoire, c'est clair et net !! :wink:
« Ce n'est pas en restant spectateur que l'on peut être un artisan de l'avenir, ni le défenseur de quoi que ce soit. »
Image

Sydeliah
Débutant Niveau 9
Débutant Niveau 9
Messages : 92
Inscription : 03 août 2010 11:10
Localisation : Dollet
Finaland  :

Résumé

Messagepar Sydeliah » 04 avr. 2012 23:25

Avant de vous faire part du nouveau chapitre, je tenais à faire un petit rappel de 'l'épisode précédent', histoire de faciliter la transition.

Sydélia a retrouvé son père et l'a libéré du mausolée d'Esthar, ce qui fait d'elle et du reste de l'équipe, des fugitifs recherchés par les armées du monde entier. Pour se mettre à l'abri, tous décident d'aller se réfugier dans le village de Winhill.

C'est un peu bref, j’espère que ça suffira pour vous remettre dans l'ambiance.

En tout cas, merci à vous d'être toujours là, et bonne lecture ! En espérant que cela vous plaise.
~ Hope & Faith ~

Image


Revenir à « Fan-Fics »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité