[Thibault] Final Fantasy XIII

Les romanciers en herbe pourront nous faire partager leurs oeuvres littéraires !

Modérateur : Divinités du Sanctuaire Sacré

Thibault de Mondidier
Novice Niveau 5
Novice Niveau 5
Messages : 199
Inscription : 05 oct. 2004 10:23
Localisation : Strasbourg
Finaland :

Messagepar Thibault de Mondidier » 23 mai 2007 17:14

Chapitre X Liberté


J'attendais patiemment mon adversaire. Lorsqu'il apparut je me frottais les yeux.
"Non ce n'est pas possible, tu ne peux pas être...."
"Non je suis son frère...on me nomme Matriel".

Je ne savais pas pourquoi mais quelque chose n'allait pas. Sa politesse et son timbre de voix ne collaient pas à son physique. Lui semblait me dévisager.
"Je t'ai observé depuis le début. Il semble tu sois le leader du groupe n'est ce pas ?"
"Je....je ne me prétends pas comme tel."
"Alors je ne comprends pas. Comment un groupe certes fort a pu arrivé jusqu'ici. Tu montres une certaine modestie, mais en réalité cela cache une faiblesse. Tu te sens inférieur à tes camarades ?"
"Non !"
"Le nier c'est la preuve que tu en es conscient. Et tu prétends avec cet état d'esprit te mesurer à notre chef !"
Il pointa son épée dans ma direction.
"Tu me débectes, j'arrive pas à croire qu'un être aussi minable ait pu former une bande capable de blesser ou de tuer les princes que nous sommes. En fait, tu as crée une troupe forte pour mieux te cacher derrière eux. Et c'est seulement quand ta copine est blessée que tu cours près d'elle.

Il commençait à m'effrayer. Je reculais d'un pas. Je ne le regardai plus en face et ma main droite commençait à trembler. Il s'en rendit compte.
"Oh....le pauvre bébé, j'ai révélé une vérité qu'il tentait de cacher, oh pardon je suis vraiment désolé !"
Il s'approcha de moi.
"Et ce bras en métal, c'est de naissance, ou s'est arrivé parce que tu étais trop faible...."
Je repensais à cet homme en noir et maintenant je sentais des larmes me monter aux yeux.
"Hé hé, je devrai peut-être t'arracher une jambe pour que tu arrêtes ton délire. Non mieux, je devrai te décapiter pour que ton existence ne soit plus une souillure pour tout le monde !"

Et d'un sourire il plongea sa lame dans mon épaule droite. J'en hurlais de douleur. Et lui vint mettre sa main sur l'épaule.
"Oh pardon, j'ai mal visé, tu sais J'ADORE TORTURER LES FAIBLES !!!"

J'en pleurais, il me détruisait par les mots et je ne pouvais plus bouger...
"Eto....ETO !!! JE VAIS PRENDRE TA PLACE !!"

Tout à coup Shogun prit ma place et je ressentais une fureur en lui.
"Matriel....JE VAIS TE TUER !!!"
Il fit bouger notre tête et lui donna un terrible coup à Matriel.

"TOI !!!" fit Matriel
"Oh Pardon, je t'ai blessé.....mais....JE VAIS FAIRE PLUS QUE CA !!"
Ma lance commença à briller et elle disparaissait pour laisser place au sabre de Shogun.
"Tu vas regretter tout ce que tu as dit Matriel !!"
"Mais y a combien de personne dans ce corps.....un vrai mutant ha ha ha !!!"
"LA FERME !!! TU AS DESCENDU MON AMI, tu l'as ridiculisé aux yeux de nos amis et de tout ce gens qui sont ici. Mais je vais te dire une chose. Les petites merdes comme toi sont les premières à fuir lorsqu'elle trouve plus fort qu'elle !"
"Oh, le petit veut me donner une leçon....JE VAIS TE TUER COMME CA TU NE DIRA PLUS DE D’ANERIES !!!"
Il fonçait sur nous et Shogun se mit en garde. Il souriait. Le prince sépara d'un coup la lame de son épée pour en créer une deuxième et il frappa avec les sabres en ciseau. J'entendis un grand "klang" Shogun avait paré le coup et les deux sabres étaient arrêtés par Masamune. Mais elle n'était pas dégainée entièrement.

"A mon tour !" fit Shogun. Il donna un coup de pied pour faire reculer Matriel.
"Eto mon partenaire n'a pas vraiment la carrure de ton chef, ça je suis d'accord, mais il possède un trésor qui fait qu'il transforme les gens. Il a réunit tout ces gens autour de lui car il les a fait changer et maintenant nous nous battons tous avec Eto car il a idéal qui parait fou mais qui se réalise petit à petit. NOUS LIBERERONS CE MONDE DES CHIMERES et j'ajouterai que nous délivrerons tous les royaumes dans lesquels des petits con dans ton genre les oppriment.

Matriel commença à perdre son calme. Le jeu des mots se retournait contre lui.
"Tu vas te taire, petite merde insignifiante !"
"Parfois ce qui est insignifiant peut changer le monde !!!"

Il le provoquait par des gestes de la main.
Matriel allait encore attaquer mais cette fois Shogun se pencha en avant et fonça vers le prince et d'un coup dégaina Masamune et fit un arc de cercle qui trancha les mains de Matriel et aussitôt il rengaina.

Les mains de Matriel tombaient devant moi. Inertes. Matriel hurlait de douleur et tomba à genoux.
"Mais....mais qui es-tu !!"
"Je ne suis qu'un simple gardien qui va te faire subir physiquement ce que tu as fait à mon partenaire !!"

Matriel commençait à trembler de peur. Shogun avançait doucement et s'arrêta devant les jambes de Matriel.
"Et si je te découpais les jambes....comme ça tu comprendrais ce qu'est une merde insignifiante !!"

Il allait frapper lorsque dégoûté j'intervenais.
"NON !! ARRETE !!!"
"Pourquoi ?" fit-il en me regardant d'un air énervé.
"Cet homme bien que sadique avait raison. Je suis encore faible et je dois devenir fort pour que jamais cet homme en noir ne puisse recommencer à jouer avec moi ni même avec aucun d'entre nous ! Laisse le en vie."
"Je ne sais pas pourquoi je t'écoute. Cet homme mérite de mourir. Il est irrécupérable....mais bon....pour cette fois, j'accepte de céder à ton caprice..."
Il s'approcha de moi et me donna un coup dans le ventre. Mais je sentis
qu'il s'était retenu.
"Ne soit pas si faible contre ton prochain adversaire !"
Shogun m'effrayait quelque peu, je comprenais que c'était un guerrier endurcit et qu'il pouvait tuer sans problème....cela me donnait la chair de poule.
Je reprenais le contrôle de notre corps et je regardais le prince se tordre de douleur et perdre son sang.
Je mis ma lance dans mon dos.
Je quittai l'arène sous les applaudissements du public. Et je passai devant Anandes qui récupérait. Elle me regardait.
"Shogun est un guerrier, toi tu apprends à l'être. Si je ne savais pas ça je t'aurai mit une gifle. Mais je te pardonne....car c'est avec toi que je me battrai pour la finale. Shogun a raison tu as un trésor en toi mais tu n'en es peut-être pas conscient....."
"C'est une victoire....mais elle est amère....." fis-je tristement

A ce moment là une équipe de médecins arrivèrent pour me soigner, d'ailleurs je commençais à voir trouble et j'avais du mal à me tenir debout. Ils m'allongèrent sur un lit et m'enlevèrent mes habits très rapidement. A ce moment là je sentis une odeur familière, je tentais de voir qui c'était et je reconnu Kythia.
Elle était à côté de moi. Elle tendit son bras et se fit une entaille dans la peau. Du sang coula rapidement et elle tendit son bras au dessus de ma plaie. Elle ferma les yeux et elle récita des paroles dont je ne comprenais le sens. Tout à coup une lumière jaillit autour d'elle et je vis ma plaie se refermer rapidement. Mes forces me revinrent et je pu me lever.
"Mer..."
Je n'eu pas le temps de finir ma phrase qu'elle me sauta au coup. Elle me regarda ensuite et elle me donna deux baffes. Et elle s'en alla. Anandes arriva me prit par le coup et me donna encore une baffe. Gotard enfin arriva dans la pièce et me regarda méchamment.
"Lève toi !"
Je devinais ce qui allait se passer mais je me levais malgré tout et à ce moment il me décrocha un coup dans le bide mais contrairement à Shogun lui ne s'était pas retenu.
"On avait dit doucement Gotard !" fit Anandes.
"Désolé Eto, ça me démangeait, maintenant que c'est fait je vais pouvoir me calmer."

Je n'avais même pas besoin de demander pourquoi ils avaient fait ça.
Je me levais à présent et j'étais déterminé. Je m'approchais du mur et je me frappai la tête plusieurs fois jusqu'à ce que du sang coule le long de mon visage.
"Hé !!! Ca va pas, on a encore besoin de toi ! " fit Kagero qui était là depuis le début

Ma tête me faisait horriblement mal mais je les regardai.
"Je n'aurai pas du avoir ce moment de faiblesse....vous êtes mes amis et je ne me cache pas derrière vous pour avancer dans notre aventure. Je m'en étais pas rendu compte, mais je suis un peu votre chef....et je vous ai fait honte dans ce combat et c'est Shogun qui m'a sauvé....nous avons fait une promesse à Yunfa...et c'est maintenant moi qui vais l'honorer en votre nom...et merci à vous de m'avoir réveillé...." fis-je en m'inclinant.

Anandes s'approcha de moi avec ses pistolets.
"Regarde"

Je levais la tête. Elle me tendit un papier. Je l'ouvris et je lisais que moi et Anandes devions combattre pour la finale.
Je la regardai.
"L'eau et le vent....hmm, j'ai hâte de voir ce que ça va donner." Fit Anandes
"Si vous gagnez, vous serez des héros..." fit Kagero.
"Je ne veux aucun titre Kagero, si nous gagnons, non lorsque nous aurons gagné, Yunfa sera proclamée reine et elle pourra mettre au monde son enfant."
"Alors....serez vous prêt à tuer le chef des princes ?" fit Mada inquiet
Anandes et moi nous nous regardâmes.
"Anandes a tué, Gotard a tué, tu as tué....je pense que pour écarter tout danger, je devrai tuer mon adversaire. Le chef des princes n'est pas homme à se repentir. Pourtant si un jour je bats un homme et qu'il reconnaît sa défaite et me démontre qu'il se range de notre côté....je le croirai." fis-je avec conviction.

Cela fit sourire mes amis.
"Eh ben voilà le Eto que nous connaissons. Toujours trop gentil...." fit Kagero en riant et les autres suivirent.

Je m'adressai à Shogun.

"Tu m'as montré que tu pouvais tuer sans hésiter, j'étais effrayé et méfiant, mais tu m'as sauvé la vie....merci." fis-je

Il ne répondit pas mais je le vis me sourire ce qui me rassura et maintenant place à la finale !



Anandes et moi nous entrâmes dans l'arène. Nous nous attendions à des acclamations mais le stade était silencieux. Il régnait un silence qui me fit frémir. Nous avancions et en voyant que le chef des princes Sachiel, je devinais le pourquoi du silence.
C'était un homme tout en muscle. Il était grand avec un sourire sadique. Je retrouvais son sourire sadique qu'il m'avait adressé lors de notre première rencontre. Il avait les yeux verts et son visage était fin. Sa chevelure était courte mais son étrange couleur m'intriguait. Elle était grise. Sinon il portait un manteau sur les épaules violet, une dessous blanc et un bas noir.
Le prince à côté de lui n'était autre que Samsiel. Celui-ci s'avança vers nous, il me regarda.
"J'abandonne."
Nous fûmes tous surpris.
"Je n'ai plus aucune raison de continuer ce tournoi. Je crois en vous et j'estime qu'il est temps que la maison des princes disparaît à jamais. Nous n'avons jamais rien fait de bon pour le peuple, nous avons même tenté de tuer l'héritier du trône. Aussi je veux que toi, Eto tu mettes fin à ma vie."

Il se mit à genoux et attendait son sort.
Je le regardai, et je sentais qu'il était sincère. Shogun semblait deviner ce que j'allais faire, j'en attendais une remarque, mais cette fois il ne disait rien.
Je pris ma lance et je me mis à sa hauteur.
"Alors, si tu veux mourir, j'aimerai que tu le fasses pour quelque chose de plus noble. Va te repentir devant le roi. Met toi à son service, et vie de repentir. Supporte le regard des autres qui se méfieront de toi pour ce que tu étais. Change et montre aux autres ce changement. C'est quelque chose de plus cruel mais au fond plus honorable qu'une mort rapide certes, mais au fond dans le déshonneur.

Bardiel le regardait avec mépris.
"SAMCHIEL ! Je m'occuperai de toi plus tard. Si tu abandonnes, dégage de là. Tu vas gâcher le spectacle !"

Il se retira doucement et sans un mot lorsque tout à coup Anandes décrocha son pistolet de sa taille et tira une balle.
Bardiel ne bougea pas. Il se contenta de sortir son épée et il para la balle.

"Hé, hé, hé. Eto, je crois qu'on va devoir faire notre petite démonstration." fit-elle en me regardant avec un certain sourire ironique.
"Pfff, ben voyons. Tu veux pas appeler Valefore pour le début ?"
"Nan !"
"Ok, ok."

Je me baissais pour faire arrondir mon dos. Anandes recula en rigolant.
"Eto ?"
"QUOI !"
"Braille toi je vois le haut de ton cul !"

J'étais mort de honte. Un fou rire éclata dans le public.
"ANANDES !"
"C'EST PARTI !!!"



Anandes prit son élan et me sauta sur le dos et de toutes mes forces je me levais pour l'expulser dans les airs. Notre plan commençait bien.
Anandes se déchaînait contre le prince pendant que moi je fonçais vers lui. Je pointais ma lance sur lui et je lançais de toutes mes forces. Il évitait tout, ma lance et les balles d'Anandes. J'étais à un mètre de lui quand Shogun prit ma place, aussitôt la lance qui s'était plantée dans le sol se transforma en masamune. Le prince ne s'en était pas rendu compte. Il avait les jambes suffisamment écartées, je pu sauter et passer à travers. Shogun était prêt. Il saisit son épée et attaqua le prince.

Nous croyons enfin le toucher, mais il se tordait le corps. Il évita ainsi le coup de Shogun et les balles d'Anandes.

"Alors ? C'est tout ce que vous savez faire ?"

Il regardait Anandes quand celle-ci sourit.
Le prince se méfia et tout à coup un tremblement de terre se déclencha. C'était Haku qui ressortait du sol.
Nous voulions le propulser en l'air et cela réussit, il fut déséquilibré. C'est alors que fondant du ciel, Valefore tombait sur Bardiel et de son bec, lui fit une entaille au milieu de la poitrine.

Mais ce n'était pas finit. Shogun fonçait sous le prince et d'un coup, il tenta de le toucher mais le prince lâcha son épée sur nous et de son poids nous devions l'éviter. Il retomba à terre et récupéra son épée. Il souriait.
"Que c'est agréable de tomber sur des adversaires forts !"

Il semblait sur de lui.
Mais il oubliait Haku. Celui-ci était derrière lui et d'un coup lui donna un coup de queue. Cela le fit valser contre un mur.

Cela nous donnait quelques secondes pour nous reposer car les enchaînements que nous faisons étaient extrêmement éprouvants pour nos corps.
"Anandes !!! Déclenche le rayon de Valefore !"
Elle s'exécuta et le rayon demanda quelques secondes de préparation et celui-ci finit par frapper le trou dans lequel était supposer être le prince.
Cela fit un sifflement énorme et une énorme explosion.
Nous attendions que la fumée se dissipe.
Lorsque tout à coup.
"Dommague que vous soyez aussi lents!"

J'eu à peine le temps de tourner la tête que le prince était derrière Anandes. Son teint de peau avait légèrement brunis, mais ce n'était pas à cause de ses blessures.
"ANANDES !!!"fis-je en reprenant le contrôle
"Trop tard pour elle." fit il en affichant un sourire sadique.



Tout à coup Bardiel déclencha une attaque ultra rapide contre Anandes. Je n'ai rien vu et tout à coup Anandes partait contre le mur.
Le cratère qu'elle créa était énorme
"ANANDES !!!"
Je me dirigeais vers elle.
Je regardais son corps. Il y avait neuf entailles très profondes. Le sang coulait, mais les plaies se refermaient doucement
"Anandes, est ce que ça va !!! Dit quelque chose !!"
"Q....quelque chose...."
Je baissais la tête
"Si tu arrives à faire de l'humour, c'est que ça va.
"Eto....aie.....j'ai les nerfs ! Avec le sang que je perds je n’arriverai plus à me battre correctement....je ne serai qu'un fardeau pour toi....et bouarf."

Elle crachait du sang.
"Anandes...." fis-je en larme.
"P....pourquoi tu pleures...." me fit-elle.
"J'en ai....marre.....snif J'EN Ai MARRE QUE VOUS SOYEZ TOUS BLESSES !!! Si vous.....ahhhhhhhhhh, si vous n'aviez pas les chimères vous seriez morts !
Je tentais de lever Anandes.
"Qu'est ce que tu fais ?" fit-elle
"Je te fais sortir de l'arène."
"Mais....je....il...."

"Eto.....reste calme !" me fit Shogun.
"LA FERME !!!" fis-je
Je regardais Bardiel.
"Attends moi, je la sors et je reviens pour te tuer !"² fis-je.
"Ben voyons..."

je l'emmenais à la salle de soin
Tout le monde était la pour la soigner
J'allais repartir quand Anandes me retint.
"Eto....prends ma chimère, je pense qu'on peut se transmettre nos pouvoirs.....prends ma main."

Je m'exécutais et tout à coup je ressentis une décharge qui ma parcourait le corps.
J'entendis la voix de Valefore en moi.
"Eto, tu n'es pas mon maître, Anandes reste toujours ma maîtresse, mais je ne peux désobéir. Tu auras 7 minutes pour battre votre ennemi.

"Merci Anandes....je partais quand elle me retint encore une fois.
"Approche toi."
Je ne comprenais pas mais je m'exécutais.
J'approchais ma tête près d'elle.
Avec ses mains tachées de sang elle les passa sur mes joues.
"Pour te porter chance."

Je rougissais mais je partais à toute vitesse.
Je retournais dans l'arène.
J'étais coléreux, haineux, je voulais tout faire éclater.

"VOUS TOUS !!! JE VAIS VOUS DEBERASSEZ DE CET HOMME !! VOUS N'AUREZ PLUS JAMAIS A LES CRAINDRE !!!! ORCHESTRE !!! JOUEZ NOUS QUELQUE CHOSE DE STIMULANT !!! JE VEUX QUE CE COMBAT RESTE DANS LES MEMOIRES !!!"

J'invoquais mes deux chimères, je leur transmettais toute ma rage.
"Oh oh, je ne savais pas qu'un humain pouvait me faire frissonner de plaisir !" fit Valefore.

Je murmurais.
"A.....l'attaque."

Je pris ma lance.
"TU VAS CREVER !!!"
Ce que je veux c'est une histoire universelle.

Thibault de Mondidier
Novice Niveau 5
Novice Niveau 5
Messages : 199
Inscription : 05 oct. 2004 10:23
Localisation : Strasbourg
Finaland :

Messagepar Thibault de Mondidier » 31 mai 2007 14:01

Je fonçais sur le prince, je me servais du vent pour me pousser et accélérer. Je sautais pour l'attaquer. Il para.
"SHOGUN !!"
Il prit ma place et utilisa masamune pour lui faire perdre son équilibre.
Nous touchâmes pied à terre. Shogun fit trois culbutes en arrière.
"Hé hé, tu vas voir !" fit Shogun.
Il dégaina entièrement Masmune et la lança sur Bardiel.
Il l'évita quand tout à coup, il utilisa le pouvoir du vent pour manier Masamune. De son bras il contrôlait Masamune, mais les coups portés était beaucoup moins précis.
Je bouillais.
"ALLEZ FONCE !!!"
Shogun courait à présent vers lui. Il se synchronisa avec un coup de Masamune et il désarma son adversaire.

Shogun souriait. Il prit le prince par le coup et rassembla de l'eau sous nos pieds. Il la fit sortir et entoura le visage du prince..
Je reprenais le contrôle.
"ET MAINTENANT TU VAS SOUFFRIR !!!"

Je relâchais ma prise et je donnais un bon coup dans le ventre de Bardiel.
Il se tordait de douleur. Je passais derrière lui et le lui prit les pieds.
Je le traînais à terre et j'utilisais toutes mes forces pour le faire tourner de plus en plus vite. L'eau jouait son role. Il ne pouvait pas respirer et j'étais libre. Je le faisais tourner encore et encore et tout à coup je l'envoyais dans les airs aidé du vent de Valefore.

"VALEFORE !!! HAKU !!! ATTAQUEZ !!!!"
Les deux chimères foncèrent sur le prince. Haku donna un coup de queue qui envoya le prince au sol créant un véritable tremblement de terre et Valefore déclencha son attaque spéciale.

Utiliser les deux chimères était épuisant pour mon corps, je m'apercevais qu'il y avait finalement un prix à payer pour faire une invocation. Je croyais que c'était finit. Mais tout à coup, je vis le prince se relever.
"Hé hé hé, Bravo....j'ai failli mourir. Mais tu as fait une erreur, quand tu as appelé tes chimères tu as relâché le pouvoir de la bulle de l'eau. hé hé, ta colère t'a perdu. Tu voulais en finir.....maintenant....Je vais te MONTRER QUE TU AS MIS UN TERME A TA VIE EN ENTRANT ICI !!!!!

Tout à coup le corps du prince se mit à briller. La terre tremblait. Il commença à hurler quand tout à coup, quelque chose sortit de son bras. On aurait dit un animal, mais il ne devait en avoir que l'apparence. Une énorme pierre rouge se mit à briller.
"Hé hé, laisse moi te présenter Raijin, maître de la fouidre ! C'est une petite création qui date de la guerre des dragons et que notre famille a héritée. Elle sera suffisamment puissante pour te battre. Mais je vais d'abord libérer sa plaine puissance."
Il marmonna quelque chose et tout à coup il se mit à se tortiller et à hurler. Ce fut bref.
"Hé, hé, cet humain m'a laissé prendre le contrôle. Je vais puiser dans ce corps plein de vie pour me battre !!" fit la bête.

A ce moment, le ciel se couvrit de nuage, et les éclairs tombèrent du ciel.

J'étais fatigué, mais le combat reprenait de plus belle !!
"Et si on essayait ces pouvoirs sur le public ?"

Tout à coup, le prince concentra dans ses mains de l'énergie électrique, il en accumulait encore.
"Allez, tu leurs as promis la liberté ! VOYONS SI TU ES CAPABLE DE TENIR PAROLE !!" fit Bardiel

Il déchaîna son attaque et moi je tentais de bloquer par des colonnes de vents qui cernaient à présent l'arène.
Tout à coup, j'entendis une voix.
"Eto, tu pourras encore me contrôler 3 minutes....tu es à bout, si tu insistes, tu vas mourir !" fit Valefore.
"Alors je vais finir ce combat en trois minutes !" fit Shogun.

Il prit ma place et fonça sur le prince. Il allait frapper, mais tout à coup un champ électrique se créa et bloqua l'attaque de Shogun. Il était figé dans sa dernière attaque.
"Pathétique !"
Le prince projeta sa barrière sur nous. Elle nous électrocuta.
"Ahhhhhhhh !!!!!"
Nous hurlions de douleur.
"Encore un coup comme ça et on y reste !!!"fis-je en m'inquiétant.
"Ce combat est inutile. Je vais t'achever."

Tout à coup son pouvoir que je croyais au maximum s'intensifia encore. Les éclairs fusaient de partout. Moi je prenais tout de plein fouet.

Le prince semblait s'élever et nous étions bloqués au sol !!
"Shogun, j'ai une idée, passe moi la main !"

Il s'exécuta.
Je concentrais mes dernières forces pour faire jaillir de l'eau sous forme de bulles.
A ce moment là les éclairs furent canalisés. Ils formaient un filet électrique.
"Bien, Shogun, tu n'auras que quelques secondes !!!"

Je levais les bras pour envoyer ce filet sur le prince
Il le brisa avec son épée.
Mais au même moment Shogun comprit et créa une colonne de vent qui l'emmena derrière Bardiel.
"C'est finit pour toi !"

Il dégaina Masamune et fit une attaque croisée qui blessa le prince.
Nous nous agrippions aux épaules de Bardiel pour grimper dessus et donner une impulsion.
Il tombait vers le sol. A ce moment là, Shogun créa une grosse bulle d'eau qui vint engloutir le prince.
Je commençais à voir trouble. Je n'avais presque plus de force.
'Dans un dernier effort, Shogun serra sa main de toutes ses forces et la bulle comprima le prince qui éclata en quelques secondes étouffant ses cris de douleur.
Nous n'avions plus de force, nous tombions comme une pierre. La mort nous tendait les bras lorsque soudain Shogun et moi entendîmes une voix. Elle était grave, mais c'était celle d'un homme. Nous ne comprîmes qu'un mot.
"Survivre !!"
C'est alors que je ressentis un peu de mes forces revenir, et nous pûmes atterrir sur le sol. Mais l'impact avec la terre déclencha dans mes pieds une énorme douleur. Mes os s'étaient certainement brisés.
J'étais assis au milieu de l'arène, et je voyais les restes du prince. Et raijin qui agonisait. Je le laissais rendre l'âme. Je m'affalais et je poussais un grand soupir de satisfaction. Je regardai le ciel qui redevenait bleu et les vents que j'avais crée pour protéger le public avaient disparu. Tout le monde me regardait et quand ils comprirent ce qui c'était passé, ils hurlèrent de joie.
J'avais mal, mais j'étais fier de moi et de fier de mes amis; Nous avions réussi.

Je regardais la foule, elle se levait et criait mon prénom.
Je levais le pouce vers le haut. Je pleurais moi même de joie, mais je ne pouvais plus bouger, mais malgré cela je riais.
C'est alors que je vis arriver au dessus de moi mes amis, certes blessés, mais tous là.
C'est alors que Yunfa se pencha vers moi en larme et me serra contre elle.
"Je ne sais comment vous remercier....vous m'avez libéré et vous avez libéré tout un royaume !"
"heu....je crois que j'ai les jambes cassées....je crois que vous allez devoir me porter !"
C'est alors que Samchiel arriva et me leva avec facilité, des gens quittèrent les gradins pour venir me porter. C'est alors que l'orchestre commença à jouer quelque chose qui ressemblait à un hommage....pour nous. C'est alors que mes porteurs commencèrent à faire un tour de l'arène et les gens hurlaient de joie et moi comme un enfant, je pleurais de joie. C'était une sensation tellement agréable que j'en frissonnais dans tout le corps. Tout à coup, Shogun m'appela.
"Eto....tu sais que j'ai peur....tout à l'heure quelque chose nous a sauvé, elle a déployé sa force pour nous sauver. Sans cette chose, nous nous serions écrasés....Eto, as-tu déjà ressenti cette force en toi ?"
"Non Jamais....c'était peut-être la volonté de notre cristal ?"
"Peut-être....mais j'ai ressenti une grande agressivité....comme un animal...."
"Shogun, profite de ce moment, on verra ça plus tard....là je suis fatigué!"

Il me sourit.
"Oui tu as raison."
"Mais la fatigue me gagnait, et je cédais au sommeil.
Je ne sais pas combien de temps cela dura mais étrangement, mon sommeil fut calme et très reposant.
Je me réveillais et je reconnus le tube dans lequel je m'étais réveillé. J'étais bien évidemment en petite tenue.
Je tournais la tête et je vis mes amis dormir. Ils étaient tous assis prêt du tube en attendant mon réveil. Tout à coup, Mada du sentir que j'étais réveillé, il se leva, mais je fis un signe pour qu'il se rassied.
Je lui souriais et j'étais tellement heureux d'être si bien entouré. J'actionnais le bouton d'ouverture et je sortais du tube. Mais vêtements étaient là, je me rhabillais et je décidais de les réveiller moi même.
Je remarquais seulement maintenant que je pouvais marcher. Mes jambes étaient donc guéries.
"DEBOUT TOUT LE MONDE !!!" fis-je avec entrain.

Tous sursautèrent, et me regardèrent avec un air qui en disait long.
"Eto....recommence ça et je te tue !" fit Gotard avec le sourire.

Il se leva et me prit contre lui.
'Ha, Ha, Ha, que c'est bon de te revoir ! En plus, je parie que tu n'as pas remarqué que tes jambes sont comme neuves !"

Il me fit craquer quelques os en me serrant si fort.
"Merci Gotard de me remettre les os en place, mais j'ai dormi combien de temps ?"
"Un mois." fit Kythia.
"Pardon ??" fis-je surpris.
"Oui, les médecins se sont d'abord occupés de nous, et toi ils t'ont placé dans ce tube en dernier. Ils t'ont donné des drogues continuellement pour que tu ne te réveilles pas, et enfin dans le tube, ils ont continués le traitement et voilà tu es là." me fit Anandes avec un grand sourire.

Kythia s'approcha de moi en se dandinant.
Je compris ce qu'elle voulait et je la pris sur mes épaules.
"Et quelles sont les nouvelles ?"
"Nous avons reçu un message de Kagero qui nous annonçait qu'une fête en notre honneur allait être donné dans le colisée. Je vais envoyer un message au Roi pour annoncer ton rétablissement. Et demain, nous allons nous amuser comme des fous !" fit Anandes joyeusement.

"Bon, en clair, c'est une journée de repos. Y a t-il une salle où on peut se reposer, j'ai pas envie de faire grand chose aujourd'hui." fis-je.
Kythia m'indiqua un endroit. Et j'y entrais en leur demandant de me laisser.
Tous s'exécutèrent. La salle était petite, avec juste un lit. Je voulais m'isoler. Je m'allongeais sur le lit et je fermais les yeux, Shogun lui aussi en faisait de même.
Je ne voulais pas dormir, alors j'ouvrais les yeux et je levais mon bras mécanique. Je le regardais attentivement, il était très complexe, et j'écoutais le moindre bruit lorsque je le bougeais, lorsque la porte s'ouvrit.
Je tournais la tête et je vis Anandes rentrer.
Je n'étais pas tellement étonné.

"Alors le héros, comment te sens-tu ?"
"Moi, un héros, tu parles. C'est grâce à toi que j'ai pu vaincre notre adversaire."
"Lorsque....lorsque tu m'as ramené, et qu'après tu t'es battu, j'étais inconsciente, mais j'ai ressenti tout le combat grâce à Valefore. Il y avait de la haine bien sur, mais elle était particulière. Tu....tu en voulais au prince bien sur, mais j'ai remarqué que tu t'en voulais de ne pas m'avoir protégée..."
"ah.....oui....ce....ce n'est pas faux.....dois-je prendre ça comme un reproche..."

Elle s'approcha de moi.
"Non....mais c'est que avec mon père, tu es le seul à te reprocher ta faiblesse quand il m'arrive quelque chose."
Elle s'approcha encore.
"Anandes, je viens de prendre une décision."
"Quelle est-elle ?"
"Si je me souviens bien, le roi a dit que le royaume voisin était celui des nosphératu, des vampires. Hors, avant de nous y rendre pour trouver l'invokeur de la terre, je veux vous montrer mon village."
"Tu as le mal du pays ?" fit-elle avec le regard inquiet.
"Un peu. Surtout, je veux pas oublier d'où je viens, même si ce n'était pas souvent le bonheur, il y a deux personnes qui m'ont tenu en estime. Je veux leur montrer le monde...."
"Alors c'est pour ça que tu notes tellement de chose sur ton carnet ?"
"C'est l'une des raisons..."
"Ben, je serai heureuse de voir ton village, et puis, peut-être que le roi nous prêtera un véhicule pour nous y rendre plus facilement."

Je lui tendais ma main, elle me la prit. En souriant.
"Merci...."
Elle me souriait et porta ma main à son visage. A ce moment là, je me demandais, que puis-je désirer de plus quand j'ai des amis pareil."

Puis tout d'un coup, je me trouvais bête à rester là.
"Anandes, on va voir le roi ? je veux savoir les nouvelles, et puis Kagero doit rester avec nous, j'ai un peu peur qu'elle ne prenne son rôle d'intendante trop au sérieux." fis-je en me levant
"Oui, tu as raison, et puis pour Yunfa, en un mois elle a du prendre du ventre, j'aimerai bien la voir."

Nous sortîmes de la pièce puis du bâtiment médical. Les autres étaient en bas, ils ne savaient pas quoi faire. Nous leurs expliquâmes ce que nous voulions faire.
Ils approuvèrent tous. Nous ne mîmes pas longtemps à arriver au château avec les moyens de communications.
En entrant dans le château, tous les gardes nous saluaient avec le sourire.
Nous arrivâmes dans la salle du trône. Kagero discutait avec le roi et Yunfa était assise sur l'un des trônes. Elle était vraiment radieuse, elle portait une robe d'un bleu magnifique. Mais contrairement au roi, elle ne portait ni couronne ni bijoux.
Nous étions à présent devant le roi, nous nous inclinâmes. "
"Non je vous en prie, relevez vous, vous êtes des héros, considérez moi comme votre ami !"
"Très bien votre majesté, mais puis-je vous poser une question ?"
"Je t'écoute."
"Hé bien, je souhaiterai retourner dans mon village natal, mais pour cela, il nous faudrait un moyen de locomotion."
"Cela ne va pas être simple, pour te rendre chez toi, la voix des airs est la plus directe, hors, nous n'avons plus de vaisseaux assez puissants! " fit le roi en se grattant le menton"
"Il reste bien le vaisseau qui est au fond du lac à la frontière nord....mais il est recouvert par des tonnes d'eaux !" fit Kagero.
"Eto est tout à fait capable de maîtriser l'eau, il ouvrira un chemin !" fit Kythia fièrement
"Oui, il a réussi grâce à sa chimère a créer un passage pour sauver la ville d'Ométhée, Eto, tu penses pouvoir le refaire ?" fit Mada

Shogun était excité par le défit qu'on nous proposait. Il prit ma place et répondit.
"Je pense que cela ne sera pas un problème."
"Je vais vous guider alors, je connais bien la zone où vous allez vous rendre." fit Yunfa.
"Tu es sur que cela ira ?" fit le roi
"Oui, le bébé n'est pas encore prêt; j'en ai encore pour deux mois, et puis, marcher me fera du bien, et je ne suis pas avec n'importe qui !" fit-elle en nous montrant par un geste de la main."
"C'est entendu, Kagero mène les à la porte qui donne sur le chemin de la frontière nord." fit le roi
_________________

Nous prîmes un monte charge pour nous rendre dans les sous sols du château. Lorsque nous arrivâmes, je sentais qu'il y avait de l'humidité dans l'air.
Kagero nous ouvrit la porte.
"=Voilà, je laisse Yunfa entre vos mains, moi je vais continuer à superviser les préparations pour le festival de demain."
"Alors profite bien, car après cette fête, tu viens avec nous !" fit Kythia.
Elle ne répondit pas, mais elle nous regarda avec un sourire ce qui me rassura quant à ses intentions.

Yunfa prit la tête du groupe et nous commençâmes à marcher.
Le paysage était apaisant, des plaines à pertes de vues. Mais malgré tout, je sentais qu'il faisait plus frais. Les végétaux étaient d'une taille réduite et les arbres étaient peu nombreux. Il nous fallut quelques heures avant d'arriver jusqu'au lac.
Lorsque que nous arrivâmes, Yunfa s'allongea, son enfant la fatiguait rapidement. Le lac était magnifique, il était entouré d'arbres qui étaient plus nombreux. Pas loin, il y avait de petites collines et je ne sentais plus le vent sur mon visage. J'entendais au loin des oiseaux. Je me sentais devenir serein. Les autres ne parlaient pas non plus. Tout le monde admirait le paysage.

"Mais où est donc le vaisseau ?" fit Gotard
"A exactement 32,5 mètres au fond de ce lac?" fit Mada en nous montrant le lac du doigt.

A ce moment là je pénétrais dans l'eau. Tout à coup je sentis quelque chose vibrer en moi. Je fermais les yeux. Une voix jaillit dans ma tête.

"Ne t'inquiète pas, je suis une partie du cristal de l'eau. Contrairement à ce que les humains pensent, l'eau a une mémoire. Ce lac n'est pas naturel. Relâche toi et parle à l'eau, elle te montrera la vérité."

Sans réfléchir, je fis ce que le cristal me disait.
C'est alors que des images défilèrent en moi. C'était la guerre, le ciel était noir, et les combats faisaient rage. Tout à coup, une boule de feu sembla venir du ciel. Elle fonçait droit sur moi. Je tentais de fuir, mais je réalisais que je n'avançais pas.
"Calme toi...c'est une projection du passé...." fit Shogun
Je tentais de me calmer, et je me retournais, la boule s'approchait. Je pu distinguer que c'était une machine en flamme, elle tombait vite. C'est alors qu'elle s'écrasa sur le sol. L'impact fut d'une violence inouïe. Il se créa un cratère dans le sol. Je m'approchais et je pouvais voir que le vaisseau était d'une taille imposante. Mais ce qui m'effraya c'est que je vis des gens en flammes sortir de ce vaisseau, ils hurlaient sans s'arrêter.
C'est alors que le temps sembla s'accélérer, je vis ce vaisseau se couvrir d'eau.
Tout à coup je revenais à la réalité. J'avais le coeur qui battait très fort. Gotard était à côté de moi.
"Hé; Eto ça va ?"
Je reprenais mon souffle.
"Oui ça va, j'ai vu ce qui était à ce lac. En réalité, le vaisseau qui est au fond du lac a crée celui-ci en s'écrasant. Gotard, tu vas invoqué Titan et le pousser au niveau deux. Je vais ouvrir un passage et ta chimère ira chercher le vaisseau le plus vite possible."
Je me tournais vers Anandes et Kythia.
"Vous deux, pouvez vous utilisez le pouvoir du vent. J'ai vu que le fond du lac est en pente, il faudra créer un vent dans le dos de Titan pour lui faciliter la remontée !" fis-je déterminé.


Elles me regardèrent toutes les deux avec le sourire. Anandes et Gotard étaient prêt à invoquer leur chimère.
"Ok, toi Mada tu surveillera ce qui se passe et tu nous avertis s'il y a le moindre problème."
"Comprit !"

Maintenant, c'était à moi de jouer.
Ce que je veux c'est une histoire universelle.

Thibault de Mondidier
Novice Niveau 5
Novice Niveau 5
Messages : 199
Inscription : 05 oct. 2004 10:23
Localisation : Strasbourg
Finaland :

Messagepar Thibault de Mondidier » 16 juin 2007 9:08

Chapitre XI Retour aux origines

Je fis quelques pas dans l’eau. Je fermais les yeux et ne sachant que faire je décidais de parler à l’eau.
« Toi qui est ici depuis si longtemps, j’ai vu ton histoire et maintenant nous souhaitons récupérer ce que tu protèges, me laisseras-tu faire ? »
« Oh…….jamais l’ancienne invokeur de l’eau n’a parlé avec un tel respect à son élément. Il l’utilisait comme un bien acquis, devant un tel respect, l’eau va répondre à tes attentes…. » fit mon cristal .
J’ouvrais les yeux et tout d’un coup je vis l’eau commencer à s’agiter. Mais au même moment je ressentais une énorme pression sur mon corps, mais je devais faire avec. Je me concentrais d’avantage, je joignais mes mains et je décidais de les écarter doucement.
A ce moment là l’eau commença à se séparer en deux en partant de mes pieds et la séparation allait jusque de l’autre côté. La pression s’accentuait en moi et commençait à me faire mal. Mais je persévérais. Le passage qui était d’abord tout petit ne cessait de grandir, encore et encore quand tout à coup, en contre bas, je commençais à voir le vaisseau. Il était complètement couvert d’algue mais à mon grand étonnement, il n’avait pas rouillé…comment c’était possible.
« Ce vaisseau a été construit à Babélia, c’était le vaisseau des invokeurs, ils l’utilisaient souvent, leurs pouvoirs ont protégé ce vaisseau. » me fit mon cristal.
« Eto ! Titan va descendre, je l’ai monté directement au niveau 2 pour accroître son pouvoir ! » fit Gotard

Je ne pouvais rien dire car je devais garder ma concentration….c’était la première fois que je déplaçais une telle masse d’eau sans l’aide de Haku.
Titan commença à descendre au fond du lac. Il arriva au pied du vaisseau et poussa un énorme crie pour le soulever. Cela fit un bruit énorme !
« Bon, maintenant c’est à nous ! » fit Anandes
« Non attendez, mon analyse montre que Titan a soulevé le vaisseau pile au niveau du centre de gravité de celui-ci. Si vous vous mettez à trois pour le pousser il risque de perdre son équilibre et cela pourrait détruire le vaisseau ! » fit Mada
« Mais alors que faire ! » fit Anandes
« Dites ça vous dérangerait de vous dépêcher ?? JE FATIGUE !! »
« Anandes, invoque Valefor, et dit lui qu’elle doit creuser avec ses griffes des points d’appui pour que Titan puisse remonter la pente. Kythia, Kagero, Eto s’épuise trop vite, utilisez votre pouvoir pour créer un vent qui va appuyer contre les murs d’eau ! »
« Compris ! » firent-elles en même temps.

Elles entrèrent dans le couloir d’eau et se mirent chacune d’un coté. Tout à coup je sentais que la pression sur mon corps se relâchait un peu, mais mon cœur battait fort et je commençais à faiblir !
« Eto, laisse moi ta place, je suis en pleine forme ! »
« Pas question, si jamais nous nous alternons, je pense qu’il y aurait quelques secondes où l’eau ne serait plus contrôlée et cela pourrait tous les mettre en péril. Merci de ton aide quant même. »
« Attends….et si jamais je venais aussi ? »
« Hein ? Qu’est ce que tu racontes Shogun ? »
« Relâche toi un tout petit peu, retire ton âme légèrement pour que nous puissions contrôler notre corps en même temps. Cela vaut le coup d’essayer ! »
« Oui…. »
Je fis ce qu’il me demandait et tout d’un coup je sentais que mon corps ne m’obéissait plus qu’à moitié ! »
« On a réussi, maintenant, on fonce !! » fit-il en utilisant notre bouche pour parler
Tout d’un coup, la pression que je ressentais s’atténuait grandement. Ma vision semblait légèrement troublée, normal puisque je ne contrôlais plus qu’un œil.

A ce moment là nous écartions d’avantage nos bras, l’eau semblait comme heureuse de notre prouesse et elle s’écarta encore d’avantage.
« Hé, qu’est ce qui se passe ? » fit Kythia en criant pour se faire entendre.
Titan commençait à remonter et Valefor faisait un travail admirable le vaisseau remontait doucement vers moi
La terre tremblait à chaque pas. Titan n’était à présent plus qu’à quelques mètres de moi. Il était imposant. Je commençais à reculer doucement.
« Kythia, Kagero, revenez, je peux maintenant me débrouiller.

Elles s’exécutèrent toutes les deux. Valefor était à présent à côté de moi
« Anandes, merci pour tout, rappel Valefor. » fit Shogun
Elle fit un hochement de la tête
Titan me dépassa et était à présent derrière moi. J’attendais encore un peu qu’il s’éloigne
« Merci de nous avoir laissé sortir ce vaisseau. » fis-je
Et d’un coup, nous relâchions notre pouvoir et le passage se referma en faisant un bruit incroyable et de l’eau nous éclaboussa.

Je me laissais tomber sur le sol épuisé. Je respirais fort mais j’étais content.
Gotard lui semblait en pleine forme.
« Penses-tu pouvoir ramener ce vaisseau à Midgard ? » fit Gotard
« Oui maître, le niveau 2 accroît considérablement ma force. Je ne ressens aucune fatigue

Moi par contre j’avais mal partout. A ce moment là ; Kagero et Anandes me regardèrent.
« Joli travail. » fit Anandes.
« Ha…ha…ha….merci. » fis-je encore essoufflé.
Elles me levèrent toutes les deux par les bras. Elles m’aidèrent pendant tout le voyage de retour qui fut un peu plus long.
A notre arrivée, les gardes furent effrayés par Titan et le vaisseau.
C’est alors que la grande porte principale s’ouvrit.
Une centaine d’hommes regardèrent le vaisseau heureux. Le roi en personne était là.
« Vous êtes vraiment surprenant, faites entrer le vaisseau dans le hangar. Nos mécaniciens vont se faire une joie de le réparer. »
Anandes se frottait les mains.
« Une si belle machine. Votre majesté, puis-je participer à la réparation après la fête ? » fit-elle avec une certaine excitation. »
« Je vous en prie. Vos conseils et votre aide seront les bienvenus. »

Des hommes commencèrent à chuchoter. Une femme qui travaille sur une machine…ça les choquait peut-être. Anandes le remarqua.
« Oh les matchos, si l’un d’entre vous n’est pas content, qu’il le dise tout de suite !! Vous savez de quoi je suis capable !! » fit –elle en sortant ses pistolets.

Tout d’un coup un silence de mort se fit entendre. Cela fit rire le roi. Je regardais Kagero qui se cachait le visage.
« Bon allez vous reposer, demain c’est la fête ! » fit le roi.
La journée qui suivit fut très calme. Je passais ma journée à écrire dans mon carnet. Je déambulais dans la ville pour faire des croquis de la cité, elle était belle, et même certaines personnes acceptaient de poser pour moi. Il faut dire que je n’étais plus inconnu. Partout où je passais, les gens me regardaient avec le sourire ce qui, je dois le dire me faisait plaisir. J’appris que Anandes n’avait pas quitté l’atelier de réparation. Elle voulait absolument superviser le début des travaux du vaisseau. Elle était secondée par Mada qui lui apportait toutes l’aide possible. J’aimais déambuler dans la ville. Les odeurs étaient agréables et cela me donnait le sourire. Kythia me retrouva dans l’après midi. Elle était toute contente à mes côtés. Elle m’apprit que Kagero finissait les préparations de la fête et Gotard donnait un coup de main. Mais elle m’appris que nous devions nous rendre au château au couché du soleil. Le roi tenait à ce que tout le monde porte des habits spécifiques. Je rechignais un peu, mais bon, comme c’était la volonté du roi.

Le moment arriva très vite. Nous nous retrouvions tous comme prévu au château. Anandes me surprit. Elle était couverte de graisse et sentait l’huile. Ses habits étaient couverts de tâches, mais à ce que je voyais, cela ne la dérangeait pas.
« He ben bravo pour la féminité, tu sens vraiment bon. » fit Kythia avec beaucoup d’ironie.
« Oh ça va, je bosse pour vous tous pour qu’on puisse voyager plus vite ! » fit Anandes en s’énervant.
« Bon, disputes à part, le roi m’a demandé de vous donner ces habits. Mais avant, le roi vous conseille de prendre un bain. Il y a les bains dans l’aile gauche, et vos chambres sont à côté. » fit Kagero.
A ce moment là Gotard et moi nous nous regardions.
« Heu Kagero, quand tu entends bain, c'est-à-dire, beaucoup d’eau de l’espace, de bonnes odeurs ?
Elle nous regardait avec un petit sourire.
« Heu….oui. »
« Eto, le dernier à la flotte devra laver le dos à l’autre. »

Sans lui donner de réponses, je courrai vers les bains, je ne voulais surtout pas me frotter à sa fourrure !
Nous courions comme des enfants et au bout de quelques minutes, je trouvais la salle et sans réfléchir, je plongeais dans l’eau et tout habillé.
Gotard me rejoignit peu après. Il était vexé, mais je le consolais en lui disant que je ne voulais pas qu’il me brosse le dos. L’eau était terriblement chaude, mais qu’est ce que c’était bon !!!
Il y avait tellement de mousse qu'on pouvait se déshabiller sans trop de gênes. Je balançais mes vêtements trempés et collant sur le bord. Je fermais les yeux et je profitais vraiment de ce moment de détente.

"J'ai entendu dire que les travaux avançaient bien. Anandes met du coeur à l'ouvrage, elle m'a dit que normalement, dans une semaine, les réparartions seront terminées." fit-il en s'étirant.
"Bien....bonne nouvelle."
"Et ensuite, on se rend chez les Nosphératus ?" fit-il en me regardant
"Non...pas tout de suite. Je veux d'abord retourner à mon visage d'origine. Nous avons fait la moitié du chemin, enfin je crois, et je veux faire une pause dans notre voyage. Et puis, ce sera une surprise pour tout le monde, étant donné que j'ai été banni. Il y a deux personnes que je veux revoir, et je veux leur faire découvrir avec mon carnet tout ce qu'on a vu."
"Alors c'est pour cela que tu ne t'en sépares jamais ?"
"Oui....enfin au début je notais ça pour moi, et puis par la suite, mes écrits sont devenus des témoignages de ce que j'ai vu. Alors au lieu de garder cela pour moi, je veux en faire profiter les autres."
"Généreux de ta part....et puis si une fois nous avons le temps, accepterais-tu de faire un détour par ma cité, Oléthée me manque beaucoup." fit-il en baissant les yeux
"Tu l'aimes à ce point ?"
Il ne répondait pas, et je voyais bien qu'il était gênée.
"Gotard ?"
"Toi tu as de la chance, Anandes est à tes côtés...."
Tout d'un coup c'est moi qui devint rougfe
"Mais....tu sais....Anandes est...."
"Oh ça va, j'ai bien vu comment elle te regarde. Elle t'aime mais elle n'ose se déclarer....c'est touchant, mais un peu puérile. Quand on a des sentiments, il faut les ressentir pleinement !" fit-il en s'approchant de moi
"Oui....ce n'est pas faux....mais....je ne sais pas, je ne me sens pas encore prêt pour cela.....aimer....d'amour....."
"Bah, tu as encore le temps pour te déclarer, notre voyage est loin d'être fini !"

Gotard me redonna le sourire et nous pûmes terminer notre bain dans la tranquilité.
Lorsque nous sortîmes du bain, nou nous dirigeâmes vers une petite pièce. Il y avait des vêtements pour nous avec un petit mot.
"A nos héros, voila de quoi vous habiller pour la soirée." Signé Yunfa

Nous entrâmes dans de petits compartiments et nous nous habillâmes. Les vêtements étaient magnifiques. Ils étaient léger, doux. Je me retrouvais avec un pantalon assez serré, moulant. Il était blanc. Je portais un dessous noir qui contastait fortement. Enfin, j'avais comme une sorte de manteau qui ne couvrait pas mes bras, il était bleu sombre. Le tout était fermé par une ceinture d'une couleur jaune sombre. Je me trouvais élégant.

Je sortais et Gotard en fit de même. Lui portait un pantalon plus large que le mien, surtout au niveau de jambes. Pour un haut il n'avait qu'un tissu de couleur indigo. La fourrure faisait le reste et cela lui allait très bien.
A ce moment là, un homme arriva.

"Oh, que vous êtes élégant. Venez, une voiture se trouve en bas et je vais vous conduire à la fête où tout le monde vous attend.

Nous ajustâmes nos vêtements, et avec le sourire nous suivions l'homme. Prêts pour la fête !

Nous arrivâmes dans la salle. Celle-ci était énorme. Je n'en revenais pas de la taille. C'était gigantesque, il y avait énormément de monde, tous bien habillés. Je remarquais que les femmes portaient des masques. Tout au fond je voyais une sncène avec des danseurs. Tout était très animé et beaucoup d'odeurs m'arrivaient au nez, sucré, épicé, je ressentais tout. Cela me faisait saliver.

Tout à coup une personne hula " les voilà !".
A ce moment là tout le monde se tourna vers nous. Ils avaient tous le sourire. A ce moment là les gens s'écartèrent pour nous créer un chemin.
Etonnés, Gotard et moi nous nous regardions.
On voulait les remercier. Alors on ne fit pas de manière et nous avançâmes. A ce moment là, des gens s'agenouillèrent. Nous ne savions plus où nous mettre.
On arrivait enfin devant la scène. A ce moment là nous nous retournions.
Les gens étaient tous à genoux, je pouvais enfin voir la salle. Au fond il y avait des tables, et de chaque côté des rideaux d'un rouge magnifique. La foule était impressionnante. Je remarquais ensuite les gigantesques poutres qui soutenaient les murs. Je me tournais vers la scène car j'entendais un grincement.

A ce moment là je vis Anandes, Kagero, Yunfa et Kythia. Toutes étaient accompagnées du roi Théobald. Et à côté de lui se tenait le prince survivant.
"Relevez vous. Ces héros nous ont sauvé,s ils nous ont tous sauvés. Cette soirée est en leur honneur. Alors faisons en sorte que pour tous elle soit inoubliable."fit Yunfa en levant les bras.
Nos amies étaient vraiment toutes magnifiques. Elles portaient une longue robe blanche qui dégarnissait les épaules. Dans leurs cheveux, elles portaient chacune une fleur différente. Je reconnaissais une rose bleu pour Yunfa, un Lys blanc pour Kagero, une orchidée pour Kythia et enfin un petit bouquet de Myosotis pour Anandes. Elles étaient resplendissantes.

Tout à coup, Kagero s'avança et allait parler.
"Vous tous, je tiens à vous montrer quelque chose. Une danse qu'ici tout le monde à oublier. Je suis une immortelle, et je tiens à restituer une partie du patrimoine oublié. Cette danse était en l'honneur de la reine lorsque celle-ci attendait un enfant. Alors, pour nos héros, et pour notre reine et notre futur roi, voilà mon cadeau.

Des musiciens me montrèrent au fond de la scène. Ils commencèrent à jouer un air très rythmé mais en même temps très léger. A ce moment Kagero commença à bouger et elle faisait claquer ses pieds sur le sol en bois. Je me sentais tout de suite attiré par ce genre de musique et je battais le rythme moi même avec mon pied. Elle était absolument magnifique. Elle dansait avec beaucoup de grâce et son corps était vraiment en harmonie avec la musique.
A ce moment je décidais de taper dans mes mains en suivant le rythme de la musique, tout le monde me suivait très rapidement. Kagero a ce moment là sourit. C'était la première fois que je la voyais si radieuse et un grand sentiment de bien être m'envahissait.

Tout à coup une trentaine de personne apparurent, tous de jeunes hommes. Ils tapaient tous des pieds en rythme et la musique s'intensifiait.
La cadence était vraiment rapide et je voyais les joues de Kagero qui devenaient rouges.
Le thème entrait dans son air final et à ce moment là, les hommes firent une chaîne. Il tapaient chacun une fois des pieds. Le mouvement allait de droite à gauche et de gauche à droite. C'était superbe.

Puis pour la dernière repris les hommes arrivèrent en ligne et refirent leur chaîne avec Kagero et tout à coup la musique s'arrêta net et ils s'inclinèrent. Et là ce fut un tonnerre d'applaudissement. On sifflait, on applaudissait et on hurlait de toutes nos forces.

A ce moment là des jeunes garçons arrivaient près de moi. Ils devaient avoir mon âge, et portaient des habits larges. Chacun avait un style particulier. Ils semblaient un peu étrange, mais quelque chose me disait que ce n'était qu'une impression.
"hé, Eto, on a préparé une danse, et on aimerait que tu sois sur scène avec nous."

Moi j'hésitais, mais Shogun lui était tout excité par cette proposition. Il prit ma place.
"Ok, mais à une condition : je vous regarde au début puis je vous rejoins, histoire de comprendre un peu vos mouvements."

Les jeunes se regardèrent entre eux. Tous les regard convergeaient vers celui qui semblait être le chef. Il avait les cheveux blonds, les yeux bleus. Il était beau et il le savait. Ses habits étaient certes larges, noirs et blancs, mais surtout il portait des lunettes noirs qui tombait en avant.

"Ok, pas de problème." fit-il en me donnant une tape à l'épaule.
A ce moment là les jeunes montèrent sur scène. Ils parlèrent à Kagero. Il y avait un brouhaha d'étonnement. Mais Kagero les écouta et prit un étrange objet circulaire et brillant. Elle souriait et partit au fond de la scène et je la perdis de vue.
A ce moment là les jeunes se mirent en place et je comprenais qu'ils avaient l'accord de Kagero. A ce moment là Anandes vint me voir

"Eto, que se passe-t-il ?"
"J'ai l'impression que la fête ne fait que commencer." fit Shogun.

A ce moment là la musique. Les jeunes bougèrent et faisaient des figures impressionnantes. A ce moment là Shogun éclata de rire.
"Oh non, cette chanson, je la connaissais déjà quand j'étais gardien. C'était l'hymne des jeunes. On dansait tous là dessus. Les mouvements qu'ils font sont très en dessous du niveau.....Eto, tu vas avoir mal, mais je vais vous montrait ce qu'on appelait danser avant la guerre des dragons."

A ce moment là on montait sur scène et d'un coup Shogun était confiant. Il serra la ceinture d'un coup sec et attendit juste un moment pour entrer dans le rythme.
Tout d'un coup il sauta en avant et se mit sur deux mains et fit bouger ses jambes, il infléchit les bras et posa sa tête sur le sol et d'un coup il tourna sur lui même.
La foule nous applaudissait. J'avais le tourni et j'avais déjà mal à la tête.
La rotation s'arrêta et Shogun se laissa tomber sur le dos. D'un coup il fit un mouvement des jambes pour se relever. Il regardait les jeunes qui se sentaient en confiance et ils continuèrent à danser avec nous. A ce moment là, Shogun sauta et se laissa tomber en mettant les jambes en avant et en accusant la réception avec les mains. Il poussa un souffle et d'un coup commença à tournoyer avec les mains et cela de plus en plus vite. La musique ne s'arrêtait pas. Shogun prit une impulsion et poussa les jambes en arrière. Il fit trois culbute sur le sol et à la troisième il se releva. On était au fond de la scène. On transpirait déjà. Les jeunes faisait des figures et d'un coup ils nous regardèrent. A ce moment là Shogun fonça vers le devant de la scène et fit une culbute en avant dans les airs. J'en avais mal au ventre.
Le rythme semblait un peu se calmer. Shogun regardait les autres.
"Suivez moi." fit-il.

Il commença à bouger les jambes très rapidement. Les mouvements semblait anarchiques mais tout était lié au rythme. Les jeunes suivait. Shogun fit un dernier recul et demanda à l'un de se baisser. Il sauta en s'appuyant sur son dos et termina en faisant un grand écart. Les jeunes en firent de même.
A ce moment là je vis Anandes et le roi qui visiblement n'en revenait pas. Là, ce fut le silence et et la première qui applaudit était Yunfa, et là ce fut la consécration.
Shogun regarda les jeunes qui avait les larmes aux yeux.
Le chef s'approcha.
"Merci pour le coup de main....c'est la récompense de mois de travail. Tu nous as tous motivé avec tes figures de la mort, merci !!!"

C'était super. Et pendant toutes la nuit nous pûmes danser comme des fous. Kagero nous montra ses talents de danseuses avec d'autres chansons. Yunfa nous surprit par un champ absolument superbe. Sa voix fut douce, sensuelle. Elle comptait l'histoire d'une femme trouvant l'amour. Il était facile de comprendre qu'elle parlait d'elle. C'était émouvant car, finalement, elle avait perdu son amour, mais pour lui, elle allait vivre et élever l'enfant qui allait naître, afin qu'un jour, cet enfant soit l'héritier des idées du prince.
J'ai pleuré je l'avoue, et Anandes me taquinait sur le sujet. Nous pûmes après danser. Danser avec Kythia je le pouvais, mais avec Anandes, je n'y arrivais pas. A la fin de la soirée elle semblait déçue....je le comprenais.
Mais depuis que Gotard m'avait appris ses sentiments, je ne savais pas comment réagir. Mada l'avait remarqué, mais il ne fit rien de la soirée.
Arpès des heures d'amusement, nous retournions enfin dans notre lit et la nuit fut très paisible pour moi. Shogun lui aussi était heureux. Par la danse il avait retrouvé un peu de son passé. Et cela me faisait très plaisir.

Je ne sais pas combien d'heure j'ai dormi. Je me réveillais difficilement. Je sentais quelque chose sur moi. J'ouvrai les yeux et je vis de grand yeux. Je sursautais.
"Salut." fit Kythia.
J'avais le coeur qui battait très vite.
"Merci pour le réveil...." fis-je en me grattant les yeux.
"Hi hi de rien. Je suis venu te chercher, il est déjà presque midi. Le vaisseau est prêt et nous avons décidé de partir sur le champs."

Je sortais du lit et je m'étirais en faisant un bruit affreux.
Très bien, je m'habille et j'arrive.

Ensuite un homme nous emmena à la sortie de la ville près d'un immense hangar. Tout le monde nous attendait et derrière eux, le vaisseau, caché sous une grande bâche. Le roi nous faisait l'honneur de sa présence.
"Enfin te voilà, gros dormeur." fit Gotard.
"Désolé."
"Bon, il est temps de partir. Le vaisseau est prêt, j'ai déjà regardé l'intérieur. Il y a un système de nagivation à l'intérieur. On peut se rendre où on veut sans avoir de carte. Il ne reste plus qu'à le baptiser." fit Anandes en souriant

"Heu....le vaisseau des héros ?" fit Mada.

Tout le monde le regardait d'un drôle d'air.
"Et pourquoi pas Mistral ?" fit Kagero
" Eto, t'en penses quoi ?"

Shogun prit ma place tout d'un coup.
"Le Kaiser."

Tout le monde se regardait .
"J'aime bien." fit Anandes.
"Ca sonne bien." fit Kagero.

Les autres approuvèrent.
A ce moment là, le roi tira une corde qui fit tomber la bâche. Le vaisseau était magnifique. Peint en rouge et reluisant, j'adorais.
"Alors, vous comptez vous rendre chez les Nosphératu ?" fit le roi.
"Non. Vous tous, je pense que nous avons fait un bon chemin, mais je veux revenir à mon village. Je suis parti, mais je veux y revenir pour leur montrer ce que nous avons fait. Et puis, cela reste chez moi malgré tout...désolé c'est à caprice."

"Pourquoi pas ?" fit Kagero.
Et ce fut entendu.

Nous allions monter lorsque Yunfa arriva en courant et cela malgré son ventre.
"Alors....vous partez déjà ?"
"Oui....mais nous reviendrons pour l'heureux évènement." fis-je
Elle me regardait avec les larmes aux yeux. Et alors que je ne m'y attendais pas, elle me sauta au cou....je ne savais plus où me poser mes mains, en plus elle me serrait très fort.
"Merci pour tout....si jamais vous avez besoin d'aide un jour, revenez, Midgard vous ouvrira toujours ses portes." fit Yunfa en séchant ses larmes.

J'entrais dans le vaisseau rapidement sans me retourner. Il y avait quelques couloirs avec différentes pièces de petites tailles. Puis je montais une plate forme et je me retrouvais dans le cockpit.

Il y avait deux sièges et des bancs pour s'asseoir pour les quelques passagers.
Anandes me rejoignit et s'installa aux commandes.
"Eto, assied toi, tu seras aux premières loges. Les autres, derrières."
"Mais Anandes, tu sais piloter cette machine ?" fit Mada.
"J'ai lu pas mal de choses dans les livres. J'ai la théorie et maintenant on va voir si j'ai la pratique." fit Anandes

On s'attacha. Le vaisseau semblait bouger tout seul, on nous fit sortir du hangar.
Anandes commença à toucher à des boutons, un bruit se fit entendre. Sans doute le moteur.
"Allez, c'est parti !!" fit Anandes.
Ce que je veux c'est une histoire universelle.

Ero-genin
Disciple Niveau 3
Disciple Niveau 3
Messages : 346
Inscription : 16 mai 2007 19:00
Localisation : 59
Finaland :

Messagepar Ero-genin » 16 juin 2007 10:21

salut thibaud !!!
je l'ai déja lu mais j'ai pas pu m'empécher de le relire donc voila dès que tu as une suite à tout ce que j'ai déja lu, fais le moi savoir ^^
"je crois qu'un temps viendra ou les gens se comprendront vraiment entre eux"
je vais essayer de croire en ce qu' ero-sensei croyait, voilà ma réponse !!!

Image

Thibault de Mondidier
Novice Niveau 5
Novice Niveau 5
Messages : 199
Inscription : 05 oct. 2004 10:23
Localisation : Strasbourg
Finaland :

Messagepar Thibault de Mondidier » 17 juin 2007 20:23

Mais rien ne se passa. Elle rappuya encore une fois sur le bouton rouge. Rien ne se passa.
Elle se leva visiblement énervée. Elle s'approcha d'une console et commença à frapper avec un outil.
"J'AI PASSE UNE SEMAINE SUR CETTE MACHINE A-LORS TU VAS DE-MA-RER !!

J'étais très surpris puis elle revint s'asseoir et elle appuya sur le bouton, et d'un coup, le vaisseau se mit à trembler.

AH !!!! Ben voilà quand tu veux !" fit Anandes.
J'étais quelque peu effrayé par Anandes, je regardais Gotard qui secoua sa main énergiquement, lui aussi était surpris.
Tout à coup, je sentais qu'on bougeait. En effet, je voyais par la vitre qu'on décollait.
Le vaisseau semblait se stabiliser. A ce moment là, Anandes posa sa main sur une manette.
"Accrochez vous ça va bouger !"

Et d'un coup elle la poussa vers l'avant. Je me sentis écrasé contre mon siège et je n'arrivais plus à bouger."
"OUI !!!! Ca va vous tous ?" fit Anandes folle de joie.
"M....moui....." fis-je avec difficulté.

Anandes poussa les commandes vers le haut, et le vaisseau partait dans les nuages. Nous les traversâmes sans difficultés, et à ce moment là, je vis un ciel bleu, sans aucun nuage, c'était superbe.
Tout à coup, une alarme se fit retentir.

"Qu'est ce qui se passe ?" demanda Kagero.
"On dirait que nous avons de la visite !" fit Anande
"Comment tu le sais ?" fit Gotard.
"Regardez, sur ce radar, il y a trois points qui se rapprochent du centre. Le centre, c'est nous....Mada, va aux tourelles de tire dans le couloir. On doit se débarrasser de ces trucs et...."

A ce moment, une bête énorme passa devant notre vitre. Cela ressemblait à un dragon. Sa peau écaillée était d'un rouge vif, et son dos portait une ligne de pics de grande taille.
Cette ligne allait jusqu'à sa tête et son crâne portait des plaques noires.
Tout à coup, il ouvrit la gueule et nous pûmes voir des flammes arriver.

Anandes réagit très vite. Elle fit plonger le vaisseau. Mon ventre me faisait mal. Nous traversions les nuages et nous pûmes voir le sol arriver sur nous.
"Pas encore....pas encore.....pas encore...."
"ANANDES, QU'ESTCE QUE TU FAIS ON VA SE CRACHER !!!" fit Gotard paniqué

Elle attendit encore quelques secondes, puis elle appuya sur un bouton pour déclencher une arme.
Quelque chose sortit du vaisseau et fonça vers le sol et créa une fumée énorme due à l'impact. A ce moment là, elle tira la manette vers elle et la vaisseau remonta.
Je regardais le radar, un point avait disparu.
"Bien joué Anandes !!" fit Kythia qui semblait apprécier la course.

Nous foncions à toute vitesse. Nous étions au dessus de l'océan, et je voyais la terre. En regardant attentivement, je vis des montagnes.

"Oui !! Se sont les montagnes de mon peuple, on est sur la bonne voie !" fot Gotard.
"Oui mais on est pas tiré d'affaire." fit Anandes.

Tout à coup, on entendit une explosion.
Un point disparu
"Et un de moins !" fit Mada de son poste.

"Ok....plus que un...." fit Anandes qui semblait confiante.
Tout à coup, elle réduisit la manette des gaz. Le vaisseau partit dans tous les sens, mais d'un coup le dragon restant était devant nous.
"Adieu...." fit Anandes d'un air satisfait.

Elle appuya sur un bouton et une lumière rouge apparut et trancha d'un coup le corps du dragon en deux.
Le danger était écarté et je vis Anandes se décontracter.
Elle fit prendre au vaisseau de l'altitude et poussa de nouveau la manette des gazs.
"Bien joué Anandes" fis-je.
"Oui....je suis heureuse d'avoir autant étudié cette machine...cela a porté ces fruits." fit-elle en se décontractant.

A ce moment là une forêt apparue devant nous.
"Je suis de retour...ancien....je n'ai pas honte de revenir." fis-je.
"Bon....commençons l'atterrissage."

Après avoir annoncé l'attérissage, Anandes entama la procédure.
Je défaisais ma ceinture et je me dirigeais vers la sortie du vaisseau. Les autres me suivirent sans dire un mot.
La porte s'ouvrit et tout de suite, la forêt s'étendait devant moi. Je me retournais vers mes compagnons.

"Restez en ligne et surtout ne me perdez pas de vue. Sinon vous risquez de vous perdre."

Tous firent un signe de la tête. Une fois entrée dans la forêt, de nombreuses odeurs familières me vinrent au nez. Je pris une grande respiration. J'avais l'impression que cela faisait une éternité que je n'étais pas revenu ici. J'avançais prudemment en prenant le temps d'attendre mes compagnons. Je dégageais le chemin avec ma lance.
Le temps passa. Combien je ne sais pas. Mais la fatigue commençait à se faire sentir dans le groupe, surtout Kythia, qui par sa petite taille fournissait un effort supplémentaire.

"Ne vous inquiétez pas, je capte une présence humaine à 500 mètres de nos position." fit Mada en souriant.
Ses paroles rassurèrent tout le monde. Mais notre progression s'est faite dans le silence, à mon étonnement je dois dire. Je m'attendais à des questions de la part d'Anandes et de Gotard, mais non rien. Je les regardais et je voyais que Gotard était sur ses gardes.
"Hé, Gotard, tu peux te détendre maintenant, nous sommes presque arrivés."
Il sembla sortir de sa torpeur.
"Hein ? Ah oui....d'accord. Désolé Eto, j'avais une foule de question à te poser, mais dès que je suis rentré dans cette forêt, mon instinct me disait de rester sur mes gardes en permanence. Mais je te demanderai tout plus tard."

J'étais quelque peu surpris, mais je n'insistais pas.
Nous arrivâmes devant l'entrée du village. Tout à coup, j'eu une pression au ventre. Il est vrai que je n'étais pas tranquille. Je m'inquiétais de la réaction des villageois à la vue de mon retour. Mais je décidais de franchir l'entrée d'un air déterminé.

Nous fîmes quelques pas quand tout à coup je reconnu la fille du chef qui était entrain de transporter de l'eau. Elle me remarqua. Et lorsque que nos regards se croisèrent, elle s'immobilisa. Sa bouche s'ouvrit, mais rien n'en sortait. Je vis ses yeux se gorger de larmes, ce qui me mettait dans l'embarras.
"Heu....je....je suis rentré.....pour....."
Je n'eu pas le temps de finir ma phrase qu'elle me sauta dans les bras. Elle colla sa tête contre mon torse et j'hésitais à la serrer dans mes bras.

"Tu...tu es rentré......je croyais que tu ne reviendrais plus jamais ici ?"
"Heu....disons que j'avais envi de vous revoir....et j'ai beaucoup de chose à vous raconter."

Elle se décolla de moi et elle hurla.
"VOUS TOUS !!! ETO EST REVENU !! ANCIEN !! PAPA !!!"

A ce moment les gens sortaient des cabanes et je vis l'ancien et le chef. A ce moment là, j'eu une montée de larmes que je n'arrivais pas à contenir. Je m'approchais de l'ancien, et lui en fit de même.

"Tu....tu es revenu.....pourquoi ?"
"Je tenais à vous raconter.....ce qui m'est arrivé.....et puis......c'est un peu chez moi ici."

A ce moment là je n'hésitais plus et je pris l'ancien dans mes bras que je serrai aussi fort que je pouvais. J'étais pour la première fois heureux de me retrouver ici. L'ancien me serra fort également.

"VOUS TOUS ! QU'ON PREPARE UN FEU EN L'HONNEUR DE ETO ET DE SES AMIS. NOUS ALLONS PREPARER UN BANQUET DIGNE D'EUX !!" fit le chef en levant un bras.

Je regardais les gens. Et à mon grand étonnement, certains avaient le sourire en me regardant. Cela apaisait un peu mon angoisse. Je me retournais vers mes amis.
"Vous êtes ici chez vous. Ce n'est pas le grand luxe, mais je veux que vous passiez un bon moment."

Tous prirent mes paroles avec le sourire et s'approchèrent de l'ancien, du chef et de la fille du chef, Eria.
" Je pense que je dois faire les présentations ? Alors, voilà Gotard, invokeur de la terre, Anandes, Invokeuse du vent, Mada, une sorte de....heu voyons....d'être humain mais créer par l'homme, Kagero, invokeuse du vent, et immortelle, et Kythia, une mog, experte en magie du vent."

"Enchanté." firent-ils tous.
"Hé bien....je ne savais pas que notre planète possédait autant de variété."
Je sortis mon carnet de mon sac.
"Tenez Ancien, voilà mon carnet, je pense que vous allez apprécier."

Il le prit avec le sourire et l'ouvrit. Il commença à le feuilleter.
"Oh....Eto, ce que tu as là.....superbe, je vais m'y mettre tout de suite !"

Il me quitta et Eria l'accompagna et ils s'installèrent devant le feu qui était déjà en préparation.
A ce moment là, le chef regarda mon bras.
"Eto, ton bras....pourquoi n'est-il plus comme avant ?"
"Oh....ça ? J'ai perdu mon bras à cause d'un homme dont j'ignore encore tout. Et ce bras est un cadeau de mon ami Mada."
"Incroyable....bon, allons devant le feu, vous allez tout me raconter."

Tous nous nous exécutions. Tout le monde s'installa autour du feu. La nourriture arriva rapidement. Et chacun à notre tour, nous racontions une partie de notre aventure. Anandes fut tout de suite très à l'aise et tout le monde écoutait la moindre de ses paroles. Gotard lui fut au début un peu maladroit, mais cela faisait rire les petits. Ensuite, il se prit au jeu et fit beaucoup de mimiques de nos aventures. Mada lui tenta de raconter son histoire. Il m'étonna car il arrivait à créer des bruits qui firent frémirent tout le village. Kythia et Kagero racontèrent leur histoire par la magie, en faisait miroiter le feu avec leur magie.
L'histoire dura des heures et des heures. Lorsqu'elle se termina, nous avions le ventre plein et l'esprit vide.
Le chef nous invita à nous reposer.
Tous allèrent se coucher, mais je vis Anandes demander quelque chose au chef, ce qui m'intrigua. La dame blanche était déjà haute dans le ciel. Moi j'étais dans une cabane, mais je ne trouvais pas le sommeil. Lorsque tout à coup, j'entendis quelque chose. Je sortais la tête de la cabane et je vis Anandes avec une torche à la main. Elle se dirigeait vers la source étincelante du village. Un endroit splendidie. Une petite marre d'eau, et tout autour une roche particulière qui réfléchit la lumière de la lune et créer une atmosphère très particulière. De plus, l'eau venait du fin fond de la terre et était chaude.

Poussé par la curiosité, je décidais de la suivre. Je passais devant le feu, et je vis l'ancien et Eria dormir. Je récupérais mon carnet avec précaution et je reprenais le chemin.
J'arrivais à la marre, lorsque je vis des habits au bord. Je reconnu ceux d'Anandes. A ce moment je la vis au milieu de la marre. Elle était entrain de se laver. Je ne voyais que les contours de son corps. Je tentais de m'approcher encore mais tout à coup, je fis craquer une branche.
A ce moment là, elle se retourna et me vit.

"Eto, ça va pas de me ficher la frousse comme ça !"
"Désolé....heu...je....je me de...demandais....ce....ce que tu faisais ici....et je;...j'ai...voulu voir....Non c'est pas ce que tu crois....et....bon je m'en vais."

J'avais chaud, mon coeur battait vite et je ne savais plus quoi dire. J'allais partir quand Anandes m'appela.

"Eto....je....j'aimerai que tu m'accordes une faveur.... Amène la torche, plante là près de l'eau. J'aimerai que tu dessines ce magnifique endroit avec moi dans ton carnet....tu veux bien ?"

"Heu...je......je sais pas si....et tu es nue et...." fis-je en me grattant.
"S'il te plait....eto..."

Je me laissais tomber au sol, je sortis mon carnet et je l'ouvris sur une page vierge.
"Bon...d'accord. Choisis ta position....mais il ne faudra pas bouger."
"Très bien."

Elle s'avança un peu vers moi. Je vis sa poitrine, mais je n'osais pas regarder. Je tentais de fixer ses yeux pour ne pas être tenté.
Elle s'assit dans l'eau mais le haut de son corps était encore hors de l'eau. Elle dénoua ses cheveux et elle bougea sa tête pour les mettre dans leur ordre naturel.
"Tu....es magnifique....Anandes...." fis-je difficilement.
"Merci...."

Elle ferma les yeux.
Je commençais alors à dessiner. Je me sentais très inspiré. Je n'avais aucun difficulté pour retranscrire les détails de son corps. Je me sentais alors comme transporter. A ce moment là, la dame blanche passa juste au dessus de la marre et l'éclaira. Les pierres se mirent à luire d'un petit éclat, c'était magnifique. Mon coeurs battait très fort mais cela ne m'empêchait pas de dessiner.
Au bout d'un moment je dus dessiner sa poitrine. A ce moment là je toussais. Je vis Anandes sourire.
"Alors....on dirait que tu rougis....je me demande quelle partie de mon corps tu es entrain de dessiner mon cher Eto..."
"Heu...désolé."
Elle referma les yeux, et moi j'avais l'impression de vivre le moment le plus beau de toute ma vie.
Il me fallut encore un moment pour terminer mon oeuvre. Une fois que cela fut fait. Je posais le carnet et Anandes pu enfin bouger.

Elle s'amusait dans la marre comme une enfant. Puis un moment elle me regarda.
"C'est un petit coin de paradis ici."
"Oui...on peut dire ça...mais là tu vois un village qui a évolué. Si tu aurais vu la mentalité du village avant mon départ, je ne pense pas que tu porterais le même jugement."
"Possible...mais tout ça, tout ces changements, c'est peut-être grâce à toi. Là où tu vas, tu fais changer les choses, ce n'est pas un mal en soit. Tu m'as bien fait changer....et je garderai ce moment que nous avons passé ensemble dans mon coeur. Il est unique pour moi car j'ai offert à un homme mon corps. Tu es le premier à me voir nue Eto, le premier à qui je souhaite vraiment montrer mon corps. Ce que tu as vu sur la plage la dernière fois n'était qu'un accident, mais ça....c'est quelque chose de particulier pour moi."
Je me sentais rougir

"Je comprends....enfin je crois..."
"Et maintenant, tu te sens mieux ?"
"Oui....oui je me sens mieux....mais je veux passer un peu de temps ici. Shogun a le sentiment que tout ira beaucoup plus vite à partir de maintenant. Je le pense également aussi, je veux passer un peu de temps ici pour me ressourcer et pouvoir envisager l'avenir sereinement."

"Hi hi....comme tu le veux. Après tout, nous savons où aller, alors pourquoi nous presser ?"

Je m'allongeais sur le sol et je contemplais le ciel. Il était magnifique. Les soeurs de la dame blanche semblaient luire plus fort que d'habitude. Où était ce tout simplement moi qui trouvait cela beau.
Je priais pour ces souvenirs ne disparaissent jamais de ma mémoire.
A ce moment là,j'entendis Anandes sortir de l'eau. Je ne voulais pas bouger. J'entendis des bruits et tout à coup, je la vis s'allonger à côté de moi.

"Moi....je te remercie de me faire vivre des moments comme celui-ci..."

Elle me prit la main. Sa peau était chaude et douce. Cette chaleur était appaisante, et je trouvais ainsi la voie du sommeil.

Une lueur me réveilla. J'ouvrais lentement les yeux. Je venais de passer une nuit très agréable. Sinon la meilleure. Je regardais Anandes qui dormait encore. Je me dégageais lentement. Je pu enfin me lever. Je m'étirais en silence. Le vent qui soufflait était doux et chargé d'odeurs de la forêt.
Je fis quelques pas lorsque je vis Kagero se dresser devant moi.
"Nuit agréable ?"

Je ne savais pas quoi répondre.
"Au vue de ton visage je dirai que oui. Ce village est vraiment agréable pour quelqu'un comme moi. Au fait j'allais oublier. J'ai quelque chose à donner à Shogun. Peux-tu l'appeler ?"

"Oui...bien sur."
Je l'appelais, lui qui ne parlait plus depuis quelques temps.
"Que veux tu Kagero ?" fit-il en prenant ma place.
Kagero qui cachait sa main derrière son dos la montra avec un sac en main.

"Tiens !" fit-elle en me lançant le paquet.

Shogun réceptionna et dès qu'il le toucha devina qu'il s'agissait d'une épée.
"En quel honneur ?" fit-il
"C'est un présent du roi. C'est l'ancienne épée du chef des princes. Chimère. Elle est plus courte que Masamune, mais je pense que tu sauras exploité tout son potentiel."
"Je te remercie Kagero."
"Et maintenant qu'allons nous faire ?" fit-elle en croisant les bras.

"Moi et Eto avons envi de rester un peu ici. Toutefois j'ai le sentiment que les adversaires que nous allons affronter n'auront rien en commun avec ceux que nous avons affronté. Aussi je veux m'entraîner. Je suppose que c'est le chef des Nospheratu qui est le prochain invokeur."
"Oui....mais bien qu'immortelle, je me suis toujours méfié des Nosphératu. Ils sont certes en petit nombre, mais leur force est très...impressionnante. Midgard a toujours maintenu le statu quo entre ce royaume. Mais je crois que rallier le roi des Nosphératu ne sera pas une chose facile."
"Pourtant nous n'avons pas le choix. Il faut réunir les 8 invokeurs, de gré ou de force. "fit Shogun avec une certaine confiance.

Kagero sourit.
"Très bien. Chef." fit-elle en riant
Ce que je veux c'est une histoire universelle.

Thibault de Mondidier
Novice Niveau 5
Novice Niveau 5
Messages : 199
Inscription : 05 oct. 2004 10:23
Localisation : Strasbourg
Finaland :

Messagepar Thibault de Mondidier » 19 juin 2007 14:31

Chapitre XII : Le prix de la différence.

Nous passâmes près d’un mois dans mon village. Chaque jour nous nous entraînions avec vigueur. Je gagnais enfin en finesse et ma musculature se développait. Notre groupe renforça les liens avec les habitants du village. Gotard décida de s’améliorer en suivant les leçons de l’ancien et du chef du village. Nous contribuions au village en chassant et en construisant de nouvelles maisons. Car près de 5 femmes attendaient un enfant.
J’étais vraiment heureux de voir mon village enfin prospérer. Mais quelque chose me dérangeait. Anandes n’était pas tellement dans son assiette. Dans son sommeil, elle appelait parfois son père. Je savais qu’ils nous fallaient bientôt quitter le village. Un matin, Mada se joignit à moi et nous partîmes en direction de la ville d’Anandes sans les autres. Cette fois il ne fallut qu’une demi journée pour l’atteindre. Le lieu n’avait pas tellement changé, la surface était toujours aussi aride. Nous trouvâmes l’entrée et nous rentrâmes. Thor nous accueillit avec beaucoup de joie. Il fut étonné de voir Mada. Je lui racontais alors notre histoire. A la fin, Mada fut emmené pour que son bras soit amélioré.
« Tu sembles avoir bien souffert au cours de ton voyage. » fit Thor.
« Oui, mais bon, j’ai gagné une nouvelle famille en échange. Mais je souhaiterai que vous veniez avec nous à mon village. Ne serait ce que pour voir votre fille et aussi pour créer une amitié avec le chef de mon village. Notre communauté doit évoluer et quel meilleur moyen d’une alliance. Mon peuple pourrait profiter de votre savoir et nous pourrons redonner vie au désert qui se trouve en surface. »
« Je ne vois aucune raison de refuser. Mettons nous en route dès que votre amis sera réparé. »
Je souriais et je pensais à Anandes et à la surprise que je lui réservais.

Mada nous rejoignit au bout d’un certain temps. Le bras qu’on lui avait confectionné était bien plus imposant que l’ancien.
« Les humains de cette ville m’ont posé un bras qui devait servir pour un prototype qui n’a jamais vraiment fonctionné. Par chance, l’ensemble est compatible. » fit Mada avec un certain sourire.
Il me montra la dizaine d’outils qui était logés dans son bras. Cela me faisait sourire.
« Bien, Voilà quelque chose de très utile ! »

Nous étions donc prêt et nous pûmes partir. L’être de lumière était bien bas lorsque nous revînmes au village.
A ce moment là, Anandes me fonça dessus et me donna une claque.
« Hé ! Ca va pas non ?! »
« OU ETIEZ VOUS PASSES ! Cela fait une journée que l’on vous cherch…. »

Puis lorsqu’elle vit ma surprise, elle tomba en larme.
« PAPA !!! »
Elle lui sauta au coup.
« Oh oh oh, ma petite fille….je suis si heureux de te voir ! »

Ils se serraient très fort et Gotard, Kagero et Kythia arrivèrent.
« Toi alors, tu ne penses donc jamais à toi ? » me demanda Gotard.
« Je sais pas….elle pleurait dans son sommeil et appelait son père…je me suis dis que le meilleur moyen pour calmer sa peine était de le faire venir. Et puis, Thor son père est aussi là pour forger une alliance avec notre village, qui en a grand besoin pour pouvoir évoluer. »
« Eto... » fit Kithya en me serrant la main.

Je souriais calmement.
Je vis alors notre chef approcher de Thor. Ils se regardèrent longuement. Et au bout d’un moment, ils sourirent et se serrèrent la main.

Un banquet fut alors organisé. Thor se présenta et me fit intervenir. Il expliqua les termes de l’alliance, et tout le monde approuva les accords qui étaient plus que bénéfiques. Anandes me regardait de temps en temps. Elle semblait gênée, je ne voyais pas pourquoi.

A la fin du repas, l’alliance était conclue. Les femmes et les enfants se rendraient à la ville pour apprendre et redonner à la terre toute son énergie. Chaque soirs, ils retourneront au village. Ainsi ma patrie peut continuer à vivre puisque chez nous se sont les hommes qui savent chasser. Certains ronchonnaient un peu mais notre chef se montra convainquant. La nuit tomba et Thor coucha dans la tente du chef. Moi je discutais un peu avec Eria. Elle avait peur de quitter le village car la mission commençait dès demain. Je la rassurais en lui annonçant qu’elle gagnerait beaucoup grâce à ces échanges. Ensuite, je lui annonçais que j’avais décidé de partir. Elle tomba en larme, mais la période de repos que j’avais souhaité a été suffisamment longue.
« Eto, j’ai pris une décision. Je ne pleurerais plus devant toi. Je veux que tu sois fière de moi. En tant que fille du chef, je dois montrer l’exemple ! »
Je sentais toute son énergie dans sa voix.
« Bravo Eria. Je te souhaite bonne chance. Je vais avertir mes compagnons et nous allons nous préparer. »

Je me tournais, lorsque j’entendis des reniflements. Eria pleurait encore, mais je ne lui en voulais pas….en m’éloignant j’entendis un « merci » remplis de joie. Elle avait beaucoup mûrit.
J’entrais à présent dans la case qui nous était réservé. Ils étaient tous là. Je leur expliquais l’envie de mon départ et tous approuvèrent.
« Nous prendrons le Kaiser et nous nous rendrons chez les Nosphératu. » fit Kagero.
« Non…nous irons d’abord à Trafalgar. Je pense qu’il y en a un qui veut revoir celle qu’il aime…..n’estce pas Gotard. »

Celui-ci ne rajouta rien, il se contenta de rougir ce qui me fit éclater de rire.
Au même moment, Anandes posa sa main sur mon épaule.
« Eto, est ce que je peux te parler dehors ? »

Je me levais sans rien dire et je la suivis. Elle alla à l’extrémité du village. Tout à coup elle s’arrêta et s’approcha de moi.
« Pourquoi tu as fait tout ça pour moi ? »
« Tu n’es pas content de revoir ton père ? »
« Si…Bien sur….mais….je ne te l’avais pas demandé. »

J’étais consterné, alors je décidais de mettre mes mains sur ses épaules.
« Tu as souhaité le revoir. Je l’entendais dans tes rêves. Alors j’ai pris les devants.
« Et….moi….je croyais que tu étais parti….que….tu nous avais abandonné….je….je t’en prie….snif….ne nous laisse pas seul…..ne…..snif….NE ME LAISSE PLUS SEULE !! »

Elle me serra fort contre elle. Je ne savais que dire….je la serrai fort contre moi.
« Allons….ne pleure pas….quelles raisons j’aurai de vous quitter….vous êtes ma famille….je ne pourrai pas me passer de vous. »
A mes mots, elle me serra encore plus fort et ses pleures redoublèrent d’intensité.
« Eto….snif….. »
Je lui caressais les cheveux pour la calmer.
« Anandes….je veux que tu ailles avec ton père….demain nous partirons et tu ne le reverras pas avant un bon moment, s’il te plait, annonce lui la nouvelle et parle lui. Resserre tes liens, moi, je vais rester un peu seul. »
Elle me regarda enfin et me fit un hochement de la tête.

Je sortis donc du village et je me baladais dans la forêt. La dame blanche éclairait mon chemin et aussi bien moi que Shogun profitions de cette dernière soirée. Et le plus étonnant, c’est que je n’avais pas le moindre regret.
C’est alors que j’entendis des murmures. J’étais proche à présent de la fontaine naturelle.
C’est alors que j’entendis des murmures. J’étais proche à présent de la fontaine naturelle.
Je m’avançais doucement et je vis Eria qui était assise.
Attiré par la curiosité, je m’avançais vers elle.
« Est-ce que cela va Eria ? »
Elle se retourna, me vit et sourit.
« Bonsoir Eto. »
« Bonsoir » fis-je en m’asseyant à côté d’elle.
« Alors, tu vas repartir ? »
« Tu es au courrant ? Oui, demain matin. Mais ne t’inquiète pas, je reviendrai. »
« Tu es revenu alors que nous t’avions demandé de partir. Je sais que tu dis la vérité, je n’ai aucune raison de douter de toi. Et au lieu de pleurer ton départ, dès demain, je me rendrai chez nos nouveaux alliés pour apprendre le plus possible. Je veux que tu sois fier de moi ! » fit-elle en souriant.
Je m’allongeais sur le sol. J’étais détendu.
Eria bougea et posa sa tête sur le côté de mon ventre.
« Tu sais Eto, au début je pensais que j’étais amoureuse de toi….quand tu es parti, j’étais triste, je pleurais souvent. Mais les jours ont passé et j’ai réalisé que la vie à laquelle tu aspirais était trop différente de la nôtre. Par ce que nous t’avons fait, tes liens avec ce village ne sont pas aussi fort que les miens. Maintenant, je te fois comme un frère, un exemple à suivre. Et je veux suivre ton model pour qu’un jour je puisse diriger et faire prospérer notre patrie. Et puis, père ne t’en a pas parlé, mais nous avons comme projet de nous agrandir. Nous allons modifié notre village pour développer une autre agriculture. Et grâce à ce que tu as fait pour nous et cette nouvelle alliance, nous allons nous développer à grande vitesse pour que, lorsque tu reviendras, tu sois fier de nous ! »
Ce que je veux c'est une histoire universelle.

Thibault de Mondidier
Novice Niveau 5
Novice Niveau 5
Messages : 199
Inscription : 05 oct. 2004 10:23
Localisation : Strasbourg
Finaland :

Messagepar Thibault de Mondidier » 20 août 2007 11:10

Et non je ne suis pas mort. Oui je suis toujours là. Mais je me suis accordé une pause de deux mois. J'ai eu le temps de réfléchir à mon histoire. Et je reviens à présent pour la suite.


Je l’écoutais, et j’étais ravi d’entendre ses projets.
« Je suis fier de vous tous et de toi Eria. »

Nous nous endormîmes.
Le lendemain, nous nous préparâmes doucement. Et lorsque l’être de lumière était au plus haut, le Kaiser décolla sous les au revoir des gens du villages.
J’avais un pincement au cœur, mais je savais que j’allais revenir.
Nous nous dirigeâmes donc vers l’Oasis où était supposé être nos rescapés de Trafalgar.

Nous arrivâmes très vite.
Nous sortîmes du vaisseau et là je n’en croyais pas mes yeux.
De petits baraquements en pierre ont été construits autour de l’Oasis. Des canaux d’eau entourait l’oasis et des cultures poussaient.
Avec notre vaisseau, tous les gens étaient sortis. Mais il n’y avait que femmes et enfants. Il devait y avoir une cinquantaine d’âmes
Tout à coup, Oléthée s’avança. Elle avait les larmes aux yeux.
Elle sauta dans les bras de Gotard et tombèrent à terre. Tout le monde éclata de rire.
« Ho, ho doucement. J’étouffe Oléthée ! »

Elle le serrait fort et ne cessait de pleurer.
Une fois les émotions passées, les femmes nous montrèrent l’avancée de leurs travaux. Les plantes, malgré le sable, poussaient rapidement, mais ils n’étaient pas encore assez nombreux pour faire des travaux plus conséquent.
Moi et Gotard leur donnâmes un bon coup de main. Haku plongea dans l’Oasis et partit élargir la source. A ce moment là, ce créa un véritable lac. Auparavant Titan avait sauvé les habitations et toutes les cultures. L’eau était à présent en abondance et toutes plantes avaient été replantées vraies zones d’irrigations apparurent.
Nous restâmes seulement quelques jours. Nous tous avions de nous rendre chez les Nosphératu pour rencontrer le nouvel invokeur.
Un matin, nous partîmes donc en direction de Midgard. Nous étions tous dans la salle des commandes. Je voyais le paysage défiler devant moi. Tout ce que nous avions parcouru, les montagnes, le village des mogs, Midgard. Vu d’en haut la ville était gigantesque. Elle formait un cercle presque parfait, ce cercle était partagé en part presque égale. Anandes donna un coup d’accélération et nous fonçâmes vers le Nord. J’eu à peine le temps de voir le lac dont nous avions déterré le Kaiser que déjà au lointain, je voyais les nuages qui devenaient sombres.
« Nous arrivons. » fit Kagero.
Nous arrivâmes et en effet, le ciel se faisait sombre. La terre était moins verdoyante. Nous nous posâmes et nous sortîmes. Tout à coup une forte odeur d’œuf pourri m’arriva au nez.
« On dirait que des gisements de souffres ne sont pas loin ! » fit Gotard en reniflant attentivement.
Kythia se pinça le nez : « Mais comment tu fais pour supporter cette odeur, c’est atroce ! »
« L’habitude, dans la caverne de Titan, cette odeur venait quelque temps quand la montagne tremblait. »

Le sol était presque aride, une faible mousse poussait sur le sol. Cela s’expliquait que l’air était légèrement humide, ce qui sous entendait une source d’eau souterraine ou pas très loin de là où nous étions.
« De la mousse commune et de l’herbe….une végétation simple. » fit Mada.
Nous nous mîmes en marche. Mada nous signala qu’à deux heures de marche, il détectait une source de vie.
Nous suivîmes ces conseils. En court de chemin, nous découvrîmes des champs, preuve que des hommes vivaient sur ces terres. Mais je regardais attentivement les plantes, et elles n’étaient pas en forme. La plupart des plantes avaient du mal à pousser et les rendements étaient faibles. Il n’y avait que quelques grains…je supposais que c’était de l’orge. Sur d’autres terres je voyais du blé pousser avec du sorgo. Et à mon grand étonnement, je vis un élevage de Chetrus..
« Un animal de petite taille mais qui avait des cornes sur la tête, une longue fourrure, des pieds qui reposait sur des cousinez . Cet animal avait la particularité, surtout les femmes de produire énormément de lait. » fit Mada.
« Merci pour les renseignements monsieur je sais tout ! » fit Kythia.
Plus nous avancions, plus le ciel se faisait sombre. Nous arrivâmes malgré tout au village. Et là je fus choqué par le contraste entre ce lieu et Midgard.
C’était un village de moyenne taille. Les maisons étaient construit avec des pierres, les toits étaient couverts de tuiles. Je voyais de la fumée sortir des cheminée. Par contre, le sol n’était pas recouvert, il n’y avait que de la terre. Le chemin dans lequel nous étions était totalement cabossé. Je voyais que tous les chemins convergeaient vers un puit. J’ entendais au loin des bruits d’une lame qu’on frappait. J’en déduisais qu’il y avait un forgeron. A côté de nous, un grand moulin se dressait, ses voiles étaient impressionnante. Elle tournait régulièrement et émettait un grincement lui aussi régulier.
Tout ç coup, la porte du moulin s’ouvrit et une femme d’un âge avancé sortit avec sac de poudre, sans doute de la farine. Elle semblait peiner à cause du poids du sac. Son visage était couvert de ride, elle avait les cheveux grisonnant et son dos semblait voûté par l’âge. Aussi je m’approchais d’elle doucement.
Ses yeux qui ne fixaient d’abord que le sol se levèrent pour me regarder.
« Oh….des….des étrangers….oh… »

Elle laissa tomber son sac que je rattrapais. Il était lourd.
« Oh…merci jeune homme….ce sac représente des jours de travail…le village m’en aurait voulu si j’avais laissé échapper le contenu.
« Mais ce n’est qu’un sac de farine…. » fit Kythia.
« Ne dit pas ça ma petite….ce sac représente la moitié de ce que nous avons récolté….cette farine servira pour nous nourrir pour quelques semaines…. »

Elle disait ça avec peine. Et cela me déprimait.
« Allons grand-mère….nous allons vous aider, où voulez vous qu’on dépose ce sac ? »
Elle s’avança et nous demanda de la suivre.
Nous traversions le village à petit pas. Il n’était pas désert, loin de là. Il y avait beaucoup de commerces. L’un vendait de la viande, l’autre vendait des peaux d’animaux que je ne connaissais. Tout le monde saluait la grand-mère de la main et elle leurs rendait le salut.
« Vous êtes très connus ici grand-mère. » fit Anandes.
« Appelez moi Alice, je n’aime guère qu’on m’appelle grand-mère. Certes je suis la doyenne de village mais je pense encore avoir de belles années devant moi. Et ce ne sont pas les vampires qui voudraient un sang aussi vieillot que le mien ! »
« Combien font-ils de victimes par mois. A ma connaissance, les Nosphératu restent des buveurs de sang humain » demanda Kagero qui marchait maintenant à la hauteur de la grand-mère.
« Oh….une ou deux par mois…les vampires qui se trouvent dans le châteaux Oldenbourg sont particuliers. Ils reproduisent notre société au sein d’un clan…. »
« Mais combien sont-ils ? » fit Mada.
« Oh seulement une Vingtaine. Ils se sont regroupés il y a des siècles pour éviter l’extinction de l’espèce. Vu que ce sont des immortelles, ils ne craignent plus de disparaître car ils ont appris à former un groupe unis. Mais chacun des dix membres est le descendant d’une illustre famille de vampire et à ce titre, bien que vivant sous le même toit, ils gardent une féroce indépendance Une fois tous les dix ans, ils viennent dans ce village pour choisir un homme et une femme qui iront agrandir le groupe. »
Elle racontait cela avec une certaine tristesse ce qui contrastait avec les cries des enfants qui jouaient dans la rue et qui nous regardaient bizarrement.
Mais au moment où Alice passa à côté d’eux, ils devinrent calme et se firent respectueux.

Tout à coup, nous passâmes devant une maison. La porte était fermée par des verrous. Il y avait des barreaux aux fenêtres. Cela me choqua et je décidais de m’y arrêter. Un homme de grande stature passa devant moi avec un plat qui sentait très mauvais. Il me regarda avec une certaine méfiance.
Il déposa le plait devant la porte, donna des coups dans celle-ci. J’entendis un petit bruit et je vis que la porte avait une ouverture à sa base, juste suffisante pour que le plat passe. Je vis une main sortir. Elle chercha le plat, l’homme leva sont pied et écrasa la main avec un certain sourire.

Tout à coup, cela me rappela une scène de mon enfance. J’étais dans ma tente et me fournissait le repas de la même façon. Je savais que ce n’était pas l’ancien qui me donnait à manger. A l’époque il n’en avait pas le droit. La nourriture qu’on me servait était un infecte, mais je me forçais pour vivre. Un jour je cherchais mon assiette quand je sentis qu’on me tenait fermement. J’entendis le bruis d’une arme. Je réalisais ce qu’on voulait me faire et je tirais de toutes mes forces et je ne sais pas comment, mais j’ai réussi à me dégager.
A ce moment là j’entendis le mot « monstre. » C’était un de mes nombreux souvenirs que je tentais d’oublier….
Je me dirigeais vers la maison.
« Qu’est ce qu’il y a là-dedans ? » fis-je ?
Alice s’arrêta et me regarda d’un air inquiet.
« Il…il n’y a rien là-dedans….je vous en prie avançons. Le maire du village m’attend. »
« Vous me mentez Alice. Je viens de voir une main sortir par l’ouverture de la porte ! »

A ce moment là l’homme costaud s’approcha de moi avec un regard noir.
« La doyenne a dit qu’il n’y avait rien là-dedans, passez votre chemin. »
« Je soutenais son regard bien qu’il m’intimidait. »
« Ouvrez le porte ! » fis-je.

Il allait me frapper quand Anandes tira un coup de feu près de ses pieds qui le calma tout de suite.
« On ne bouge plus monsieur. »
« Pauvre imbécile, te faire protéger par une femme ! »

A ce moment là Mada s’approcha et prit l’homme par les pieds.
« Si cela vous dérange monsieur, je peux la remplacer ! » fit-il en le maintenant la tête en bas.

Notre petit échauffement avait attiré du monde. Tout le monde chuchotait ce qui m’énervait.
Je pris ma lance et je fis sauter le verrou.
J’ouvris la porte et une épouvantable odeur d’excrément humain m’arriva au nez. La pièce était salle et au milieu une table dégoûtante avec une jeune femme assise mangeant avec ses doigts.
Elle avait un habit unique salle et trouée.
Je m’approchais malgré l’odeur. Les autres m’attendaient à l’entrée. Tous se bouchaient le nez.
« Bonjour…. » fis-je en m’approchant d’elle. Ses cheveux étaient noirs, mais ils étaient salles, emmêlées, et il y avait de petites particules blanches dessus.
Elle me regarda avec peur et recula. Elle trébucha. C’est alors que je vis qu’elle était attachée. Je m’approchais encore elle recula de frayeur jusqu’au mur.
« Ne la touchez pas ! Cette fille est maudite ! Personne ne doit l’approchée. Elle a la mort en elle ! » fit un villageois.
« En plus elle n’aime que les femmes, elle est inutile ! Nous la gardons ici car c’est la fille du maire….sinon on l’aurait déjà expulsé du village, elle est la honte de notre patrie ! » fit un autre.

A ce moment là, elle eut des convulsions qui lui parcourut tout le corps. Ces yeux étaient devenus blancs, de la salive coulait le long de sa bouche, elle poussait des gémissements effrayants.
« MADA ! KYTHIA ! VENEZ VITE !! »

Tous les deux s’approchèrent.
« Convulsion, rythme cardiaque en hausse, salive abondante. Cette fille est entrain de faire un crise d’épilepsie, il faut la mettre sur le côté pour qu’elle n’avale pas sa langue ! » fit Mada

Nous la prîmes et nous la mîmes sur le côté. La crise s’arrêta, elle sembla renifler puis elle respira enfin, elle cherchait de l’air en respirant par la bouche.
« La crise s’achève….Mais je détecte une fracture du poignet droit et un déboîtement de l’épaule ! » fit Mada en touchant son corps.
« Kythia peux-tu avec ta magie inhiber la douleur le temps que mada remette son épaule en place ?
« Oui….tout de suite. »
Mada remit l’épaule en place non sans bruit. Après cela nous cherchâmes devant les yeux inquiets et méfiant de l’eau et des serviette propres.
Anandes maintenait avec Kagero le calme sous les yeux déconcertés de Alice et des villageois.
A ce moment j’entendis une voix qui demandait qu’on laisse le passage. J’entendis un villageois. »
« Voilà le maire, il va s’occuper de ses étrangers. »


L’homme s’avança devant moi. Il était assez grand, les cheveux et les yeux bruns, de petites moustaches, un habit qui visiblement était d’une qualité supérieure, de petite chaussure. Il avait quelque chose dans sa bouche, une sorte de tige, et au bout une réserve qui dégageait une odeur assez désagréable.
« Que faites vous donc étranger ? »
« On soigne une jeune fille, la votre si j’ai bien compris. » fit Gotard en se dressant devant lui.
« De quoi vous mêlez vous ! Ici toutes les femmes doivent assurer la survie du village. Il y a 20 Nosphératu près d’ici et si notre population décroît, elle va disparaître. Ma fille ne fait pas exception. Seulement son amour ne s’est porté que sur une femme. Au début, nous les avons séparée, mais l’une comme l’autre se laissait mourir… » fit-il en bousculant Gotard pour me parler avec verve.

Tout à coup nous entendîmes des bruits qui venaient du plancher.
Quand je réalisais qu’il y avait une autre personne en dessous, j’eu un accès de colère.
« SORTEZ D’ICI MONSIEUR !! »
« Non mais vous vous cr…. »
Je le dévisageais avec haine et colère, il fit un pas en arrière.
« Gotard, défonce le plancher ! » fis-je
« Avec plaisir. »

Il donna un grand coup de pied et il fit un trou énorme. Je sautais et j’atterrissais dans le sous-sol. De petits animaux couinaient, des rongeurs visiblement. C’est alors que je vis une autre jeune femme au fond, elle était recroquevillé sur elle-même et semblait pleurer. Elle avait les cheveux roux, mais je ne voyais pas son visage. Juste son habit unique et brunâtre. Toutefois elle semblait plus adulte que la jeune fille au-dessus.
« Heu…jeune fille ? »
Elle ne répondait pas. Je m’approchais encore, je voulais la toucher lorsque soudain elle bondit et me mordit le bras de toute ses forces….malheureusement elle mordit mon bras métallique et se fit mal. Elle saignait de la bouche. Je sortis de mon petit sac un morceau de tissus. Elle voulait se débattre mais je décidais de lui prendre fermement le visage. Elle ferma les yeux. Doucement je lui caressais la joue pour la nettoyer, elle sembla se détendre.
« Enfin tu te calmes…pardon d’avoir été brusque mais tu ne voulais rien entendre. »
« D…désolé… »
« Ton nom ? »
« Lebanelle »
« Lève toi…ton….amour t’attend en haut. »

A mes mots elle se leva brusquement et sortit par le trou.
« MILLIA !!! » fit-elle en pleure.
Je ressortais du trou et je vis Lebanelle serrer fort son amie…celle-ci retrouvait ses esprits.
« Lebanelle….c’est toi… ? »
« Oui….c’est moi…snif…oh ma pauvre, tu es vraiment dans un salle état. »
Lebanelle caressait doucement le visage de son amie qui le lui rendait. Shogun et moi étions touchés par cet élan de sentiments.
Elles s’embrassèrent devant nous ce qui me fit détourner le regard
« ARRETEZ CES CHOSES !!! ELLES DOIVENT MOURIR !! L’AMOUR ENTRE FEMME N’EST PAS HUMAIN !! ELLES SONT INHUMAINES !! » fit la brute en colère.
Il voulait se précipiter vers elle quand Anandes lui tira un coup dans la jambe.
« SALE GARCE !! » fit la brute.
Anandes excédé s’approcha et lui pointa son revolver dans la bouche et regarda les villageois.
« LE PREMIER QUE J’ENTENDS ENCORE DIRE QUE CES FILLES NE SONT PAS HUMAINES GOUTERA A MES PISTOLETS !! »

La foule prit peur, le maire ne disait plus rien. Alice revint avec de l’eau chaude.
« Laissez moi entrer dans la maison. »
« Doyenne, non, ne leur donnez rien ! »
« Il suffit, ces deux jeunes filles s’aiment, elles ne demandent que ça ! Je suis aussi choqué que vous par ces étrangers ! Mais c’est nous qui les avons mis dans cet enfer. Elles ne sont que deux femmes. Nous sommes une communauté assez grande pour compenser les enfants qu’elles ne donneront pas.
Je n’ai jamais rien dit parce que je pensais au bien du village, jusqu’à tout à l’heure j’étais d’accord avec vous tous. Mais quand j’ai vu l’était de ces filles, je refuse de ne rien faire. Monsieur le maire, l’une d’entre elle est votre fille et vous l’avez laissez dépérir ! »
« Mais doyenne elles…. » fit une femme.
« Si je me souviens bien, cela fait six mois que nous avons découvert leur amour interdit. Hors avant cela ces deux femmes étaient les meilleures ouvrières que nous avions eut. Elles travaillaient pour 4 et faisaient même les corvées des hommes. Au début je ne comprenais pourquoi elles se tuaient autant à la tâche, maintenant je sais que comme elles n’auront jamais d’enfants, elles voulaient tout faire pour pallier ça ! Et nous les avons rejeté parce qu’elles étaient différentes !!! JUSTE POUR CA !!! »

J’étais impressionné par la force de caractère d’Alice. Je m’approchais d’elle et je pris le lourd saut d’eau chaude et je l’amenais auprès des filles. Elle décida de me suivre.
C’est la grand-mère elle-même qui les nettoya toutes les deux sous les yeux déconcertés des villageois. Certains approuvèrent le choix d’Alice d’autres partirent en nous ignorant. Le village se divisait et cela faisait à peine une heure que nous étions là.
Le maire ne supportait pas de voir sa fille dans les bras d’une femme. Moi cela ne me dérangeait aucunement. Kythia leur posa des questions sur leur amour. Elles en parlèrent librement et Kythia bien qu’un peu dégoûtée au début accepta la situation. Les autres réagirent avec beaucoup de maturité. Nous voulions les aidés, mais il était clair qu’elle ne pouvait plus rester ici. Ni Alice d’ailleurs.
« Merci pour tout ce que vous avez fait. » fit Lebanelle qui serrait fort la main de sa compagne.
« Oh ce n’est pas grand-chose. Vous savez, moi, Anandes et Eto nous avons tous été des exclus, différents pour ceux de notre peuple. Et pourtant, nous avons réussi à changer les choses. Mais dans votre cas c’est différent. Le village n’acceptera jamais que vous restiez…et puis on peut dire ce que l’on veut, vous êtes deux belles humaines, si les vampires apprennent votre existence, je ne serai pas étonné que vous soyez les prochaines enlevées. » fit Gotard.
« Oui…Mais que pouvons nous faire ! » fit Millia
« Eto, je crois que nous ne pouvons pas pouvoir les emmener avec nous étant donné que nous allons voir les Nosphératu puis après continuer vers le Nord. » Fit Kagero inquiète
« En effet, tu as une idée en tête ? » fis-je en la regardant.
« Bien sûr, je vais rédiger une lettre qui sera imposée de mon sceau et elles se rendront dans la ville de Midgard. Elles seront sous la protection de la princesse Yunfa et du roi Théobald.
« Et que faisons nous de Alice ? » fit Anandes.
« Je suis une vieille femme, je n’ai plus la force de les suivre…mais j’ai encore assez de caractère pour me faire respecter ici. Tout le village n’est pas contre moi, je pense pouvoir me débrouiller. » fit Alice fièrement.

La décision était prise. Nous nous rendîmes dans la maison d’Alice avec nos deux amies pour leur prendre des vêtements corrects. Beaucoup nous regardaient. Certains avec dédains, d’autre avec respect. Une fois changées et lavées nous les accompagnâmes jusqu’à la sortie du village. Kagero leur donna la lettre et chacun d’entre nous se fit serrer par les deux jeunes femmes qui, à mon grand plaisir affichaient une joie de vivre. Elles partirent main dans la main avec de quoi manger pour 4 jours.
Elles nous saluèrent encore une fois et là Milla nous cria.
« ON PENSERA TOUJOURS A VOUS, PASSEZ NOUS VOIR !! »
Nous les saluâmes.
« Bon Alice, maintenant que c’est réglé, nous devons aller parler au maire pour qu’il nous indique le chemin pour le manoir des Nosphératu. »
« VOUS VOULEZ VOUS Y RENDRE ??!! VOUS ETES MALADES !! » fit-elle en criant
« Oui, nous avons tout lieu de croire qu’un homme important pour nous s’y cache. Un invokeur, cela vous dit quelque chose ? » fit Kythia.
« Je n’ai jamais vu d’invokeur. Mais ma grand-mère m’a raconté qu’un jour, ô c’était il y a des siècles après la grande guerre entre les peuples des dragons, Alucard le chef des Nospheratu a construit ce château en 24 heures. Les habitants d’ici qui étaient alors bien plus nombreux se sont révoltés. Alucard a répondu à leur provocation et a anéanti la moitié du village. Depuis nous sommes soumis à eux et jamais aucun habitant de cette terre ne vous emmènera au château.
« Je comprends, alors indiquez nous juste la maison du maire. » fit Kagero.

Elle nous y emmena. Elle était un peu plus grande que les autres. Nous y entrâmes. A l’entrée, c’était le grenier. Mada déposa le sac de farine et nous montâmes à l’étage avec la maire qui nous attendait, et visiblement énervé contre nous.

« Que me voulez vous ? »
« Monsieur le Maire Krieg, ces gens veulent savoir où se trouvent le château des Nosphératu, ils souhaitent s’y rendre. » fit Alice
« Il suffit de marcher vers le Nord pendant 4 heures. Il y a un chemin. J’espère qu’ils vous tueront. Vous avez peut-être sauvé ma fille, mais maintenant vous m’en avez privé. Vous ne serez jamais les bienvenus à Kolmkoms.
« Pour vous peut-être, pour moi ma porte leur sera toujours ouverte, espèce d’égoïste. Vous avez cédé à la pression du groupe et maintenant vous leur faite portez les conséquences de vos erreurs. Si vous aviez exercé votre autorité, ces deux femmes auraient été acceptés. Avec du temps, j’en conviens, mais tout se paye dans la vie. » fit Kagero.
« La ferme, je ne veux rien entendre, sortez de chez mois ! »

Nous n’ajoutâmes rien, et nous sortîmes. Nous prîmes en silence la sortie Nord.
« Bon, eh bien, c’est ici que je vous quitte. Prenez soin de vous tous ! » fit Alice en rebroussant chemin.
Nous la saluâmes et moi j’avais un petit pincement au cœur, je l’aimais bien cette vielle femme.

Nous nous retournâmes…je pris une respiration, car ce qui nous attendait, sera tout sauf une partie de plaisir.
Ce que je veux c'est une histoire universelle.

Thibault de Mondidier
Novice Niveau 5
Novice Niveau 5
Messages : 199
Inscription : 05 oct. 2004 10:23
Localisation : Strasbourg
Finaland :

Messagepar Thibault de Mondidier » 21 août 2007 11:06

Chapitre XIII Ashura

Nous sortîmes du village. Nous étions tous silencieux. Le ciel continuait à s’obscurcir et cela ne me disait rien qu’y vaille. Bientôt, il n’y avait plus de terres cultivées, à la place, on voyait une végétation faible, qui visiblement manquait de lumière. Les herbes n’étaient guères hautes…elles rasaient le sol et les fleurs étaient minuscules. Au loin, je voyais une étrange masse noire, Shogun supposa que c’était le châteaux des vampires, je pense qu’il n’avait pas tort
« On ne peut pas être bien accueillis partout… » fit Gotard.
« Ne vous plaignez pas, nous avons quant même quelqu’un qui nous apprécies, c’est Alice, et puis vous oubliez Millia et Lebanelle. C’est déjà beaucoup ! » fit Kagero.
« Et puis, je crois qu’il faut laisser le temps aux villageois de choisir entre la vision du maire et celle d’Alice…de toute façon, ce n’est pas notre préoccupation du moment. » fit Mada calmement.

Il avait raison. J’étais habitué aux accueils chaleureux ou polis. Je réalisais que parfois on ne peut pas tout avoir…ce village a été une drôle d’expérience. Je repensais au baiser de nos amies, cela m’avait troublé. La nature n’est pas si simple finalement, et ça, je ne l’apprendrai jamais dans un livre ?

« Je repense à nos amies, c’est quant même triste….elles n’auront jamais d’enfants. Leurs rêves, leurs expériences ne seront jamais transmis…tout s’arrêtera avec leur mort…. » fit Anandes tristement.
« Ne te borne pas Anandes. Moi non plus je ne peux pas avoir d’enfant. Mais parfois l’amour que tu portes à une personne te suffit. Et puis, rien n’empêche d’adopter un enfant tu sais. Moi qui suis immortelle, je comprends parfaitement cette peur de rien laisser en héritage et d’être oublié. Mais par ce que nous faisons, je crois que nous laisserons tous une emprunte quelque part…. » fit Kagero.

Ses paroles sembla remonter le moral à Anandes.
« Oui….c’est vrai ce que tu dis… » fit-elle en retrouvant le sourire.

Cela faisait maintenant un bon bout de temps que nous marchions et le château était enfin en vue.
Il était vraiment imposant. Un large fossé rempli d’eau boueuse cernait le château. Celui-ci était entourée d’une muraille épaisse. Dans ce mur surgissait parfois de petites ouvertures. La porte imposante était cachée par ce qui semblait être un pont.


J’en avais des frissons dans le dos. Ce château dégageait quelque chose de malsain.
Tout à coup je vis une forme se déplacer en haut des murs. Elle sembla s’arrêter un bruit strident se fit entendre. A ce moment là, sans que je m’en rende compte, cinq masses se trouvaient autour de nous.
Par prudence je dégainais ma lance, Anandes ses pistolets, Kagero ses fouets.
« Humain…que venez vous faire sur la terre du seigneur Alucard ? » fit l’une des masses. Je regardai attentivement et je vis un visage apparaître. Cela ressemblait à un humain sauf que je voyais des canines plus imposantes, des yeux rouges et une peau légèrement blanche.
« Nous venons le voir….il semble que votre maître soit un invokeur. Nous avons besoin de lui. » fis-je.

Ma réponse le fit éclater de rire.
« Vous êtes des comiques dites moi. Tout ce qui est sur cette terre appartient au seigneur Alucard. En d’autres termes, vous lui appartenez !»




Il claqua des doigts et tout d’un coup, d’autres masses venues du sommet du mur vinrent nous rejoindre. Ils nous encerclaient totalement.
« Si on se bat, on ne s’en tirera pas indemne… »fit Shogun froidement.
« Tu as raison…et puis on va peut-être le rencontrer ce Alucard.. »

Je baissais ma garde et je planta ma lance.
« Faites de même, si on se bat…on est mort. »

Mes amis jetèrent à contre cœur leurs armes. Et tout d’un coup, je les vis sourire. L’un d’eux s’approcha de moi et me donna un coup dans le ventre. La douleur était fulgurante. Je tombais à genoux. Les autres voulaient me venger, j’allais perdre connaissance, mais je reconnus la voix de Gotard qui disait qu’ils allaient le payer.
Tout devint noir.


Je ne sais pas combien de temps s’écoula, mais je constatais que je reprenais connaissance. J’ouvrais lentement les yeux. Ma vision était un peu trouble mais tout s’éclaircit en quelques instants. Je voulais remuer mes mains, mais je constatais que j’étais solidement attaché. Je regardais alors autour de moi. Mes amis étaient tous là, assis comme moi sur des chaises et attachés.





« Les….les amis, vous allez tous bien ? » fis-je.
A ce moment là, tous se retournaient vers moi avec le sourire.
« Ah, Eto, content de te voir enfin conscient. Cela fait deux heures que tu dors. Nos « ôtes » nous fait venir dans cette grande salle, et depuis nous n’avons eut la visite d’aucun vampire. » fit Kagero
« Je vois…. » fis-je un peu déconcerté. Je regardais autour de moi. La salle était immense. Le plafond se trouvait très loin de nous. D’énormes piliers soutenaient le toit. La décoration était malgré tout subtile. Il y avait de magnifiques voûtes, de nombreux arcs brisés ornaient les murs. Il y avait également au quatre points cardinaux quatre statues. Le sculpteur devait avoir du talent, mais de là où j’étais je ne parvenais pas à voir les visages.
Il y avait en face de nous un immense rideau rouge. Devant on avait construit une petite estrade, et dessus cinq sièges se dressaient.

Tout à coup, le rideau se dressa et je vis avec angoisse une centaine de vampires apparaître. Ils étaient tous différents. Il y avait des gros, des maigres, des grands, des petits. Mais tous portaient des habits extrêmement raffinés et on sentait leur dédain. Mais tous se regroupaient derrière un seul. Cela devait être Alucard. Il avait de longs cheveux noirs, son visage était fin, ainsi que sa silhouette. Il avait un costume brun et noir du haut en bas qui se terminait par de longues bottes très élégantes. Et sur son épaule il portait un veston qui cachait la partie gauche de son corps.
Ils s’avancèrent vers nous.
L’un d’eux passa devant lui et nous présenta.
« Monseigneur ALucard, permettez moi de vous présenter séant, les individus qui ont pénétrés dans votre domaine. » fit-il en s’inclinant.

Alucard nous dévisagea avec un certain sourire.
« Bien mon cher Altimedes, je constate que tu as comme d’habitude très bien exécuté ton office. Tu peux te retirer. »
« Bien monseigneur. »

Il s’approcha de nous. Nous scrutâmes attentivement, touchant même avec attention Kagero, Kythia et Anandes.
« Eh bien. Que voilà de charmantes créaturse. Votre odeur est si exquise que j’en salive d’avance. Peut-on savoir ce qui vous amène sur mes terres ? »
Je le regardais droit dans les yeux. Il avait les yeux rouges sang comme moi.
« Nous souhaitons que vous veniez avec nous. Nous avons entendu de part le seigneur Théobald de Midgar que vous étiez devenu un invokeur aussi nous aimerions que vous veniez avec nous…. »



Sans comprendre pourquoi je reçu un coup de le ventre de la part d’Altimedes.
Je le regardai. Il devait avoir mon âge, mais ses cheveux étaient grisonnants. Il avait de très beaux yeux bleus et son corps était svelte. Pourtant il me dévisagea avec colère.
« Ne te permet plus de regarder directement dans les yeux le seigneur Alcucard. »

« Hé, petit, je te signale que si tu continues à nous agacer, on va détruire ce château et vous avec en un rien de temps grâce à nous chimères ! » fit Gotard en se débattant.

Tout à coup un grand claquement se fit entendre. Je regardais de peur vers Gotard. Il avait reçu une profonde entaille sur la joue droite. Je regardai Altimedes avec haine. Il avait sortit un fouet à épine qu’il refit claquer à nos pieds.

« A présent, laissez moi vous éclairer. Premièrement, personne n’élève la voix ici, deuxièmement, personne ne porte atteinte à ma taille. Et enfin, laissez moi vous que nous avons installer dans ce château moult de machines qui émettent des ondes qui annihilent la possibilité d’invoker. Alors, très chers invités, je vous prie de ne plus proférer d’ineptie ! »
Ce que je veux c'est une histoire universelle.

Thibault de Mondidier
Novice Niveau 5
Novice Niveau 5
Messages : 199
Inscription : 05 oct. 2004 10:23
Localisation : Strasbourg
Finaland :

Messagepar Thibault de Mondidier » 22 août 2007 11:47

Je le regardais avec haine, lui nous regardait avec sadisme. Il aimait ce qu’il faisait, et visiblement il se satisfaisait de sa dominance sur nous.
Tout à coup, Kagero se mit à rire.
« Qu’avez-vous femme, jubilez vous ? » fit Altimedes en faisant claquer son fouet
« Oui….je viens de réaliser que votre chef n’est qu’un imposteur. »
« Retirez dès à présent vos propos, où je serai contraint de faire couler le sang. » fit Alucard.
« Alors expliquez moi. Le roi Théobald de la cité voisine nous a assuré que le grand Alucard était devenu un invokeur à la fin de la grande guerre. On m’a dit qu’il avait pris le contrôle de Nospheratu, la chimère la plus malfaisante crée par les hommes qui de surcroît a fusionnée avec la moitié du cristal de la terre. Et maintenant le château tout entier est équipé d’un système qui empêche l’apparition des chimères… »

A ses propos tout le groupe devint mal à l’aise, même Alucard détourna son regard. Altimedes bouillait de colère.
« TU VAS TE TAIRE CATIN !! »
Il allait la frapper. Je ne supportais pas de voir mes amis se faire maltraiter par un imbécile. Je me levais avec ma chaise et je sautais sur lui de tout mon poids. Altimedes fut surpris et chuta.
« C…comment oses-tu ! » fit-il.

J’étais face à son visage et j’avais la haine contre ce vampire.
« Jamais….NE TOUCHE PLUS JAMAIS A CEUX QUI ME SONT SI CHERS !! »

Sans réfléchir je lui mordais la gorge. Je plantais mes dents aussi fortement que je pouvais. Il hurla de douleur et me projeta en arrière. La chaise explosa en mille morceaux mais j’étais toujours attaché. Je crachais le morceau de chairs que j’avais pris.
Altimedes me regardais avec haine. A ma grande stupeur sa plaie cicatrisait déjà.
« TU VAS PAYER POUR TON ARROGANCE !! »

Il fit claquer son fouet et le lança pour m’encercler avec. Ses épines me pénétraient j’en hurlais de douleur.
Le sang giclait abondamment et arriva sur le sol pour disparaître.
« Je vais maintenant t’achever en te coupant en de fines rondelles. »

Tout le monde avait peur pour moi. Kythia n’osait même plus regarder quand tout à coup Alucard intervint en frappant Altimedes. Celui-ci fut arrêté par les autres membres.
« Maître….pourquoi ce geste ?! »
« IMBECILE !! TU SAVAIS QU’IL NE FALLAIT JAMAIS VERSER UNE GOUTE DE SANG HUMAIN ICI !! » fit-il apeuré
Altimedes me regarda puis son regard sembla se diriger vers le sol et à ce moment là lui aussi sembla réaliser quelque chose qui le terrifia.
« M….maitre….je…je suis désolé. »

A ce moment là un grand rire roque se fit entendre dans toute la salle.
« HA HA HA !!! MERCI HUMAIN DE M’AVOIR TIRE DE CE SOMMEIL FORCE ! VOILA 700 ANS QUE JE N’AVAIS PAS RECU UN SANG AUSSI DELICIEUX !! »
Ce que je veux c'est une histoire universelle.

Thibault de Mondidier
Novice Niveau 5
Novice Niveau 5
Messages : 199
Inscription : 05 oct. 2004 10:23
Localisation : Strasbourg
Finaland :

Messagepar Thibault de Mondidier » 23 août 2007 10:48

Tout à coup la salle se mit à trembler, les torches qui éclairaient la salle s’éteignirent et tout à coup une ligne rouge apparut à mes pieds. Celle-ci ondulait et d’autres se créèrent pour former un cercle avec des inscriptions très complexes. Une écriture se créa tout autour du cercle et celle-ci se mit à rougeoyer de manière intense.
Puis tout s’arrêta. Il y eut quelques instants de silence, puis le sol commença à se fissurer au centre de la figure. Quelque chose commença à en sortir. Je distinguais une sorte de coffre en bois.
« Un…un cercueil ? Est-ce le vrai Alucard qui est à l’intérieur ? » fit Kagero avec stupeur.
La boite était complètement sortie. Je regardais le faux Alucard et Altimedes trembler de peur.
Je ne comprenais plus rien. A ce moment des chaînes noires apparurent, elles encerclaient le cercueil. Elles se brisèrent très vite. Je regardais mieux et je vis un trou au niveau du visage. Mon sang a du entré par cet orifice.
A ce moment là j’entendis quatre explosions. Les appareils qui nous empêchaient d’invoker avaient explosés. Le cercueil s’ouvrit et je vis un être en sortir. Il avait les yeux rouges comme moi, les cheveux noirs et longs. Il était grand et portait des habits extrêmement raffinés. Un long manteau gris clair, des gants blancs un pantalon bruns et des bottes noirs.

« Seigneur Alucard….vous….vous avez… »
« SILENCE !!! » fit-il en bougeant son bras.

Le silence se fit en quelques secondes.
Il regarda autour de lui et regarda la troupe de vampires et éclata de rire. Un rire puissant et sombre qui me fit froid dans le dos.

« De la dizaine de fils et de filles que j’avais soigneusement sélectionnés et qui se sont révoltés contre ma personne, tu n’as gardé que ce cher Altimedes. Mon pauvre fils Mon pauvre Lucian . Vous n’aviez aucune confiance en vos semblables. Vous rêviez de prendre ma place et pour être sur que vous ne subiriez pas les mêmes révoltes vous les avez tués, enfin je présume. Et tout ces individus qui se déclarent vampire sont votre création….VOUS AVEZ DONC TRAHIS NOTRE SERMENT !! »

« Mais…il nous fallait des gens pour…. » fit Altimedes.
« Pauvre incrédule. Nous sommes des immortels à condition de boire du sang et peu importe son origine. Si j’ai décrété ces lois c’était pour protéger notre espèce. Nous ne sommes pas assez nombreux !! Je suis un vampire fière mais pas fou. Et d’après le sang de cet humain tu as fait courir le bruit que TU étais le grand Alucard possédant la chimère Nosphératu ! Je n’ai jamais vu tant d’incompétence ! Si jamais le royaume de Midgard décidait de s’agrandir, comment auriez vous fait pour vous défendre. Une centaine d’entres nous contre 10 000 des leurs ! D’ailleurs, je suppose que ta petite troupe, tu l’as recruté dans le village d’Andolf ? Et que par tes envies insatiables, tu as décimé ce village !!! »

Cet Alucard avait un charisme effrayant, je n’osais bouger. Quand tout à coup, tous se mirent à genoux sauf Altimedes et Lucian, tous firent d’une voix.
« Oh Alucard, nous te prions de nous accepter, nous te servirons fidèlement et cela jusqu’à la fin de cette terre ! »

Altimedes surpris se retourna.
« C…COMMENT OSEZ VOUS TRAHIR VOTRE SEIGNEUR !!! »

L’un d’eux pris la parole.
« Nous sommes tous des humains qui ont été enlevés et transformés. C’est à cause de Lucian que nous vivons pour l’éternité…alors si c’est le cas, autant vivre sous la coup d’un seigneur qui a du charisme et qui peut-être nous respectera ! »


« VOUS !!! » fit Altimedes rouge de colère.

Alucard éclata de rire.
« Mais qui a dit que je désirais vous laisser la vie sauve…..toutefois, je dois admettre que tous vous tuer serait trop fatiguant et je serai le dernier représentant de notre noble race….mais…hé hé…j’ai soif de sang ce soir !! » fit-il en regardant sadiquement Lucian et Altimedes.
Tout à coup ses yeux rouges se mirent à briller et il dégaina une petite épée très fine. Il fonça sur eux à une vitesse incroyable. J’avais à peine le temps de voir les mouvements. Altimedes tenta de se défendre, mais sans comprendre il perdit le bras qui tenait son fouet. Du sang fusait un peu partout, il en hurlait de douleur. Alucard ramassa la main et bu le sang qui s’écoulait en la maintenant au-dessus de lui.
« Kythia ! Ferme les yeux, je ne veux pas que tu voies ce massacre ! »

Elle ne posa pas de question et m’obéit.
Ensuite, Alucard fit un geste des mains et Altimedes sembla bloqué, je voyais à ses pieds une ombre le maintenir en place. Il fonça sur Altimedes et d’un coup rapide lui arracha les jambes.
Altimedes hurla encore plus fort.
« P…PITIEZ SEIGNEUR ALUCARD !! »

A ces mots le sourire sadique d’Alucard disparut. Il sembla retrouver ses esprits, il était même en colère.
« T…TOI….u….Un vampire….un être noble….tu….tu implores ma pitié comme un vulgaire humain….même avec ses siècles d’existences….TU AS PEUR QUE JE T’OTE LE VIE ??!! »

Il sembla se courber et tout d’un coup, sa chimère apparut.
« Non….NON MAITRE PAS ELLE !!! » fit Lucian effrayée au point même de tomber par terre.
« Vous m’avez déçu au point d’avoir ôté de moi l’envie de vous massacrer. Vous êtes semblables à des Larves. Nosphératu débarrasse moi de leur présence si…indésirables. »

La chimère était de couleur noire, elle avait de gigantesque ailes de chauves souris, mais avec un corps à l’apparence humaine. Ses bras et ses jambes se terminaient par des grandes griffes. Ses yeux étaient d’un vert luisant et de grandes cornes partaient vers l’arrière du crâne. Aux mots d’Alucard elle éclata de rire et leva ses bras en l’air. Une boule noire apparut et engloba Altimedes et Lucian qui suppliaient qu’on les laisse sortir.
La chimère tendit son bras et d’un coup ferma son poing. La boule se resserra d’un coup faisant explosé les deux vampires. Je n’osais plus regarder, Anandes cria d’horreur et les autres ne regardaient plus non plus.

La boule s’ouvrit et seul du sang coula par terre. Il nous éclaboussa. Les vampires et Alucard burent tout le sang jusqu’à la dernière goutte. Ils ne se contrôlaient plus, ils se battaient pour la moindre goutte. Une fois le carnage terminé je regardais mes amis. Anandes et Kythia tremblaient de peur, les autres tentaient de garder leur calme.

Alucard me dévisagea.
« Alors, humain, j’ai bien envie de vous supprimer….mais je crois que j’ai une meilleure idée. Vous allez nous divertir. Emmenez tout ce beau monde dans l’arène. Attaché solidement tout le monde sauf ce jeune homme. » fit-il en me désignant.

Il s’approcha de moi et me dévisagea.
« Ton sang m’a appris tout ce qui s’était passé pendant mon sommeil. Deux âmes et un seul corps, Eto et le légendaire Shogun… »

A ce moment là Shogun prit ma place.
« Comment me connais-tu ?!! »

Alucard n’ajouta rien sauf un grand rire. Il me tourna le dos et partit vers une sortie de la salle. Un vampire m’ordonna de me lever, Shogun s’exécuta sans dire mot.
Ce que je veux c'est une histoire universelle.

Thibault de Mondidier
Novice Niveau 5
Novice Niveau 5
Messages : 199
Inscription : 05 oct. 2004 10:23
Localisation : Strasbourg
Finaland :

Messagepar Thibault de Mondidier » 24 août 2007 13:07

On nous promena dans les couloirs du château. Ils se ressemblaient tous. Des décors extrêmement luxueux, des statues, des tableau mettant des scènes d’orgies, de guerre, et de temps en temps d’amour. Le tout était éclaire par de nombreuses torches.

Nous arrivâmes enfin dans une grande arène qui se trouvait certainement derrière le château. C’était la nuit. Je levais la tête vers le ciel, celui-ci était très étoilé et la dame blanche était ce soir haut dans le ciel. Elle éclairait suffisamment pour que je puisse voir une petite arène, moins grande que celle de Midgard. Elle semblait avoir souffert des dégâts du temps.

Nous qui marchions en fil, on nous arrêta.
Alucard se retourna.

« Bien, c’est ici que je vais avoir l’honneur de vous ôter la vie. » fit Alucard en nous regardant.
« Bien difficile pour moi…étant immortelle. » fit Kagero.

Alucard fut surpris.
« Hmm, alors tu dois être celle qui a survécu au massacre de Midgard…je comprends mieux maintenant. La grande Kagero. Et bien si je ne peux te tuer, je te ferai devenir l’une des nôtres. En plus, je ressens que tu es devenue un invokeur….cela pourrait être divertissant. Quant à toi…homme bête, je ressens que toi aussi tu es un invokeur. »

Il s’approcha de lui, Gotard était nerveux. Alucard toucha la plaie pour récupérer un peu de sang et le bu.
« HMMMM….délicieux….j’en ai des frissons….alors comme ça tu possède en toi la moitié de notre cristal de terre….HA HA HA !!! Je comprends mieux pourquoi Kether a cherché à vous massacrer. » fit-il en me regardant.

« Tu sais donc pour l’homme à la cape… » fit Shogun.
« Oh…j’en sais plus que tu ne crois. J’ai participé moi-même à cette guerre. J’ai vu ce que cet individu a fait. Et toi, oui….tu es un gardien des invokeurs…qui possède la chimère de l’eau. On dirait que ton ancien amour t’a apporté beaucoup….mais passons. Tu vas te battre contre moi le premier. Je suis d’humeur nostalgique, et j’ai très envie de me divertir avant de vous ôter la vie.

Je venais d’en apprendre beaucoup mais je décidais de garder cela pour plus tard. Shogun était anormalement nerveux.
« Alucard, faisons un marché. »

Ma proposition l’intriguait.
« Et qu’est ce qui te fait croire que j’ai envie de marchander avec une espèce aussi faible que toi ? »
« Si je gagne ce combat, tu viendras avec nous en tant qu’invokeur de la terre et tu resteras avec nous jusqu’à la fin. »

Le choix se Shogun horrifiait tout le monde.

« Et si je gagne ? »
« Alors tu pourras me tuer, et avant cela je te donnerai ma partie du cristal d’eau et ma chimère…et tu laisseras partir mes amis… »

Alucard sembla hésiter.
« J’ai devant moi plus de la moitié des invokeurs et tu imagines que je vais laisser partir une force pareil ? »

Un moment de silence se fit. Il me dévisagea et regarda mes amis.
« Très bien…ils pourront partir…après tout, je serai assez puissant pour écraser qui je souhaite. Une chimère en plus ou en moins…. »

Shogun poussa un petit soupir de soulagement.
Je reprenais le contrôle de mon corps et je me dirigeais vers mes amis.

Je les regardais avec inquiétude.
« C’est moi qui vous a mené ici…qui vous a mis tous en danger….j’assume cela. Kythia me regardait les larmes aux yeux.
Malgré ses chaînes, elle s’approcha de moi en pleurant pour tenter de me toucher.
« Je…je veux pas que tu meurs….t’…t’es devenu mon papa….snif…snif….NE MEURS PAS !! »

Je me mis à sa hauteur. Ses sentiments me remuaient l’esprit et je la pris dans mes bras pour la calmer.
« Ca ira…je vais tout faire pour gagner…je n’ai pas envie de mourir ici… »

Elle me regarda en reniflant et me fit un hochement de la tête.
Je me relevais pour regarder Gotard.
« Ca va ta blessure ? »
« T’inquiète pas pour moi. J’ai connu pire. Tu as intérêt à gagner. T’as pas le droit de mourir ! »

Ses paroles me donnèrent du courage et me calmèrent un peu.

« Mada, si jamais il m’arrivait quelque chose, je veux que tu les ramènes à Midgard. »
« Non. »
« Comment ça ? » fis-je
« Je ne le ferai pas, tout simplement parce que j’ai confiance en toi…tu…non vous n’allez pas perdre. »

Je ne répondais pas par la parole, mais par un sourire.
« Eto, Shogun…vous devez gagner. Si tu disparais, personne ne le supportera. » fit Kagero.

Et enfin je regardais Anandes qui était très triste.
Je lui relevais le menton et je vis qu’elle était en larme.
« Hé…ne pleure pas comme ça. »
« Je….c’est plus fort que moi…ces vampires nous empêchent de t’aider….et tu es seul à te battre…j’ai…j’ai un très mauvais pressentiment. Reviens en vie…j’ai….j’ai tant de chose à te dire. »

Ces paroles me firent chaud au cœur. Je me retournais et je rejoignis Alucard qui commençait à s’impatienter.
Shogun prit ma place et fit apparaître Masamune.

« Je suis prêt Alucard. »

Celui-ci dégaina sa rapière et sourit sadiquement.
« Ah…je sens que cela va être une nuit fantastique ! »

Il fonça sur nous avec une grande rapidité. Shogun du sortir un peu Masamune pour se défendre.
« C’est tout ? C’est tout ce que peut faire le grand gardien ? Celui qui a tenu tête à Kether par le passé ? Je suis complètement désappointé ! »

Il donna un coup de tête qui nous fit reculer. Shogun tenta de réagir. Il dégaina Masamune très vite pour attaquer mais Alucard para le coup avec l’aide de sa rapière aidé de son bras qui servait de soutient.
« Après tout ces siècles tu n’as toujours pas changé de style…j’en connais déjà toutes les faiblesses ! »

Tout à coup il arrêta de parer et relâcha la pression et fit deux demi-tours sur lui-même et entra dans notre garde et tout d’un coup, il était derrière nous, la rapière sur ma gorge.

« Ton premier point faible, c’est ton épée elle-même. Du fait de sa longueur, tu as certes un avantage certain car tu peux rester loin de moi. Mais si je pénètre dans ta zone, tu ne peux riposter….allons cher Shogun je suis très déçu. »

Il me donna un coup de pied dans le dos et d’un geste nous fit une entaille dans la joue. Nous nous écroulâmes à terre.
« ALUCARD !! Ne me sous estime pas ! J’ai horreur de ça ! »
« Non, c’est plutôt toi qui te surestimes ! Tu t’énerves déjà….comme un enfant à qui ont a enlevé son hochet ! »

Dans les gradins, les vampires applaudissaient la performance de leur maître.
« Shogun, laisse moi prendre ta place ! » fis je inquiet !
« PAS QUESTION ! NE T’EN MELE PAS !! » fit-il furieux.

On se relevait et Shogun tenta d’attaquer, mais il frappait dans le vide. Alucard esquivait facilement.
« Mon pauvre Shogun. Ta colère te submerge. Lors de la grande guerre, Kether était beaucoup plus puissant que toi. Pourtant tu as réussi à lui tenir tête avec cette même épée. J’étais là…oh…quel combat grisant cela était…j’en avais des frissons. Passions…drame, haine, souffrance…ouh…j’en ai encore des frissons. A côté de cela notre combat est si fade…tu t’es ramolli durant ces siècles ! »

« TAIS TOI !! » fit Shogun.
Il était blessé dans sa personne et j’étais impuissant.

Shogun tenta de frapper Alucard mais celui-ci para et bloqua de son pied Masamune.
« Ton deuxième point faible, si tu l’as oublié c’est ton style. Tout se base au moment où tu dégaines. Tu n’as le droit qu’à un coup pour terrasser ton adversaire. Autrement ton sabre est mort et l’effet de surprise ne fonctionne plus. Et vue le poids et la longueur de ton sabre, tu ne peux faire que des mouvements verticaux et horizontaux…sinon tu mets en jeu ta propre vie ! »

« CA SUFFIT DE ME RIDICULISER !! »
Shogun était hors de lui. Alucard n’a mis qu’une minute pour percer Shogun à jour. Et à présent, il le torture méticuleusement.

Shogun cria pour invoker Haku. Ces son envie et son désir qui jouèrent. Haku apparut directement au niveau 2.
Mais moi je ressentais un malaise quelque part. Alucard était trop calme face à notre chimère.
« Mon pauvre garçon. Tu n’as pas encore compris ce qui fait la force de ta chimère ? »
« JE M’EN FICHE ! ELLE VA T’ECRASER !! » fit Shogun.

« Les chimères sont la seule chose que je respecte en dehors de ma race. Elles sont la création la plus intéressante de votre race. Les humains qui l’ont crée se sont inspirés de notre planète. Plus l’élément dont elle tire sa force est présent, plus son pouvoir est fort et inversement. En tant normal, l’eau gagne sur la terre, mais ta chimère ne peut se fortifier. Il n’y a pas d’eau à proximité…dans tes autres combats tu as pu profiter d’une eau direct ou souterraine. Ici, à cause de ma chimère, il n’y a pas d’eau. Je vais donc pouvoir t’écraser sans problème. »

Il ne lui fallut que quelques secondes pour invoquer sa chimère.
Les deux êtres se regardèrent avec hargne.
Haku fonça sur Nosphératu qui s’envola en passant derrière elle, celle-ci lui asséna un coup de griffe au niveau de la tête. Haku se retourna et fonça dans Nosphératu pour la projeter sur les gradins. Cela fit un gigantesque tremblement de terre et une immense colonne de poussière. Quand celle-ci disparut, je vis une gigantesque boule noire au-dessus de Haku.

« Hé, hé hé, c’est déjà le début de la fin pour ta chimère ! »
Shogun ne savait plus quoi faire. Il fonça sur Alucard mais celui-ci se contenta de nous désarmer.
Moi j’étais d’avantage inquiet pour Haku.
« Shogun ! Rappelle Haku, si elle entre dans cette boule s’en est finit pour elle !! » fis-je inquiet

« Non…j’ai une meilleure idée. » fit- Shogun.
« HAKU ! TAKA ALUCARD !! »
Celle-ci fonça sur notre ennemi, elle allait le déchiqueter quand tout à coup une colonne de terre apparut qui sonna Haku et la boule noire arriva sur ma chimère qui fut engloutit.
« Nospheratu, ne l’abîme pas trop ! » fit Alucard en la regardant.

La chimère ne ferma pas complètement son poing, des éclairs violets apparurent autour de la boule. Haku hurla de toute ses forces, cela me fit très mal au cœur. Quand la boule disparut, le corps de Haku tomba créant un grand tremblement de terre. Elle souffrait et ses blessures, le sang giclait de partout et même sur moi.

Je repris de force le contrôle de mon corps et je fonçais vers Haku, je voyais l’était de ma chimère.
« Oh…Haku….non….je t’en prie pardonne moi. » fis-je en commençant à pleurer.
J’étais impuissant.
« Laisse moi venger ma chimère ! » fit Shogun hargneux
« Non…NON !!! SHOGUN !! C’est toi qui l’as mis dans cet état. Ce que tu as fait est un acte désespéré. Tu savais que tu ne pouvais l’avoir alors tu as envoyé notre chimère….REGARDE COMME ELLE SOUFFRE ! »

Shogun se rendit compte de son geste et ne rajouta rien.
« Je…je suis désolé… » fit-il honteusement.

Moi je pleurais car je savais que moi-même je n’étais pas à la hauteur.
Tout à coup une voix se fit entendre.
« ATI… »
C’était haku qui me parlait.
« Merci ? pourquoi…je suis qu’un maître impuissant… »
« Il y a longtemps que personne ne m’a pris en affection. Dès ma création je n’étais qu’une arme destiné à tué….tous les humains n’ont jamais vu que j’étais un être à part entière…Eto, tu es différent de Shogun…mais je suis heureuse de pouvoir te servir… »

Tout à coup une voix se fit entendre.
« Laisse….moi….t’aider… »
Shogun et moi avions reconnu la voix. Cette sensation, nous l’avions ressentit lors de la finale contre le prince.
« Shogun….je sais que tu as peur de cette voix….mais je vais lui faire confiance pour cette fois…je ne veux pas perdre ! » fis-je en serrant le point.
« Pour cette fois alors… »

« Je ne sais pas qui tu es mais j’accepte ton aide ! »
« Ashura… »

Tout à coup je sentis quelque chose pénétrer mon âme.
Je sentis un grand sentiment de confiance me gagner. Je regardais Alucard, et je souriais sadiquement.
« Alucard…je vais te battre…JE VAIS TE MONTRER CE QU’EST LE FIERTE D’UN HOMME !!! »

Je fis apparaître ma lance celle-ci brillait fortement.
« Mais qui es-tu ? » fit Alucard surpris.
« Je suis celui qui va te vaincre ! »
« Et je suis avec toi ! » fit la voix du cristal.

Je me concentrais de toutes mes forces. Je devais ressentir mon élément. L’eau, oui toute l’eau possible.
« Eau…je t’en supplie, entends mon appel, j’ai besoin d’aide. Je ne veux pas montrer ma force, mais protéger ceux qui me sont chers, ceux que j’aime, CEUX POUR QUI JE DONNERAI MA VIE !! JAMAIS JE NE CEDERAI !! ALUCARD !! JE VIE POUR EUX ! ARRACHE MOI LA JAMBE ET JE TE TUERAI AVEC MES BRAS ! COUPE MES BRAS ET JE TUERAI EN T’ARRACHANT LES YEUX ! OTE MOI LA VIE ET JE VIENDRAI TE HANTER POUR L’ETERNITE !!! »

Tout à coup un bruit se fit entendre. Alucard leva la tête vers le haut. De l’eau, de l’eau entourant toute l’arène, elle se maintenant en l’air.
Alucard d’abord surpris éclata de rire.
« Magnifique, vraiment magnifique ! je n’ai jamais vu un humain avec autant de volonté. Tu as hérité par je ne sais quel moyen de la vraie volonté des gardiens ! Ces mots….hmmm je ne les aies entendu qu’une fois…c’était par le gardien Shogun il y a si longtemps. Ouh…j’en ai encore des frissons…Eto, cela me fait mal à l’admettre, mais je reconnais ta valeur. Tu as l’esprit noble. Cessons les discours, et faisons parler les armes d’égal à égal ! »

D’un coup, je faisais descendre l’eau sur Haku. Elle l’enveloppa complètement. Les blessures se fermèrent à vue d’œil. Ses yeux d’un bleu pur devinrent rouge sang. Celui-ci se leva fièrement prêt à se battre.

Je me mis en position. Je partageais un sourire avec Alucard.
« Tu vas venir avec nous. » fis-je.
« Hé hé hé...j’attends de voir. »
Ce que je veux c'est une histoire universelle.

Thibault de Mondidier
Novice Niveau 5
Novice Niveau 5
Messages : 199
Inscription : 05 oct. 2004 10:23
Localisation : Strasbourg
Finaland :

Messagepar Thibault de Mondidier » 27 août 2007 11:28

Chapitre XIV Ashura deuxième partie.

Jamais je ne me suis autant sentit en confiance. Je regardais Alucard.
Tout à coup je lançais de toutes mes forces ma lance. Alucard ne s’y attendait pas. La lance le transperça mais le plus impressionnant c’était qu’il fut emporte contre le murs.
Je me lançais pour le rattraper, tout à coup Nosphératu se dressa devant moi.
« HAKU ! ! ! »

Celle-ci intervint et donna un grand coup de queue dans le buste de Nosphératu qui la projeta loin des les airs.
« Occupe toi d’elle ! »

Je regardais mes amis qui n’en revenaient pas. Je leur fis signe de la tête et je repartais au combat.
Je courais autant que je pouvais et je finis par retrouver Alucard. Il était collé contre le mur, du sang sortait de sa bouche, il me vit et me cracha dessus.
« Pas mal…pour un mortel. »
Je pris ma lance et sans rien dire je l’enfonçais encore plus. Je la tortillais.
« Ca, c’est pour avoir torturé ma chimère ! ! »

Le sang commençait à couler et à gicler.
« Tu es à ton maximum ? » fit-il en riant ?

Je ne répondais pas.
Avec ma lance je sortais Alucard du mur et je me mis du même côté.
« Tu vas regretter de m’avoir poussé à bout ! »

D’un coup je donnais un coup de poing dans le ventre d’Alucard. Je sentais une force m’aider. Alucard fut propulsé en arrière. Par le recul, il s’enleva lui même de ma lance qui était à présent maculé de sang.

Alucard glissa jusqu’au centre de l’arène. A ce moment là, je vis Haku se déchaîner. Elle avait étranglé Nosphératu puis avait foncé vers le centre et au dernier moment elle libéra sa prise. Ce qui fait que Alucard fut écrasé par Nosphératu.

Le choc fut terrible. J’avais du mal à garder mon équilibre du fait des vibrations. Un immense écran de fumée se forma. Je profitais pour donner un coup dans le vide avec ma lance pour chasser le sang qu’il y avait dessus.

Je m’approchais doucement du cratère.
Tout à coup j’entendis la voix d’Alucard.

« MAGNIFIQUE ! ! je dois l’admettre tu es plus fort que moi à ce stade. Je ne sais pas ce qui s’est passé en toi mais ta force est à présent sans égal. Je ne vais pas continuer le combat sous cette forme. JEUNE HOMME, TU VAS DECOUVRIR UN STADE QUE JAMAIS AUCUN INVOKEUR N’A ATTEINT, LE STADE ULTME, LA FUSION ENTRE UN INVOKEUR EST UNE CHIMERE ! ! »

A ce moment là, la fumée se dissipa. Alucard et Nosphératu s’était relevé.
« Le stade trois ne s’obtient pas par la volonté ou par l’exercice. Lors de la fusion entre les cristaux et la chimère, ce stade d’évolution s’est crée par la volonté des cristaux. Autrement dit, c’est mon cristal de la terre qui m’a accordé il y a des siècles ce stade. C’est d’ailleurs à ce moment là que ce cher Lucian prit peur de moi. J’étais devenu une menace pour lui. Il savait que s’il m’affrontait, il perdrait d’office. Aussi il a imaginé un stratagème pour me piéger. Tu as remarqué que cette terre est constamment recouverte de nuages. C’est un de mes pouvoirs. Je maintient cette terre dans une relative obscurité pour que ma race puisse vivre. Mais ce pouvoir diminue un peu pendant mon sommeil. Et ici, les effets se font sentir par des troués dans le ciel. Aussi un jour pendant que je dormais, lui et quelques partisans ont déplacé mon cercueil ici et ont attendu le levé du jour. En me réveillant je fus frappé par les rayons du ciel. Cela ne m’a pas tué, mais j’étais si faible que Lucian a pu m’emprisonner.
Mais assez de bavardage, je vais te montrer à présent le stade ultime, et peut-être alors tu vas regretter de m’avoir affronté ! » fit-il en écartant les bras.
Ce que je veux c'est une histoire universelle.

Thibault de Mondidier
Novice Niveau 5
Novice Niveau 5
Messages : 199
Inscription : 05 oct. 2004 10:23
Localisation : Strasbourg
Finaland :

Messagepar Thibault de Mondidier » 28 août 2007 10:37

La fumée se dissipa et je vis tout à coup Alucard et Nosphératu l’un devant l’autre. C’est alors qu’une lumière violette apparue entre les deux. Une masse se créa et les deux corps furent attirés. J’entendais Alucard rire de toute ses forces. Haku me rejoignit pou guetter ce qui allait se passer.
C’est alors que je vis quelque chose sortir de la boule. Je regardais attentivement. C’était Alucard. Il était recouvert d’une épaisse couche d’écaille. Il avait les aîles de Nosphératu dans le dos. Au bout des mains et des pieds, de longues griffes acérées. Je me sentais mal. Je fis un pas en arrière.

Alucard me regarda. Ses yeux étaient à présent d’un rouge écarlate.
Il déploya ses ailes et me fonça dessus. Je tentais de parer avec ma lance mais avec le choc je reculais sans arriver à m’arrêter.
Je fus envoyé contre le mur. La douleur du choc me parcoura dans tout le dos.
C’est alors qu’Alucard pris de l’altitude. Une masse de terre se souleva et vint dans ma direction. J’allais me faire écraser quand tout à coup Haku vint se positionner devant moi. La masse de terre commença à l’écraser. On essayait de s’en extraire, mais rien à faire, Alucard avait bloqué tous les côtés.
Je commençais à penser que j’allais mourir.
Tout à coup j’entendis la voix de mon cristal qui résonnait.
« Pourquoi est ce que te bats finalement ? »
« Je me bats pour qu’il vienne avec nous. »
« C’est trop simple comme réponse. Je ne suis pas satisfait. Pourquoi est ce que tu te bats ? »
Malgré la situation je commençais à réfléchir et tout à coup le visage d’Anandes m’apparut. Je me souvins lorsqu’elle fut blessé à cause de moi lors du tournoi à Midgard. Puis je vis son visage me sourire.
« Oh….quel beau sentiment. Il s’est encore renforcé en toi. Alors pourquoi te bats tu ? »
« Je….JE ME BATS POUR ELLE ! ! »
« Et si un jour tu devais perdre ce pouvoir pour vivre à ses côtés, renoncerais tu à cette vie ? »
« Ce….cela serait pour moi alors le plus beau jour de ma vie… »
Tout à coup la voix du cristal se mit à rire.
« Il y a des siècles, j’ai posé la même question à Shogun, il a donné les mêmes réponses. Ta chimère te soutient, elle et moi allons t’aider….que s’ouvre le chemin de la fusion ! »

Tout à coup le corps de Haku se mit à briller. Je sentais qu’elle rentrait en moi. Une immense douleur me parcoura le corps, j’arrivais à peine à respirer. Je regardais ma peau, elle devenais très lisse. Je sentis quelque chose sortir de ma colonne vertébrale et de mon bassin. Je tournais la tête et je voyais une longue queue bouger. Enfin je sentis ma langue se modifier. A présent elle était plus longue et j’avais un besoin de la sortir pour tâter ce qu’il y avait autour de moi.

Je sentais la force d’Ashura et celle de Haku se mêler à la mienne.
« ALUCARD ! ! ! REGARDE CA ! ! ! »
Je pensais à l’eau. Celle que j’avais appelé tout à l’heure. Elle se faufila à mes pieds. Avec mes poings je commençais à pousser la terre qui m’écrasait. L’eau faisait de même. Elle s’infiltrait dans la terre jaillissant de partout, je frappais de toutes mes forces et je commençais à me frayer un chemin. Je vis enfin le bout. J’avais réussi.
Je tentais de retrouver ma respiration. Puis je levais la tête. Je commençais à sentir la fatigue en moi. Le niveau de fusion a un prix. Je me fatigue beaucoup plus vite. Cela veut dire que Alucard ne doit pas être au mieux de sa forme.

Je demandais à l’eau de m’élever dans les airs. Une colonne d’eau apparut et m’éleva à la hauteur d’Alucard.
« Tu m’impressionnes de minutes en minutes. Toi, un mortel, tu as reçu la bénédiction de ton cristal. Hmm j’en ai des frissons. J’ai hâte de mettre ce pouvoir à mon service. »
« Tu…tu vas venir avec nous ! »
« Petit obstiné… »

Il s’approcha de moi et d’un coup me planta le ventre. Sa main traversa mon corps. La douleur fut atroce. Mais c’était l’occasion. Je lâchais ma lance et je me serrais contre lui.
« Que…que fais-tu ? »
« J’ai dit que tu allais venir avec nous et…JE VAIS TENIR MA PROMESSE ! ! »
Tout à coup une gigantesque colonne d’eau nous entoura.
« Que tu sois vampire, chimère, une chose est sûr. Tu ne peux respirer sous l’eau. »

Alucard sembla réaliser ce que je voulais faire, mais ma visions commençait à se troubler, je devais faire vite.
Alucard tenta de se dégager mais je le tenais fort.
« Eau…à toi de jouer….mes amis sauront le vaincre… »

La colonne se referma sur nous. Je retenais ma respiration mais j’entendis la voix de mon cristal qui disait de me laisser aller. J’étais désespéré alors je laissais l’eau m’envahir. Et je ne sais pas comment, mais je respirais normalement. Je sentais que l’eau entrais derrière mes oreilles et me donnait tout ce dont j’avais besoin.
J’accentuais la pression de l’eau pour étouffer Alucard. Celui-ci se débattait tant qu’il pouvait. J’avais gagné…mais à quel prix. Tout à coup je sentis mes forces me quitter. Je sentis mon corps tomber.
La colonne d’eau avait disparu. J’allais m’écraser quand l’eau amortit mon choc. Elle m’avait protégé. Je reprenais mon apparence normal. Dans la chute, Alucard s’est séparé de moi. J’avais un trou béant dans le ventre.
Les autres accoururent en criant mon nom. Je crachais du sang à n’en plus finir.
Anandes en pleure me prit la tête dans ses bras.
« KYTHIA ! ! SOIGNE LE ! ! »
Elle aussi était en larme. »
« Je…snif…je peux plus rien faire…p…Papa…NE MEURS PAS ! ! »

Je regardais tout le monde avec le sourire.
« Je…je l’ai battu….il…il est faible….il viendra avec v…vous…keuf keu. »

Tout à coup Gotard en pleure attrapa mes habits.
« IMBECILE ! ! ! A QUOI CA SERT QU’IL VIENNE SI TU MEURS ! ! ! »
« D…désolé…mais….c’est grâce à vous si j’ai…keuf…réussi à le battre. »

Tout à coup je vis Alucard se relever. Il titubait mais s’approcha de moi.
Les autres allaient se défendre et voulaient se battre.
« La…laissez le passer…s’il vous plait. »
Ils m’obéirent tous et s’écartèrent.
Je regardais Alucard, il semblait vieux. Ses cheveux étaient gris, sa peau ridée.
« Tu m’as battu Eto…si je suis dans cet état, c’est que j’ai fait appel à mes propres pouvoirs. Mais eux aussi ont un coût…et ils ont des effets sur mon corps. Je te suis supérieur en force…mais toi…tu m’as battu par la force de ta volonté…si tu avais tenu à peu plus j’aurai été dans un tel état de faiblesse qu’il m’aurait fallut des siècles pour retrouver toutes ma force. Je suis un immortel…mais ce don a un coût comme tu peux le constater…mais toi…tu vas mourir….réponds à ma question. Quelle est l’intérêt de la victoire si tu dois y laisser la vie. »

Je réfléchissais un peu, il me dévisageait attendant ma réponse.
« Moi…aussi…je suis immortel. Je vivrai à jamais dans le cœur de mes amis. Regarde les…ils me pleurent tous et cela me fait du mal car leur faire de la peine et la dernière chose que je souhaite. Je vais mourir mais eux parleront longtemps de moi après ma mort….ils m’ont keuf keuf tellement donné que je ne pourrai jamais assez les remercier…tu…tu vas aller avec eux et continuer rassembler les derniers invokeurs et aller à…B…babélia. »

Il éclata de rire.
« Pauvre fou, tu veux défier Kether ? »
« Oui, et nous allons tous le faire ! » fit Mada.

Alucard regarda mes amis. Malgré les larmes ils étaient tous surs d’eux.
« Eto….cela me fait honte, mais je m’incline devant ton obstination…depuis que j’exister, je n’ai jamais rencontré quelqu’un d’aussi borné que toi. Tu es au portes de la mort et pourtant tu n’as pas peur et tu penses encore à autrui. Je vais te faire un cadeau empoisonné.

Il s’approcha de moi les autres voulaient l’en empêcher.
« Si vous voulez qu’il vive, laissez moi faire. »

Tous s’arrêtèrent.
Tout à coup je sentis qu’il me mordit le coup.
Mes paupières se firent lourdes. Et tout devint noir.
Ce que je veux c'est une histoire universelle.

Thibault de Mondidier
Novice Niveau 5
Novice Niveau 5
Messages : 199
Inscription : 05 oct. 2004 10:23
Localisation : Strasbourg
Finaland :

Messagepar Thibault de Mondidier » 29 août 2007 10:36

Tout à coup j’ouvrais les yeux et je vis Shogun à ma gauche.
« Comment te sens-tu ? »
« Je suis mort ? » fis-je inquiet.
« Non pas du tout. Lève toi, il y a quelqu’un qui veut te parler. » fit-il en hochant la tête pour me montrer la direction où regarder.



Je tournais la tête quand tout à coup je vis une forme humain très grande. Elle faisait au moins une tête de plus que moi. Il avait les cheveux roux, des yeux rouges sang, une stature imposante recouverte d’une armure. Il avait des bandages sur les mains et au niveau de son coup. Il portait une cape brune qui était déchirée à sa base.

« Qui…qui es-tu ? »
« Je suis celui qui t’a aidé. C’est seulement quand tu es inconscient que je peux vraiment me manifester. »
« Oh, alors tu es Ashura ? »
« Oui, je crois que c’est de lui que tu tiens tes yeux rouges. » fit Shogun en croisant les bras.
« Mais comment cela se fait que je n’ai jamais pu te parler avant ? »
« Je siège dans ton inconscient. Ainsi je ne peux me manifester qu’en de très rares occasions. Mais la raison de ma présence est du à Shogun. Comme tu le sais, il a été gardien des invokeurs. Seulement cette famille portait une malédiction. Ils appelaient ça le berserker.
« Oui, je m’en souviens, et cette fois, c’était moi qui était choisis. Personne ne m’a expliqué ce que c’était cette malédiction. »
« En réalité, je suis le tout premier gardiens des invokeurs. Et comme toi Shogun, j’ai aimé une invokeuse. Pour cela je fus maudit par les autres. Et cette malédiction je dois la payer tant qu’il existera une famille de gardiens. Ainsi toutes les trois générations je réapparaissais dans le corps d’un bébé. La famille des invokeurs contourna le problème. Au lieu d’un enfant unique, les mères devaient donner deux enfants. Comme ça, au moins l’un des deux ne serait pas frappé par la malédiction.
« Tu…tu avais donc un frère ? » fis-je attristé.
« Oui…mais je n’en ai plus aucun souvenir. »
« Tu vas bientôt te réveiller. Ta conscience est entrain de reprendre le dessus. Je vais disparaître. Je suis un berserker, j’aime la guerre et la bataille. Ma force a un prix. Plus tu m’appelleras, plus la furie s’emparera de ton âme. Et si un jour tu es complètement submergé, tu ne pourras retrouvé tes esprits que lorsque tu auras tué la source de ta souffrance. N’oublie pas cela. »

Ashura disparut.
« Tu savais tout ça ? »
« Presque tout. J’ai le souvenir que j’ai été maudit par ma famille à cause d’Ashura. Mais j’ignorais tout de la malédiction. Je savais également le coût de l’aide d’Ashura. C’est pour cela que j’en avais peur. Mais je dois admettre que tu t’en es bien sortit. »
« Merci. » fis-je fièrement.
« Seulement…. » fit-il en détournant le regard.
« Seulement quoi. »
Il hésitait à me parler, il prit une grande respiration.
« Tu n’es plus tout à fait un homme. »

Je fus surpris, je me regardais, je ne voyais rien d’anormal.
« Non…ce n’est pas visible. Quand Alucard t’a mordu, tu aurais du devenir un vampire. Mais le cristal qui est en toi a diminué les effets. Alucard m’a tout expliqué. Tu as à présent la force d’un vampire, mais cela veut dire aussi que tes instincts se sont surdéveloppés. Tu auras beaucoup plus l’envie de te battre et cela peut faciliter la venue d’Ashura, il faudra que tu te contrôles. Par contre, tu n’auras pas l’immortalité, donc tu n’auras pas en théorie l’envie de boire du sang. Et tu pourras avoir une descendance humaine… »


J’étais abasourdi par le déclaration de Shogun, mais ma victoire avait un prix, et je l’acceptais.
« Et tu as oublié quelque chose. »fis-je
« Quoi ? »
« On devra supporter le caractère Noble d’Alucard jusqu’à la fin. »

Shogun ne pu s’empêcher de sourire.
« Tu sais que tu es vraiment un cas toi. Ton corps porte de nombreuses cicatrices, il y a trois âmes qui cohabitent dans ton corps, tu as perdu un bras et à présent tu es devenu le premier membre d’une nouvelle race, et tu prends ça avec le sourire ? ! »

Je haussais les épaules.
« Et que veux tu que je fasse. Que je me plaigne, que je me renferme sur moi même ? Je suis toujours moi au fond de mon cœur et surtout je suis toujours en vie. Je commence à croire que toute choses acquise a un coût en échange. Cette force que j’ai acquis s’est fait par le sacrifice d’une partie de mon humanité. C’est vrai. Mais grâce à ça, j’ai pu battre un vampire. Alors me contente de ça, et je me dis que ce n’est peut être pas finit. Gotard lui aussi a payé par une cicatrice au visage sa confiance en lui. Mais il a appris la pondération, enfin j’espère.
Ce voyage est loin d’être finit. Il nous reste encore trois invokeurs à chercher. » fis-je déterminé.

Shogun sourit.
« D’accord. Bon il serait tant de te réveiller tes amis s’inquiètent pour toi. »
Ce que je veux c'est une histoire universelle.

Thibault de Mondidier
Novice Niveau 5
Novice Niveau 5
Messages : 199
Inscription : 05 oct. 2004 10:23
Localisation : Strasbourg
Finaland :

Messagepar Thibault de Mondidier » 30 août 2007 10:49

J’ouvrais à ce moment là mes yeux. Je ne savais pas où j’étais. Je regardais autour de moi. Une chambre. J’étais dans un lit soyeux. Je me sentais bien. Je passais ma main sur mon ventre et je fus surpris de voir que la plaie avait cicatrisé. Je levais les draps. Non, elle avait même complètement disparu. Sans doute un effet des pouvoirs d’Alucard.

Je souriais ironiquement. Qu’est ce que j’étais entrain de devenir. Un monstre ? Je regardais mon bras et à derrière lui je vis quelque chose. Je baissa mon bras et je vis Anandes. Elle était entrain de dormir. Elle était sublime. Elle avait encore du veiller sur moi. Je tournais un peu la tête et je vis une pile de feuilles sous sa main. Intrigué je tentais de les prendre. Elle émit un soupir, mais elle ne se réveilla pas. Je regardais à présent. Je fus impressionné. Elle avait écrit une véritable symphonie…j’étais estomaqué. A la bibliothèque d’Ométhée, j’avais appris à déchiffrer une partition pour pouvoir mieux jouer de ma flûte.
Je regardais autour de moi et je vis sur une petite table ma flûte. Doucement je la pris dans mes mains pour faire une surprise à Anandes.

Je relisais encore une fois la partition. Je la posais sur mes genoux et je commençais à jouer l’air qu’elle avait composé. Il était très simple mais merveilleusement beau. Je me sentais apaisé. Elle avait dû y mettre tout son cœur. A mes sons, elle se réveilla brusquement. Elle chercha ses notes prise de panique et elle me vit jouer. Elle mit ses mains sur la taille et me jeta un regard noir.
« Tu es vraiment impossible, c’était une surprise en ton honneur…Et je…devais….Snif… »

Elle laissa couler ses larmes et me sauta au cou.
« Eto….on a tous eu si peur pour toi ! ! snif…. »

Elle pleurait bruyamment et me sera aussi fort qu’elle pouvait.
« Merci de me prêter autant d’attention…cela me touche beaucoup. »

Sans me regarder, elle me parla.
« Eto, j’ai peur…qu’est ce que l’on va devenir….plus on avance pour retrouver les invokeurs plus tu changes…et j’ai l’impression que tu t’éloignes….ce bras….et maintenant même ta nature a changé… »

Je comprenais son inquiétude, et de ma main mécanique je lui caressais les cheveux.

« C’est étrange, Shogun a aussi dit la même chose à propos de mes changements. »
« Et qu’est ce que tu lui as dit ? »
« Que même si je change en apparence, je reste toujours Eto et puis je ne peux pas me renfermer, vous vous inquiéterez encore plus…Anandes, je peux continuer à jouer ? »

Elle se détacha de moi, essuya ses larmes et me fit un sourire d’approbation.
Je recommençais à jouer. Je mettais toute mon âme pour faire ressortir les sentiments qu’elle avait mis dans cette belle symphonie. L’émotion la prit et elle pleura encore une fois. Je terminais ma chanson et malgré ma gêne, je décidais de la serrer dans mes bras. Elle fut surprise mais elle se détendit. Je lui caressais le dos avec ma main. Elle s’endormit. Je m’allongeais doucement avec elle. Je profitais de ce moment pour ne plus penser à rien.

Je ne sais pas combien de temps il s’écoula, mais je décidais de me lever doucement pour ne pas réveiller Anandes.

Je fouillais dans mes affaires pour sortir mon carnet. J’avais pas mal de retard à rattraper. Je m’assis près de la seule fenêtre de la pièce. Je regardais à travers. Il devait faire jour. Le ciel était toujours nuageux et la paysage toujours aussi monotone.

J’ouvris mon carnet et j’écrivais le récit de nos aventures.
Au bout d’un moment Anandes se réveilla et me vit entrain de travailer.

« Ah…ça faisait longtemps que tu ne l’avais pas sortit ce carnet. »
« Je sais…je rattrape le retard. J’ai d’ailleurs presque terminé. »
« Ah, j’allais oublié. Au vu du trou béant qu’il y avait dans ton uniforme, les vampires t’ont apportés de nouveaux vêtements. » fit-elle en me désignant un paquet sur la table près de la porte.
« D’ailleurs, j’ai une question à te poser. » fis-je en fermant mon carnet.
« Oui ? »
« A la fin du combat, vous m’avez secouru, mais il y avait les vampires non ? »
« Exact, mais quand ils ont vu la colonne d’eau, ils ont réalisé que Alucard allait perdre. Moi je me débattais pour t’aider. L’un d’eux ordonna de nous lâcher. Ils nous expliquèrent que tous était autrefois des humain, et malgré les siècles, ils ne l’ont jamais oublié. Ils étaient impressionné par ton combat aussi ils nous ont accordé cette faveur… »

Tout à coup j’entendis un grincement derrière la porte. Je souriais.

Je m’approchais discrètement et d’un coup j’ouvris la porte. Mada, Kythia et Gotard tombèrent par terre. Kagero était derrière eux, se retenant de rire.

« Bonjour à vous tous ! » fis-je en croisant les bras.
Ils me regardèrent d’abord gênés, puis Kythia se releva. Elle me regarda d’abord en colère.
« NE NOUS REFAIT JAMAIS UNE PEUR PAREIL ! TU AS FAILLI MOURIR LORS DU COMBAT ! »
Elle me donna un coup dans la jambe puis commença à pleurer.
« Allons…je suis là…il ne faut pas pleurer. »

Kythia ne pu se retenir et me serra fort. Cela me toucha beaucoup.
« Mes amis, je suis heureux que vous soyez tous là. »
« Et moi je suis heureux de te voir sur pieds. » fit Kagero.
« Je suppose que vivre ici n’a pas du être facile. » fis-je.
« Non, ça va. Les vampires, hormis Alucard nous traite avec un certain respect. Mais s’ils le peuvent, ils évitent de nous parler. Alucard lui ne nous adresse même pas la parole. Il nous observe et nous regarde avec dédain. » fit Mada.
« Cela ne m’étonne pas. Bon, je vais m’habiller, si vous voulez bien me laisser. »

A ce moment là, une masse noire se forma au plafond et de cette masse apparut Alucard qui se laissa tomber devant moi. Je le regardais avec détermination.
« Heureux de te voir rétablis. Une fois que tu seras vêtu, toi et tes amis êtes invités à un banquet. Après cela nous partirons vers le Nord. »
« Et pourquoi cette direction ? » fit Kagero

Alucard se retourna vers Kagero, il y eut un moment de silence qui me gêna.
« Loin au Nord se trouve une ville. Si mes souvenirs ne me trahissent pas, il me semble avoir entendu qu’une jeune femme avait reçu le don de contrôler l’eau sous forme de glace. »
« Un invokeur à tous les coups ! » fit Gotard.
« Bon, si notre destination est clair, il ne nous reste plus qu’à nous préparer. » fis-je.
Ce que je veux c'est une histoire universelle.


Revenir vers « Fan-Fics »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité